Le printemps des Digital Humanities est arrivé !

En dépit d’une météorologie présentement incertaine et d’un climat capricieux, le printemps semble bel et bien installé au pays des Digital Humanities, comme en témoigne une floraison de colloques, manifestations et appels à contribution. Signalons-en quatre auxquels nous pourrions ou devrions participer :

Colloque Digital Humanities de l’Institut historique allemand avec le soutien de Centre Cleo les 9 et 11 juin 2013 à Paris

Ce colloque encourage une forme de contribution innovante, collective et collaborative, sur support numérique (billets de blogs, notes sur « pads » en ligne), qui est à l’image des DH et de l’esprit des organisateurs.

Quatre thématiques sont proposées :

  • Formes numériques de notre culture scientifique : ce que changent les Digital Humanities
  • Questions de formation : quelles nouvelles compétences sont nécessaires ?
  • Assurer la qualité et évaluer la recherche
  • Carrières, financements et reconnaissance académique

La thématique de la formation a d’ores et déjà donné lieu et continue de nourrir une discussion riche et animée sur la liste francophone [DH], bien au-delà des seuls contenus de la formation, concernant notamment les trois types (trois « ordres ») de Digital Humanists, sur la nécessité d’associer théorie et pratique, les différences entre sciences « dures » et sciences « molles » (l’informatique est-elle trop compliquée pour les SHS), et plus finement même entre disciplines (les chimistes plus réticents que les physiciens, qui ont bien intégré les outils nouveaux) , la formation des formateurs eux-mêmes et les compétences nécessaires à l’enseignement des digital humanities (www.clavert.net/contribution-au-colloque-dhiha5-questions-de-formation-quelles-nouvelles-competences-sont-necessaires/), la question de savoir si l’institutionnalisation de la formation est souhaitable si cet enseignement doit être optionnel ou obligatoire, à quel moment du cursus doit-il intervenir…

Notre labo junior, parti notamment du constat d’un déficit dans la formation « classique » des étudiants et chercheurs en SHS, pourrait proposer une contribution sur le thème de la formation…

Plus d’informations sur le site du colloque et pour lire l’appel d’offre lancé sur la liste [DH].

Colloque « Les Humanités délivrées / Humanities Unbound » à l’Université de Lausanne – 1er – 2 octobre 2013 (deadline le 15 mai 2013)

Cette proposition de colloque « Les Humanités délivrées / Humanities Unbound » : cultures parlées, visuelles et écrites, réinventées hors du livre » s’inscrit dans une réflexion plus générale sur l’histoire du livre et de la culture imprimée et sur les implications de ses mutations récentes, à l’ère du numérique. Elle entend mettre l’accent sur des cultures non écrites, longtemps négligées voire toisées par les chercheurs, souvent englobées sous la catégorie méprisée de « culture populaire » voire « culture de masse » : autant les cultures orales que visuelles, en refusant de porter tout jugement de valeur sur elles. Enfin, il s’agit aussi de mener sur une réflexion sur cette culture « hors du livre » très particulière qu’est la culture « numérique » des Digital Humanists, et sur les nouvelles compétences (littératies) qu’elle requiert.

Quatre thématiques sont proposées :

  • les formes culturelles originales ou hybrides en train de se faire-part
  • les humanités hors du livre/des livres et les institutions qui les portent
  • les disciplines académiques confrontées aux littératies plurielles
  • les Digital Humanities et les cultures « hors du livres »

Appel à contribution pour la revue « Histoire et informatique » – (Dé)montrer l’histoire. La visualisation de données entre théorie et pratique (deadline le 30 mai)

Cet appel à contribution de la revue « Histoire et informatique » (publiée chez l’éditeur Chronos) a été lancé par l’association éponyme sur la liste [DH] le 18 avril (Visualisation données historiques – Histoire et informatique), et publiée sur le site de l’association (http://blog.ahc-ch.ch/?p=1128) pour les germanophones. Ce numéro de la revue portera sur la visualisation des données en histoire : replacée dans un champ historiographique en plein bouleversement, partant du constant du regain actuel d’intérêt pour le visuel en histoire et SHS en général, après un rejet relatif dans les années 1970s, il porte sur les enjeux non seulement techniques mais aussi historiques, méthodologiques, théoriques ou épistémologiques des outils et des formes visualisation et de leur utilisation par les chercheurs. Trois axes principaux sont privilégiés :

  • recherches historiques des techniques utilisant des techniques de visualisation
  • réflexions méthodologiques sur la visualisation des données
  • réflexions théoriques sur la signification de la visualisation des données
  • histoire des représentations visuelles

Cet appel intéresse particulièrement notre laboratoire junior qui comprend une majorité d’historiens et pour qui la dimension « visuelle » des humanités numériques constitue un axe fort.

