Après Babel…retours enthousiastes d’un premier chantier !

IMG_9037

Notre petite équipe de nhuméristes en herbe rentre ce soir éreintée mais ravie de cette première journée d’étude : le chantier de Babel avance lentement mais quelques pierres fondatrices ont été posées aujourd’hui… Ne désespérons pas d’atteindre le Ciel un jour… Cette première journée de notre labo junior, consacrée à la « diversité des langues numériques », fut d’une grande richesse grâce à la qualité et à la diversité des contributions des intervenants. Quelles n’étaient pas nos inquiétudes, pourtant, à l’idée de partir de cet objet « numérique », a priori si mal défini, si flou, aux si contours si incertains… Levant ce matin encore un regard anxieux et sceptique sur une tour de Babel bien chancelante sur ses fondations, nous sommes forcés de reconnaître que ce défaut apparent de structuration s’est révélé finalement extrêmement fructueux, de trois points de vue au moins :

Derrière l’apparente confusion des langues…

 Cette journée s’annonçait éclectique et même hétéroclite. Trois grandes « définitions », trois grandes visions – trois « langues » du numérique ont émergé au fil des interventions et des échanges, et pris corps lors de la table-ronde finale :

  1. le matin (Milad Doueihi, Eric Guichard) : le numérique » comme fait technique, culturel, social, ou fait de civilisation – objet de recherche et de réflexion
  2. en début d’après-midi (Francesco Beretta ; Anthony McKenna, Eric Lochard) : le numérique comme instrument (base de données) pour le chercheur : à la fois outil de recherche et de publication
  3. en fin d’après-midi (Catherine Beaugrand) : le numérique comme « medium » pour les artistes ou editors (comme ils préfèrent se baptiser eux-mêmes), conçu comme médiation entre le corps et le monde, entre la terre et le ciel, entre soi et les autres…

des lieux de dialogues parfois inattendus…

Des points de convergences profondes et des transversalités fortes se sont pourtant tissées progressivement entre ces langues et ces approches diverses, notamment entre artistes et chercheurs. L’historien en particulier et l’artiste (editor) ne peuvent-ils se rejoindre dans leur hantise de la trace et de la mémoire ? Ne peuvent-ils ici rencontrer le philosophe Doueihi qui professe à juste titre la nécessité (exigence éthique) de l’oubli pour l’humanité – parce qu’on ne peut et qu’on ne doit tout garder, qu’il faut rester capable d’oublier… pour vivre au présent, et aborder l’avenir d’un pas léger, délesté de ce fardeau qu’est parfois la mémoire(s) et l’histoire(s) ? Historiens et artistes ne peuvent-ils se comprendre également lorsqu’ils parlent de medium (au sens derridien de « celui qui fait parler les autres », et avant tout les morts et les absents, comme le voulait autrefois Michelet, historien s’il en fut ?) ? Lorsqu’ils se montrent tous deux préoccupés par cette même question de la référence, de la source (d’une image, d’un document d’archives) ? Mais les mêmes mots désignent-ils ici les mêmes choses ?

Chercheurs et artistes semblent enfin se retrouver dans leur rapport à la « base de données », dans sa construction, sa structuration, les mises en relations et les corrélations (notion reprise par Catherine Beaugrand elle-même dans son cours « Design Correlation ») entre les données, une question qui agite aussi les littéraires, spécialistes des Lumières, qui s’attachent à décortiquer la logique de l’Encylopédie et comprendre ses systèmes de renvois ? Mais là encore, les mêmes mots de « donnée », « base de données », « corrélation » renvoient-ils aux mêmes réalités ? Ne traduisent-ils pas des visions ou des expériences, des rapports au monde radicalement différents, intraduisibles, justement, par les seuls mots ?

Un problème commun qui semble davantage fédérer chercheurs et artistes (parce que négatif hélas !?) serait la non-pensée des outils numériques et un conservatisme conceptuel ou mental : autrement dit, cette tendance fâcheuse à l’usage non réflexif des outils, qui trahit une certaine angoisse ou une certaine résistance, l’attachement à des objets anciens, des catégories connues et familières rendues obsolètes par les outils, mais auxquels on continue à s’agripper par peur… ou par paresse… Ainsi en est-il des artistes qui continuent à vouloir « faire de la vidéo » comme on la faisait au milieu du XXe siècle, sans tenir compte de l’impact des nouveaux outils (tablettes, smartphones…) sur nos concepts et nos pratiques – de même que certains historiens croient pouvoir continuer à écrire et « faire » l’histoire au XXIe siècle comme… l’écrivait un certain Michelet au XIXe siècle justement… De ce point de vue, l’attitude du chercheur et celle de l’editor ne sont-elles pas plus proches qu’on ne l’imagine ? Le processus de recherche scientifique n’a-t-il pas à voir et à faire avec la recherche artistique ? N’en est-il pas de même de la dissociation topique entre sciences « dures » (les « vraies » sciences) et les sciences « molles » (sciences humaines et sociales j’entends) ? Ou entre « théoriciens » et « praticiens » ? Les lignes de faille et de fracture ne passent-elles ailleurs ? Ne sont-elles pas déplacées par le numérique ?

 et donc le hasard des rencontres… (mal)heureuses ?

