En écho à la journée « La politique des données personnelles » – 21 novembre

Word Cloud "Big Data"Jeudi 21 novembre s’est tenu à l’ENS Lyon le colloque sur « la politique des données personnelles«  organisée par l’Institut des Systèmes Complexes (IXXI), avec la participation des élèves du Master Architecture de l’Information. Cette journée pourra être utilement prolongée par la lecture de l’ouvrage récent de Lisa Gitelman, Raw Data is an oxymoron, qui sera au coeur de notre prochain séminaire, courant décembre. Voici en attendant un (long…) compte rendu des diverses interventions :

Big but Personal Data (Yves-Alexandre de Montjoye, MediaLab MIT, Boston) : l’intervenant a d’abord posé le cadre, et retracé une brève histoire de l’identification, depuis le Traité de Criminalistique d’Edmond Locard (1931), fondée sur l’identification à partir des empreintes digitales, jusqu’aux big data, caractérisées par la prolifération et la complexification des données sur l’individu (données de localisation, données transactionnelles…), qui s’accompagnent d’une identification et d’un « traçage » de plus en plus rapide et facile. Dans ce contexte, le MIT a développé le programme « New Deal Data » pour aider les citoyens à retrouver une privacy, qui repose sur deux piliers : le contrôle de la collecte des données et métadonnées à partir du logiciel Open PDS d’une part, et le logiciel SafeAnswers pour répondre au problème de l’anonymisation et de la sécurité des données d’autre part.

François Taïani (ESIR, Rennes 1) spécialiste de la décentralisation des données, a entrepris de faire le lien entre la protection des données et l’histoire de l’informatique. Il a utilement rappelé l’investissement considérable en terme de capital et de savoir-faire que nécessite l’architecture de Google ou de Facebook, et l’investissement symétriquement considérable que nécessiterait la protection des données qu’ils manipulent. Face à ces enjeux éthiques, François Taïani a proposé une solution technique fondée sur la décentralisation des données, sous la forme d’une recommandation « peer-to-peer ». Cette solution reste un projet, mais elle a suscité beaucoup d’intérêt. Il reste à résoudre la question du modèle économique, et trouver un compromis entre coûts financiers, protection obtenue et blocage des services.

Antoinette Rouvroy (CDRIS, Université de Namur) à proposer de décaler le regard pour dépasser l’alternative entre vertus du partage / risque de contrôle. Les big data marque selon elle un véritable changement de paradigme : l’avènement d’une production algorithmique du monde et des savoirs, qui entraîne le passage d’une gouvernementalité politique ou juridique (par le droit) à une gouvernementalité algorithmique. Elle a mis en garde contre la croyance de la transparence des données, et la possibilité d’une production immanente des savoirs, d’une modélisation à même le réel et le social à partir de ces données supposées ‘brutes » et « neutres ». Il serait dangereux de croire que les données permettent de dépasser des catégorisations sociales et statistiques prétendument éculées, fortement critiquées au sein des sciences sociales mêmes (Alain Desrosières) pour leur sélectivité, leur réductionnisme et leur artificialité. Loin de réhabiliter le sujet, elle transforme le consommateur en cible victime d’un nouveau « comportementalisme numérique » et d’une nouvelle forme de « naturalisation » du social. Selon Antoinette Rouvroy, c’est moins l’appropriation des données privées qui pose problème, que celle des instruments de critiques dont dispose l’internaute-consommateur. Contre cet « envoûtement algorithmique », elle invite à « faire face » (Antonin Artaud), à retrouver notre capacité à « faire forme » en résistant aux préemptions et aux nouvelles formes cachées de catégorisations numériques.

La table-ronde de l’après-midi a fait dialoguer trois inventions :

Dominique Cardon (sociologue à Orange Lab) s’est posé en « travailleur de la donnée » pour révéler le côté sale et rugueux qui se cache derrière leur apparente transparence. Il a rappelé qu’au-delà de leurs désaccords, prophètes et détracteurs des big data sont animés d’une même croyance dans ce mythe du « double clic » (Bruno Latour) : l’illusion d’une chaîne transparente et sans médiation depuis la donnée jusqu’aux résultats qu’elle permet d’obtenir.  Les big data entraînent ainsi une changement de paradigme dans les milieux de la statistique : le passage d’une statistique hypothético-déductive à une statistique qui prétend se passer des causes et des interprétations causales, en vertu des « nouvelles techniques d’apprentissage ». Il a mis en garde contre le mythe de la donnée « brute » et complète, qui justifie l’abandon de l’échantillonnage et de la représentativité. Face aux big data, les sciences sociales sont placées dans une situation délicate : à la fois productrice et consommatrice de données, privées ou scientifiques, de quel droit aurait-elle un statut d’exception pour traiter les données confidentielles ? Comment réagir face à la remise en cause de leurs catégorisations et leurs méthodes « traditionnelles » (catégories sociales de l’INSEE, échantillonnage, statistiques hypothético-déductive), parfois présentées comme obsolètes ? Comment les chercheurs peuvent-ils au contraire remobiliser leurs savoirs, savoir faire et savoir être « traditionnels » pour ressaisir de manière critique ces big data et se réapproprier la production des savoirs sur le social ? Le sociologue a appelé à ne pas avoir peur des algorithmes, à cultiver une « littératie algorithmique » pour les comprendre de l’intérieur et éviter de succomber à un certain  « fétichisme » algorithmique.
Daniel Kaplan (Fondation Internet Nouvelle Génération) a présenté le programme « Identités actives » qui vise à répondre au paradoxe de la vie privée, entre tendances à l’exhibition de soi et revendications d’intimité et de contrôle de ses données. A partir du glissement sémantique de la notion de « confiance » devenue synonyme de « sécurité« , il a montré que le marketing publicitaire avait abandonné la stratégie de fidélisation du consommateur : derrière les promesses de personnalisation et de ciblage individualisé, ce sont plutôt des goûts et des comportements « types » que cherchent à identifier les marketers.

Stéphane Grumbach (INRIA) a conclu la journée sur l’économie de la donnée : ses enjeux économiques, industriels et (géo)politiques. Le phénomène majeur est celui de la concentration des données, multiforme, autant par les Etats, les entreprises, que par des entités régionales ou locales.

Cette journée pourra être utilement prolongée par la lecture de l’ouvrage récent de Lisa Gitelman, Raw Data is an oxymoron, qui sera au coeur de notre prochain séminaire, courant décembre.

Journée d’étude « Design et recherche » le 19 décembre à l’ENS Lyon

buckminster_fuller_time

Ne manquez pas la journée d’étude organisée par les élèves du Master Architecture de l’Information le jeudi 19 décembre à l’ENS Lyon sur le thème : « Contribution du design à la production des savoirs scientifiques« . Pour connaître le programme et les informations pratiques, nous vous invitons à consulter le site du Master.

Les vidéos de la Tour de Babel enfin disponibles !

Pieter Bruegel l'Ancien, la Tour de Babel

Mise en ligne progressive des vidéos de la première journée d’étude : « La Tour de Babel numérique » (15 novembre 2013) :

Première intervention de Milad Doueihi : « L’humanisme numérique et l’intelligence comme mythe fondateur de l’informatique« .

Eric Guichard : « Le numérique et les technologies de l’intellect : une approche anthropologique »

Catherine Beaugrand (ENSBA Lyon) : « Mémoire médium »

Les étages suivants bientôt disponibles…

Les Archives des chercheurs à l’honneur à l’ISH – 13 novembre 2013

ISH_MOM_20131113_RencontreArchivesChercheurs_Affiche

Ce mercredi 13 novembre s’est tenue à l’Institut des Sciences de l’Homme (ISH) à Lyon une journée consacrée aux « Archives des chercheurs : de la propriété au data-management« , co-organisée par l’ISH et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), avec le soutien de l’Université « Lumière » Lyon 2. Les organisateurs ont insisté sur la complexité et la polysémie de la notion d’archives des chercheurs, qui ne recouvre pas une mais des questions, et qui revêt de multiples facettes. Ils ont également souligné la nécessité d’adopter une démarche active d’archivage, rappelant que nous sommes tous concernés et acteurs dans cette démarche d’archivage. S’il s’agit d’abord d’une initiative personnelle, elle s’inscrit ensuite dans des dispositifs institutionnels. Sans prétendre faire le tour de la question en une seule journée pourtant dense, cet événement était posé comme une entrée en matière pour des actions futures, placé sous le signe des rencontres, et à l’écoute des attentes et besoins des chercheurs. 

La journée était structurée en deux moments :

  • la matinée s’efforçait de poser le cadre institutionnel et réglementaire, resituer  l’archivage dans le contexte de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS), alternant des considérations générales (F. Oppermann) et des illustrations de terrains (MSH de Dijon, LET, CLAPI)
  • l’après-midi proposait des études de cas concrets et de dispositifs d’archivage

« Les archives de la recherche : principes et réalités » (F. Oppermann) 

Cette première intervention visait à poser le cadre institutionnel et réglementaire et le contexte d’émergence relativement récente des questions d’archivage en SHS, suite à des initiatives étatiques (bibliothèque scientifique de recherche à l’horizon 2014), ou d’institutions de recherches (Maison des Sciences de l’homme d- MSH de Dijon), donnant lieu à plusieurs journées d’étude depuis 2011. F. Oppermann a rappelé que ce terme générique « d’archives » recouvrait une multiplicité de questions, et que son sens variait en fonction du chercheur, de son domaine de recherche, ou son statut institutionnel. Il a fait le tour des principaux écueils :

  • le statut des archives, leur devenir : qui doit gérer l’archivage et les archives ? Il a souligné, à travers l’anecdote d’un directeur d’une école bordelaise qui avait décidé de faire don des archives de l’établissement à une université espagnole, par la suite numérisées et mises en ligne, la sensibilité de certaines archives (confidentialité des données personnelles) et la question délicate du partage des responsabilités juridiques entre le chercheur, l’Etat et les institutions de recherche : qui peut disposer de ces archives, qui a le droit de les céder, les donner, et à qui ?
  • le contenu des archives : quels contenus, quels archives peuvent et doivent être archivés ? Pour certains chercheurs, la conservation de leurs archives a peu d’intérêt, car ils visent la publication, le produit fini. Pourtant, comme dans le domaine des beaux-arts ou des études littéraires, les brouillons et les manuscrits, les esquisses ou les croquis préparatoires ne valent-ils pas autant que l’oeuvre achevée, lorsqu’il s’agit de documenter l’histoire d’une institution ou d’une recherche disciplinaire, la genèse d’un problème ou d’une œuvre scientifique, la « fabrique » des savoirs ? Se pose alors le problème de la « sélection » : puisqu’on ne peut tout garder, pour des raisons matérielles et financières, d’une part, pour des raisons éthiques, d’autre part (« droit à l’oubli »), quelles archives faut-il garder, selon quels critères et par qui ce tri doit-il être fait ? Plusieurs personnes du public ont alors mis en évidence le problème posé par les départs à la retraite, ou plus largement, par les difficultés à séparer le temps et l’espace de travail du chercheur, de son temps et son espace de « non travail ». Le chercheur qui part à la retraite, ou effectue une partie de ses recherches à l’étranger, peut avoir besoin des données collectées et les emporter chez lui. Appartiennent-elles à l’institution ou à lui-même personnellement ? Qui et où les conserver dans ce cas ? Comment gérer aussi l’inévitable « hiérarchisation » des archives et des chercheurs qui les produisent ? Ne faut-il garder que les archives prestigieuses produites par les « sommités » de la recherche ? Ou bien les archives plus « triviales » (administratives) ou celles produites par les « anonymes » et « chercheurs ordinaires » n’ont-elles pas leur place également pour nourrir l’histoire des SHS et des institutions de recherche ?
  • la propriété et l’appartenance des archives : si les textes juridiques semblent clairs (code du patrimoine et code de la propriété intellectuelle), la question reste floue, et des incertitudes demeurent. On distingue en général l’oeuvre (propriété du chercheur) et le document, son support papier (appartenant à l’institution qui emploie le chercheur), le contenu du contenant. Mais qu’en est-il de certaines archives spécifiques, comme les enquêtes et les questionnaires ? Les réponses aux enquêtes sont-elles une oeuvre de l’esprit, et duquel : du chercheur qui a conçu le questionnaire, ou des répondants ?

La réalité est donc complexe. F. Oppermann a plaidé pour une solution pragmatique, à l’exemple de la série J (archives privées) des archives départementales : cette solution ne résout pas le flou juridique, mais donne un statut (public) aux archives privées, ce qui permet de les conserver. Les archives des chercheurs devraient être de même préservées dans le respect du cadre juridique de la propriété intellectuelle et du patrimoine. F. Oppermann souligne la nécessité d’impliquer l’ensemble des parties prenantes (chercheurs, directeurs de laboratoire, institutions publiques…) et de sensibiliser personnellement les chercheurs (non seulement lors de leur formation préalable, mais au cours de leur carrière) et les institutions, dans la mesure où les archives appartiennent à une communauté, et participent à l’histoire des institutions publiques, des laboratoires de recherche et des tutelles de ces laboratoires. De même qu’une oeuvre littéraire ou artistique n’est rien sans son contexte, l’archive scientifique est un tout : c’est pourquoi l’ensemble de la communauté scientifique doit être impliquée (y compris les personnels administratifs), pour perpétuer l’action de la recherche.  

« Des archives des chercheurs aux archives de la recherche : retour sur les expériences de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Dijon » (Céline Alazard, J. Demange)

 Cette démarche s’inscrit dans le Consortium « Archives des mondes contemporaines » (créée en 2012) et soutenu par le TGIR Huma-Num. Elle encourage une approche collaborative et collective pour répondre aux problème des archives de la période contemporaine et aux enjeux de leur numérisation. Ce consortium visait à répondre à deux problèmes à l’origine :

  • l’abondance et la diversité des archives contemporaines (diversité de leurs natures, de leurs supports, de leurs statuts juridiques). Archiver, c’est selon Céline Alazard se positionner en entrepreneur archivistique ;
  • la dispersion des lieux : les archives connaissent des situations diverses, et des stades variables d’archivage (en cours de numérisation, déjà archivées et numérisées…).

Pour relever ces défis, le consortium est basé sur la coopération entre des acteurs multiples : il réunit des chercheurs de différentes disciplines (histoire…) et des archivistes ou professionnels de l’archivage. Le but est de réduire la frontière et l’imperméabilité entre archivistes et chercheurs pour réfléchir à la constitution es archives. 

Le consortium a plusieurs activités et a déjà produit plusieurs résultats :

  • création d’un portail unifié pour l’accès à des corpus définis : la démarche pour y parvenir (travail collaboratif de création d’archives) compte autant que le résultat : la recherche compte autant que la création de patrimoine. Le nombre et le contenu scientifique des corpus reste souple, ouvert et évolutif. 6 pôles de coprus existent actuellement : circulations et migrations intra européennes, mémoires ouvrières, monde de l’entreprise, techniques d’impression de la littérature grise, corpus spécifiquement dédié aux archives des chercheurs et de la recherche ;
  • animation et coordination depuis 2004 du programme ARSHS avec la MMSH d’Aix en Provence et la MSH de Nanterre, dont l’objectif est de recenser et localiser les fonds d’archives des SHS en France : non seulement des chercheurs individuels, mais aussi collectifs (laboratoire et leurs archives administratives), en incluant également les archives non publiées (travaux préparatoires aux publications : carnets de terrain).

Plusieurs axes président à ce programme :

  • sensibilisation et formation des milieux concernés : les promoteurs du programme s’efforce de rencontrer des chercheurs pour les informer et expliciter la démarche de la MSH : conserver les archives DE la recherche POUR la recherche 
  • consultation des intéressés, par le biais d’enquêtes et de questionnaires sur les besoins et les pratiques 
  • diffusion et partage des données
  • évaluation des pratiques d’archivage 
  • valorisation de la compétence et de la spécialisation thématique dijonnaise autour des mondes ruraux: création du centre Marcel Maget visant à mettre à disposition les archives, proposer des outils de diffusion et partage des données, dans le respect des règles juridiques et éthiques (notamment la confidentialité des données personnelles, via un accès restreint).

Les intervenantes ont souligné que cette démarche d’archivage et de diffusion permet souvent de revisiter les terrains et les données primaires. Ces archives ont ainsi une utilité certaine pour les sociologues des mondes ruraux. Elles contribuent aussi à l’histoire des disciplines SHS et de la recherche en général. D’autres personnes présentes ont insisté sur la nécessité de garder une trace et d’expliquer la méthode de conservation et d’archivage, et les choix et les critères de tri, qui doit être réalisé de manière concerté.

Deux illustrations de terrain ont ensuite été proposées :

  • Mise en forme d’une plateforme de données internes à un laboratoire : ses enjeux, ses limites et ses freins (J. Gonzales-Feliu – Laboratoire d’Economie des Transports – LET) : parti du constat que beaucoup de données étaient inexploitées, que les pratiques restaient cloisonnées, et que la communication entre chercheurs n’était pas fluide, ce qui conduisait à des redondances et des pertes d’énergies. Comment, alors, mutualiser les données et réaliser, à plus long terme, ce rêve qu’est « la base de données des base de données » ? L’objectif était donc au départ d‘unifier les données mises à disposition, pour éventuellement créer dans une deuxième temps cette base de données des données ; de mutualiser les efforts, et enfin de mettre à disposition de tous ceux qui en ont besoin les données « non sensibles ». Mais plusieurs blocages sont apparus : la réticence d’une partie des personnels convaincus que « ça ne marchera pas », des blocages techniques et l’impossibilité d’imposer des formats uniques qui bouleverserait les pratiques et les habitudes de chacun, des dysfonctionnement sur l’usage des données (manque de communication sur les recherches en cours et les besoins), et surtout, absence de référent (personne de référence centralisant les besoins et les solutions). . M. Feliu-Gonzales a alors réussi à s’imposer comme référent pour centraliser les attentes et gagner la confiances des utilisateurs.
    • dans un premier temps, créer un « catalogue » ou « répertoire » des données disponibles, à partir d’une minutieuse recension des données disponibles ou « sensibles » des chercheurs, asosciée à une démarche d’explication pour que les utilisateurs comprennent l’intérêt de la démarche, et la manière dont ils pourront s’en servir
    • dans un deuxième temps : tentative pour unifier leurs données
    • dans un troisième temps, gérer le problème des « données sensibles » (anonymées mais non encore diffusées)

En conséquence, ce qui apparaissait à l’origine comme un simple défi technique, a débouché sur un changement assez radical dans le fonctionnement et l’organisation générale du groupe de recherche, de ses pratiques, ses savoir-faire et savoir-être.

  •  CLAPI : des corpus audio et vidéo de la recherche (S. Bruxelles, C. Etienne) : il s’agit d’une démarche collective d’une équipe de recherche du laboratoire ICARE. L’intérêt de l’intervention a été de montrer que ce projet précis soulevait de nombreux problèmes qui vont bien au-delà de la simple question des données et de leur archivage : enrichissement des données, outils de la recherche et nécessité de travailler avec d’autres archives et de les faire circuler entre les laboratoires et utilisateurs, problèmes techniques et juridiques, standards (Dublin Core ou TEI), pérennité del ‘archivage…

Pour clore cette première partie de la matinée, B. Helly (MOM), a ressaisi l’ensemble des enjeux autour des pratiques, la propriété, et de la transmission des archives, à partir de son point de vue de chercheur « de base » en archéologie, spécialiste d’épigraphie grecque, et souvent amené à travailler à l’étranger. Il a rappelé le cadre juridique de ses travaux (la convention européenne de Malte de 1992, révisée en 2009 avec le traité de Lisbonne), qui propose une définition très large du patrimoine archéologique et met l’accent sur le professionnalisme dans sa protection Il prévoit cadre de la collecte et la diffusion des données, et impose certaines règles pour la pratique sur le terrain : remise des objets de fouille aux autorités, travail avec les musées, restauration éventuelle des objets…. L’acquisition des données se fait dans le cadre de la création de substitut d’objets : par l’autopsie (fiches descriptives, carnets de fouille), par l’utilisation de procédés techniques, par l’information rétrospective. Toutes ces étapes participent à la construction d’un système d’information scientifique qui repose sur trois pôles : objets ; lieux ; sources d’information (sources elles-mêmes et compilations qui s’y rapportent). L’enregistrement passe par l’archivage des substituts de l’objet.  Pour conclure, B. Helly a insisté sur le fait qu’un système d’information ne se confond pas avec le système des archives. Ce système est est en constante évolution : l’important ce sont les successeurs, et donc la transmission des archives qui serviront aux recherches future et en assureront la continuité. Les chercheurs doivent assurer la pérennité dans la durée du système. Ceci engage aussi la responsabilité de l’institution : pour B. Helly, la responsabilité des fonds doit être déléguée aux institutions.

Quand le numérique fait des bulles… retours de « BD NUMérique »

IMG_9259

Ce jeudi 7 novembre s’est tenue à l’ENS Lyon la deuxième journée d’étude du labo junior Nhumérisme : « BD Num », la bande dessinée à l’ère numérique et digitale. Deux grandes questions transversales ont servi de fil d’Ariane :

  • Le numérique « révolutionne-t-il » la bande dessinée ? Que fait le « numérique » à la bande dessinée, que change-t-il : en termes de création, de support, de formats, de contenus, de lecteurs et pratiques de lecteurs, ou pour les relations entre auteurs, éditeurs et lecteurs ? Est-il un simple « gadget » permettant d’animer les cases et les personnages, au risque de perturber la lecture et briser le fil linéaire de la narration, ou bien a-t-il une valeur ajoutée réelle ? Est-il bien raisonnable de considérer la bande dessinée comme un genre « poussiéreux » que le numérique viendrait « renouveler » ou « régénérer » ? Ne faut-il pas, comme le propose Pascal Robert, dépasser la dichotomie bande dessinée « traditionnelle » vs numérique « révolutionnaire » et renverser la perspective en cherchant ce que la bande dessinée dite classique peut apporter au numérique ?

  • BD numérique ou numérique(s) ? Derrière l’unité de façade et l’illusion du singulier, se cache une grande diversité de pratiques et de « philosophies » autour de la bande dessinée numérique, dont l’événement « BD Num » a tenté de donner un large échantillonnage. Pour mettre un peu d’ordre dans ce foisonnement, nous avons structuré la journée autour deux grandes approches, deux pôles extrêmes entre lesquelles se déclinent de multiples variations :

  1. la BD « numérisée » (digitized) qui utilise le numérique comme outil de diffusion et d’émergence de nouveaux lecteurs et pratiques de lectures : c’est le cas de la Revue dessinée, qui était à l’honneur de la table ronde du matin, avec Kris et Olivier Jouvray, et coanimée par les labos junior « Sciences dessinées », Nhumérisme et Julien Falgas.

  2. la BD « créée numériquement » ou « née digitale » (digital born), qui utilise le numérique comme outil de création et d‘expérimentation narrative et l’intègre pleinement dans le processus de création : c’est le cas des deux auteurs invités l’après-midi, qui ont présenté deux projets eux-mêmes très différents

  • Lna Morandi, Klash : une expérience de bande dessinée interactive : partie d’un fait divers réel mais déjanté (la séquestration d’un cambrioleur par la coiffeuse championne de karaté du salon de coiffure même qu’il projetait de cambrioler), Lna a réalisé une bande dessinée interactive, dans le cadre de son projet de fin d’étude à l’école Emile Cohl (Lyon), une forme hybride par excellence, au croisement de différents genres : avant tout la bande dessinée « traditionnelle », soucieuse de conserver plaisir du lecteur sans s’interdire de briser la linéarité de la lecture (n’est plus de mise puisque le lecteur à la possibilité de changer de point de vue à travers les divers personnages de la BD), un procédé qui rappelle le « livre jeu » enfantin même si Lna définition même, de même qu’elle rejette cette approche puisque le choix du personnage est sans incidence sur l’histoire. De même, l’auteur refuse de ranger son oeuvre dans la catégorie du « gadget » (tous les choix formels et esthétiques sont dûment motivés et réfléchis), du jeu vidéo (en créant des énigmes ou des puzzles, qui bloqueraient l’utilisateur dans sa lecture), ou encore du turbomédia, qui repose sur le principe d’une case unique et défilante. Elle préfère exploiter les potentialités de la tablette, qui lui permettent d’aller plus loin par le format de certaines cases, comme les cases panoramiques ou offrant une rotation à 360° par exemple, ou par l’ajout d’animation et de sons.

  • Simon, MediaEntity (2013) : qualifie sa bande dessinée de « transmédia » : le « transmédia » ou « turbomédia » lui est apparu comme un support idéal pour le sujet originel (l’identité numérique, l’identité en ligne sur les réseaux sociaux). C’est un cas tout aussi « hybride », inspirée de la série télé et lui empruntant certains de ses codes (notamment son découpage temporel en « épisodes »), jouant sur plusieurs supports (site web, application sur tablettes) et enrichie par la « réalité augmentée », qui consiste à superposer des contenus multimédias sur le support papier, pour lui donner une profondeur et faire interagir différentes strates de réalité. Après un premier tome paru en septembre 2013, un deuxième épisode est prévu pour janvier 2014.

Les travaux de ces auteurs ont été éclairés par les mises en perspectives historiques et critiques des deux chercheurs invités :

  • Julien Falgas (Université de Lorraine) a retracé une petite histoire et un état de l’art de la bande dessinée, depuis la « BD interactive » des années 2000 jusqu’aux expériences actuelles autour de la « BD numérique »et du « turbo média », gravitant autour du concept « d’hybridation« , emprunté à la biologie ;

  • Pascal Robert (ENSSIB) a pour conclure renversé radicalement la perspective, en proposant « un questionnement en miroir » entre la BD et le numérique : la bande dessinée aurait moins à apprendre DU numérique, qu’elle n’a à apprendre AU numérique (en lui enseignant, notamment une « ingénierie du cadre », à laquelle elle travaille depuis longtemps…).

Ces dernières remarques résonnent comme une invitation pour les chercheurs et les disciplines académiques elles-mêmes, à s’interroger sur leurs propres pratiques, et appliquer ce « questionnement en miroir » aux relations entre leurs disciplines (histoire, sociologie, anthropologie…) et le numérique. Renverser la perspective, et se demander non plus seulement le numérique peut « renouveler » leurs disciplines, ce que leurs pratiques dites « traditionnelles » ont à apprendre DU numérique, mais aussi ce que leurs héritages, leurs savoirs, savoirs faire et savoir être peuvent apprendre AU numérique.

Les vidéos et podcasts de la journée, seront bientôt mis en ligne, et accompagneront les compte rendus plus détaillés de chaque intervention.