Congrès international «Digital Heritage 2013 » à Marseille – 28 octobre – 1er novembre 2013 (deadline le 9 juin 2013)

Il s’agit là à l’évidence d’un gros projet de dimension internationale (soutenu par le CNRS et quelques autres grandes institutions). Le choix de Marseille, cette année sur le devant de la scène en tant que « Capitale de Culture 2013 »), n’est pas anodin, et confirme qu’il s’agit là d’une grande opération de communication (appel rédigé en anglais, rhétorique flamboyante). Un appel qui cherche visiblement à ratisser large, peut-être plus qu’à créer une réflexion cohérente : en témoigne la conception large et flottante de la notion d’« heritage » (patrimoine).

Cinq thèmes principaux ont été retenus :

  • Built heritage (World Heritage)
  • Culture & Traditions (Intangible Heritage)
  • Museums & Collections (Movable Heritage)
  • Libraries & Archives (Documentary Heritage)
  • Art & Creativity (Digital Arts, Digital Culture)

On a finalement du mal à comprendre si la manifestation est orientée côté « patrimoine » (matériel et immatériel, incluant aussi bien les musées, les archives et documents écrits, que les monuments, les sites archéologiques, voire touristiques, mais aussi les arts et la création contemporaine…) ou côté « digital » (visualisation, 3D, environnement immersif et « gaming »…) et comment ces deux dimensions, démultipliées – ou plutôt éclatées en de nombreux « sous-axes » (processus de numérisation, visualisation, analyse, politique, conservation, projets) qui contribuent davantage à égarer et décontenancer le candidat qu’à le guider – vont s’articuler. Autre signe de cet œcuménisme affiché, rhétorique aguicheuse – plus que réflexion authentique sur la nécessité d’allier théorie et pratique/technique (?) : le format des contributions. Le comité de lecture accepte autant les « papers » de nature technique ou théoriques, que les propositions de workshop ou ateliers, les posters ou visuels de présentation… la seule contrainte étant la fraîcheur et la valeur innovante de la proposition…

Mais dépassons notre scepticisme et ne nous laissons pas décourager…

Plus d’informations sur le site du congrès et via l’appel d’offre DigitalHeritage2013_CFP.

…alors à vos claviers ! …ou écrans tactiles désormais… qui ne bannissent pas pour autant les plumes et autres rollers et les interactions fondamentales de neurones surtout !

Le visuel au coeur des humanités numériques et de notre projet de labo junior

Dans le sillage immédiat du séminaire des doctorants de Lausanne ce vendredi 25 janvier – consacré aux « outils de visualisation en sciences sociales » – et de mon propre travail de thèse sur les images publicitaires, je prends peu à peu conscience de l’importance de ce « visuel » et de la visualisation dans notre culture, notre société et nos processus de recherche. Souhaitant en faire un axe majeur de notre projet de labo junior, il me semble nécessaire d’en préciser les contours, les multiples dimensions et enjeux.

Visuel, visualisation : essais de délimitations sans prétention

La notion de « visuel » est omniprésente à géométrie variable, une notion ambiguë sinon « fourre-tout »,  et ouverte à des approches et des usages extrêmement  divers, et au cœur d’intérêts parfois conflictuels, de débats et controverses parfois vives au sein du monde social et du monde académique. Sans prétendre mener ici un travail rigoureux de définition de la notion, de ses antonymes et de ses multiples déclinaisons – notion toute aussi omniprésente de design par exemple – contentons-nous d’ouvrir des pistes de réflexion, d’en esquisser les contours, de tracer les frontières – non perméables – entre différents territoires du « visuel ».