Cette indétermination même a finalement permis de jeter des passerelles imprévues entre des disciplines ou des approches différentes autour du numérique. Moins à partir d’une langue mère universelle, illusoire sans doute, qu’autour d’objets d’étude communs : rencontre inattendue par exemple, provoquée par Eric Guichard, entre le mathématicien Jean Dhombres et les artisans de la base Arkane autour de Galilée. Un multilinguisme modeste plutôt qu’une inatteignable transdiscipline…

Autres lieux de rencontres : autour d’un même instrument, d’un même outil de recherche. Rencontres entre Symogih (Francesco Beretta) et Arkane (Anthony McKenna et Eric Lochard), où les données et la question de la structuration peuvent être vues comme un lieu de passages et de convergences, mais aussi de divergences entre Arkane qui privilégie le chercheur utilisateur (au moyen d’une interface graphique ergonomique et d’un outil relativement simple d’utilisation) et Symogih qui exige du chercheur un minimum de connaissances techniques pour s’approprier l’outil. Comme l’a justement fait remarquer F. Beretta, quelle doit être alors le degré de compétence technique du chercheur ? Jusqu’où pénétrer dans la connaissance intime du langage informatique ? Quelles littératies pour l’historien numérique ?  Tout ignorer de l’outil, n’est-ce pas se fermer des portes, des pistes de recherches ? N’est-ce pas se condamner, sinon une dépossession du processus de recherche, du moins à une sous-exploitation de la machine, une méconnaissance de la totalité de ses potentialités ? A une incompréhension mutuelle, sinon une incommunicabilité entre la machine et l’humain, et entre l’informaticien et l’historien ? Bien souvent, les mots diffèrent mais les réalités désignées sont les mêmes : ainsi « l’objet » dans la langue de Symogih correspond au « sujet » dans celle d’Arkane. Simple problème de traduction ? Non, car derrière les mots, ce sont bien des visions du monde (des données, de la méthode, des objectifs, des valeurs qui se cachent derrière les choix d’outils) qui s’affrontent. Faut-il alors imaginer une langue commune, prélude à une « transdiscipline » numérique ? Mais ne risque-t-on de créer de reproduire l’artificialité et la pauvreté de cette utopie sans lendemain qu’a été l’esperanto ?

Histoire de nous éloigner encore d’un optimisme ou d’un angélisme naïf – même si la tentation est grande à l’issue d’une journée aussi riche et gratifiante (!) : le(s) monde(s) numériques sont assurément sources de tensions, de conflits, de confusions voire d’incompréhensions, terres de nouvelles « fractures » et d’inégalités, ou de nouvelles formes d’exploitation. Eric Guichard soulevait à ce titre la question du digital labor (une nouvelle forme de prolétarisation, du travail intellectuel précisément), et la marginalité institutionnelle de la plupart des acteurs francophones du numérique, avec tous les enjeux de rivalités et de pouvoir qui s’ensuivent… où nous rencontrons le dilemme de l’institutionnalisation : faut-il structurer pour mettre de l’ordre et éviter les pertes d’énergies, faut-il substituer le droit au fait, au risque d’une perte de spontanéité, de créativité, et l’inévitable création de nouveaux rapports de force et de nouvelles hiérarchies ? 

Pour finir sur une note plus positive et constructive malgré tout : quels lendemains pour notre labo junior ? Même si nous sommes encore loin de l’atteindre (et l’atteindra-t-on un jour ? La valeur du mythe ne réside-t-elle pas justement dans l’inachevé et l’inachevable même ?), le ciel se dégage au-dessus de notre « Tour de Babel numérique ». On commence à y voir plus clair. Cette journée inaugurale nous a permis d’esquisser une première délimitation (des délimitations, plus justement) du champ mouvant des « humanités numériques » – et nous demander si la première tâche de l’association francophone en passe de naître à Saint Malo (That Camp 2013) n’était pas de rebaptiser ces si mal nommées « digital humanities » ? Mais quels mots pour remplacer cette traduction un peu rapide et assurément inexacte du terme parent anglo-saxon, qui ne correspond finalement à aucune réalité dans le paysage francophone – et a fortiori français ? Car que sont les « humanités en France ? Ont-elles jamais existé ? Et que dire du « numérique », que certains proposent d’appeler « télématique » (Eric Guichard) en dépit de ses connotations poussiéreuses (relents de « Minitel »…) ou « digitales » (communauté lausannoise de l’EPFL et l’Unil notamment).

Au terme de cette journée se dessinent finalement les contours encore vagues d’un « programme » futur ( et chargé !) pour notre labo junior : à nous de nous retrousser les manches ! Nous réfléchissons d’ores et déjà la « mémoire » de cette journée et plusieurs projets de publication sur divers supports sont en cours. La journée ayant été intégralement filmée, la vidéo sera bientôt mise en ligne.

Pour cela, nous vous proposons pour commencer (continuer) de nous retrouver dans trois semaines, le 7 novembre 2013, pour notre deuxième journée d’étude « BD NUM« , consacrée à la bande dessinée à l’ère du numérique (dont nous publierons très prochainement une annonce et un programme détaillés).

 En espérant vous voir tout aussi nombreux-es et enthousiastes qu’aujourd’hui !

 


Publié par

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *