Séminaire E-Book AN3 – 13 janvier 2014

Co-organisée par Sylvie Bosser (Cemti) et Françoise Paquienséguy (Elico), et soutenu par la Région Rhône-Alpes, via l’ARC6, la prochaine séance du séminaire Ebook AN3, aura lieu le 13 janvier 2014 de 16h à 19h dans les locaux de la librairie Vrin où nous sommes accueilli et hébergé par les Editions des Archives Contemporaines, situés au 71, rue Saint-Jacques dans le 5ème.
Nous entendrons une intervention de Laurent Collet, enseignant-chercheur à l’Université de Toulon-Var et membre du laboratoire I3M, intitulée :

Les institutions du livre face à la « Culture numérique » des « Digital natives »

« Nous devons refuser les allant-de-soi, qui voudraient que ces jeunes, nés avec des ordinateurs et des dispositifs numériques, et donc utilisateurs intensifs du numérique, soient de facto des utilisateurs éclairés, habiles et conscients des ressources numériques. Pour autant, la « culture numérique »  des « Digital Natives » est avancée pour repenser des politiques publiques d’accès à la culture et à la connaissance. Par exemple, les bibliothèques sont confrontées depuis de nombreuses années aux enjeux de l’informatisation de leurs activités d’archivage, de catalogage et de gestion des prêts et maintenant doivent réfléchir à une offre en livres numériques.
L’exposé commencera par la présentation d’une enquête menée en région Paca sur la culture numérique des jeunes de 16 à 24 ans. Cette étude nous aide à considérer de façon plus fine et plus nuancée la population des 16-24 ans, et de dépasser le portait souvent trop caricatural que l’on pourrait faire des « Digital Natives ». En réalité, cette étude montre des profils culturels numériques divers, qui se définissent en particularité selon des niveaux variables de connaissance de l’environnement numérique, et de intensités d’usages plus ou moins diversifiées. Je poursuivrai par les résultats d’une recherche menée d’une catégorie d’acteurs particuliers, que sont les bibliothèques départementales de prêt (BDP). Ces dernières, sous l’autorité des Conseils Généraux depuis 1986, ont pour fonction clé l’animation du réseau des bibliothèques des communes (de moins de 10000 habitants) sur le territoire départemental. En plus du prêt de livres et d’autres documents, elles ont une mission de conseil et formation auprès de leur réseau de bibliothèques. Plus récemment, le développement continu des dispositifs numériques d’information et de communication les incite à être présents et se positionner sur le web. Ce nouvel espace d’intermédiation n’est pas neutre et interroge leur rôle de médiation dans le processus de démocratisation et d’acculturation à la lecture en général et, en particulier, à la culture numérique.
L’association des résultats de ces deux recherches nous permettra de conclure sur la force de structuration des discours à propose de la « culture numérique », qui n’est pas une encore une réalité mais un futur en construction. Je prendrai pour dernier exemple, une recherche en cours sur l’observation de l’introduction des tablettes numériques dans des collèges du département du Var menée en collaboration avec le CDDP du Var.

Laurent Collet est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Toulon. Au sein du laboratoire I3M, ses recherches portent sur l’innovation, les usages et l’économie des dispositifs numériques d’information et de communication. Il dirige l’UFR ingémédia, dont les formations concernent exclusivement la communication numérique : concepteur multimédia, concepteur d’environnements immersifs, ingénieur des médias, webmestre éditorial, chef de projet transmédia, .
Intervention qui sera suivie d’un échange avec les participants et d’un pot convivial comme d’habitude.
La participation est libre et gratuite mais soumise à inscription auprès de francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr
et l’ensemble des informations est disponible ici www.ebook.hypotheses.org

« Vos données SVP » ! L’identité numérique du chercheur à la MOM – 6 decembre

MomIdNumLa chasse aux clandestins et autres « sans données » numériques est ouverte : ne pas avoir ses données « en règle » risque désormais de coûter cher au chercheur. Quiconque tentera de contourner le Bureau de l’Immigration Numérique pourrait se voir cordialement « reconduit à la frontière » de la recherche, relégué dans ces nouveaux « Sangate » digitaux et autres campements de fortune aux marges de la recherche académique…où de longues années de « garde à (non)-vue » numérique le priveront définitivement de toute visibilité. Pour éviter ce genre de désagrément aux jeunes chercheurs et nouveaux entrants dans le royaume de la recherche à l’ère numérique, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM) s’est donnée pour mission ce vendredi 6 décembre de guider lesdits (im)migrants dans la « jungle » de l’identité numérique du chercheur et lui indiquer quelques « bonnes pratiques » autour de ses mises en visibilité.

Nicolas de Lavergne (FMSH) a inauguré la journée par un très utile tour d’horizon des principaux types d’outils :

  • outils numériques personnels, qui tendent à faire reculer l’écriture manuscrite sur papier (traitement de texte, tableur, diaporama de type « powerpoint » ou « Prezi« , gestion des images, gestion de la bibliographie avec des outils comme Zotero), qui permettent d’échanger et de partager, mais posent aussi la question de la pérennité et « l’interopérabilité » des outils et données ainsi produites et traitées, du fait de l’éclatement et de l’instabilité des supports et des formats (non seulement les données existantes « numérisées » et plus encore ces « digital born » données – les données « nées digitales » du chercheur).
  • outils de publication : blogs et carnets en ligne (Hypothèses, Blogger), sites internet ou même url personnel.
  • outils de collaboration : chat, Skype, listes de diffusion et discussion, pads pour prise de notes collaboratives et simultanées, live tweet, environnement numérique de travail (ENT), dossiers partagés
  • outils de « réputation » : réseaux et médias sociaux : Facebook (qui concentre la proportion la plus grande de l’audience, et constitue donc un moyen de communication incontournable pour le chercheur individuel comme pou son laboratoire ou institution de recherche), Twitter (qui associe une fonction de publication et à une fonction de discussion), Google + (davantage utilisé par les personnes spécifiquement investies dans le « numérique », moins par le grand public) ; LinkedIn (utilisé de façon croissante par les chercheurs, mais plutôt lié au monde de l’entreprise à l’origine, et à la recherche d’emploi, ce réseau pose la question du contrôle et de l’accès aux contenus scientifiques), Academia.edu (réseau social spécial pour chercheur, surtout en SHS), Research Gate (son pendant pour les sciences « exactes », on y recense seulement 15% de SHS).

Après ce panorama général, deux études de cas concrets, appuyés par des retours d’expérience, ont été proposées :

HAL-SHS (présenté par Agnès Magron, community manager, et Bénédicte Kuntziger, chargée de l’assistance et la formation au CCSD) : une plateforme pour le dépôt des archives et données du chercheur individuel, mais aussi pour les institutions de recherche. Il est à noter qu’une nouvelle version de HAL-SHS (HAL v3) verra le jour au printemps 2014, et offrira deux nouvelles fonctions « collection » et « portail » au service de la visibilité des publications et activités de recherche des laboratoires, au-delà de la seule visibilité individuelle du chercheur. Il sera également possible de mettre en valeur les projets ANR et européens. Pour le chercheur-individu, une nouvelle fonctionnalité IdHAL permettra de déposer son CV. Malgré quelques limitations  (notamment l’absence d’icônes de partage, qui devraient bientôt exister cependant), il peut être utile de rappeler les multiples avantages de HAL : garantie d’un archivage pérenne, visibilité et reconnaissance assurée grâce à un référencement sur les moteurs de recherche qui font autorité (ISIDORE), standardisation des métadonnées. La garantie de sécurité est bien supérieure qu’avec une plateforme commerciale et peu transparente comme Academia.edu qui se réserve par exemple le droit de transférer ou même « vendre » les données déposées.

Academia.edu (présenté par Christophe Benech, chercheur à Archéorient – MOM) : un réseau social pour chercheurs, plutôt investi par les SHS, qui a plusieurs avantages : il est relativement facile à prendre en main, il accroît la visibilité du chercheur, en permettant précisément un décloisonnement disciplinaire, éditorial, et géographique (réseau international). Il permet ainsi de tisser un réseau solide et diversifié qui peut s’avérer déterminant dans la carrière du chercheur. Mais il présente également deux inconvénients majeurs : un problème d’unification et d’harmonisation des informations folksonomy), d’abord, qui nuit à la recherche d’information et à la visibilité des chercheurs : par exemple, plusieurs dénominations différentes peuvent coexister pour désigner une même institution ou une même discipline ou domaine de recherche. Ensuite et surtout, le chercheur perd en partie la maîtrise des données qu’il y dépose, qui peuvent être transférées ou commercialisées par Academia.edu. Research Gate offre plus de sécurité de ce point de vue. Il est donc fortement conseillé de ne pas déposer directement d’article ou de publication sur la plateforme Academia.edu, mais plutôt de citer le lien vers le document stocké à l’extérieur.

La deuxième partie de la matinée était consacrée au blogging scientifique.

Pierre Mounier (directeur adjoint du Cléo), allant au-delà d’une simple présentation de la plateforme Hypothèses, s’est efforcé de dégager trois points de discussion concernant les blogs et carnets de recherche en ligne :

  1. Visibilité individuelle du chercheur vs visibilité collective de l’institution de recherche : les blogs servent-ils avant tout à mettre en valeur les activités de l’individu ou bien celle de son institution ? Une étude récente des carnets à partir de leur fréquentation montre que les carnets les plus visités sont des carnets de chercheurs individuels. Selon Pierre Mounier, le blog a double effet de « canon à idées » (projection des travaux du chercheur dans le temps), d’une part, et de « mitrailleuse » (projection dans l’espace) d’autre part. Il déplore que l’on manque encore d’une étude rigoureuse sur l’appropriation des carnets et de leurs contenus scientifiques sur Facebook.
  2. Interactivité : la « grande conversation scientifique » : on constate une forte articulation entre les blogs et le réseau Twitter : les contenus circulent de la plateforme au réseau social, par le biais des discussions, et selon un va-et-vient quasi infini : des billets et des blogs suscitent des conversations qui peuvent à leur tour susciter des billets ou même des blogs, qui déclenchent de nouvelles discussions… etc. On a pu observer également un « effet plateforme » : les blogs s’auto-citent entre eux, ce qui contribue à l’émergence progressive d’une « communauté Hypothèses« , dans une démarche auto-réflexive en interne sur la pratique individuelle et générale du blogging.
  3. Critiques et réponses aux critiques : pour finir, Pierre Mounier s’est efforcé de faire face aux critiques souvent légitimes qui sont adressées au blog, et tenté d’y apporter des réponses :
  • Chronophagie : animer un blog prend du temps, qui entre en concurrence avec le temps de la recherche et des publications plus « traditionnelles ». Mais cette vision repose sur une opposition trompeuse entre blogging et recherche, qui pense le blog comme un surplus de travail (qui plus est non rémunéré…). Pourtant, les deux activités sont complémentaires, il faut voir dans le blogging une manière de valoriser autrement ses activités de recherche (notamment de tracer et mettre en valeur le processus de recherche), tantôt comme un outil de réflexion personnelle (mise au clair de ses idées, critiques d’ouvrages ou d’idées qui font avancer les recherches…) tantôt comme un outil de publication provisoire permettant de récolter des commentaires et des critiques, qui peuvent parfois enrichir et réorienter les recherches, sans avoir à attendre la publication « papier » et subir l’inconvénient du décalage temporel.
  • Plagiat : cette peur est le plus souvent exprimée par les jeunes chercheurs, qui hésitent à publier les premiers résultats de leur recherche, par crainte qu’on leur « pique leurs idées ». On pourrait retourner l’argument en leur répondant que c’est au contrainte par la mise en visibilité, la publication précoce, qu’on évite tout pillage ou plagiat. Mais rien ne peut être imposé en la matière : c’est  à chacun de définir sa stratégie de publication et de mise en visibilité, de faire le partage entre ce qu’on souhaite publier ou garder privé au contraire, en fonction des contenus à publier et des objets de recherche.
  • « Je ne suis pas une starlette » : le refus de la visibilité : cette crainte émane là encore souvent des doctorants ou des jeunes chercheurs, qui perçoivent à juste titre le risque de traîner comme un boulet pendant toute leur carrière l’accident d’un mauvais blog ou d’un billet maladroit.

Selon Pierre Mounier, ces trois critiques ont le mérite de soulever une question cruciale : celle de l’insertion du chercheur dans les réseaux, qui n’est pas nouvelle, mais revêt de nouvelles modalités et de nouveaux enjeux à l’ère numérique, et qui tend à remettre en question les affiliations « traditionnelles ».

Pour illustrer ces réflexions générales, plusieurs carnets collectifs ont ensuite été présentés :

  • Biblindex : index biblique des Pères de l’Eglise, qui assure une double fonction de réflexion en interne et de visibilité et dialogue avec des chercheurs extérieurs au projet
  • Klinai : un projet autour des matériaux funéraires en Grande Grèce et Etrurie, qui propose des outils (fonds de carte standardisés, compte rendu bibliographiques, activité de veille et d’information) dans l’objectif de créer une communauté et d’agrégation des contenus existants, pour remédier à l’éclatement actuel.
  • Archéorient : carnet collectif du laboratoire éponyme, qui cumule des fonctions d’édition (presque une revue en ligne, consitutée de contenus assez longs et denses, soumises à un comité de lecture rigoureux) et de lien social entre les chercheurs (permet d’être informé sur les travaux et les activités de ses collègues). L’intérêt de ce blog est ainsi d’articuler l’individu et l’institution, de recréer du collectif, sans toutefois se limiter aux frontières du laboratoire (ouverture possible sur l’extérieur).
  • Carnets de l’Ifpo : carnet collectif sur l’actualité contemporaine du Proche Orient, qui répond à une forte volonté éditoriale dans un souci d’interdisciplinarité. Sans ligne éditoriale préalable, le carnet s’est progressivement doté de règles et de conventions pour garantir une certaine égalité entre les auteurs, sans toutefois réduire leur subjectivité.

Poétique du numérique

Ce billet part d’un constat sur l’usage de la langue à l’ère numérique : comment se fait-il que certains mots « anciens » et parfois « disparus » refont surface et connaissent une nouvelle jeunesse en acquérant souvent un sens totalement différent dans l’environnement numérique – par une sorte de « lifting sémantique » ? Tandis que d’autres meurent, incapables de « s’adapter » au nouvel environnement numérique, victime de son impitoyable « sélection naturelle » et d’une nouvelle forme de darwinisme digital ? Tandis que d’autres encore perdurent et endurent une incroyable longévité ? Mais cette permanence est souvent trompeuse : elle masque là encore des détournements et des glissements sémantiques d’une autre nature ?

Comment le numérique revisite les « vieilles » notions et les « vieilles » valeurs humaines ? 

Comment des mots, des concepts, des valeurs « anciennes » sont détournées de leur sens initial, arrachées à leur contexte d’origine, pour prendre des sens nouveaux dans l’environnement digital ? Tenter de répondre à cette question implique une approche philologique ou généalogique, soucieuse de revenir à l’étymologie des notions. Un exercice de traduction et de transposition des « vieilles » valeurs dans notre langue actuelle est également nécessaire pour la rendre compréhensible à nos contemporains. Il s’agit aussi de comprendre comment des mots « buzz » deviennent porteurs de sens et sont récupérés ou détournés à des fins « marketing ». Ce que l’on cherche à retracer, ce sont les trajectoires sémantiques de ces notions. 

Loin de prétendre à mener à bout cette vaste entreprise, je me contenterai ici d’esquisser quelques pistes et méthodes, en proposant d’abord de distinguer trois types de trajectoires, ou trois niveaux de reconfigurations sémantiques

1) Coexistence(s), glissement(s) ou détournement(s) sémantiques : j’englobe ici des mots, des notions, des valeurs génériques repris tels quels dans l’environnement digital, mais qui changent de sens, de contenus, et désignent désormais d’autres réalités. Deux cas de figure peuvent se présenter : soit la coexistence de sens différents en fonction du contexte d’usage de ces mots : par exemple, la notion de « base de données » pour les historiens n’a pas le même sens que pour les artistes. Soit une évolution du sens au cours du temps : par exemple, le mot de design (qui a pour racines le mot latin designo, le français « dessein » ou l’italien « disegno » qui signifient « projet »), celui de réseau ou encore de code. La logique est celle de l’emprunt, de la circulation, du détournement et de la (ré)appropriation, mais aussi de l’interdisciplinarité et du mimétisme entre disciplines et domaines de savoirs ou de pratiques.

Ce premier niveau invite tout particulièrement à adopter une démarche étymologique, philologique et archéologique : à faire une « archéologie des savoirs » et des notions, dans le but de comprendre les conditions de leur émergence et de leurs « réémergences ».

2) Camouflage sémantique : cette trajectoire est un peu l’inverse de la première, du glissement sémantique : elle intègre des valeurs qui perdurent ou coexistent sous un autre nom, qui changent d’identité et sont rebaptisées. Il faut toutefois se garder de croire qu’elles restent absolument identiques à elles-mêmes : sous leurs changement de noms, elles sont souvent reconfigurées, elles ont subi des mutations au cours du temps et des variations dans l’espace. Plusieurs exemples peuvent être cités, sans que la liste soit exhaustive :

  • la « tradition » du bouche-à-oreille qui a pris le visage numérique de la « recommandation » ou de la « viralité » (viral marketing, ou vogue des « like » sur les réseaux sociaux ;
  • la notion d’amitié ou d’identité1, qui évoluerait vers une identité « flux » défigurée par les métamorphoses perpétuelles de l’identité numérique et rendue criante par l’enjeu de maîtriser sa e-réputation. Mais il faudrait ici faire précisément la part des continuités et des changements. D’une part, l’identité d’un individu n’a jamais été monolithique et ses « métamorphoses » ont été très tôt perçues : ne citons que les Métamorphoses d’Ovide, ou plus récemment les expérimentations narratives des écrivains anglo-saxons du tournant du XXe siècle (James Joyce, Virginia Woolf…) autour de ce « stream of consciousness ». D’autre part, l’enjeu de matrîser sa réputation, le souci des apparences et les jeux de masques en société sont loin d’être une « révolution » introduite par le numérique.
  • la notion de « recherche » qui tend à glisser vers celle, plus entrepreneuriale, d’« innovation ».

Ce niveau incline vers une démarche de traduction : il s’agit d’établir des équivalences ou des associations entre mots « anciens » et « nouveaux », ce qui suppose en amont d’identifier et d’associer les termes équivalents ou proches, d’identifier et de constituer des sortes de nébuleuses sémantiques.

3) Branding ou design sémantiques : j’englobe ici des mots, des notions ou des motifs (souvent visuels) repris comme slogans, comme marques ou comme buzzwords dans une démarche proche du branding. Curieusement, ces notions sont souvent empruntés à la mythologie ou à l’histoire (à l’exemple de « Persée » pour la plateforme de revues en ligne) ou soucieux de renouer avec une matérialité évanouie : l’interface graphique de l’ordinateur est la meilleure preuve (avec son « bureau », ses « fenêtres », ses « icones » ou sa « corbeille ») ou, plus récemment les étagères de l’application « I-Book » sur nos tablettes par exemple, et plus généralement l’ergonomie des smarphones et tablettes digitales.

On peut avancer plusieurs raisons (causes ou objectifs) à ce branding sémantique :

  • par défaut : on récupère des notions existantes et des réalités familières, faute de mots adaptés à ces réalités nouvelles, et à défaut d’en inviter ;
  • pour légitimer : pour donner une légitimité par l’ancrage historique par exemple ;
  • pour familiariser et rassurer : pour donner l’impression d’une familiarité avec l’outil et le rendre plus accessible, notamment pour les « tard venus » au numérique. L’enjeu est d’établir une relation de confiance entre l’objet et l’utilisateur : de rendre familier l’étranger, rendre connu l’inconnu, sympathique l’antipathique, par l’ancrage dans les habitudes et les pratiques.

Ce dernier niveau requiert une double démarche sémiotique (étudier les sens du mot, les relations entre référent/référé, dénotations/connotations…etc) d’une part ; mais aussi étymologique et philologique, historique et archéologique, d’autre part (replacer les mots dans le temps long et le contexte présent, retracer l’histoire et les circulations de la notion pour comprendre ses récupérations, réappropriations contemporaines).

Cette stratification n’est pas homogène et figée. On pourrait ainsi identifier des valeurs ou des notions intermédiaires et transfuges : ainsi, la confiance et l’amitié oscillent entre le premier et le deuxième niveau.

1 Deux valeurs humaines fondamentales auxquelles Milad Doueihi a tout particulièrement réfléchi dans ses deux ouvrages La grande conversion numérique, 2008 et Pour humanisme numérique, 2011, notamment en revenant aux racines aristotéliciennes de l’amitié, ou en montrant l’importance nouvelle de l’image pour l’identité numérique.

Programme de la journée du 19 décembre « Contribution du design à la production des savoirs scientifiques »

Comme annoncé précédemment, le Master Architecture de l’information de l’ENS de Lyon en partenariat avec Mutec et le labo junior Nhumérisme, organise le 19/12/13 à l’ENS de Lyon, une journée d’étude avec pour titre :

« Contribution du design à la production des savoirs scientifiques »

« En quoi les technologies du numérique permettent une nouvelle forme de fabrication/dissémination des résultats de la recherche ? L’intuition qui sous-tend cette journée d’étude est que le design, expression protéiforme, souvent détournée ou incomprise (le design : de la décoration, de l’ingénierie?) pourrait contribuer à l’utilisation d’outils numériques dans la démarche scientifique. Dès lors, dans quelle mesure les savoirs-être, méthodologies et outils du designer peuvent lui permettre de collaborer avec le chercheur, tant pendant le temps de la recherche, que pour la diffusion de cette recherche ? Tentons une contribution croisée du design, des sciences et de l’informatique afin de répondre à cette question. »

Programme :

9h30 : Ouverture par les étudiants du Master Architecture de l’information

10h00 : Mise en perspective historique de la collaboration designer/chercheur
Annick Lantenois, historienne et théoricienne du design graphique, ESAD Grenoble-Valence

11h00 : Présentation des ambitions et des projets de l’unité de recherche  “Il n’y a pas de savoirs sans transmission. Contributions du design graphique”, ESAD Valence
Gilles Rouffineau, écrivain, ESAD Grenoble-Valence
Alexis Chazard, artiste, ESAD Grenoble-Valence
Annick Lantenois, historienne et théoricienne du design graphique, ESAD Grenoble-Valence

12h30 : Déjeuner à l’ENS de Lyon

14h00 : Application et interface numérique dans la biologie
Aurélien Tabard, Université Lyon 1

14h45 : Présentation du projet AIME
Paul Girard, ingénieur généraliste des technologies numériques, médialab de SciencePo
Pierre Jullian de la Fuente, ingénieur généraliste des technologies numériques, médialab de SciencePo

16h00 – 17h30 : Table ronde sur la relation designer/chercheur dans la visualisation de données
Animation et présentation : Robin De Mourat, designer/doctorant, Université Rennes 2
Discutants :
Nicolas Thély, Université Rennes 2, esthétique des données
Anthony Masure, designer/doctorant, Lycée Jacques Prévert, Boulogne (BTS Multimédia)
Paul Girard, ingénieur des technologies numériques au médialab de SciencePo
Pablo Jensen, physicien spécialiste des réseaux sociaux, ENS de Lyon, Directeur de l’IXXI

Les titres des présentations sont provisoires.

“Contribution du design à la production des savoirs scientifiques”
Date et horaires : le jeudi 19 décembre 2013 de 9h30 à 17h30
Lieu : Salle de réunion N°1 à l’Institut français de l’Éducation,
15 parvis René-Descartes
69007 Lyon
M° Debourg