Un « tournant historique » pour les DH à Lausanne ?

Les Prof. C. Clivaz et Frédéric Kaplan – responsables de l’atelier des doctorants impliqués dans les humanités digitales à l’EPFL de Lausanne, lors de la séance de présentation le vendredi 11 janvier 2013. 

 

Ce vendredi  janvier 2013 s’est tenue à Lausanne la première séance de l’atelier des doctorants en humanités numériques de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) appelé « Atelier pour doctorants impliqués en humanités digitales ». Cet atelier se veut nettement interdisciplinaire : l’objectif est  d’« apprendre à mettre en commun les questions et les défis d’une recherche par-delà les frontières entre sciences humaines, sociales et sciences dures ». Il est placé sous la responsabilité des Prof. Claire Clivaz, Frédéric Kaplan et Dominique Vinck.

Cette première séance de mise en route était consacrée à la présentation des participants, à définir le déroulement et le calendrier des séances suivantes (Atelier EPFL), les règles de fonctionnement – avec notamment l’adoption d’un système de « répondant » : un doctorant intervient à chaque séance pour présenter son projet de recherche en lien avec les DH auquel est associé un autre doctorant qui a pris connaissance une semaine auparavant du contenu de l’intervention du doctorant et qui est en charge de « répondre » et interagir avec l’intervenant principal : une solution qui favorise l’interactivité de l’atelier, privilégiant l’écoute de l’autre, l’échange et le dialogue, dans une démarche de critique mutuelle et constructive.

 

Présentation des participants

Des professeurs responsables motivés et confiants

Frédéric Kaplan (http://fkaplan.wordpress.com/about/ ; http://www.fkaplan.com/en/index.xml) : ingénieur de formation, le Prof. Frédéric Kaplan se situe au carrefour entre le monde de la recherche (il a étudié à l’Ecole Nationale Superieure des Telecommunications à Paris et a obtenu sa thèse sur l’intelligence artificielle l’Université Paris VII)  et le monde de l’entreprise (il a travaillé au sein du Sony Computer Computer Science Laboratory à Paris et pour une entreprise de publication digitale). Il se situe également à la jonction entre les sciences humaines et sociales d’une part, les sciences de l’information d’autre part, ainsi qu’entre les deux principaux établissement de recherche et d’enseignement lausannois – l’Université de Lausanne (Unil) d’une part, l’EPFL d’autre part – autrefois fusionnés sous le nom d’EPUL – Ecole polytechnique de l’Université de Lausanne (créée en 1946) jusqu’en 1968. Enseignant au CRAFT– le laboratoire de recherche pédagogique de l’EPFL – depuis 6 ans, il a été récemment nommé titulaire de la chaire d’humanités digitales créée en juillet 2012 à l’EPFL (http://cdh.epfl.ch/digital ; http://www.rts.ch/info/sciences-tech/4139907-frederic-kaplan-a-la-tete-des-humanites-digitales-de-l-epfl.html) : signe qu’on progresse sur la voie de l’institutionnalisation des humanités, qui tendent à être reconnues en Suisse comme discipline ou du moins champ d’études autonome, à part entière.

Claire Clivaz : professeur assistante à la Faculté de théologie de l’Université de Lausanne (CH), elle appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011 (www.unil.ch/digitalera). Spécialisée dans les manuscrits grecs du Nouveau Testament et des questions d’édition, elle a su saisir les « Humanités digitales » comme une opportunité pour redynamiser un champ de recherche alors en déshérence. Partant de son domaine d’études propre, ses recherches l’ont conduite à s’intéresser aux transformations induites par la culture digitale dans les différents domaines des sciences humaines. Elle anime un carnet de recherche « Hypothèses » (http://claireclivaz.hypotheses.org/) qui se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

 Les doctorants participants : diversité des parcours et créativité des projets

Andreas Perret (SSP, Unil) : photographe d’origine, puis anthropologue à l’Unil, menant sa thèse sous la direction du Prof. Vinck, il a travaillé avec des acteurs du monde de la santé  autour des questions de codage et de classification internationale des maladies, puis avec des sociologues de la Faculté des Sciences sociales autour de techniques de visualisation et leur application aux sciences sociales. Il s’interroge plus particulièrement sur les implications des logiciels choisis, l’impact qu’a le choix de tel logiciel plutôt que tel autre : changer de logiciel, c’est changer de langue ou d’instrument de musique, estime-t-il. Il a également joué un rôle de médiation des conflits, et se situe à la jonction entre le monde des chercheurs en sciences sociales, d’une part ; le monde de la statistique et de la bureaucratie, d’autre part. Son intervention le 25/01 portera sur « Des outils de visualisation en sciences sociales ».

