« Vos données SVP » ! L’identité numérique du chercheur à la MOM – 6 decembre

MomIdNumLa chasse aux clandestins et autres « sans données » numériques est ouverte : ne pas avoir ses données « en règle » risque désormais de coûter cher au chercheur. Quiconque tentera de contourner le Bureau de l’Immigration Numérique pourrait se voir cordialement « reconduit à la frontière » de la recherche, relégué dans ces nouveaux « Sangate » digitaux et autres campements de fortune aux marges de la recherche académique…où de longues années de « garde à (non)-vue » numérique le priveront définitivement de toute visibilité. Pour éviter ce genre de désagrément aux jeunes chercheurs et nouveaux entrants dans le royaume de la recherche à l’ère numérique, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM) s’est donnée pour mission ce vendredi 6 décembre de guider lesdits (im)migrants dans la « jungle » de l’identité numérique du chercheur et lui indiquer quelques « bonnes pratiques » autour de ses mises en visibilité.

Nicolas de Lavergne (FMSH) a inauguré la journée par un très utile tour d’horizon des principaux types d’outils :

  • outils numériques personnels, qui tendent à faire reculer l’écriture manuscrite sur papier (traitement de texte, tableur, diaporama de type « powerpoint » ou « Prezi« , gestion des images, gestion de la bibliographie avec des outils comme Zotero), qui permettent d’échanger et de partager, mais posent aussi la question de la pérennité et « l’interopérabilité » des outils et données ainsi produites et traitées, du fait de l’éclatement et de l’instabilité des supports et des formats (non seulement les données existantes « numérisées » et plus encore ces « digital born » données – les données « nées digitales » du chercheur).
  • outils de publication : blogs et carnets en ligne (Hypothèses, Blogger), sites internet ou même url personnel.
  • outils de collaboration : chat, Skype, listes de diffusion et discussion, pads pour prise de notes collaboratives et simultanées, live tweet, environnement numérique de travail (ENT), dossiers partagés
  • outils de « réputation » : réseaux et médias sociaux : Facebook (qui concentre la proportion la plus grande de l’audience, et constitue donc un moyen de communication incontournable pour le chercheur individuel comme pou son laboratoire ou institution de recherche), Twitter (qui associe une fonction de publication et à une fonction de discussion), Google + (davantage utilisé par les personnes spécifiquement investies dans le « numérique », moins par le grand public) ; LinkedIn (utilisé de façon croissante par les chercheurs, mais plutôt lié au monde de l’entreprise à l’origine, et à la recherche d’emploi, ce réseau pose la question du contrôle et de l’accès aux contenus scientifiques), Academia.edu (réseau social spécial pour chercheur, surtout en SHS), Research Gate (son pendant pour les sciences « exactes », on y recense seulement 15% de SHS).

Après ce panorama général, deux études de cas concrets, appuyés par des retours d’expérience, ont été proposées :

HAL-SHS (présenté par Agnès Magron, community manager, et Bénédicte Kuntziger, chargée de l’assistance et la formation au CCSD) : une plateforme pour le dépôt des archives et données du chercheur individuel, mais aussi pour les institutions de recherche. Il est à noter qu’une nouvelle version de HAL-SHS (HAL v3) verra le jour au printemps 2014, et offrira deux nouvelles fonctions « collection » et « portail » au service de la visibilité des publications et activités de recherche des laboratoires, au-delà de la seule visibilité individuelle du chercheur. Il sera également possible de mettre en valeur les projets ANR et européens. Pour le chercheur-individu, une nouvelle fonctionnalité IdHAL permettra de déposer son CV. Malgré quelques limitations  (notamment l’absence d’icônes de partage, qui devraient bientôt exister cependant), il peut être utile de rappeler les multiples avantages de HAL : garantie d’un archivage pérenne, visibilité et reconnaissance assurée grâce à un référencement sur les moteurs de recherche qui font autorité (ISIDORE), standardisation des métadonnées. La garantie de sécurité est bien supérieure qu’avec une plateforme commerciale et peu transparente comme Academia.edu qui se réserve par exemple le droit de transférer ou même « vendre » les données déposées.

Academia.edu (présenté par Christophe Benech, chercheur à Archéorient – MOM) : un réseau social pour chercheurs, plutôt investi par les SHS, qui a plusieurs avantages : il est relativement facile à prendre en main, il accroît la visibilité du chercheur, en permettant précisément un décloisonnement disciplinaire, éditorial, et géographique (réseau international). Il permet ainsi de tisser un réseau solide et diversifié qui peut s’avérer déterminant dans la carrière du chercheur. Mais il présente également deux inconvénients majeurs : un problème d’unification et d’harmonisation des informations folksonomy), d’abord, qui nuit à la recherche d’information et à la visibilité des chercheurs : par exemple, plusieurs dénominations différentes peuvent coexister pour désigner une même institution ou une même discipline ou domaine de recherche. Ensuite et surtout, le chercheur perd en partie la maîtrise des données qu’il y dépose, qui peuvent être transférées ou commercialisées par Academia.edu. Research Gate offre plus de sécurité de ce point de vue. Il est donc fortement conseillé de ne pas déposer directement d’article ou de publication sur la plateforme Academia.edu, mais plutôt de citer le lien vers le document stocké à l’extérieur.

La deuxième partie de la matinée était consacrée au blogging scientifique.