Le visuel à la croisée des entre mondes social(ux) et académique(s) : entre risques et opportunités à saisir

La notion de « visuel » peut revêtir à mon sens quatre dimensions :

Le visuel et la visualisation : un fait et un processus social

Si l’on part du constat – de l’idée reçue même – que nous vivons immergés dans un monde d’images et de données visuelles, et de l’hypothèse d’une visualisation croissante de notre environnement, il sera nécessaire de nuancer un tel présupposé, de l’évaluer dans sa juste mesure, afin d’éviter de tomber soit dans la fascination béate, soit dans la diabolisation et les prédictions apocalyptiques (mort de la culture écrite et du texte). Face à la supposée « invasion » du monde social par le visuel, le chercheur peut jouer un double rôle critique – dépassionner notre rapport au visuel, rapport tantôt fasciné, tantôt méfiant voire hostile, et apporter son regard critique face à ces ressources, en continuité avec la tradition « humaniste » – et pédagogique, à double titre : former l’esprit critique des utilisateurs profanes et du grand public, d’une part, puiser dans notre quotidien visuel ou notre culture visuelle des ressources pédagogiques, des outils plus attractifs de communication de savoir, qui permettraient dans l’idéal de (r)éveiller l’intérêt du grand public pour la connaissance scientifique, en partant de l’univers qui lui est le plus familier, et à terme de redonner un rôle actif et positif au chercheur et aux humanités et sciences sociales au sein de la société. Ainsi, une fois les risques surmontés, le visuel peut se présenter comme un carrefour entre mondes académique et monde social, et comme une opportunité pour fonder une sorte d’« humanisme numérique », de replacer le chercheur au cœur de la cité, et de redonner une légitimité sociale à la recherche et à la connaissance scientifique, notamment en sciences humaines et sociales. Les ressources visuelles disponibles dans le monde profane (destinés  à des usages grands publics et/ou commerciaux) peuvent enfin être récupérés et appropriés par le chercheur dans le cadre de ses recherches : reste qu’il faut conserver un regard et un usage critiques de ces ressources qui n’ont pas été spécifiquement conçues pour le chercheur, en étudier les apports et les limites, pour enfin les instrumentaliser et les reconfigurer à ses propres fins.

Le visuel comme sources/données visuelles pour la recherche (aspect documentaire – sources du savoir)

Le visuel peut se présenter d’abord au chercheur comme un matériau, une donnée première pour sa recherche, dont il faut prendre en compte la diversité : selon les disciplines (archives pour les historiens, œuvres d’art pour une historien de l’art, graphiques et indicateurs statistiques pour un sociologues), diversité des formes, des supports, des  médias. En amont, se pose les questions de savoir qui produit ces données à l’ère des big data et des born-digital data ; comment se situer entre abondance et rareté, dans la nécessité de trier et d’éliminer, comment distinguer et transformer la simple information en donnée puis en connaissance ; qui produit ces données visuelles (problème de la provenance et de la source) ; où trouver ces sources et les métadonnées nécessaires ; comment les archiver, les décrire et les classer (quelle sémantique adopter) ? Ce qui suppose d’être conscient de la spécificité de chaque type de donnée visuelle, et des méthodes et outils pour les traiter en aval. Enfin, peut-on utiliser ces données, ces sources mêmes comme matériaux pour “écrire”et publier les résultats ? Pour ce qui concerne ma discipline, certains historiens ont pu utiliser ces sources primaires pour produire une forme d’histoire visuel, de visual narratives ou visual essays, à l’exemple de Philip Ethington pour écrire l’histoire urbaine de Los Angeles en particulier.

Le visuel comme outil heuristique et mode de pensée (aspect épistémologique et théorique – production du savoir)

Peut-on utiliser les visualisations pour mieux comprendre le processus de recherche et les résultats de la recherche ?  La visualisation des résultats permet-elle une meilleure compréhension, ou du moins une autre approche des objets étudiés, de suggérer de nouvelles pistes, de nouvelles hypothèses, interprétations, susciter nouvelles manières de penser un pb, de nouveaux questionnements, de voir les choses différemment, de voir d’autres choses (cas de la visualisation par cartographie numérique des enfants juifs déportés à Paris, étudiés par Jean-Luc Pinol par exemple), d’une part ? La visualisation permet-elle, d’autre part, une meilleure compréhension, ou du moins une autre approche du processus de recherche et du monde scientifique, d’autre part, dans une démarche plus anthropologique ou ethnographique, inspirée par la sociologie des sciences (cas du travail de thèse d’Andréas Perret sur les « outils de visualisation en sciences sociales) ?