Yannick Rochat  (ICT, EPFL) : chercheur en mathématiques à l’Institut de Psychologie (anciennement Institut de Mathématiques Appliquées) de l’Université de Lausanne, titulaire d’un Master en mathématiques de l’EPFL. Entre mathématiques et sociologie, il mène actuellement une thèse qui porte sur l’analyse des réseaux sociaux, cherchant à analyser en particulier les relations entre acteurs d’une société à l’aide d’outils graphiques et statistiques. S’intéressant spécialement aux relations entre les personnages dans les œuvres de Rousseau, il pratique également la comparaison avec d’autres textes, ce qui soulève le problème de la comparaison et de l’uniformisation. Il a également développé  de manière autodidacte un logiciel OpenSource. Il collabore enfin avec Martin Grandjean sur les questions de visualisation des réseaux, collaboration qui a débouché sur la création de la plateforme PegasusData (http://pegasusdata.com/) – plate-forme d’expérimentation en humanités numériques/digitales, réseaux sociaux, Twitter, influence sur le web et visualisation de données. Son intervention le 1er février portera sur « Réseau et centralité dans les œuvres complètes de Rousseau ».

Marc-Antoine Nuessli  (ICT, EPFL) : ingénieur de formation, il est l’auteur d’une thèse en « Eye-tracking » (étude croisée du regard de deux personnes travaillant sur un même objet, un même écran), son travail a permis de montrer l’existence d’une « danse des regards » mais aussi des phénomènes de mécompréhension de regards, et invite à se demander si l’on assiste à une démocratisation des outils numériques permettant d’étudier le « geste du regard », dans une perspective renouvelée par rapport aux neurosciences notamment. Il a ensuite mené un travail d’édition électronique d’un atlas historique européen (cartes politiques de l’Europe depuis l’an 1000) à partir d’un logiciel de visualisation permettant de reconstituer la construction historique des cartes et de représentations territoriales, et soulevant ainsi des problèmes méthodologiques essentiels liés aux atlas. Son intervention le 08/02 portera sur « Comment construire un atlas historique européen ».

Mylène Tanferri (SSP, Unil) : doctorante en sociologie à l’Unil sous la direction du Prof. Vinck, son travail porte sur les archives et la question de savoir en quoi les outils numériques modifient nos relations au passé, à la mémoire, et influent sur la production des identités individuelles ou collective, ainsi que sur la production et la diffusion des savoirs. Partant du constat de l’accélération récentes des projets archivistiques et de l’augmentation des moyens à leur disposition, elle se demande comment les progrès techniques façonnent notre intérêt pour la conservation, et soulève le problème de la perte et de l’oubli. Son intervention le 22/02 sera consacrée aux « outils pour analyser l’archive ».

Mélanie Fournier (ICT, EPFL) : géographe de formation, sa thèse porte sur la surveillance maritime par ingénierie satellite et plus spécifiquement sur la synchronisation des images produites par les drones d’une part, et les bateaux d’autre part. Elle travaille actuellement sur la modélisation du trafic maritime méditerranéen autour de Venise. Ses recherches ont l’intérêt de révéler les différences profondes entre cartographie maritime et cartrographie terrestre : leurs logiques de modélisation étant différentes, elles doivent faire appel à des outils spécifiques. Son intervention le 1er mars portera sur « Modéliser la Méditerranée du moyen-âge à nos jours ».

Sara Schulthess  (Lettres, Unil) : doctorante en lettres, ses recherches portent sur les manuscrits arabes du Nouveau Testament, dans une approche de critique textuelle des différents manuscrits et des textes internes. Elle cherche à comprendre pourquoi, au-delà des barrières linguistiques, les manuscrits arabes ont été peu étudiés par les chercheurs « occidentaux », soulevant ainsi le problème de l’orientalisme. Elle insiste sur le rôle moteur d’Internet dans la relance et la redynamisation de son champ d’études, ce qui l’amène à se demander en quoi les outils numériques renouvellent, revitalisent la recherche dans les différents champs disciplinaires, sur les textes antiques en particulier. Dans une perspective plus transversale, elle étudie les relations entre les femmes (musulmanes notamment) et Internet. Son intervention le 15/03 portera sur les « Sites web, manuscrits grecs et arabes du Nouveau Testament ».

Enrico Natale (Lettres, Unil) : latiniste et titulaire d’une licence d’histoire à l’Université de Genève, il a ensuite suivi une formation de Master en Sciences Politiques. Il a développé le portail InfoCLio (http://www.infoclio.ch/) portail professionnel des sciences historiques en Suisse. Il a été l’un des organisateurs du ThatCamp de Berne en 2011. Il intervendra lors du DH Summer School de Berne en juin 2013 sur l’histoire des Humanités digitales, proposant un tour d’horizon de leur histoire et de leurs techniques. Il est actuellement doctorant sous la direction de F. Vallotton (Lettres, Unil) et impliqué à ce titre dans un projet collaboratif réunissant trois doctorants autour de la question de l’informatisation des procession de gestion des informations des sciences humaines et sociales et des musées (cas de suicides au sein du personnel notamment), dans une triple approche d’humanités numérique, d’histoire culturelle et d’histoire orale. Sin intervention sera consacrée à « Une recherche sur l’histoire des transformations technologiques: questions et problèmes » (22/03).

Martin Grandjean (Lettres, Unil) : philosophe et historien de formation, il a travaillé sur les réseaux d’intellectuels et de scientifiques à Davos pendant l’entre-deux-guerres : à partir de l’étude des cours universitaires, il s’interroge sur les modalités de circulation de l’information, il étudie les « lieux de savoirs » (congrès…) et cherche à modéliser les réseaux de scientifiques et d’humanistes qui se mettent en place dans l’entre-deux guerres. Il est actuellement responsable de recherche au Centre de Recherche sur les Lettres Romandes (un mandat parallèle). Il proposera au Summer Camp de Berne en juin 2013 un cours sur le logiciel de visualisation GEPHI. Il collabore également avec Yannick Rochat sur les questions de visualisation des réseaux, collaboration qui a débouché sur la création de la plateforme PegasusData (http://pegasusdata.com/) – plate-forme d’expérimentation en humanités numériques/digitales, réseaux sociaux, Twitter, influence sur le web et visualisation de données. Son intervention le 08/03 portera sur « Les réseaux d’intellectuels dans l’entre-deux-guerres ».

Anna Jobin (ICT, EPFL) : doctorante d’origine fribourgeoise en sciences de la société, elle voit dans les humanités digitales une opportunité pour susciter un dialogue authentique entre chercheurs et techniciens.  Son intervention le 29/03 portera sur « Comprendre le capitalisme linguistique ».

Experts et participants extérieurs au monde académique

Olivier Travaglini : géographe et géomaticien de formation, il a travaillé pour de nombreuses institutions suisses et internationales (Etat de Vaud, Office de l’information sur le territoire (OIT) de Genève, Organisation des Nations Unies – ONU à Genève). Il est impliqué notamment dans des projets de cartographies électroniques. Il joue en quelque sorte un rôle de « consultant » ou « d’expert » au sein de l’atelier.

Un tournant historique pour les « Humanités digitales » ?

Cet atelier s’inscrit dans un contexte d’effervescence dans le monde des humanités digitales suisses, avec notamment l’ouverture prochaine du laboratoire « Humanités et cultures digitales » fin janvier 2013 à Lausanne et le DH summer school à Berne (http://www.dhsummerschool.ch/) les 26-29 juin 2013.

Les acteurs et de ce courant éprouvent le sentiment justifié de vivre un moment historique à trois niveaux :

  • pour l’EPFL-Unil en particulier : les humanités digitales se présentent comme une opportunité de retisser des liens entre ces deux structures autrefois fusionnées
  • pour les HD lausannoises et suisses en général (http://claireclivaz.hypotheses.org/41) qui sont en pleine expansion depuis deux ans : dans le sillage du lancement de la plateforme « Humanités Digitales@Unil » au (http://www3.unil.ch/wpmu/digitalera/) au printemps 2011 par un groupe informel de chercheurs de l’Unil – C. Clivaz (FTSR, Unil), C. Grosse (FTSR, Unil), F. Kaplan (ICT, EPFL), J. Meizoz (Lettres, Unil) et F. Vallotton (Lettres, Unil) ; de la tenue du premier ThatCamp suisse en 2011 à l’Unil (http://switzerland2011.thatcamp.org/) ; la création récente d’une chaire des Humanités digitales par l’EPFL en juillet 2012 ; la publication d’un e-book consacré aux lectures et littéracies numériques publiées aux presses polytechniques et universitaires romandes (PPUR) (http://ppur.com/produit/549/9782889141494/Lire%20demain)
  • pour les HD en général : ces diverses initiatives pourraient en effet servir d’exemple et de modèle de structuration institutionnelle/institutionnalisation en Europe et en France notamment, qui ne dispose pas (encore ?) de chaire en humanités numériques ou digitales à proprement parler

Une nouvelle ère culturelle ?

Partant du postulat que l’ère de la culture imprimée et de se croyances naïves (évidence des objets culturels, notamment du livre et de sa clôture ; dichotomie objectivité/subjectivité) est révolue, les chercheurs lausannois considèrent la culture digitale une opportunité pour oser repenser le doute et le soupçon qui sont au cœur de la démarche humaniste. Ils réfléchissent à la matérialité des supports et montrent que les divers objets culturels sont des constructions situés dans le temps, l’espace, et les sociétés. Les mutations technologiques récentes favorisent également selon eux les mises en réseaux et les reconfigurations disciplinaires.