Réseaux : outils et réflexions théoriques

Le séminaire « Réseaux » du Laboratoire Nhumérisme débute le 19 novembre prochaine. Chaque séance se veut lieu d’échanges et de débats sur les fondements théoriques et postures méthodologiques mises en œuvre par les intervenants dans le cadre de leurs recherches.

Afin de permettre à tout un chacun de contribuer aux discussions, nous proposons au lecteur, apprenti, un  éventail d’outils méthodologiques et de réflexions théoriques s’y rapportant. Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité et nous invitons à la compléter en signalant dans les commentaires toute référence jugée utile n’y apparaissant pas.

– En préambule :

– La question du vocabulaire : petites mises au point sur les différentes acceptions d’un terme polysémique

– La question des modalités d’analyse : au-delà du graphe

– La question du type d’analyse et des formes de réseaux :

– La question de la visualisation : entre exhaustivité et lisibilité

–  Autres ressources pour l’analyse de réseaux:

  • Revues et sites
  • Logiciels. Varier les logiciels selon le degré de maîtrise de l’outil informatique et de la méthodologie mais aussi en fonction du rendu souhaité (rendu visuel ou mesures mathématiques)

séminaire « Étudier les cultures du numérique »

Le programme du séminaire « Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques » pour cette année universitaire vient de paraître (cf. infra).

La première séance aura lieu le mercredi 19 novembre 2014. Les séances successives, le troisième lundi de chaque mois de 17h à 20h à l’EHESS, 105 bd. Raspail, 6e arr. Paris.

Pour les dates et les salles, se référer à la page web de l’enseignement : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/556/

Le formulaire d’inscription pour les auditeurs libres est disponible à cette adresse : http://www.bodyspacesociety.eu/contact/

Programme :

Mercredi 19 novembre 2014
Antonio Casilli (Télécom ParisTech/EHESS)
« Le trolling en tant que ‘travail numérique’ », salle 2, 17h-20h

Lundi 15 décembre 2014
Irène Bastard (Telecom Paristech) et Christophe Prieur (Univ. Paris Diderot)
« Algopol : une expérimentation sociologique sur Facebook », salle 2, 17h-20h

Lundi 19 janvier 2015
Xavier de la Porte (Rue89)
« Radio et cultures numériques : Retour sur l’expérience ‘Place de la Toile’ », salle 5, 17h-20h

Lundi 16 février 2015
Benjamin Tincq (Ouishare) et Paola Tubaro (University of Greenwich/CNRS)
« L’économie collaborative : promesses et limites », salle 5, 17h-20h

Lundi 16 mars 2015
Ksenia Ermoshina (Mines ParisTech) et Rayna Stamboliyska (IRIS Sup’)
« Internet et militance en Russie », salle 5, 17h-20h

Lundi 18 mai 2015
Boris Beaude (EPFL)
« Numérique : changer l’espace, changer la société », salle 5, 17h-20h

Réseaux et société – 140e Congrès des sociétés historiques et scientifiques

Le  140e  Congrès  national  des  sociétés  historiques  et  scientifiques se tient à Reims du 27 avril au 2 mai 2015. Il prend pour objet d’étude la thématique « Réseaux et Société ». Le choix de cette thématique se tout à la fois un hommage au Comité des travaux historiques et scientifiques, soucieux de regrouper un savoir en réseaux, et une plongée dans les recherches les plus novatrices que viennent conforter les techniques modernes d’Internet.

Le Congrès s’organisera en sous-catégories et interrogera les thèmes suivants :

Thème 1. Les signes d’appartenance
Thème 2. Les acteurs de développement des réseaux
A. Les intermédiaires
B. L’information
C. La technologie
Thème 3. La forme des réseaux
Thème 4. Réseaux formels et informels
A. Les réseaux religieux et spirituels
B. Les réseaux politiques
C. Les réseaux économiques
Thème 5. Réseaux, identités, mémoire
A. Les diasporas
B. La mémoire
C. Le prosélytisme
Thème 6. Pratiques des réseaux
A. Dans l’espace
B. Dans le temps
Thème 7. Réseaux, clandestinité, subversion

L’appel à communication est disponible ici

Des bourses sont également disponibles ici

 

Séminaire « Réseaux scientifiques », IXXI, 7 novembre 2014

L’Institut rhône-alpin des systèmes complexes (IXXI) organise le 7 novembre prochain un séminaire sur la visualisation des réseaux :

Les graphes ou réseaux sont des outils de modélisation très versatiles, permettant de modéliser des aspects importants de phénomènes aussi divers que les interactions entre protéines, le transport de personnes entre villes ou la structuration des sciences. Dans cette matinée, seront abordés deux exemples de cartographies des sciences utilisant les réseaux.

10h – Luciano Levin (Université Buenos Aires) présentera un travail cartographique en cours sur l’émergence des nanosciences en Argentine. Il s’agit de comprendre par quels canaux ce nouveau sujet s’est imposé en Argentine et d’examiner l’hypothèse selon laquelle les nanosciences développées en Argentine sont différentes de celles développées dans d’autres pays « périphériques » (Brésil) ou « centraux » (France).

11h – Tommaso Venturini (Médialab, Sciences Po, Paris) nous parlera de cartographie des controverses scientifiques, en présentant le travail accompli par le projet européen EMAPS (Electronic Maps to Assist Public Science) qui vient de s’achever.

12h – Pablo Kreimer (Université de Buenos Aires), sociologue des sciences, conclura la matinée en discutant de l’intérêt et des limites de cette approche cartographique pour comprendre la dynamique des champs scientifiques.

La matinée sera suivie d’un buffet ‘vin et fromages’ (inscription auprès de ixxi@ens-lyon.fr) pour poursuivre les discussions.

Appel à communication – Analyser des réseaux : Pourquoi ? Comment ?

Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
Ecole doctorale d’histoire (ED 113)

Séminaire organisé par les doctorants (une demi-journée) – 28 mars 2015.

Appel à communication

Analyser des réseaux : Pourquoi ? Comment ?