Le visuel comme outil de communication et diffusion du savoir, comme « langage » et mode d’expression spécifique (aspect communicationnel et pédagogique – diffusion et réception(s) du savoir)

Est-ce une simple illustration à fonction purement esthétique ou décorative, ou bien a-t-elle un impact plus profond à différents niveaux : sur les formes d’écriture (une écriture hypertextuelle et multimédia, qui tend à briser la linéarité du texte écrit), sur la figure et l’autorité de l’auteur (émergence d’écritures collectives et polyphoniques, qui tendent à rapprocher les sciences sociales des sciences « exactes » où cette pratique est répandue depuis plus longtemps), sur les temporalités et les modalités de publications (immédiates ou différentes, versions abrégées ou augmentées, support papier dans une revue prestigieuse ou support numérique moins reconnu, encore considéré comme peu « sérieux », couleur ou noir et blanc, visualisations statiques ou dynamiques), sur la compréhension et la réception de la connaissance ? Quels outils de visualisation va-t-on choisir, quelles sont les implications de ces choix, en termes de publications, notamment, et de réceptions, et en fonction des publics visés ? Il convient de distinguer ainsi les visualisations à destination des pairs et les outils à destination d’un public « profane » (outils visuels de vulgarisation) dans une visée plus pédagogique, voire citoyenne. Les sites ou les expositions virtuelles favorisent ce genre de communication et même d’interaction entre chercheurs et grand public, notamment à l’ère du web 2.0 qui défend une navigation active et interactive au sein des contenus de savoirs, qui tend à intégrer le « récepteur » du savoir au processus de recherche, à promouvoir une sorte de recherche participative – pour parodier l’expression de « démocratique participative » – une recherche démocratique (pour les plus favorables) ou bien populiste (pour les plus sceptiques voire hostiles) ? En histoire tout particulièrement, ces nouvelles possibilités de visualisation rejoignent les préoccupations de la (new) public history, et le souci de redonner un rôle social à l’historien professionnel, dont l’autorité se voit remise en cause par divers « concurrents » (généalogistes, amateurs, révisionnistes ou négationnistes) et se positionner notamment en France dans les débats sur les rapports entre histoire et mémoire. Les expérimentations menées en histoire sous formes de visualisation en 3D (à l’exemple du projet Rome Re-born) ou s’inspirant du gaming et des jeux vidéos (à l’exemple du projet Immersive Virtual Shanghai) me semblent intéressantes à étudier, avec comme fil directeur une interrogation nécessaire sur la pertinence de ces ressources , considérées encore aujourd’hui comme peu sérieuses : qu’apportent-elle réellement à la recherche et à la communication scientifique ? Comment éviter de tomber dans une sorte de « science paillettes » ou « bling-bling » ? Comment trouver un juste équilibre entre une approche ludique et pédagogique du savoir, d’un côté, et sérieux scientifique de l’autre ?

Dernière remarque : rester conscient que ces trois dimensions ou trois étapes du processus de recherche (données/sources – outil heuristique – outil de communication) sont en interaction, et que des va-et-vient permanents s’établissent entre eux. Ainsi, la visualisation affecte le processus de recherche, en bouleverse les étapes et la division du travail.

Un territoire transfrontalier : littératies visuelles

Une question transversale à celles précédemment évoquées me semble être celle des compétentes et littératies nécessités par les visualisations. La manipulation des ressources visuelles suppose en effet une formation, un apprentissage : elles nécessitent de la part du chercheur de nouvelles compétences, une sorte de visual litteracy. Contrairement à l’idée préconçue selon laquelle le visuel se donnerait comme un « langage » immédiatement lisible, dont la connaissance serait « inné » : ainsi, on réduit souvent les images ou les représentations imagées à des outils « pédagogiques » et de communication destinée de manière privilégiée aux illettrés, à l’exemple des peintures ou des statues dans les églises et cathédrales médiévales d’Occident, destinées à l’éducation religieuse des masses chrétiennes. Mais toute représentation visuelle est un discours construit selon des normes, des codes, une culture visuelle, une sorte d’alphabet ou de langage dont il faut maîtriser la grammaire et les significations. Si un premier niveau de « lecture » est possible, superficiel et immédiat, est certes possible à celui qui ne maîtrise pas ce « langage visuel », celle-ci reste limitée, et l’on pourrait en dire de même concernant la lecture d’un texte : un rapport matériel, corporel et une lecture graphique du texte écrit par un illettré, privé de l’accès au contenu sémantique du texte, n’est-elle pas l’équivalent de la lecture « superficielle » et profane de l’image ? De même qu’on apprend à « lire » l’alphabet, les textes  et les livres, il est donc nécessaire d’apprendre à « écrire » ou construire les visualisations ; d’une part, à les « lire » et les interpréter, d’autre part, pour éviter de tomber sans l’esthétisation gratuite, dans la fascination ou la diabolisation du visuel, d’une part, pour en pénétrer pleinement et profondément les significations et les implications d’autre part.

Pour en finir (peut-être), une ultime remarque sur le mode du regret : je constate au moment de clore ce billet – mais peut-on encore parler de clôture dans le cas de l’écriture numérique – que je n’ai cessé d’employer le mot « visuel » sans en manipuler à aucun moment la réalité tangible – une écriture « propre » et « frileuse », qui se tient à distance respectable de son objet qu’elle ne prétend manipuler qu’avec des gants… Un discours visuel sur le visuel ne serait-il pas plus approprié ? Je vais donc réfléchir à une sorte de cartographie ou de « mapping » de mes « territoires » du visuel et phénomènes de « sémantique transfrontalière »…

Le visuel à l’honneur à Lausanne

Ce vendredi 25 janvier 2013 avait lieu la troisième séance de l’atelier des doctorants en humanités digitales à Lausanne. Cette séance était animée par Andréas Perret (SSP, Unil) qui nous a présenté son travail de thèse en sociologie des sciences autour des « outils de visualisation en sciences sociales ». Je vous renvoie aussi au compte rendu de Martin Grandjean sur le blog dhlausanne.ch.

Andréas Perret a reçu une formation en sociologie, avant de se spécialiser en sociologie des sciences, un champ de recherche qui développe une sorte d’anthropologie ou d’ethnographie du monde scientifique, s’intéresse aux rapports de pouvoir internes à la science et à la manière dont travaillent les chercheurs de manière générale – un domaine marqué par l’influence de Bruno Latour (MédiaLab de Science Po) ou de Dominique Vinck, actuellement chercheur et enseignant au sein du Laboratoire de sociologie de L’Université de Lausanne (Unil), et fondateur de la Revue d’Anthropologie des Connaissances.

I. Une ethnographie des pratiques de visualisations des chercheurs en sciences sociales

Le terrain de recherche actuel d’Andréas Perret est la Fondation suisse en sciences sociales (FORS)[1] où les chercheurs travaillent avant tout sur des données quantitatives empiriques, produisent des données chiffrées, des indicateurs et des bases de données complexes, pour lesquels les outils de visualisation sont essentiels. Leurs interventions consistent a présenter et interpréter des graphiques et représentations visuelles. Andréas Perret étudie précisément ces chercheurs qui utilisent les techniques de visualisation pour présenter leurs recherches. Plusieurs pistes ou axes de recherche se dégagent d’emblée à l’orée de son travail de thèse :

Une certaine fascination des chercheurs pour la visualisation 

Andréas a pu constater une certaine fascination pour les outils de visualisation, ou plus exactement un rapport ambivalent des chercheurs par rapport à la visualisation, qui peuvent être divisés en deux groupes principalement :

  • les enthousiastes, parfois naïfs, qui manifestent une réelle fascination pour les outils de visualisation, sans toujours les comprendre, et en les réduisant souvent à sa fonction esthétique ou décorative, y voyant un simple ornement ou une illustration du discours scientifique
  • les sceptiques ou ceux qui se méfient fortement de cette esthétisation de la science, considérant que pour être sérieuse, celle-ci doit être « laide » et austère, en l’occurrence se passer de tout artifice visuel

La diversité des choix d’outils et de leurs implications, notamment en termes de publication

Andréas Perret a étudié les choix de logiciels de visualisation par les chercheurs et les implications de ces choix. Le choix d’un logiciel – de visualisation en l’occurrence, mais de tout logiciel de manière générale – n’est jamais neutre. Andréas s’est focalisé sur trois types de logiciels parmi les plus fréquemment utilisés par les sociologues du FORS : SPSSData, SAS, R et Gapminder (développé par un medecin épidémiologique), avec le souci d’étudier pour chacun :

  • les utilisateurs et communautés d’utilisateurs : qui utilise ces logiciels, quelles communautés d’utilisateurs se créent autour de chaque logiciel, s’il l’on part du principe que derrière chaque logiciel se cache une certaine philosophie, une vision du monde, que chaque logiciel défend un certain projet de société, tantôt militant, tantôt commercial, tantôt académique, parfois croisant ces différents enjeux ;
  • la relative imperméabilité des logiciels : il s’agit de montrer qu’on ne passe pas aisément d’un logiciel à l’autre, de même qu’on ne migre pas facilement d’un instrument de musique à l’autre ou d’une langue à l’autre, car chaque logiciel suppose un long investissement et apprentissage ;
  • les apports et limites spécifiques de chacun en termes de pratiques et résultats scientifiques obtenus ;
  • les implications du choix de logiciel sur les pratiques scientifiques et les possibilités de publications surtout : les choix de visualisation ouvriront ou fermeront des portes éditoriales au chercheur, à la fois pour des raisons de ligne et de de « traditions » éditoriales et culturelles (les revues les plus anciennes et les plus « prestigieuses » rechignant notamment à publier des ressources visuelles)  et/ou sous la pression de contraintes financières : publication papier « classique » ou publication numérique – sachant que les publications « papier » accordent souvent peu voire pas de place au visuel ? Le support accueille-t-il des visualisations statiques ou dynamiques ? En couleur ou en noir et blanc ? Un exemple de publication peu orthodoxe intégrant des visuels ou des slides a été signalé pendant la séance : Read/Write 2 publiée sous la direction de Pierre Mounier par OpenEdition, dont deux versions existent, l’une papier, l’autre numérique.

Il est donc nécessaire de penser à la publication souhaitée dès le début du travail de recherche. Le processus de recherche est ainsi affecté fortement affecté par la visualisation – et par le numérique en général –  les étapes en sont reconfigurées, des va-et-vient s’établissant entre les différentes phases du processus de recherche.

Enfin, le logiciel est aussi infrastructure de recherche – un axe moins développé par Andréas, qui relève de la sociologie empirique notamment.

II. Un travail de thèse et une séance de séminaire stimulantes ouvertes sur plusieurs pistes de réflexions plus générales sur la visualisation et les humanités digitales

Plusieurs pistes de réflexion se dessinent à partir de ce travail concret de thèse en sociologie des sciences, et de cette séance de séminaire :

Spécificité du visuel : être conscient et insister sur la spécificité du visuel : être conscient de ses différences par rapport au texte, quelles différences, quelles implications cognitives ou sur la diffusion du savoir, sur les compétences ou littératies du chercheur qui manipule ces constructions visuelles et sur ses récepteurs ?

Visuel et littératie : contre l’idée reçue que le visuel est immédiatement donné à la perception et la compréhension, il est porteur d’un « langage » spécifique qu’il faut apprendre comme on apprend à lire l’alphabet et les livres à l’école primaire. La connaissance de ce langage n’est pas immédiate et innée, il faut l’acquérir, d’où la nécessité de formation spécifique pour apprendre à construire des visualisations, d’une part, à les « lire » et les interpréter, d’autre part.

Diversité du visuel : derrière un mot tout aussi vague et ambigu, insaisissable et même fourre-tout que le terme « humanités numériques« , d’une part ; derrière une réalité omniprésente et « à la mode », d’autre part, se cachent des formes, des supports, des méthodes, des outils et des usages extrêmement variés (tableau, graphique, cartes plus ou moins complexes, réseaux et autres visualisations dont Pegasus data donne un bon échantillonnage)? Diversité selon les disciplines aussi, dans les supports, les formes et les usages du visuel, et en particulier concernant les publications (en sciences de la vie, on accorde une importance plus grande au post-print, à la science vérifiée, et l’on se méfie du pré-print mieux accueilli en sciences sociales)

Le visuel entre permanences et mutations : la visualisation n’est pas un phénomène nouveau et donc uniquement lié à l’ordinateur et aux humanités numériques : à ce titre, on peut citer l’exemple canonique de la carte de Minard retraçant la campagne de Napoléon Ier en Russie en 1812. La visualisation a fait l’objet de nombreux usages et a été au cœur de débats et de controverses depuis longtemps dans les sciences sociales : usages anciens et abondants en criminologie, en géographie et cartographie, moins en histoire ou théologie – donc un usage plus ou moins intense et variable selon les disciplines

Visuel et publication, diffusion, communication, réception(s) : la question de la relation avec le choix du support de publication traverse toutes les interrogations précédentes. Le public visé doit également être pris en compte : (comment) va-t-il comprendre la visualisation que produit le chercheur, quelles vont en être les réceptions ?

Le visuel comme outil de visualisation du processus de recherche : étudier les visualisations produites par les chercheurs est une piste féconde pour qui s’intéresse à la science en train de se faire, et non à la science faite ou « produit fini » telle que présente et présentée dans les publications « classiques ». Cette piste ouvre les portes de la « fabrique du visuel » et de la « fabrique de la science » en général : les chercheurs expliquent comment ils construisent leurs visualisations, comment elles fonctionnent. On se situe bien dans une démarche d’anthropologie, dans la mesure où le chercheur « (se) raconte », relate par exemple ses rapports avec ses informateurs, il explique ses erreurs, dévoile les coulisses de la recherche, une recherche brouillon par opposition à la science faite, close, figée, débarrassée des ratures et erreurs, telle qu’elle est publiée dans les revues académiques. A cet égard, on a pu citer le projet Salsah développé par le Medialab de Basel, qui a pour objectif de créer une sorte de « Time machine » pour les chercheurs, qui garderait et enregistrerait une trace du processus de recherche, sorte de versioning ou archive en temps réel du travail de recherche

Le visuel entre outil de compréhension et outil de communication – de la connaissance scientifique : les deux ne pouvant être séparés : un véritable dialogue s’établissant le fond et la forme, le contenu et sa présentation, qui ne pouvent être dissociés ni pensés séparément

Visuel et corporéité de la connaissance : visualiser en sciences sociales conduit à s’interroger sur la dimension corporelle de la recherche et le rapport corporel ou physique du chercheur à ses outils : la plupart des chercheurs avouent conserver un fort attachement pour le support papier, un amour du livre et du stylo : comment l’expliquer ? sans invoquer la division artificielle entre nature et culture, s’agit-il d’une inclination individuelle et/ou d’un besoin cognitif plus anthropologique donc ? Beaucoup reconnaissent avoir besoin d’imprimer et de lire des livres « traditionnels », à la fois pour mieux assimiler le contenu, et par goût du contact physique avec le livre et la page comme objets matériels. Se pose alors la question de savoir comment chacun de nous articule les supports papier et numérique. Il est pratique de changer de médium. Étudier le corps savant, le rapport à l’incarnation et la dimension psychomotrique du rapport au savoir est donc riche d’enseignements, ou plutôt de questionnements, car l’on manque encore de recul et de témoignages sur les pratiques concrètes des chercheurs. Comment chaque support et son contenu sont-ils incorporés par le chercher ? Si l’on considère, dans la lignée de Leroi-Gourhan ou plus récemment de Gilbert Simondon, que l’outil est un « prolongement » du corps savant, il est nécessaire également de s’intéresser à l’évolution des outils, et donc des interactions entre corps (savant) et outil, et en conséquence aux « mutations » de ce corps savant, dans une temporalité plus longue : avec le glissement du « numérique » et des écrans vers le « digital » et les tablettes tactiles, les outils ne tendent-ils pas à se rapprocher de l’artisanat, des conditions « traditionnelles » ou « artisanales » de travail, à réintroduire un rapport plus « immédiat » ou du moins plus corporel aux outils et donc aux savoirs produits ? Mais il reste toutefois une différence cognitive importante entre la navigation sur écran d’une fenêtre à l’autre, ou la navigation d’un livre à l’autre, ou encore la navigation d’un support numérique à un support plus « matériel » ou plus « classique ». Il est nécessaire d’être conscient et d’étudier plus profondément ces différences, leurs implications cognitives, ainsi qu’en termes de production, diffusion et réception de la connaissance. Plutôt que d’opposer ces différents médiums, en diaboliser ou vénérer certains au détriment des autres, ne faut-il pas plutôt les concevoir comme complémentaires et non substitutifs ou antagonistes ?

C’est ainsi, à mon sens, qu’il faut penser et pratiquer les humanités numériques et digitales : non pas comme une révolution et une table rase des savoirs et des savoir-faire « traditionnels », mais plutôt comme leurs prolongements et une opportunité d’influences et d’enrichissements mutuels, car « humanités » et « numériques » sont en interaction perpétuelle, et leurs relations doivent être pensées de manière bilatérale.

 



[1] Centre de compétences suisse en sciences sociales, créé pour accomplir une mission de service, de recherche méthodologique et de soutien à la valorisation des connaissances. Au sein du FORS, Andréas Perret s’occupe du domaine de la publication des données et de la promotion de la statistique publique.