Feed back des journées « Réseaux et Histoire » de Nice des 26-28 septembre

Par Pierre-Marie DELPU (Un. Paris 1) et Gabriel GARROTE (Un. Lyon 2) doctorants en Histoire contemporaine

Les trois premières journées de travail du groupe RES-HIST se sont tenues à la MSH de Nice les 26,27 et 28 septembre. Après une journée consacrée aux retours d’expériences de chercheurs confirmés, les deux sessions suivantes ont permis l’exposé de travaux en cours de doctorants qui ont recours à ce concept et aux outils d’analyse qu’il implique. Résolument transpériode, malgré la sous-représentation des spécialistes d’histoire ancienne, le colloque a révélé un très vaste éventail d’usages et de références et souligné la difficulté de faire apparaître une définition claire et consensuelle de la notion.

Analyse de réseau ou analyse des réseaux[1] ?

Il n’y a pas des réseaux ici et une absence de réseaux là, mais des entités, idéelles, humaines, institutionnelles et des flux matériels ou immatériels qui peuvent ou non être analysés en terme de réseaux, ainsi que Claire Lemercier l’a souligné à propos de l’intervention de Boris Deschanel (Un. Paris 1). Aussi ne faut-il pas confondre l’analyse des réseaux et l’analyse de réseaux comme outil technique applicable en dehors des réseaux à proprement parler. L’analyse de réseau constitue ainsi une approche transversale dans l’étude de récurrences et cooccurrences textuelles. A mi-chemin entre analyse des réseaux de sociabilité et analyse textuelle, Anthony Andurand (Un. Toulouse) propose une démarche originale pour étudier les relations supposément entretenues entre Plutarque et les hommes cités dans Les propos de table. Stimulante, cette approche a appelé quelques commentaires. En l’absence de repères chronologiques historiques au sein de l’œuvre, il a été regretté que la communication n’essaie pas de lui substituer la chronologie du roman. Cette présentation, ainsi que celle de Frédérique Bertoncello et Marie‑Jeanne Ouriachi (Un. Nice), offraient l’avantage de décentrer le regard pour interroger, à côté des interventions questionnant les liens qui relient les individus entre eux, l’individu comme lien entre entités géographiques, cités de l’Empire romain d’un côté, « établissement » de l’autre.

Souvent perçus comme relevant d’une approche quantitative portant sur des échantillons substantiels, nécessitant de recourir au numérique, l’analyse de(s) réseau(s) laisse place à d’autres approches. Jérôme Lamy et Dorothée Rusque montrent le bien-fondé d’une démarche anthropologique centrée sur un ou deux individus dont on explore à fond les relations tissées avec les individus, les espaces sociaux et les institutions côtoyées. Singulière, et par là-même limitée, l’étude de cas offre, au travers d’une analyse approfondie, de quoi satisfaire une imagination désireuse de reconstituer le détail des échanges. Impossible à réaliser à l’échelle d’un corpus, par défaut de temps ou de source, l’approche anthropologique dresse un idéal-type susceptible d’affiner la connaissance des rapports entretenus par l’ensemble des pairs – non étudiés sous cet angle – avec leurs propres réseaux (avec un peu d’imagination du moins et à considérer une plausible représentativité du cas sondé). Lui préférant l’ego network[2], Isabelle Rosé (Un. Rennes 2) choisit également de concentrer son analyse sur une personne très bien insérée dans des groupes et espaces sociaux, afin de la suivre et explorer à travers elle le fonctionnement de la société, les modalités d’appartenance au groupe, la capacité à passer d’un groupe à l’autre ainsi que l’aptitude à entretenir des liens avec mondes sociaux différents. A nouveau, plutôt que d’étudier l’ensemble des acteurs d’un réseau on étudie celui-ci au travers d’une personne ; d’autant que se pose la question de la possibilité d’étudier un réseau complet. Reconstituer pleinement un réseau demeure un idéal non encore atteint. C’est ce que la discussion qui a suivi l’intervention d’Isabelle Rosé a rappelé. Le réseau reconstruit met en effet le plus souvent de côté le « réseau dormant ou potentiel » et  le « réseau actif invisible ». Il importe enfin d’interroger les limites et lacunes du réseau reconstitué et les logiques présidant à la délimitation des corpus étudiés.

 

Réseaux représentés et représentation des réseaux

Que l’analyse de réseaux fonde la délimitation du corpus (ex. Lola Gonzalez-Quijano, EHESS) ou qu’elle ne porte que sur une partie du corpus seulement (Boris Deschanel s’appuie sur les seuls négociants portés sur les listes de notabilités), il importe d’expliciter les postulats retenus ou critères discriminants[3]. Partant des relations nouées par une célèbre demi-mondaine, Cora Pearl, Lola Gonzalez-Quijano piste ses amants, mais aussi les maîtresses de ces derniers. Elle élargit le corpus jusqu’à la centième galante, totalise 510 relations nouées autour de 315 « amants‑clients ». Ce choix intéresse dans la logique d’échantillonnage d’un corpus autrement que par définition a priori sur critères sociaux ou sélection aléatoire. Pragmatique, il apparaît particulièrement bien adapté pour pénétrer un univers parfois rétif à dévoiler ses acteurs. Il interroge cependant. Dans quelle mesure le poids de l’individu de départ, une galante dans un corpus d’hommes et de femmes de tous rangs, a-t-il infléchi la structure du réseau ? Néanmoins, dans le cas présent la densité du réseau laisse supposer que sa configuration aurait sensiblement été la même si le point de départ avait été autre. D’un autre choix s’en serait-il suivi un décentrement du réseau, un changement de corpus ? Pourquoi choisir 100 demi‑ mondaines, signalant par là un corpus fondé sur les femmes, plutôt qu’un nombre arrêté d’« amants-clients ». Plus généralement, c’est la question de la place accordée à tel ou tel individu en amont de l’analyse qui est mise en cause. Ainsi, en plaçant Plutarque au centre de l’analyse, Anthony Andurand tend à délaisser l’absence de liens – certes plus difficiles à repérer – au profit de coprésences/phénomènes d’attraction dessinant un « réseau de convivialité ». Le graphe se présente ainsi le plus souvent comme la mise en lumière des liens plutôt que celle de leur absence ou de répulsions. À l’inverse, Laurent Beauguitte (FMR) s’est intéressé au cours de ses recherches à lier  les États dont les prises de position à l’ONU paraissaient antinomiques, mettant ainsi en avant la place ‘‘à part’’ des Etats-Unis.

C’est toute la question de l’objectif et de l’utilité du rendu visuel qui se pose en fait.

  • Quelle utilité ?

C’est celle de l’analyse de réseau par rapport à l’analyse de séquences ou à de simples tableaux croisés. Elle peut néanmoins constituer une étape préalable. Ainsi Claire Lemercier signale que les trop nombreuses dénominations de Boris Deschanel ne lui permettent pas de recourir à l’analyse de séquences, mais que le détour par l’analyse de réseau favorise l’agrégation des données par paire et permet des regroupements propres à satisfaire les prérequis de cette méthode. C’est, plus encore, celle de la représentation graphique aux dépens de tableaux statistiques. Se révèle ici l’importance de la formation des chercheurs et de leur familiarisation avec la statistique autant que celle d’une pratique des outils numériques (n’a-t-on pas trop tendance, ainsi que Laurent Beauguitte le souligne, à se lancer dans la visualisation des données et « à jouer la DS pour sortir x résultats plus ou moins contradictoires impossibles à interpréter » plutôt que d’étudier préalablement la structure statistique du graphe ?).

Le problème de la représentation de la diachronie a été à plusieurs reprises soulevée[4]. De nouveau, il a été constaté que l’accent était mis sur les liens qui perduraient ou sur ceux qui apparaissaient plutôt que sur ceux qui disparaissaient. Ces derniers étaient en effet effacés des graphes – du fait d’un probable souci de visibilité. Conserver les individus malgré la ‘‘disparition’’ de liens permettrait de quantifier pour chaque pas-de-temps les ‘‘gains’’ et ‘‘pertes’’ d’un réseau. Les échanges qui ont porté sur la diachronie des réseaux se sont toutefois limités à proposer des solutions pour les représentations proposées pour chacun des pas-de-temps retenus. Il n’a pas été question de donner à voir du temps au sein même d’un graphe. On pose ici la question des critères à retenir pour construire des représentations visuelles, supposant de prendre en compte les catégories sur lesquelles repose la structuration du social. Ne serait-il pas bienvenu, au sein d’un réseau familial, de faire apparaître les différentes générations en superposant à la structure réticulaire une structure hiérarchique, concentrique, etc., qui permette – peut-être – de représenter non seulement une chronologie des liens, mais aussi une logique dans cette chronologie. Le deuxième aspect abordé relativement à la diachronie des réseaux est la question du pas-de-temps. Régulière (hebdomadaire, annuel, quinquennal, etc.), la temporalité retenue doit être fonction du sujet traité (un emploi du temps, un parcours de vie, etc.). Il a également été proposé de retenir les événements marquants (mariage, etc.). Mais, d’un événement à l’autre, il n’est pas certain que la ‘‘valeur’’ du lien reste la même. Enfin, une connaissance fine du réseau permettrait, plutôt que de choisir aléatoirement le pas-de-temps, d’opérer des regroupements par époques autour des moments d’articulation, revirement ou reconfiguration du réseau.

L’autre problème majeur abordé a été la question de la « force » des liens : comment et sur quel(s) critère(s) l’évaluer ? Ce problème a été plusieurs fois rappelé à propos des liens familiaux (Michaël Gasperoni, Ecole française de Rome), des témoins de mariage (Vincent Gourdon, Un. Paris IV), etc. (Isabelle Rosé…), sans que des solutions  satisfaisantes (et surtout généralisables) aient pu être rencontrées.

Plus généralement c’est la lisibilité qui pose problème. Si les logiciels d’analyse de réseaux offrent la possibilité d’opérer des regroupements pour ne plus faire apparaître que les groupes (constitués d’après les critères retenus) au lieu d’une myriade d’individus. Si les différents types de représentations (1-mode, 2-modes) ont été abordés ici et là, il aurait certainement été apprécié de discuter de façon plus approfondie les logiques qui président au choix de l’un ou de l’autre des modes et, plus encore, au rejet de l’autre, de l’apport de l’un par rapport à l’autre et par rapport à l’objectif de la démonstration. Enfin, s’il a été rappelé qu’il n’est pas possible d’additionner choux et patates, une seule intervention (Laurent Nabias, Un. Paris 10) a mis en valeur les apports de l’analyse des liens multiplexes et de leur représentation, à l’appui d’une étude des réseaux de la noblesse francilienne au bas Moyen Age. Il ne faut donc pas négliger l’interpénétration des types de réseaux (familiaux, de sociabilité, de travail, etc.) et leur possible interdépendance. Des graphes qui ne lieraient les individus que s’ils partagent plusieurs liens (prédéfinis) pourraient constituer un indice de la force des liens unissant deux individus, et participeraient à faire apparaître les corrélations existantes entre types de réseaux, à comprendre le passage d’un champ à l’autre. Ce type d’approche (cumul des réseaux) permettrait probablement, au sein d’un corpus prédéfini, une meilleure comparaison entre les réseaux sociaux qui esquissent une scission au sein du groupe et ceux qui favorisent l’émergence d’une « communauté », en faisant apparaître les individus qui sont en lisière ou incontournables. Enfin, les logiciels, à l’exception de NodeXL, ne permettant pas de représenter les liens multiplexes, indiquer quelques « trucs » mis en place pour pallier cette carence, et plus généralement toute difficulté rencontrée et surmontée, et auxquelles les débutants et aguerris se retrouvent confrontés.