Tout le monde ou presque utilise, parle ou étudie des réseaux, à ce qu’il semble : quelle que soit la  période  qu’il  étudie,  l’historien  se  trouve  confronté  à  un  terme  devenu  de  plus  en  plus omniprésent. Face à ce constat, notre projet de demi-journée pour le séminaire de l’École doctorale d’histoire de Paris 1 entend chercher à savoir si cette notion peut être définie comme un concept opératoire  spécifique,  c’est-à-dire  utile  pour  comprendre  des  phénomènes  qui,  faute  de  son
utilisation, resteraient obscurs.

À première vue, l’usage du terme de  « réseau » dans le champ historique peut relever de cinq catégories distinctes : il peut recouvrir un modèle général, le mot représentant alors une métaphore de l’image que le chercheur se fait de la réalité qu’il étudie, un « maître concept » irriguant toute l’analyse  – c’est  le  cas  de  Peregrine  Horden  et  Nicholas  Purcell  en  histoire  ancienne,  de  Bruno Latour et Michel Callon en histoire des sciences, avec des significations attachées très différentes – ; il s’agit aussi d’une méthode d’analyse des données quantitatives, précise et formalisée mais aux usages  multiples  – que  pour  éviter  la  confusion  nous  appellerons  Social  Network Analysis –  ;  le terme  peut  être  mobilisé  pour  saisir  des  ensembles  de  relations  interpersonnelles  informelles,  en particulier sous l’angle de la mobilisation de groupes d’individus dans la sphère du pouvoir ; il peut en outre désigner des infrastructures techniques (train, etc.) et sociales (poste), qui bénéficient d’une attention historiographique récent ; à l’échelle de la pratique historienne elle-même, les travaux de recherche  sont  de  plus  en  plus  impliqués  dans  les  digital  humanities,  liées  aux  réseaux informatiques dans le sens le plus courant.

Seuls,  ce  sont  les  trois  premiers  sens  qui  nous  intéresseront,  sous  un  angle  résolument expérimental. De fait, ce sont ceux auxquels l’historien nous semble le plus directement confronté, quel  que  soit  sa  période  de  prédilection :  qu’est-ce  que  les  réseaux,  comme  cadre  interprétatif conceptuel,  comme  modélisation  du  réel  ou  comme  technique  d’analyse,  peuvent  apporter  sur  le plan heuristique ? Quels résultats peut-on en espérer ? Quels sont les a priori, les postulats et les hypothèses qui sous-tendent leur usage ? Quelles sont les limites de leur utilisation ? Quelles sont les  implications  possibles  d’une  réflexion  en  terme  de  « réseaux »  sur  les  autres  éléments  de  la « boîte à outil conceptuelle » de l’historien ? En particulier, quelles sont les interactions qui peuvent se  développer  entre  une  approche  sous  l’angle  réticulaire  et  des  angles  d’attaque  s’inspirant  de
Michel  Foucault  – autour  de  la  question  du  pouvoir –,  de  Pierre  Bourdieu  – avec  la  théorie  des champs –,  ou  bien  encore  de  Fernand  Braudel  – et  le  concept  d’économie-monde –,  voire  de Maurice Agulhon – et l’étude des sociabilités –,  ou d’autres ?

Pour  essayer  de  répondre  à  ce  questionnement,  nous  invitons  des  jeunes  chercheurs travaillant  sur  ces  thématiques,  en  particulier  médiévistes  et  modernistes,  à  envoyer  des propositions de communication. Le projet est encore en cours d’élaboration : n’hésitez pas à nous contacter rapidement même si votre proposition n’est pas aboutie.

Les  propositions  de  communications  sont  à  envoyer  à  Pierre  Verschueren (pierre.verschueren@univ-paris1.fr),  à  Leslie  Villiaume  (leslie.villiaume@laposte.net),  ou  à Ségolène Maudet (segolene_m@hotmail.fr).

Séminaire réseaux (2014-2015)

Le Laboratoire Junior Nhumérisme organise de novembre à mars un cycle mensuel de séminaire sur la thématique (très en vogue) des réseaux et de l’analyse de réseaux.

Les séances ont lieu le mercredi de 14h30 à 16h30 à l’ENS de Lyon (site Descartes, 15 parvis René Descartes).

Chacune des séances se veut, tout à la fois, lieu d’une discussion pluridisciplinaire et occasion de confronter l’analyse de réseaux et ses outils aux notions et thématiques avec lesquels elle ne peut manquer d’entrer en contact. Afin de faciliter et lancer la discussion, il a été demandé aux intervenants de proposer un texte (article, communication antérieure) en relation avec la thématique du séminaire.

Ainsi, chaque mois nous accueillerons un historien et un représentant d’une autre science sociale (sociologue, ethnologue, géographe) autour d’un couple notionnel :

 

Mercredi 19 novembre 2014 : « Réseaux et organisations »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F102

Claire Lemercier, historienne, directrice de recherches au CNRS, IEP, Centre de sociologie des organisations : Liens privés et positions publiques : un exemple en histoire du 19e siècle référence : « Liens privés et régulation de l’économie : la famille et l’institution (Paris, XIXe siècle) », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2006, n° 33, pp. 23‑53

Julien Brailly, sociologue, doctorant, IEP, centre de sociologie des organisations : Liens privés et taille des organisations : une approche multiniveaux du travail marchand dans un salon d’échange de contenus audiovisuels

 

Mercredi 10 décembre 2014 : « Réseaux et prosopographie »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F008

Andoni Artola Renedo, historien, post-doctorant, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » : Les transformations du leadership politique (Espagne, 1808-1833)

François Denord, sociologue, chargé de recherches au CNRS, EHESS, Centre de sociologie européenne : Analyse géométrique des réseaux sociaux – référence : « Comment lier l’économique et le social ? Une analyse structurale des lieux d’expertise sous le régime de Vichy », Gouvernement et action publique, n°2, 2013, pp. 183-219.  et « Social Capital in the field of power. The Norwegian case », Sociological Review, n°1, 2011 pp. 105-127.

