Réseaux et société – 140e Congrès des sociétés historiques et scientifiques

Le  140e  Congrès  national  des  sociétés  historiques  et  scientifiques se tient à Reims du 27 avril au 2 mai 2015. Il prend pour objet d’étude la thématique « Réseaux et Société ». Le choix de cette thématique se tout à la fois un hommage au Comité des travaux historiques et scientifiques, soucieux de regrouper un savoir en réseaux, et une plongée dans les recherches les plus novatrices que viennent conforter les techniques modernes d’Internet.

Le Congrès s’organisera en sous-catégories et interrogera les thèmes suivants :

Thème 1. Les signes d’appartenance
Thème 2. Les acteurs de développement des réseaux
A. Les intermédiaires
B. L’information
C. La technologie
Thème 3. La forme des réseaux
Thème 4. Réseaux formels et informels
A. Les réseaux religieux et spirituels
B. Les réseaux politiques
C. Les réseaux économiques
Thème 5. Réseaux, identités, mémoire
A. Les diasporas
B. La mémoire
C. Le prosélytisme
Thème 6. Pratiques des réseaux
A. Dans l’espace
B. Dans le temps
Thème 7. Réseaux, clandestinité, subversion

L’appel à communication est disponible ici

Des bourses sont également disponibles ici

 

Séminaire réseaux (2014-2015)

Le Laboratoire Junior Nhumérisme organise de novembre à mars un cycle mensuel de séminaire sur la thématique (très en vogue) des réseaux et de l’analyse de réseaux.

Les séances ont lieu le mercredi de 14h30 à 16h30 à l’ENS de Lyon (site Descartes, 15 parvis René Descartes).

Chacune des séances se veut, tout à la fois, lieu d’une discussion pluridisciplinaire et occasion de confronter l’analyse de réseaux et ses outils aux notions et thématiques avec lesquels elle ne peut manquer d’entrer en contact. Afin de faciliter et lancer la discussion, il a été demandé aux intervenants de proposer un texte (article, communication antérieure) en relation avec la thématique du séminaire.

Ainsi, chaque mois nous accueillerons un historien et un représentant d’une autre science sociale (sociologue, ethnologue, géographe) autour d’un couple notionnel :

 

Mercredi 19 novembre 2014 : « Réseaux et organisations »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F102

Claire Lemercier, historienne, directrice de recherches au CNRS, IEP, Centre de sociologie des organisations : Liens privés et positions publiques : un exemple en histoire du 19e siècle référence : « Liens privés et régulation de l’économie : la famille et l’institution (Paris, XIXe siècle) », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2006, n° 33, pp. 23‑53

Julien Brailly, sociologue, doctorant, IEP, centre de sociologie des organisations : Liens privés et taille des organisations : une approche multiniveaux du travail marchand dans un salon d’échange de contenus audiovisuels

 

Mercredi 10 décembre 2014 : « Réseaux et prosopographie »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F008

Andoni Artola Renedo, historien, post-doctorant, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » : Les transformations du leadership politique (Espagne, 1808-1833)

François Denord, sociologue, chargé de recherches au CNRS, EHESS, Centre de sociologie européenne : Analyse géométrique des réseaux sociaux – référence : « Comment lier l’économique et le social ? Une analyse structurale des lieux d’expertise sous le régime de Vichy », Gouvernement et action publique, n°2, 2013, pp. 183-219.  et « Social Capital in the field of power. The Norwegian case », Sociological Review, n°1, 2011 pp. 105-127.

 

21 janvier 2015 : « Réseaux et représentation »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F106

Vivien Faraut, historien, doctorant, Université de Nice, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine : La représentation des réseaux politiques souterrains de la France du XIXe siècle

Pierre Mercklé, sociologue, ENS de Lyon, Centre Max Weber : La figure du réseau : remarques sur la fabrique d’une représentation du monde – références :
– BARNES J.A., 2014 [1954], « Classes sociales et réseaux dans une île de Norvège », Réseaux, n° 182, pp. 209-237, trad. fr. Jean Grange, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-6-page-209.htm.
– MERCKLÉ P., 2011, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 3ème éd.
– MERCKLÉ P., 2013, « La “découverte” des réseaux sociaux.  À propos de John A. Barnes et d’une expérience de traduction collaborative ouverte en sciences sociales », Réseaux, n° 182, pp. 187-208, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-6-page-187.htm.
– VERGER A., 1991, « Le champ des avant-gardes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 88, juin, pp. 2-40, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1991_num_88_1_2979.

 

Mercredi 25 février 2015 : « Réseaux et filiation »
Ens de Lyon – Institut Français de l’Éducation  (19 allée de Fontenay) – Salle de réunion n° 1

Michaël Gasperoni, historien, post-doctorant, Ecole Française de Rome : De la parenté à l’époque moderne : système, réseaux, pratiques

Patrick Flandrin, physicien, directeur de recherche à l’ENS, Laboratoire de Physique de l’ENS de Lyon, IXXI, membre de l’Académie des Sciences : Histoire d’un paradigme : une histoire numérique des ondelettes – présentation :
Les graphes de publications et co-publications sont des indicateurs scientométriques importants pour « dessiner » un paysage scientifique en révélant des identifications et des interactions (individuelles ou thématiques) privilégiées. Ce sont par nature des données évolutives dont il peut être intéressant, historiquement et sociologiquement, de rendre compte d’une manière quantitative. Ceci prend un intérêt particulier lorsqu’il y a émergence de concepts nouveaux autour desquels se cristallise une activité auparavant éparse (dans le cas présent, celui des « ondelettes »). Il s’agira ici de mettre en évidence la ré-organisation du paysage scientifique qui a pu s’opérer, de poser la question de la pertinence des outils de représentation et de mesure utilisés, ainsi que le rôle des a priori et de l’expertise dans les interprétations qui peuvent en être faites.
Références :
– S. Grauwin and P. Jensen, 2011: « Mapping scientific institutions », Scientometrics, 89, 943.
http://perso.ens-lyon.fr/pablo.jensen/scientoENS.pdf
– A. Cohen, 2011: « Sur la route des ondelettes », Gazette des Mathématiciens, 130, 19.
http://smf4.emath.fr/Publications/Gazette/2011/130/smf_gazette_130_19-36.pdf

 

Mercredi 18 mars 2015 : « Réseaux et espaces »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F001

Elisa Grandi, historienne, doctorant, Université Paris 7, Centre d’Etudes en Sciences Sociales sur les Mondes Africains : Du local au global: les réseaux de la Banque Mondiale en Colombie (1947-1960)
Références :
– Elisa Grandi, Politiques locales et experts internationaux: Les réseaux de la Banque Mondiale en Colombie (1949-1970)
http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1429/files/2013/06/texte-Grandi-avec-graphes.pdf
– Elisa Grandi, « International aid, local élites and economic institutions in Colombian development (1930-1955) », texte présenté au colloque LASA2013 : Towards a New Social Contract ?
http://lasa.international.pitt.edu/eng/lasa2013_archive/
– Michel Grossetti et al., Studying Relational Chains from Narrative Material
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00843024/document

Laurent Beauguitte, géographe, chargé de recherches au CNRS, UMR IDEES : Analyse de réseaux en géographie : du changement d’échelle au changement de paradigme ?
Références :
– César Ducruet et Laurent Beauguitte, « Spatial Science and Network Science : Review and Outcomes of a Complex Relationship », Networks and Spatial economics, ParisNew-York, Springer, 2013
– Karl Kansky, Pascal Danscoine, « Measures of network structure », Flux, numéro spécial, 1989. pp. 89-121.
web/revues/home/prescript/article/flux_1154-2721_1989_hos_5_1_913
– John D. Nystuen and Michael F. Dacey, « A graph theory interpretation of nodal flows », Papers and Proceedings of the Regional Science Association, 1961, vol. 7, p. 29-42.
http://deepblue.lib.umich.edu/bitstream/handle/2027.42/45977/10110_2005_Article_BF01969070.pdf?sequence=1
A propos de cet article : http://groupefmr.hypotheses.org/3517

 

Comité organisateur

Pierre-Marie Delpu, doctorant en Histoire, Université Paris 1, centre d’histoire du 19e siècle / Laboratoire Junior Nhumérisme

Stéphane Dartiailh, doctorant en Anthropologie, Université de Nice, LIRCES / Laboratoire Junior Nhumérisme

Gabriel Garrote, doctorant en Histoire, Université Lyon 2, LER-SEREC / Laboratoire Junior Nhumérisme

Aurélien Zaragori, doctorant en Histoire, Université Lyon 3, LARHRA / Laboratoire Junior Nhumérisme

Le printemps des Digital Humanities est arrivé !

En dépit d’une météorologie présentement incertaine et d’un climat capricieux, le printemps semble bel et bien installé au pays des Digital Humanities, comme en témoigne une floraison de colloques, manifestations et appels à contribution. Signalons-en quatre auxquels nous pourrions ou devrions participer :

Colloque Digital Humanities de l’Institut historique allemand avec le soutien de Centre Cleo les 9 et 11 juin 2013 à Paris

Ce colloque encourage une forme de contribution innovante, collective et collaborative, sur support numérique (billets de blogs, notes sur « pads » en ligne), qui est à l’image des DH et de l’esprit des organisateurs.

Quatre thématiques sont proposées :

  • Formes numériques de notre culture scientifique : ce que changent les Digital Humanities
  • Questions de formation : quelles nouvelles compétences sont nécessaires ?
  • Assurer la qualité et évaluer la recherche
  • Carrières, financements et reconnaissance académique

La thématique de la formation a d’ores et déjà donné lieu et continue de nourrir une discussion riche et animée sur la liste francophone [DH], bien au-delà des seuls contenus de la formation, concernant notamment les trois types (trois « ordres ») de Digital Humanists, sur la nécessité d’associer théorie et pratique, les différences entre sciences « dures » et sciences « molles » (l’informatique est-elle trop compliquée pour les SHS), et plus finement même entre disciplines (les chimistes plus réticents que les physiciens, qui ont bien intégré les outils nouveaux) , la formation des formateurs eux-mêmes et les compétences nécessaires à l’enseignement des digital humanities (www.clavert.net/contribution-au-colloque-dhiha5-questions-de-formation-quelles-nouvelles-competences-sont-necessaires/), la question de savoir si l’institutionnalisation de la formation est souhaitable si cet enseignement doit être optionnel ou obligatoire, à quel moment du cursus doit-il intervenir…

Notre labo junior, parti notamment du constat d’un déficit dans la formation « classique » des étudiants et chercheurs en SHS, pourrait proposer une contribution sur le thème de la formation…

Plus d’informations sur le site du colloque et pour lire l’appel d’offre lancé sur la liste [DH].

Colloque « Les Humanités délivrées / Humanities Unbound » à l’Université de Lausanne – 1er – 2 octobre 2013 (deadline le 15 mai 2013)

Cette proposition de colloque « Les Humanités délivrées / Humanities Unbound » : cultures parlées, visuelles et écrites, réinventées hors du livre » s’inscrit dans une réflexion plus générale sur l’histoire du livre et de la culture imprimée et sur les implications de ses mutations récentes, à l’ère du numérique. Elle entend mettre l’accent sur des cultures non écrites, longtemps négligées voire toisées par les chercheurs, souvent englobées sous la catégorie méprisée de « culture populaire » voire « culture de masse » : autant les cultures orales que visuelles, en refusant de porter tout jugement de valeur sur elles. Enfin, il s’agit aussi de mener sur une réflexion sur cette culture « hors du livre » très particulière qu’est la culture « numérique » des Digital Humanists, et sur les nouvelles compétences (littératies) qu’elle requiert.

Quatre thématiques sont proposées :

  • les formes culturelles originales ou hybrides en train de se faire-part
  • les humanités hors du livre/des livres et les institutions qui les portent
  • les disciplines académiques confrontées aux littératies plurielles
  • les Digital Humanities et les cultures « hors du livres »

Appel à contribution pour la revue « Histoire et informatique » – (Dé)montrer l’histoire. La visualisation de données entre théorie et pratique (deadline le 30 mai)

Cet appel à contribution de la revue « Histoire et informatique » (publiée chez l’éditeur Chronos) a été lancé par l’association éponyme sur la liste [DH] le 18 avril (Visualisation données historiques – Histoire et informatique), et publiée sur le site de l’association (http://blog.ahc-ch.ch/?p=1128) pour les germanophones. Ce numéro de la revue portera sur la visualisation des données en histoire : replacée dans un champ historiographique en plein bouleversement, partant du constant du regain actuel d’intérêt pour le visuel en histoire et SHS en général, après un rejet relatif dans les années 1970s, il porte sur les enjeux non seulement techniques mais aussi historiques, méthodologiques, théoriques ou épistémologiques des outils et des formes visualisation et de leur utilisation par les chercheurs. Trois axes principaux sont privilégiés :

  • recherches historiques des techniques utilisant des techniques de visualisation
  • réflexions méthodologiques sur la visualisation des données
  • réflexions théoriques sur la signification de la visualisation des données
  • histoire des représentations visuelles

Cet appel intéresse particulièrement notre laboratoire junior qui comprend une majorité d’historiens et pour qui la dimension « visuelle » des humanités numériques constitue un axe fort.

Congrès international «Digital Heritage 2013 » à Marseille – 28 octobre – 1er novembre 2013 (deadline le 9 juin 2013)

Il s’agit là à l’évidence d’un gros projet de dimension internationale (soutenu par le CNRS et quelques autres grandes institutions). Le choix de Marseille, cette année sur le devant de la scène en tant que « Capitale de Culture 2013 »), n’est pas anodin, et confirme qu’il s’agit là d’une grande opération de communication (appel rédigé en anglais, rhétorique flamboyante). Un appel qui cherche visiblement à ratisser large, peut-être plus qu’à créer une réflexion cohérente : en témoigne la conception large et flottante de la notion d’« heritage » (patrimoine).

Cinq thèmes principaux ont été retenus :

  • Built heritage (World Heritage)
  • Culture & Traditions (Intangible Heritage)
  • Museums & Collections (Movable Heritage)
  • Libraries & Archives (Documentary Heritage)
  • Art & Creativity (Digital Arts, Digital Culture)

On a finalement du mal à comprendre si la manifestation est orientée côté « patrimoine » (matériel et immatériel, incluant aussi bien les musées, les archives et documents écrits, que les monuments, les sites archéologiques, voire touristiques, mais aussi les arts et la création contemporaine…) ou côté « digital » (visualisation, 3D, environnement immersif et « gaming »…) et comment ces deux dimensions, démultipliées – ou plutôt éclatées en de nombreux « sous-axes » (processus de numérisation, visualisation, analyse, politique, conservation, projets) qui contribuent davantage à égarer et décontenancer le candidat qu’à le guider – vont s’articuler. Autre signe de cet œcuménisme affiché, rhétorique aguicheuse – plus que réflexion authentique sur la nécessité d’allier théorie et pratique/technique (?) : le format des contributions. Le comité de lecture accepte autant les « papers » de nature technique ou théoriques, que les propositions de workshop ou ateliers, les posters ou visuels de présentation… la seule contrainte étant la fraîcheur et la valeur innovante de la proposition…

Mais dépassons notre scepticisme et ne nous laissons pas décourager…

Plus d’informations sur le site du congrès et via l’appel d’offre DigitalHeritage2013_CFP.

…alors à vos claviers ! …ou écrans tactiles désormais… qui ne bannissent pas pour autant les plumes et autres rollers et les interactions fondamentales de neurones surtout !