Une plateforme numérique à destination des géo-historiens

Le 26 juin 2014, dès 10h, à l’Institut des Sciences de l’Homme de Lyon, se tient l’assemblée annuelle du projet SyMoGIH.

Cet écosystème a été mis en œuvre par le pôle Histoire Numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes – (LARHRA, UMR-5190). Afin de présenter le plus largement possible les outils développés, cette assemblée est ouverte.

L’équipe responsable du projet a mis en place une plateforme numérique permettant aux chercheurs individuels comme aux groupes de recherches, qu’ils relèvent ou non du LARHRA, de disposer d’un environnement de travail optimal pour réaliser chaque étapes du traitement de la documentation géohistorique.

Programme et informations disponibles sur le carnet du Pôle histoire numérique à l’adresse suivante : http://lpm.hypotheses.org/253

Faire part de naissance du labo junior « NHumérisme » !

bebe-buzz-grossesse-cigogneCa y est, c’est officiel : notre labo junior a été officiellement retenu par le Conseil scientifique de l’ENS au mois d’avril 2013 ! Nos activités commenceront donc tambour battant à la rentrée 2013…

Le bébé a été rebaptisé depuis la première ébauche du projet : il répond désormais au doux nom de « Nhumérisme : des humanités à l’humanisme numérique », ce qui signale une légère inflexion du projet, qui s’est affiné et affirmé depuis (pour consulter le dossier détaillé du projet, cliquer ici). Notre souci est précisément de mettre l’accent sur les valeurs, sur les enjeux éthiques, politiques et sociaux, sur la dimension culturelle voire civilisationnelle des humanités numériques, et pas simplement sur leur dimension technique voire technicienne. Nous devons essentiellement cette bifurcation à la lecture du linguiste Milad Doueihi1  – rendons à César ce qui est à César – mais aussi au bouillonnement intellectuel actuel2 autour de la question et de la place des « humanités » et de l’humanisme dans nos sociétés contemporaines, en général, et plus spécialement dans la culture et la pratique du chercheur, d’une part ; dans l’enseignement, d’autre part, dans un climat fait à la fois d’inquiétudes et d’optimisme, nourri essentiellement par l’évolution rapide et parfois difficile à suivre et maîtriser des techniques, des méthodes, des paradigmes mêmes, à l’origine de mutations des des cadres et supports « traditionnels » (conceptuels, techniques, mais aussi sociaux, politiques…) qui président à la production et diffusion des connaissances

Bref, notre labo junior existe désormais officiellement, à nous de lui donner vie et sens, alors… que l’aventure commence !

Donc RDV à la rentrée 2013 pour nos premiers ateliers et journées d’études, dont le programme vous sera bientôt délivré… d’ici là, nous continuons à publier des articles d’actualités ou de réflexions et à mener notre activité de veille…

1Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Seuil, Paris 2011

2Voir notamment le numéro récent de la revue Esprit, « Repenser les humanités » décembre 2012, ou le colloque organisée à l’Université de Lausanne : « Les humanités délivrées / Humanities Unbound » les 1er – 2 octobre 2013, déjà annoncé dans un récent billet sur notre blog.

NHumérisme

Ce carnet de recherches servira de base de travail et d’échanges aux membres du « labo junior » de l’ENS de Lyon consacré au développement des Humanités numériques à l’ENS-Université de Lyon et à Lyon de manière plus large.
L’objet central de ce carnet sera donc les Humanités numériques (Digital Humanities) avec un accent particulier sur le visuel (sources visuelles pour l’historien et constitution de bases de données ; visualisation des données…). Le projet part du constat de l’essor des Humanités numériques en France depuis quelques années et du fait que celles-ci restent peu développées dans le contexte académique lyonnais. Il s’enracine aussi dans la conviction partagées par tous les « néo-humanistes » que « le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs » et qu’on ne peut désormais l’ignorer. L’objectif à plus long terme est de s’inscrire et de répondre aux évolutions actuelles des pratiques et conditions de recherche et de fédérer les initiatives existantes, émergentes, qui restent embryonnaires et parsemées. Le projet est donc ambitieux à long terme : le labo junior Digital University de Lyon devrait idéalement servir de pivot et de point de départ d’un réseau pour les humanités numériques à Lyon.