 

21 janvier 2015 : « Réseaux et représentation »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F106

Vivien Faraut, historien, doctorant, Université de Nice, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine : La représentation des réseaux politiques souterrains de la France du XIXe siècle

Pierre Mercklé, sociologue, ENS de Lyon, Centre Max Weber : La figure du réseau : remarques sur la fabrique d’une représentation du monde – références :
– BARNES J.A., 2014 [1954], « Classes sociales et réseaux dans une île de Norvège », Réseaux, n° 182, pp. 209-237, trad. fr. Jean Grange, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-6-page-209.htm.
– MERCKLÉ P., 2011, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 3ème éd.
– MERCKLÉ P., 2013, « La “découverte” des réseaux sociaux.  À propos de John A. Barnes et d’une expérience de traduction collaborative ouverte en sciences sociales », Réseaux, n° 182, pp. 187-208, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-6-page-187.htm.
– VERGER A., 1991, « Le champ des avant-gardes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 88, juin, pp. 2-40, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1991_num_88_1_2979.

 

Mercredi 25 février 2015 : « Réseaux et filiation »
Ens de Lyon – Institut Français de l’Éducation  (19 allée de Fontenay) – Salle de réunion n° 1

Michaël Gasperoni, historien, post-doctorant, Ecole Française de Rome : De la parenté à l’époque moderne : système, réseaux, pratiques

Patrick Flandrin, physicien, directeur de recherche à l’ENS, Laboratoire de Physique de l’ENS de Lyon, IXXI, membre de l’Académie des Sciences : Histoire d’un paradigme : une histoire numérique des ondelettes – présentation :
Les graphes de publications et co-publications sont des indicateurs scientométriques importants pour « dessiner » un paysage scientifique en révélant des identifications et des interactions (individuelles ou thématiques) privilégiées. Ce sont par nature des données évolutives dont il peut être intéressant, historiquement et sociologiquement, de rendre compte d’une manière quantitative. Ceci prend un intérêt particulier lorsqu’il y a émergence de concepts nouveaux autour desquels se cristallise une activité auparavant éparse (dans le cas présent, celui des « ondelettes »). Il s’agira ici de mettre en évidence la ré-organisation du paysage scientifique qui a pu s’opérer, de poser la question de la pertinence des outils de représentation et de mesure utilisés, ainsi que le rôle des a priori et de l’expertise dans les interprétations qui peuvent en être faites.
Références :
– S. Grauwin and P. Jensen, 2011: « Mapping scientific institutions », Scientometrics, 89, 943.
http://perso.ens-lyon.fr/pablo.jensen/scientoENS.pdf
– A. Cohen, 2011: « Sur la route des ondelettes », Gazette des Mathématiciens, 130, 19.
http://smf4.emath.fr/Publications/Gazette/2011/130/smf_gazette_130_19-36.pdf

 

Mercredi 18 mars 2015 : « Réseaux et espaces »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F001

Elisa Grandi, historienne, doctorant, Université Paris 7, Centre d’Etudes en Sciences Sociales sur les Mondes Africains : Du local au global: les réseaux de la Banque Mondiale en Colombie (1947-1960)
Références :
– Elisa Grandi, Politiques locales et experts internationaux: Les réseaux de la Banque Mondiale en Colombie (1949-1970)
http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1429/files/2013/06/texte-Grandi-avec-graphes.pdf
– Elisa Grandi, « International aid, local élites and economic institutions in Colombian development (1930-1955) », texte présenté au colloque LASA2013 : Towards a New Social Contract ?
http://lasa.international.pitt.edu/eng/lasa2013_archive/
– Michel Grossetti et al., Studying Relational Chains from Narrative Material
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00843024/document

Laurent Beauguitte, géographe, chargé de recherches au CNRS, UMR IDEES : Analyse de réseaux en géographie : du changement d’échelle au changement de paradigme ?
Références :
– César Ducruet et Laurent Beauguitte, « Spatial Science and Network Science : Review and Outcomes of a Complex Relationship », Networks and Spatial economics, ParisNew-York, Springer, 2013
– Karl Kansky, Pascal Danscoine, « Measures of network structure », Flux, numéro spécial, 1989. pp. 89-121.
web/revues/home/prescript/article/flux_1154-2721_1989_hos_5_1_913
– John D. Nystuen and Michael F. Dacey, « A graph theory interpretation of nodal flows », Papers and Proceedings of the Regional Science Association, 1961, vol. 7, p. 29-42.
http://deepblue.lib.umich.edu/bitstream/handle/2027.42/45977/10110_2005_Article_BF01969070.pdf?sequence=1
A propos de cet article : http://groupefmr.hypotheses.org/3517

 

Comité organisateur

Pierre-Marie Delpu, doctorant en Histoire, Université Paris 1, centre d’histoire du 19e siècle / Laboratoire Junior Nhumérisme

Stéphane Dartiailh, doctorant en Anthropologie, Université de Nice, LIRCES / Laboratoire Junior Nhumérisme

Gabriel Garrote, doctorant en Histoire, Université Lyon 2, LER-SEREC / Laboratoire Junior Nhumérisme

Aurélien Zaragori, doctorant en Histoire, Université Lyon 3, LARHRA / Laboratoire Junior Nhumérisme

Une plateforme numérique à destination des géo-historiens

Le 26 juin 2014, dès 10h, à l’Institut des Sciences de l’Homme de Lyon, se tient l’assemblée annuelle du projet SyMoGIH.

Cet écosystème a été mis en œuvre par le pôle Histoire Numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes – (LARHRA, UMR-5190). Afin de présenter le plus largement possible les outils développés, cette assemblée est ouverte.

L’équipe responsable du projet a mis en place une plateforme numérique permettant aux chercheurs individuels comme aux groupes de recherches, qu’ils relèvent ou non du LARHRA, de disposer d’un environnement de travail optimal pour réaliser chaque étapes du traitement de la documentation géohistorique.

Programme et informations disponibles sur le carnet du Pôle histoire numérique à l’adresse suivante : http://lpm.hypotheses.org/253

THATCamp Lyon 2014 : les propositions sont ouvertes !

L’un des principaux attraits – et ce qui fait toute la richesse – d’un THATCamp est l’organisation collective du programme par les participants.

Non seulement les participants choisissent les thématiques qu »ils souhaiteraient voir discuter, fournissent matière à discussion, mais sont encore à l’origine des propositions d’atelier.

Futurs participants vous êtes donc cordialement conviés à suggérer, détailler, argumenter, toute proposition d’atelier qu’il vous agréerait de voir aborder au cours du THATCamp. Nulle restriction ici. L’imagination est libre. Le public seul jugera du bienfondé du sujet, et votera en conséquence le jour de l’ouverture. Surprenez-nous, intéressez-nous, exprimez-vous !

Pour faire part de vos propositions, inscrivez-vous au barcamp (si ce n’est déjà fait : ici), et ajoutez vos idées ICI

Des suggestions de dernière minute seront évidemment bienvenues, mais mieux vaut informer au plutôt les autres participants et démontrer au mieux l’originalité et/ou l’intérêt,  de vos idées.

 
Nota Bene : l’atelier découverte du vieux Lyon et de
ses réjouissances culinaires n’est pas prévu dans la
programmation, mais rien n’interdit d’organiser
une contre-programmation après 19h…

journées RES-HIST, 9-11 avril 2014

Le groupe de travail RES-HIST organise une deuxième session de travail du mercredi 9 au vendredi 11 avril 2014 à l’Université de Toulouse. Contrairement au premier atelier, tenu à Nice en septembre 2013, qui présentait la diversité des approches et des usages de la notion dans plusieurs travaux en cours dans les quatre périodes historiques (voir notre compte rendu), celui-ci est plus axé sur la méthodologie du traitement numérique des réseaux (session du mercredi après-midi) et présente notamment les travaux de chercheurs étrangers. Un troisième atelier sera organisé à Paris 7 en 2014-2015 et valorisera les croisements disciplinaires.

Les liens renvoient aux articles mis en ligne par les communicants sur le site du groupe RES-HIST.

Maison de la Recherche – Université de Toulouse-le Mirail

Mercredi 9 avril 2013 (14h30-17h)
14h 30 : Accueil : salle informatique de la Maison de la Recherche, RDC
14 h 40 – 17 h : Ateliers informatiques
Atelier 1 : P. Cristofoli (UMR 8558 EHESS-CNRS) : « NodeXL et le traitement des données nominatives et de parenté. (salle informatique de la Maison de la Recherche, RDC)
Atelier 2 : A. Chaparro (Université de Nice) : « Construire, visualiser et analyser un réseau avec Pajek » (salle informatique n° 1118, bâtiment 18, premier étage)

 Jeudi 10 avril 2013
« Historiens et analyses de réseaux » (D 31)
9 h : Accueil
9 h 15 : Introduction (M. Bertrand)
9 h 30 : G. Levi (Université de Venise, Italie) : conférence inaugurale – « Religion catholique et mondes sociaux en Europe et en Amérique latine »
10 h 30 – 10 h 45 : discussions
10 h 45 : pause
11 h : L. Van Hoof (Université de Gand, Belgique) : « Réseaux épistolaires grecs sous l’Empire Romain : Libanios (314-393) comme lobbyiste » (Discutante : C. Bonnet, IUF-Université de Toulouse)
11 h 45 : J.M. Imízcoz Beunza (Université du Pays Basque, Vitoria, Espagne) : « Correspondance épistolaire et analyse de réseau dans l’empire espagnol » (Discutant : P.-Y. Beaurepaire, IUF-Université de Nice) – on peut lire à ce sujet son article publié dans Redes
12 h 30 : repas (S. D. 28)
14 h 30 : F. Apellaniz (Institut Universitaire Européen, Florence, Italie) : « Vers un modèle de collaboration ? Réseaux mixtes et institutions légales en Méditerranée pré-moderne (Alexandrie, Damas, 1350-1520) »(Discutantes : C. Denjean ; I. Houssaye, Université Paris Diderot / FRAMESPA) – on peut lire à ce sujet son article publié dans le Journal of Interdisciplinary History
15 h 15 : A. Ibarra (UNAM-Mexique) : «  Réseaux marchands dans l’espace atlantique moderne au 18e siècle : le consulat de Mexico » (Discutant : Z. Moutoukias, Université Paris 7-Denis Diderot)
16 h : S. Ginalski (Université de Lausanne, Suisse) : « Patronat suisse et entreprises familiales 20e siècle » (Discutante : S. Marzagalli, IUF-Université de Nice) (intervention fondée sur un texte sous presse, qui sera de ce fait transmis aux seuls participants)
Vendredi 11 avril 2013
Journées doctorants et post doctorants (D 29)
8 h 45 : Accueil
9 h : A. Massé (doct., université de Toulouse 2) : «  Consuls en réseaux : les consuls de France de 1815 à 1852 »
9 h 30 : T. Mollanger (doct., université de Bordeaux) : «  Aborder la construction de la réputation d’un acteur économique par l’analyse de réseaux égocentrés. Apports et limites d’une méthode appliquée à la firme Hennessy de 1765 à 1796 »
10 h : L. Nabias (doct., université de Paris 3) : « Cartographie du capital social et économique de quelques lignages de l’ancienne noblesse d’Ile de France du XIIe au XVe siècle, à travers l’étude de leurs réseaux de parenté et de dépendance d’institutions ecclésiastiques »
10 h 30 : Pause
11 h : H. Simmoneau (post doc. Paris 13) : « Mobilité des hommes et réseaux d’information. L’apport d’une base de données sur les hérauts d’armes à la fin du Moyen Âge »
11 h 30 : S. Thery (doct., université de Tours) : «  Études des réseaux sociaux entre les notables de la ville de Tours et Louis XI (1461-1483) »
12 h – 12 h 30 : Discussions
Repas : 12h30-14h (S. D. 28)
14 h : C. Milhaud (Paris School of Economics) : « Réseaux ecclésiastiques et marchés des capitaux dans l’Espagne du XVIIIe siècle »
14 h 30 : D. Rusque (doct., université de Strasbourg) : « Commerce matériel du savoir et réseaux du naturaliste Jean Hermann (1738-1800) »
15 h : M. Lezowski (post-doc, École française de Rome) : «  Légitime transmission : le contrôle des reliques à l’époque moderne, une ressource pour l’historien des réseaux. (Milan, XVII-XVIIIe siècles) »
15 h 30 : Pause
16 h : M. Maisonnobe (doct., université de Toulouse 2) : « A geo-historical account of the development of DNA repair studies »
16 h 30 : M. Molin : «  Comprendre les apports de l’analyse des réseaux en histoire ecclésiastique. La clientèle de la famille de Guise au sein du clergé parisien durant les guerres de religion (XVIe siècle) »
17 h – 17 h 30 : discussions et conclusions

En écho à la journée « La politique des données personnelles » – 21 novembre

Word Cloud "Big Data"Jeudi 21 novembre s’est tenu à l’ENS Lyon le colloque sur « la politique des données personnelles«  organisée par l’Institut des Systèmes Complexes (IXXI), avec la participation des élèves du Master Architecture de l’Information. Cette journée pourra être utilement prolongée par la lecture de l’ouvrage récent de Lisa Gitelman, Raw Data is an oxymoron, qui sera au coeur de notre prochain séminaire, courant décembre. Voici en attendant un (long…) compte rendu des diverses interventions :

Big but Personal Data (Yves-Alexandre de Montjoye, MediaLab MIT, Boston) : l’intervenant a d’abord posé le cadre, et retracé une brève histoire de l’identification, depuis le Traité de Criminalistique d’Edmond Locard (1931), fondée sur l’identification à partir des empreintes digitales, jusqu’aux big data, caractérisées par la prolifération et la complexification des données sur l’individu (données de localisation, données transactionnelles…), qui s’accompagnent d’une identification et d’un « traçage » de plus en plus rapide et facile. Dans ce contexte, le MIT a développé le programme « New Deal Data » pour aider les citoyens à retrouver une privacy, qui repose sur deux piliers : le contrôle de la collecte des données et métadonnées à partir du logiciel Open PDS d’une part, et le logiciel SafeAnswers pour répondre au problème de l’anonymisation et de la sécurité des données d’autre part.

François Taïani (ESIR, Rennes 1) spécialiste de la décentralisation des données, a entrepris de faire le lien entre la protection des données et l’histoire de l’informatique. Il a utilement rappelé l’investissement considérable en terme de capital et de savoir-faire que nécessite l’architecture de Google ou de Facebook, et l’investissement symétriquement considérable que nécessiterait la protection des données qu’ils manipulent. Face à ces enjeux éthiques, François Taïani a proposé une solution technique fondée sur la décentralisation des données, sous la forme d’une recommandation « peer-to-peer ». Cette solution reste un projet, mais elle a suscité beaucoup d’intérêt. Il reste à résoudre la question du modèle économique, et trouver un compromis entre coûts financiers, protection obtenue et blocage des services.

Antoinette Rouvroy (CDRIS, Université de Namur) à proposer de décaler le regard pour dépasser l’alternative entre vertus du partage / risque de contrôle. Les big data marque selon elle un véritable changement de paradigme : l’avènement d’une production algorithmique du monde et des savoirs, qui entraîne le passage d’une gouvernementalité politique ou juridique (par le droit) à une gouvernementalité algorithmique. Elle a mis en garde contre la croyance de la transparence des données, et la possibilité d’une production immanente des savoirs, d’une modélisation à même le réel et le social à partir de ces données supposées ‘brutes » et « neutres ». Il serait dangereux de croire que les données permettent de dépasser des catégorisations sociales et statistiques prétendument éculées, fortement critiquées au sein des sciences sociales mêmes (Alain Desrosières) pour leur sélectivité, leur réductionnisme et leur artificialité. Loin de réhabiliter le sujet, elle transforme le consommateur en cible victime d’un nouveau « comportementalisme numérique » et d’une nouvelle forme de « naturalisation » du social. Selon Antoinette Rouvroy, c’est moins l’appropriation des données privées qui pose problème, que celle des instruments de critiques dont dispose l’internaute-consommateur. Contre cet « envoûtement algorithmique », elle invite à « faire face » (Antonin Artaud), à retrouver notre capacité à « faire forme » en résistant aux préemptions et aux nouvelles formes cachées de catégorisations numériques.

La table-ronde de l’après-midi a fait dialoguer trois inventions :

Dominique Cardon (sociologue à Orange Lab) s’est posé en « travailleur de la donnée » pour révéler le côté sale et rugueux qui se cache derrière leur apparente transparence. Il a rappelé qu’au-delà de leurs désaccords, prophètes et détracteurs des big data sont animés d’une même croyance dans ce mythe du « double clic » (Bruno Latour) : l’illusion d’une chaîne transparente et sans médiation depuis la donnée jusqu’aux résultats qu’elle permet d’obtenir.  Les big data entraînent ainsi une changement de paradigme dans les milieux de la statistique : le passage d’une statistique hypothético-déductive à une statistique qui prétend se passer des causes et des interprétations causales, en vertu des « nouvelles techniques d’apprentissage ». Il a mis en garde contre le mythe de la donnée « brute » et complète, qui justifie l’abandon de l’échantillonnage et de la représentativité. Face aux big data, les sciences sociales sont placées dans une situation délicate : à la fois productrice et consommatrice de données, privées ou scientifiques, de quel droit aurait-elle un statut d’exception pour traiter les données confidentielles ? Comment réagir face à la remise en cause de leurs catégorisations et leurs méthodes « traditionnelles » (catégories sociales de l’INSEE, échantillonnage, statistiques hypothético-déductive), parfois présentées comme obsolètes ? Comment les chercheurs peuvent-ils au contraire remobiliser leurs savoirs, savoir faire et savoir être « traditionnels » pour ressaisir de manière critique ces big data et se réapproprier la production des savoirs sur le social ? Le sociologue a appelé à ne pas avoir peur des algorithmes, à cultiver une « littératie algorithmique » pour les comprendre de l’intérieur et éviter de succomber à un certain  « fétichisme » algorithmique.
Daniel Kaplan (Fondation Internet Nouvelle Génération) a présenté le programme « Identités actives » qui vise à répondre au paradoxe de la vie privée, entre tendances à l’exhibition de soi et revendications d’intimité et de contrôle de ses données. A partir du glissement sémantique de la notion de « confiance » devenue synonyme de « sécurité« , il a montré que le marketing publicitaire avait abandonné la stratégie de fidélisation du consommateur : derrière les promesses de personnalisation et de ciblage individualisé, ce sont plutôt des goûts et des comportements « types » que cherchent à identifier les marketers.

Stéphane Grumbach (INRIA) a conclu la journée sur l’économie de la donnée : ses enjeux économiques, industriels et (géo)politiques. Le phénomène majeur est celui de la concentration des données, multiforme, autant par les Etats, les entreprises, que par des entités régionales ou locales.

Cette journée pourra être utilement prolongée par la lecture de l’ouvrage récent de Lisa Gitelman, Raw Data is an oxymoron, qui sera au coeur de notre prochain séminaire, courant décembre.

Journée d’étude « Design et recherche » le 19 décembre à l’ENS Lyon

buckminster_fuller_time

Ne manquez pas la journée d’étude organisée par les élèves du Master Architecture de l’Information le jeudi 19 décembre à l’ENS Lyon sur le thème : « Contribution du design à la production des savoirs scientifiques« . Pour connaître le programme et les informations pratiques, nous vous invitons à consulter le site du Master.

Les vidéos de la Tour de Babel enfin disponibles !

Pieter Bruegel l'Ancien, la Tour de Babel

Mise en ligne progressive des vidéos de la première journée d’étude : « La Tour de Babel numérique » (15 novembre 2013) :

Première intervention de Milad Doueihi : « L’humanisme numérique et l’intelligence comme mythe fondateur de l’informatique« .

Eric Guichard : « Le numérique et les technologies de l’intellect : une approche anthropologique »

Catherine Beaugrand (ENSBA Lyon) : « Mémoire médium »

Les étages suivants bientôt disponibles…

Les Archives des chercheurs à l’honneur à l’ISH – 13 novembre 2013

ISH_MOM_20131113_RencontreArchivesChercheurs_Affiche

Ce mercredi 13 novembre s’est tenue à l’Institut des Sciences de l’Homme (ISH) à Lyon une journée consacrée aux « Archives des chercheurs : de la propriété au data-management« , co-organisée par l’ISH et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), avec le soutien de l’Université « Lumière » Lyon 2. Les organisateurs ont insisté sur la complexité et la polysémie de la notion d’archives des chercheurs, qui ne recouvre pas une mais des questions, et qui revêt de multiples facettes. Ils ont également souligné la nécessité d’adopter une démarche active d’archivage, rappelant que nous sommes tous concernés et acteurs dans cette démarche d’archivage. S’il s’agit d’abord d’une initiative personnelle, elle s’inscrit ensuite dans des dispositifs institutionnels. Sans prétendre faire le tour de la question en une seule journée pourtant dense, cet événement était posé comme une entrée en matière pour des actions futures, placé sous le signe des rencontres, et à l’écoute des attentes et besoins des chercheurs. 

La journée était structurée en deux moments :

  • la matinée s’efforçait de poser le cadre institutionnel et réglementaire, resituer  l’archivage dans le contexte de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS), alternant des considérations générales (F. Oppermann) et des illustrations de terrains (MSH de Dijon, LET, CLAPI)
  • l’après-midi proposait des études de cas concrets et de dispositifs d’archivage

« Les archives de la recherche : principes et réalités » (F. Oppermann) 

Cette première intervention visait à poser le cadre institutionnel et réglementaire et le contexte d’émergence relativement récente des questions d’archivage en SHS, suite à des initiatives étatiques (bibliothèque scientifique de recherche à l’horizon 2014), ou d’institutions de recherches (Maison des Sciences de l’homme d- MSH de Dijon), donnant lieu à plusieurs journées d’étude depuis 2011. F. Oppermann a rappelé que ce terme générique « d’archives » recouvrait une multiplicité de questions, et que son sens variait en fonction du chercheur, de son domaine de recherche, ou son statut institutionnel. Il a fait le tour des principaux écueils :

  • le statut des archives, leur devenir : qui doit gérer l’archivage et les archives ? Il a souligné, à travers l’anecdote d’un directeur d’une école bordelaise qui avait décidé de faire don des archives de l’établissement à une université espagnole, par la suite numérisées et mises en ligne, la sensibilité de certaines archives (confidentialité des données personnelles) et la question délicate du partage des responsabilités juridiques entre le chercheur, l’Etat et les institutions de recherche : qui peut disposer de ces archives, qui a le droit de les céder, les donner, et à qui ?
  • le contenu des archives : quels contenus, quels archives peuvent et doivent être archivés ? Pour certains chercheurs, la conservation de leurs archives a peu d’intérêt, car ils visent la publication, le produit fini. Pourtant, comme dans le domaine des beaux-arts ou des études littéraires, les brouillons et les manuscrits, les esquisses ou les croquis préparatoires ne valent-ils pas autant que l’oeuvre achevée, lorsqu’il s’agit de documenter l’histoire d’une institution ou d’une recherche disciplinaire, la genèse d’un problème ou d’une œuvre scientifique, la « fabrique » des savoirs ? Se pose alors le problème de la « sélection » : puisqu’on ne peut tout garder, pour des raisons matérielles et financières, d’une part, pour des raisons éthiques, d’autre part (« droit à l’oubli »), quelles archives faut-il garder, selon quels critères et par qui ce tri doit-il être fait ? Plusieurs personnes du public ont alors mis en évidence le problème posé par les départs à la retraite, ou plus largement, par les difficultés à séparer le temps et l’espace de travail du chercheur, de son temps et son espace de « non travail ». Le chercheur qui part à la retraite, ou effectue une partie de ses recherches à l’étranger, peut avoir besoin des données collectées et les emporter chez lui. Appartiennent-elles à l’institution ou à lui-même personnellement ? Qui et où les conserver dans ce cas ? Comment gérer aussi l’inévitable « hiérarchisation » des archives et des chercheurs qui les produisent ? Ne faut-il garder que les archives prestigieuses produites par les « sommités » de la recherche ? Ou bien les archives plus « triviales » (administratives) ou celles produites par les « anonymes » et « chercheurs ordinaires » n’ont-elles pas leur place également pour nourrir l’histoire des SHS et des institutions de recherche ?
  • la propriété et l’appartenance des archives : si les textes juridiques semblent clairs (code du patrimoine et code de la propriété intellectuelle), la question reste floue, et des incertitudes demeurent. On distingue en général l’oeuvre (propriété du chercheur) et le document, son support papier (appartenant à l’institution qui emploie le chercheur), le contenu du contenant. Mais qu’en est-il de certaines archives spécifiques, comme les enquêtes et les questionnaires ? Les réponses aux enquêtes sont-elles une oeuvre de l’esprit, et duquel : du chercheur qui a conçu le questionnaire, ou des répondants ?

La réalité est donc complexe. F. Oppermann a plaidé pour une solution pragmatique, à l’exemple de la série J (archives privées) des archives départementales : cette solution ne résout pas le flou juridique, mais donne un statut (public) aux archives privées, ce qui permet de les conserver. Les archives des chercheurs devraient être de même préservées dans le respect du cadre juridique de la propriété intellectuelle et du patrimoine. F. Oppermann souligne la nécessité d’impliquer l’ensemble des parties prenantes (chercheurs, directeurs de laboratoire, institutions publiques…) et de sensibiliser personnellement les chercheurs (non seulement lors de leur formation préalable, mais au cours de leur carrière) et les institutions, dans la mesure où les archives appartiennent à une communauté, et participent à l’histoire des institutions publiques, des laboratoires de recherche et des tutelles de ces laboratoires. De même qu’une oeuvre littéraire ou artistique n’est rien sans son contexte, l’archive scientifique est un tout : c’est pourquoi l’ensemble de la communauté scientifique doit être impliquée (y compris les personnels administratifs), pour perpétuer l’action de la recherche.  

« Des archives des chercheurs aux archives de la recherche : retour sur les expériences de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Dijon » (Céline Alazard, J. Demange)

 Cette démarche s’inscrit dans le Consortium « Archives des mondes contemporaines » (créée en 2012) et soutenu par le TGIR Huma-Num. Elle encourage une approche collaborative et collective pour répondre aux problème des archives de la période contemporaine et aux enjeux de leur numérisation. Ce consortium visait à répondre à deux problèmes à l’origine :

  • l’abondance et la diversité des archives contemporaines (diversité de leurs natures, de leurs supports, de leurs statuts juridiques). Archiver, c’est selon Céline Alazard se positionner en entrepreneur archivistique ;
  • la dispersion des lieux : les archives connaissent des situations diverses, et des stades variables d’archivage (en cours de numérisation, déjà archivées et numérisées…).

Pour relever ces défis, le consortium est basé sur la coopération entre des acteurs multiples : il réunit des chercheurs de différentes disciplines (histoire…) et des archivistes ou professionnels de l’archivage. Le but est de réduire la frontière et l’imperméabilité entre archivistes et chercheurs pour réfléchir à la constitution es archives. 

Le consortium a plusieurs activités et a déjà produit plusieurs résultats :

  • création d’un portail unifié pour l’accès à des corpus définis : la démarche pour y parvenir (travail collaboratif de création d’archives) compte autant que le résultat : la recherche compte autant que la création de patrimoine. Le nombre et le contenu scientifique des corpus reste souple, ouvert et évolutif. 6 pôles de coprus existent actuellement : circulations et migrations intra européennes, mémoires ouvrières, monde de l’entreprise, techniques d’impression de la littérature grise, corpus spécifiquement dédié aux archives des chercheurs et de la recherche ;
  • animation et coordination depuis 2004 du programme ARSHS avec la MMSH d’Aix en Provence et la MSH de Nanterre, dont l’objectif est de recenser et localiser les fonds d’archives des SHS en France : non seulement des chercheurs individuels, mais aussi collectifs (laboratoire et leurs archives administratives), en incluant également les archives non publiées (travaux préparatoires aux publications : carnets de terrain).

Plusieurs axes président à ce programme :

  • sensibilisation et formation des milieux concernés : les promoteurs du programme s’efforce de rencontrer des chercheurs pour les informer et expliciter la démarche de la MSH : conserver les archives DE la recherche POUR la recherche 
  • consultation des intéressés, par le biais d’enquêtes et de questionnaires sur les besoins et les pratiques 
  • diffusion et partage des données
  • évaluation des pratiques d’archivage 
  • valorisation de la compétence et de la spécialisation thématique dijonnaise autour des mondes ruraux: création du centre Marcel Maget visant à mettre à disposition les archives, proposer des outils de diffusion et partage des données, dans le respect des règles juridiques et éthiques (notamment la confidentialité des données personnelles, via un accès restreint).

Les intervenantes ont souligné que cette démarche d’archivage et de diffusion permet souvent de revisiter les terrains et les données primaires. Ces archives ont ainsi une utilité certaine pour les sociologues des mondes ruraux. Elles contribuent aussi à l’histoire des disciplines SHS et de la recherche en général. D’autres personnes présentes ont insisté sur la nécessité de garder une trace et d’expliquer la méthode de conservation et d’archivage, et les choix et les critères de tri, qui doit être réalisé de manière concerté.

Deux illustrations de terrain ont ensuite été proposées :

  • Mise en forme d’une plateforme de données internes à un laboratoire : ses enjeux, ses limites et ses freins (J. Gonzales-Feliu – Laboratoire d’Economie des Transports – LET) : parti du constat que beaucoup de données étaient inexploitées, que les pratiques restaient cloisonnées, et que la communication entre chercheurs n’était pas fluide, ce qui conduisait à des redondances et des pertes d’énergies. Comment, alors, mutualiser les données et réaliser, à plus long terme, ce rêve qu’est « la base de données des base de données » ? L’objectif était donc au départ d‘unifier les données mises à disposition, pour éventuellement créer dans une deuxième temps cette base de données des données ; de mutualiser les efforts, et enfin de mettre à disposition de tous ceux qui en ont besoin les données « non sensibles ». Mais plusieurs blocages sont apparus : la réticence d’une partie des personnels convaincus que « ça ne marchera pas », des blocages techniques et l’impossibilité d’imposer des formats uniques qui bouleverserait les pratiques et les habitudes de chacun, des dysfonctionnement sur l’usage des données (manque de communication sur les recherches en cours et les besoins), et surtout, absence de référent (personne de référence centralisant les besoins et les solutions). . M. Feliu-Gonzales a alors réussi à s’imposer comme référent pour centraliser les attentes et gagner la confiances des utilisateurs.
    • dans un premier temps, créer un « catalogue » ou « répertoire » des données disponibles, à partir d’une minutieuse recension des données disponibles ou « sensibles » des chercheurs, asosciée à une démarche d’explication pour que les utilisateurs comprennent l’intérêt de la démarche, et la manière dont ils pourront s’en servir
    • dans un deuxième temps : tentative pour unifier leurs données
    • dans un troisième temps, gérer le problème des « données sensibles » (anonymées mais non encore diffusées)

En conséquence, ce qui apparaissait à l’origine comme un simple défi technique, a débouché sur un changement assez radical dans le fonctionnement et l’organisation générale du groupe de recherche, de ses pratiques, ses savoir-faire et savoir-être.