C’est enfin le dilemme entre le désir d’exhaustivité et celui de clarté, entre le regard du spécialiste et  la nécessaire compréhension du destinataire. Un graphe qui nécessite de longs éclaircissements pour être compris est-il véritablement utile ? S’il offre un support instantané pour suivre le déroulement d’une pensée, son rôle n’est-il pas justement d’éviter de longs et pénibles développements ? A l’inverse, un schéma extrêmement clair et simple ne peut-il être décrit en deux lignes qui se suffisent ? Le graphe doit tout à la fois permettre de comprendre un objet complexe, sans lui-même calquer cette complexité qu’il a pour objet de rendre intelligible. Or, cet aspect est bien trop souvent oublié de celui qui se lance dans l’analyse pour répondre à ses questions de recherche.

 

Perspectives

La discussion finale, présidée par Pierre-Yves Beaurepaire, a permis de dresser un premier bilan des journées et d’envisager l’avenir du groupe de travail. Les participants ont principalement insisté sur l’organisation des prochaines rencontres à Toulouse du 9 au 11 avril. Ayant constaté la très forte hétérogénéité du groupe et l’inégale appropriation des outils conceptuels et informatiques afférents à l’étude des réseaux, les organisateurs souhaitent faire des ateliers d’introduction à des logiciels précis, par niveaux. De la même manière, ils envisagent, sur le modèle de l’école d’été organisée à Porquerolles en 2012[5], de mettre en place une présentation « les réseaux pour les nuls » pour introduire aux fondamentaux conceptuels et historiographiques de l’analyse de réseaux. La rencontre se propose de faire état de la recherche étrangère sur les réseaux. Une troisième rencontre interviendrait à Paris, a priori en janvier 2015, aborderait l’éclairage apporté par d’autres sciences humaines et sociales.

Sur le plus long terme, il est envisagé d’élargir le groupe de travail à d’autres participats, d’organiser des formations, des ateliers ciblés, des séminaires. Pierre-Yves Lacour et Marc Conesa (Un. Montpellier 3) proposent de lier les activités de RES-HIST à des ateliers techniques à Montpellier. Nicolas Verdier (CNRS) et Marie-Carmen Smyrnelis (EHESS) envisagent de créer un séminaire de lectures sur les réseaux à l’UMR Géo-Cités (Institut de géographie). Enfin, José María Imizcoz (Un. du Pays Basque) propose de mettre en place à l’horizon 2015-2016 une rencontre à l’université de Vitoria autour de l’usage des correspondances dans les études de réseaux.

 


[1] Le programme de la jourmée est disponible sur notre carnet. Pour plus d’informations : http://reshist.hypotheses.org/

[2] Voir également les travaux de Claire Bidart.

[3] Néanmoins, le format court, 15 min., retenu obligeait les intervenants à faire des choix.

[4] Voir aussi la question soulevée supra à propos de la communication d’Anthony Andurand.

BD Num – Journée d’étude sur la BD numérique – 7 novembre 2013

Le labo junior « Nhumérisme » (ENS Lyon) consacre sa deuxième journée d’étude à la bande dessinée à l’ère numérique et digitale, en collaboration avec le labo junior « Sciences dessinées ». Cette journée sera l’occasion de rencontrer et faire se rencontrer des communautés habituellement séparées : chercheurs, artistes (auteurs et dessinateurs de bande dessinés), éditeurs, développeurs de plateformes.

klash_poster

L’axe principal de cette journée est d’interroger la supposée « révolution numérique » dans le monde de la bande dessinée. Comment et dans quelle mesure les nouveaux outils numériques et digitaux affectent-ils la bande dessinée « traditionnelle », au niveau de :

  • la production et la création : comment la nouveauté et diversité des supports numériques et digitaux (web, tablettes, smartphones), affectent-elles les formes, les formats et les techniques d’écritures, les choix narratifs et graphiques ? Imposent-elles de nouvelles contraintes mais ouvrent-elles aussi de nouvelles libertés et possibilités de création ? Ces nouveaux médias accentuent-ils ou créent-ils de nouvelles hybridations entre les genres : entre bande dessinée « classique », roman graphique et roman photo, entre les genres littéraires (la nouvelle ou autres formes courtes par exemple) et le storytelling, entre le reportage, le documentaire et le journalisme, puisant même dans l’animation, la 3D et le  jeu vidéo ?

  • l’édition, de la publication et de la diffusion : quel modèle économique, quelles relations entre auteurs et éditeurs ?

  • la réception : du point de vue des lecteurs et des pratiques de lectures, des rapports entre auteurs et lecteurs et entre les lecteurs eux-mêmes : assiste-t-on à l’émergence d’une écriture collaborative, à une porosité croissante des frontières entre l’auteur et le lecteur ? Quelle est la réalité de la « démocratisation » affirmée de la bande dessinée, à l’ère du web 2.0, d’une BD « participative » ou « collaborative » qui associerait pleinement le lecteur au processus d’écriture ? Voit-on émerger des communautés de lecteurs et de nouvelles « sociabilités » numériques autour de la bande dessinée, qui se ramifient sur le web et les réseaux sociaux ? Ces nouvelles sociabilités semblent offrir par là de nouvelles sources au chercheur qui étudie les pratiques de lectures, nécessitant aussi de nouvelles méthodes et exigeant de nouvelles « littératies ».

On s’efforcera ainsi au cours de cette journée de faire la part de l’ancien (emprunts aux pratiques héritées) et du nouveau (acquisition de nouvelles compétences et de nouvelles virtuosités), afin de prendre la juste mesure de la « révolution numérique » supposée. Comme dans le monde de la recherche et des disciplines scientifiques, les cultures numériques et digitales en train d’émerger sont toujours des mélanges de permanences et de mutations : quels savoirs et savoir-faire anciens les artistes doivent-ils abandonner ou conserver, réemployer ou détourner, leur donnant un sens nouveau dans le contexte numérique et digital ? Quels nouvelles compétences doivent-ils acquérir ? Leurs sources d’inspiration et leurs influences, leurs affinités intellectuelles et sociales, leurs (af)filiations et leurs réseaux changent-ils en conséquence ? Les formations dispensées dans les écoles d’art changent-elles également ? Comment les institutions dédiées à la bande dessinée s’adaptent-elles aux nouvelles exigences, en termes de formation, d’évaluation et de valorisation ?

Le deuxième objectif de cette journée est de mettre en évidence la diversité des pratiques, dont témoigne la diversité même des termes employés (de la bande dessinée « interactive » à la bande dessinée « enrichie » ou « augmentée », en passant par le « transmédia »). Deux grands pratiques semblent pourvoir être distinguées, entre lesquelles se déploie un large éventail de variantes et de combinaisons :

  • depuis la la bande dessinée numérisée (digitized) d’un côté qui utilise le numérique comme simple outil de diffusion, n’affectant pas ou peu le récit ou le dessin, qui se résume en somme à une simple numérisation de la bande dessinée « traditionnelle »…

  • jusqu’à la bande dessinée numériquement née (digital born) ou numériquement créée, qui mobilise des outils parfois très sophistiqués dans la production même de la bande dessinée. Le numérique fait alors partie intégrante du processus de création.

Le programme de la journée détaillé ci-après traduit notre souci de donner le plus large échantillonnage possible de la diversité de ces pratiques. Vous y trouverez aussi les informations pratiques vitales (horaires, lieu, accès)…

Capture d’écran 2013-10-16 à 11.43.45

Programme

Matin

 10h : Accueil des participants – ouverture de la journée

10h30-11h30 : Table-ronde autour de la Revue dessinée (Kris, Olivier Jouvray, Julien Falgas).

 12h30-14h Pause déjeuner

 Après-midi

 14h-14h45 : Lna Morandi (auteur, ancienne élève de l’école Emile Cohl – Lyon) : « Klash : une expérience de bande-dessinée interactive »

14h45-16h15 : Simon (auteur) : « MediaEntity : la bande dessinée, support matriciel du transmédia », en dialogue avec Julien Falgas (Infocom – Université de Lorraine – Metz) : « De la bande dessinée interactive à la bande dessinée numérique »

 16h15-16h30- Pause

16h30-17h15 : Pascal Robert (Infocom, ENSSIB – ELICO – Lyon) : « Bande-dessinée et numérique, pour un questionnement en miroir »

17h15-18h : Table-ronde de clôture (Lna Morandi, Simon, Julien Falgas, Pascal Robert)

Après Babel…retours enthousiastes d’un premier chantier !

IMG_9037

Notre petite équipe de nhuméristes en herbe rentre ce soir éreintée mais ravie de cette première journée d’étude : le chantier de Babel avance lentement mais quelques pierres fondatrices ont été posées aujourd’hui… Ne désespérons pas d’atteindre le Ciel un jour… Cette première journée de notre labo junior, consacrée à la « diversité des langues numériques », fut d’une grande richesse grâce à la qualité et à la diversité des contributions des intervenants. Quelles n’étaient pas nos inquiétudes, pourtant, à l’idée de partir de cet objet « numérique », a priori si mal défini, si flou, aux si contours si incertains… Levant ce matin encore un regard anxieux et sceptique sur une tour de Babel bien chancelante sur ses fondations, nous sommes forcés de reconnaître que ce défaut apparent de structuration s’est révélé finalement extrêmement fructueux, de trois points de vue au moins :

Derrière l’apparente confusion des langues…

 Cette journée s’annonçait éclectique et même hétéroclite. Trois grandes « définitions », trois grandes visions – trois « langues » du numérique ont émergé au fil des interventions et des échanges, et pris corps lors de la table-ronde finale :

  1. le matin (Milad Doueihi, Eric Guichard) : le numérique » comme fait technique, culturel, social, ou fait de civilisation – objet de recherche et de réflexion
  2. en début d’après-midi (Francesco Beretta ; Anthony McKenna, Eric Lochard) : le numérique comme instrument (base de données) pour le chercheur : à la fois outil de recherche et de publication
  3. en fin d’après-midi (Catherine Beaugrand) : le numérique comme « medium » pour les artistes ou editors (comme ils préfèrent se baptiser eux-mêmes), conçu comme médiation entre le corps et le monde, entre la terre et le ciel, entre soi et les autres…

des lieux de dialogues parfois inattendus…

Des points de convergences profondes et des transversalités fortes se sont pourtant tissées progressivement entre ces langues et ces approches diverses, notamment entre artistes et chercheurs. L’historien en particulier et l’artiste (editor) ne peuvent-ils se rejoindre dans leur hantise de la trace et de la mémoire ? Ne peuvent-ils ici rencontrer le philosophe Doueihi qui professe à juste titre la nécessité (exigence éthique) de l’oubli pour l’humanité – parce qu’on ne peut et qu’on ne doit tout garder, qu’il faut rester capable d’oublier… pour vivre au présent, et aborder l’avenir d’un pas léger, délesté de ce fardeau qu’est parfois la mémoire(s) et l’histoire(s) ? Historiens et artistes ne peuvent-ils se comprendre également lorsqu’ils parlent de medium (au sens derridien de « celui qui fait parler les autres », et avant tout les morts et les absents, comme le voulait autrefois Michelet, historien s’il en fut ?) ? Lorsqu’ils se montrent tous deux préoccupés par cette même question de la référence, de la source (d’une image, d’un document d’archives) ? Mais les mêmes mots désignent-ils ici les mêmes choses ?

Chercheurs et artistes semblent enfin se retrouver dans leur rapport à la « base de données », dans sa construction, sa structuration, les mises en relations et les corrélations (notion reprise par Catherine Beaugrand elle-même dans son cours « Design Correlation ») entre les données, une question qui agite aussi les littéraires, spécialistes des Lumières, qui s’attachent à décortiquer la logique de l’Encylopédie et comprendre ses systèmes de renvois ? Mais là encore, les mêmes mots de « donnée », « base de données », « corrélation » renvoient-ils aux mêmes réalités ? Ne traduisent-ils pas des visions ou des expériences, des rapports au monde radicalement différents, intraduisibles, justement, par les seuls mots ?

Un problème commun qui semble davantage fédérer chercheurs et artistes (parce que négatif hélas !?) serait la non-pensée des outils numériques et un conservatisme conceptuel ou mental : autrement dit, cette tendance fâcheuse à l’usage non réflexif des outils, qui trahit une certaine angoisse ou une certaine résistance, l’attachement à des objets anciens, des catégories connues et familières rendues obsolètes par les outils, mais auxquels on continue à s’agripper par peur… ou par paresse… Ainsi en est-il des artistes qui continuent à vouloir « faire de la vidéo » comme on la faisait au milieu du XXe siècle, sans tenir compte de l’impact des nouveaux outils (tablettes, smartphones…) sur nos concepts et nos pratiques – de même que certains historiens croient pouvoir continuer à écrire et « faire » l’histoire au XXIe siècle comme… l’écrivait un certain Michelet au XIXe siècle justement… De ce point de vue, l’attitude du chercheur et celle de l’editor ne sont-elles pas plus proches qu’on ne l’imagine ? Le processus de recherche scientifique n’a-t-il pas à voir et à faire avec la recherche artistique ? N’en est-il pas de même de la dissociation topique entre sciences « dures » (les « vraies » sciences) et les sciences « molles » (sciences humaines et sociales j’entends) ? Ou entre « théoriciens » et « praticiens » ? Les lignes de faille et de fracture ne passent-elles ailleurs ? Ne sont-elles pas déplacées par le numérique ?

 et donc le hasard des rencontres… (mal)heureuses ?

Cette indétermination même a finalement permis de jeter des passerelles imprévues entre des disciplines ou des approches différentes autour du numérique. Moins à partir d’une langue mère universelle, illusoire sans doute, qu’autour d’objets d’étude communs : rencontre inattendue par exemple, provoquée par Eric Guichard, entre le mathématicien Jean Dhombres et les artisans de la base Arkane autour de Galilée. Un multilinguisme modeste plutôt qu’une inatteignable transdiscipline…

Autres lieux de rencontres : autour d’un même instrument, d’un même outil de recherche. Rencontres entre Symogih (Francesco Beretta) et Arkane (Anthony McKenna et Eric Lochard), où les données et la question de la structuration peuvent être vues comme un lieu de passages et de convergences, mais aussi de divergences entre Arkane qui privilégie le chercheur utilisateur (au moyen d’une interface graphique ergonomique et d’un outil relativement simple d’utilisation) et Symogih qui exige du chercheur un minimum de connaissances techniques pour s’approprier l’outil. Comme l’a justement fait remarquer F. Beretta, quelle doit être alors le degré de compétence technique du chercheur ? Jusqu’où pénétrer dans la connaissance intime du langage informatique ? Quelles littératies pour l’historien numérique ?  Tout ignorer de l’outil, n’est-ce pas se fermer des portes, des pistes de recherches ? N’est-ce pas se condamner, sinon une dépossession du processus de recherche, du moins à une sous-exploitation de la machine, une méconnaissance de la totalité de ses potentialités ? A une incompréhension mutuelle, sinon une incommunicabilité entre la machine et l’humain, et entre l’informaticien et l’historien ? Bien souvent, les mots diffèrent mais les réalités désignées sont les mêmes : ainsi « l’objet » dans la langue de Symogih correspond au « sujet » dans celle d’Arkane. Simple problème de traduction ? Non, car derrière les mots, ce sont bien des visions du monde (des données, de la méthode, des objectifs, des valeurs qui se cachent derrière les choix d’outils) qui s’affrontent. Faut-il alors imaginer une langue commune, prélude à une « transdiscipline » numérique ? Mais ne risque-t-on de créer de reproduire l’artificialité et la pauvreté de cette utopie sans lendemain qu’a été l’esperanto ?

Histoire de nous éloigner encore d’un optimisme ou d’un angélisme naïf – même si la tentation est grande à l’issue d’une journée aussi riche et gratifiante (!) : le(s) monde(s) numériques sont assurément sources de tensions, de conflits, de confusions voire d’incompréhensions, terres de nouvelles « fractures » et d’inégalités, ou de nouvelles formes d’exploitation. Eric Guichard soulevait à ce titre la question du digital labor (une nouvelle forme de prolétarisation, du travail intellectuel précisément), et la marginalité institutionnelle de la plupart des acteurs francophones du numérique, avec tous les enjeux de rivalités et de pouvoir qui s’ensuivent… où nous rencontrons le dilemme de l’institutionnalisation : faut-il structurer pour mettre de l’ordre et éviter les pertes d’énergies, faut-il substituer le droit au fait, au risque d’une perte de spontanéité, de créativité, et l’inévitable création de nouveaux rapports de force et de nouvelles hiérarchies ? 

Pour finir sur une note plus positive et constructive malgré tout : quels lendemains pour notre labo junior ? Même si nous sommes encore loin de l’atteindre (et l’atteindra-t-on un jour ? La valeur du mythe ne réside-t-elle pas justement dans l’inachevé et l’inachevable même ?), le ciel se dégage au-dessus de notre « Tour de Babel numérique ». On commence à y voir plus clair. Cette journée inaugurale nous a permis d’esquisser une première délimitation (des délimitations, plus justement) du champ mouvant des « humanités numériques » – et nous demander si la première tâche de l’association francophone en passe de naître à Saint Malo (That Camp 2013) n’était pas de rebaptiser ces si mal nommées « digital humanities » ? Mais quels mots pour remplacer cette traduction un peu rapide et assurément inexacte du terme parent anglo-saxon, qui ne correspond finalement à aucune réalité dans le paysage francophone – et a fortiori français ? Car que sont les « humanités en France ? Ont-elles jamais existé ? Et que dire du « numérique », que certains proposent d’appeler « télématique » (Eric Guichard) en dépit de ses connotations poussiéreuses (relents de « Minitel »…) ou « digitales » (communauté lausannoise de l’EPFL et l’Unil notamment).

Au terme de cette journée se dessinent finalement les contours encore vagues d’un « programme » futur ( et chargé !) pour notre labo junior : à nous de nous retrousser les manches ! Nous réfléchissons d’ores et déjà la « mémoire » de cette journée et plusieurs projets de publication sur divers supports sont en cours. La journée ayant été intégralement filmée, la vidéo sera bientôt mise en ligne.

Pour cela, nous vous proposons pour commencer (continuer) de nous retrouver dans trois semaines, le 7 novembre 2013, pour notre deuxième journée d’étude « BD NUM« , consacrée à la bande dessinée à l’ère du numérique (dont nous publierons très prochainement une annonce et un programme détaillés).

 En espérant vous voir tout aussi nombreux-es et enthousiastes qu’aujourd’hui !