Pierre Mounier (directeur adjoint du Cléo), allant au-delà d’une simple présentation de la plateforme Hypothèses, s’est efforcé de dégager trois points de discussion concernant les blogs et carnets de recherche en ligne :

  1. Visibilité individuelle du chercheur vs visibilité collective de l’institution de recherche : les blogs servent-ils avant tout à mettre en valeur les activités de l’individu ou bien celle de son institution ? Une étude récente des carnets à partir de leur fréquentation montre que les carnets les plus visités sont des carnets de chercheurs individuels. Selon Pierre Mounier, le blog a double effet de « canon à idées » (projection des travaux du chercheur dans le temps), d’une part, et de « mitrailleuse » (projection dans l’espace) d’autre part. Il déplore que l’on manque encore d’une étude rigoureuse sur l’appropriation des carnets et de leurs contenus scientifiques sur Facebook.
  2. Interactivité : la « grande conversation scientifique » : on constate une forte articulation entre les blogs et le réseau Twitter : les contenus circulent de la plateforme au réseau social, par le biais des discussions, et selon un va-et-vient quasi infini : des billets et des blogs suscitent des conversations qui peuvent à leur tour susciter des billets ou même des blogs, qui déclenchent de nouvelles discussions… etc. On a pu observer également un « effet plateforme » : les blogs s’auto-citent entre eux, ce qui contribue à l’émergence progressive d’une « communauté Hypothèses« , dans une démarche auto-réflexive en interne sur la pratique individuelle et générale du blogging.
  3. Critiques et réponses aux critiques : pour finir, Pierre Mounier s’est efforcé de faire face aux critiques souvent légitimes qui sont adressées au blog, et tenté d’y apporter des réponses :
  • Chronophagie : animer un blog prend du temps, qui entre en concurrence avec le temps de la recherche et des publications plus « traditionnelles ». Mais cette vision repose sur une opposition trompeuse entre blogging et recherche, qui pense le blog comme un surplus de travail (qui plus est non rémunéré…). Pourtant, les deux activités sont complémentaires, il faut voir dans le blogging une manière de valoriser autrement ses activités de recherche (notamment de tracer et mettre en valeur le processus de recherche), tantôt comme un outil de réflexion personnelle (mise au clair de ses idées, critiques d’ouvrages ou d’idées qui font avancer les recherches…) tantôt comme un outil de publication provisoire permettant de récolter des commentaires et des critiques, qui peuvent parfois enrichir et réorienter les recherches, sans avoir à attendre la publication « papier » et subir l’inconvénient du décalage temporel.
  • Plagiat : cette peur est le plus souvent exprimée par les jeunes chercheurs, qui hésitent à publier les premiers résultats de leur recherche, par crainte qu’on leur « pique leurs idées ». On pourrait retourner l’argument en leur répondant que c’est au contrainte par la mise en visibilité, la publication précoce, qu’on évite tout pillage ou plagiat. Mais rien ne peut être imposé en la matière : c’est  à chacun de définir sa stratégie de publication et de mise en visibilité, de faire le partage entre ce qu’on souhaite publier ou garder privé au contraire, en fonction des contenus à publier et des objets de recherche.
  • « Je ne suis pas une starlette » : le refus de la visibilité : cette crainte émane là encore souvent des doctorants ou des jeunes chercheurs, qui perçoivent à juste titre le risque de traîner comme un boulet pendant toute leur carrière l’accident d’un mauvais blog ou d’un billet maladroit.

Selon Pierre Mounier, ces trois critiques ont le mérite de soulever une question cruciale : celle de l’insertion du chercheur dans les réseaux, qui n’est pas nouvelle, mais revêt de nouvelles modalités et de nouveaux enjeux à l’ère numérique, et qui tend à remettre en question les affiliations « traditionnelles ».

Pour illustrer ces réflexions générales, plusieurs carnets collectifs ont ensuite été présentés :

  • Biblindex : index biblique des Pères de l’Eglise, qui assure une double fonction de réflexion en interne et de visibilité et dialogue avec des chercheurs extérieurs au projet
  • Klinai : un projet autour des matériaux funéraires en Grande Grèce et Etrurie, qui propose des outils (fonds de carte standardisés, compte rendu bibliographiques, activité de veille et d’information) dans l’objectif de créer une communauté et d’agrégation des contenus existants, pour remédier à l’éclatement actuel.
  • Archéorient : carnet collectif du laboratoire éponyme, qui cumule des fonctions d’édition (presque une revue en ligne, consitutée de contenus assez longs et denses, soumises à un comité de lecture rigoureux) et de lien social entre les chercheurs (permet d’être informé sur les travaux et les activités de ses collègues). L’intérêt de ce blog est ainsi d’articuler l’individu et l’institution, de recréer du collectif, sans toutefois se limiter aux frontières du laboratoire (ouverture possible sur l’extérieur).
  • Carnets de l’Ifpo : carnet collectif sur l’actualité contemporaine du Proche Orient, qui répond à une forte volonté éditoriale dans un souci d’interdisciplinarité. Sans ligne éditoriale préalable, le carnet s’est progressivement doté de règles et de conventions pour garantir une certaine égalité entre les auteurs, sans toutefois réduire leur subjectivité.

Publié par

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

8 réflexions au sujet de « « Vos données SVP » ! L’identité numérique du chercheur à la MOM – 6 decembre »

  1. Bonjour Cécile

    merci pour votre billet, en complément à votre billet,
    le podcast http://www.univ-lyon2.fr/culture-savoirs/podcasts/identite-numerique-et-visibilite-du-chercheur-sur-le-web-maison-de-l-orient-et-de-la-mediterranee-mom–550780.kjsp?RH=podcasts

    où vous pouvez réécouter les échanges de la journée et puis une webographie à propos de la journée
    http://prefixesmom.hypotheses.org/1271

    J’ai même créé un groupe Zotero appelé #IdNum2013 ouvert à tous où chacun peut collaborer en rajoutant de nombreux nouveaux articles
    http://www.zotero.org/groups/idnum2013

    bonne journée, cordialement
    Geneviève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *