Le printemps des Digital Humanities est arrivé !

En dépit d’une météorologie présentement incertaine et d’un climat capricieux, le printemps semble bel et bien installé au pays des Digital Humanities, comme en témoigne une floraison de colloques, manifestations et appels à contribution. Signalons-en quatre auxquels nous pourrions ou devrions participer :

Colloque Digital Humanities de l’Institut historique allemand avec le soutien de Centre Cleo les 9 et 11 juin 2013 à Paris

Ce colloque encourage une forme de contribution innovante, collective et collaborative, sur support numérique (billets de blogs, notes sur « pads » en ligne), qui est à l’image des DH et de l’esprit des organisateurs.

Quatre thématiques sont proposées :

  • Formes numériques de notre culture scientifique : ce que changent les Digital Humanities
  • Questions de formation : quelles nouvelles compétences sont nécessaires ?
  • Assurer la qualité et évaluer la recherche
  • Carrières, financements et reconnaissance académique

La thématique de la formation a d’ores et déjà donné lieu et continue de nourrir une discussion riche et animée sur la liste francophone [DH], bien au-delà des seuls contenus de la formation, concernant notamment les trois types (trois « ordres ») de Digital Humanists, sur la nécessité d’associer théorie et pratique, les différences entre sciences « dures » et sciences « molles » (l’informatique est-elle trop compliquée pour les SHS), et plus finement même entre disciplines (les chimistes plus réticents que les physiciens, qui ont bien intégré les outils nouveaux) , la formation des formateurs eux-mêmes et les compétences nécessaires à l’enseignement des digital humanities (www.clavert.net/contribution-au-colloque-dhiha5-questions-de-formation-quelles-nouvelles-competences-sont-necessaires/), la question de savoir si l’institutionnalisation de la formation est souhaitable si cet enseignement doit être optionnel ou obligatoire, à quel moment du cursus doit-il intervenir…

Notre labo junior, parti notamment du constat d’un déficit dans la formation « classique » des étudiants et chercheurs en SHS, pourrait proposer une contribution sur le thème de la formation…

Plus d’informations sur le site du colloque et pour lire l’appel d’offre lancé sur la liste [DH].

Colloque « Les Humanités délivrées / Humanities Unbound » à l’Université de Lausanne – 1er – 2 octobre 2013 (deadline le 15 mai 2013)

Cette proposition de colloque « Les Humanités délivrées / Humanities Unbound » : cultures parlées, visuelles et écrites, réinventées hors du livre » s’inscrit dans une réflexion plus générale sur l’histoire du livre et de la culture imprimée et sur les implications de ses mutations récentes, à l’ère du numérique. Elle entend mettre l’accent sur des cultures non écrites, longtemps négligées voire toisées par les chercheurs, souvent englobées sous la catégorie méprisée de « culture populaire » voire « culture de masse » : autant les cultures orales que visuelles, en refusant de porter tout jugement de valeur sur elles. Enfin, il s’agit aussi de mener sur une réflexion sur cette culture « hors du livre » très particulière qu’est la culture « numérique » des Digital Humanists, et sur les nouvelles compétences (littératies) qu’elle requiert.

Quatre thématiques sont proposées :

  • les formes culturelles originales ou hybrides en train de se faire-part
  • les humanités hors du livre/des livres et les institutions qui les portent
  • les disciplines académiques confrontées aux littératies plurielles
  • les Digital Humanities et les cultures « hors du livres »

Appel à contribution pour la revue « Histoire et informatique » – (Dé)montrer l’histoire. La visualisation de données entre théorie et pratique (deadline le 30 mai)

Cet appel à contribution de la revue « Histoire et informatique » (publiée chez l’éditeur Chronos) a été lancé par l’association éponyme sur la liste [DH] le 18 avril (Visualisation données historiques – Histoire et informatique), et publiée sur le site de l’association (http://blog.ahc-ch.ch/?p=1128) pour les germanophones. Ce numéro de la revue portera sur la visualisation des données en histoire : replacée dans un champ historiographique en plein bouleversement, partant du constant du regain actuel d’intérêt pour le visuel en histoire et SHS en général, après un rejet relatif dans les années 1970s, il porte sur les enjeux non seulement techniques mais aussi historiques, méthodologiques, théoriques ou épistémologiques des outils et des formes visualisation et de leur utilisation par les chercheurs. Trois axes principaux sont privilégiés :

  • recherches historiques des techniques utilisant des techniques de visualisation
  • réflexions méthodologiques sur la visualisation des données
  • réflexions théoriques sur la signification de la visualisation des données
  • histoire des représentations visuelles

Cet appel intéresse particulièrement notre laboratoire junior qui comprend une majorité d’historiens et pour qui la dimension « visuelle » des humanités numériques constitue un axe fort.

Congrès international «Digital Heritage 2013 » à Marseille – 28 octobre – 1er novembre 2013 (deadline le 9 juin 2013)

Il s’agit là à l’évidence d’un gros projet de dimension internationale (soutenu par le CNRS et quelques autres grandes institutions). Le choix de Marseille, cette année sur le devant de la scène en tant que « Capitale de Culture 2013 »), n’est pas anodin, et confirme qu’il s’agit là d’une grande opération de communication (appel rédigé en anglais, rhétorique flamboyante). Un appel qui cherche visiblement à ratisser large, peut-être plus qu’à créer une réflexion cohérente : en témoigne la conception large et flottante de la notion d’« heritage » (patrimoine).

Cinq thèmes principaux ont été retenus :

  • Built heritage (World Heritage)
  • Culture & Traditions (Intangible Heritage)
  • Museums & Collections (Movable Heritage)
  • Libraries & Archives (Documentary Heritage)
  • Art & Creativity (Digital Arts, Digital Culture)

On a finalement du mal à comprendre si la manifestation est orientée côté « patrimoine » (matériel et immatériel, incluant aussi bien les musées, les archives et documents écrits, que les monuments, les sites archéologiques, voire touristiques, mais aussi les arts et la création contemporaine…) ou côté « digital » (visualisation, 3D, environnement immersif et « gaming »…) et comment ces deux dimensions, démultipliées – ou plutôt éclatées en de nombreux « sous-axes » (processus de numérisation, visualisation, analyse, politique, conservation, projets) qui contribuent davantage à égarer et décontenancer le candidat qu’à le guider – vont s’articuler. Autre signe de cet œcuménisme affiché, rhétorique aguicheuse – plus que réflexion authentique sur la nécessité d’allier théorie et pratique/technique (?) : le format des contributions. Le comité de lecture accepte autant les « papers » de nature technique ou théoriques, que les propositions de workshop ou ateliers, les posters ou visuels de présentation… la seule contrainte étant la fraîcheur et la valeur innovante de la proposition…

Mais dépassons notre scepticisme et ne nous laissons pas décourager…

Plus d’informations sur le site du congrès et via l’appel d’offre DigitalHeritage2013_CFP.

…alors à vos claviers ! …ou écrans tactiles désormais… qui ne bannissent pas pour autant les plumes et autres rollers et les interactions fondamentales de neurones surtout !