  •  CLAPI : des corpus audio et vidéo de la recherche (S. Bruxelles, C. Etienne) : il s’agit d’une démarche collective d’une équipe de recherche du laboratoire ICARE. L’intérêt de l’intervention a été de montrer que ce projet précis soulevait de nombreux problèmes qui vont bien au-delà de la simple question des données et de leur archivage : enrichissement des données, outils de la recherche et nécessité de travailler avec d’autres archives et de les faire circuler entre les laboratoires et utilisateurs, problèmes techniques et juridiques, standards (Dublin Core ou TEI), pérennité del ‘archivage…

Pour clore cette première partie de la matinée, B. Helly (MOM), a ressaisi l’ensemble des enjeux autour des pratiques, la propriété, et de la transmission des archives, à partir de son point de vue de chercheur « de base » en archéologie, spécialiste d’épigraphie grecque, et souvent amené à travailler à l’étranger. Il a rappelé le cadre juridique de ses travaux (la convention européenne de Malte de 1992, révisée en 2009 avec le traité de Lisbonne), qui propose une définition très large du patrimoine archéologique et met l’accent sur le professionnalisme dans sa protection Il prévoit cadre de la collecte et la diffusion des données, et impose certaines règles pour la pratique sur le terrain : remise des objets de fouille aux autorités, travail avec les musées, restauration éventuelle des objets…. L’acquisition des données se fait dans le cadre de la création de substitut d’objets : par l’autopsie (fiches descriptives, carnets de fouille), par l’utilisation de procédés techniques, par l’information rétrospective. Toutes ces étapes participent à la construction d’un système d’information scientifique qui repose sur trois pôles : objets ; lieux ; sources d’information (sources elles-mêmes et compilations qui s’y rapportent). L’enregistrement passe par l’archivage des substituts de l’objet.  Pour conclure, B. Helly a insisté sur le fait qu’un système d’information ne se confond pas avec le système des archives. Ce système est est en constante évolution : l’important ce sont les successeurs, et donc la transmission des archives qui serviront aux recherches future et en assureront la continuité. Les chercheurs doivent assurer la pérennité dans la durée du système. Ceci engage aussi la responsabilité de l’institution : pour B. Helly, la responsabilité des fonds doit être déléguée aux institutions.

Quand le numérique fait des bulles… retours de « BD NUMérique »

IMG_9259

Ce jeudi 7 novembre s’est tenue à l’ENS Lyon la deuxième journée d’étude du labo junior Nhumérisme : « BD Num », la bande dessinée à l’ère numérique et digitale. Deux grandes questions transversales ont servi de fil d’Ariane :

  • Le numérique « révolutionne-t-il » la bande dessinée ? Que fait le « numérique » à la bande dessinée, que change-t-il : en termes de création, de support, de formats, de contenus, de lecteurs et pratiques de lecteurs, ou pour les relations entre auteurs, éditeurs et lecteurs ? Est-il un simple « gadget » permettant d’animer les cases et les personnages, au risque de perturber la lecture et briser le fil linéaire de la narration, ou bien a-t-il une valeur ajoutée réelle ? Est-il bien raisonnable de considérer la bande dessinée comme un genre « poussiéreux » que le numérique viendrait « renouveler » ou « régénérer » ? Ne faut-il pas, comme le propose Pascal Robert, dépasser la dichotomie bande dessinée « traditionnelle » vs numérique « révolutionnaire » et renverser la perspective en cherchant ce que la bande dessinée dite classique peut apporter au numérique ?

  • BD numérique ou numérique(s) ? Derrière l’unité de façade et l’illusion du singulier, se cache une grande diversité de pratiques et de « philosophies » autour de la bande dessinée numérique, dont l’événement « BD Num » a tenté de donner un large échantillonnage. Pour mettre un peu d’ordre dans ce foisonnement, nous avons structuré la journée autour deux grandes approches, deux pôles extrêmes entre lesquelles se déclinent de multiples variations :

  1. la BD « numérisée » (digitized) qui utilise le numérique comme outil de diffusion et d’émergence de nouveaux lecteurs et pratiques de lectures : c’est le cas de la Revue dessinée, qui était à l’honneur de la table ronde du matin, avec Kris et Olivier Jouvray, et coanimée par les labos junior « Sciences dessinées », Nhumérisme et Julien Falgas.

  2. la BD « créée numériquement » ou « née digitale » (digital born), qui utilise le numérique comme outil de création et d‘expérimentation narrative et l’intègre pleinement dans le processus de création : c’est le cas des deux auteurs invités l’après-midi, qui ont présenté deux projets eux-mêmes très différents

  • Lna Morandi, Klash : une expérience de bande dessinée interactive : partie d’un fait divers réel mais déjanté (la séquestration d’un cambrioleur par la coiffeuse championne de karaté du salon de coiffure même qu’il projetait de cambrioler), Lna a réalisé une bande dessinée interactive, dans le cadre de son projet de fin d’étude à l’école Emile Cohl (Lyon), une forme hybride par excellence, au croisement de différents genres : avant tout la bande dessinée « traditionnelle », soucieuse de conserver plaisir du lecteur sans s’interdire de briser la linéarité de la lecture (n’est plus de mise puisque le lecteur à la possibilité de changer de point de vue à travers les divers personnages de la BD), un procédé qui rappelle le « livre jeu » enfantin même si Lna définition même, de même qu’elle rejette cette approche puisque le choix du personnage est sans incidence sur l’histoire. De même, l’auteur refuse de ranger son oeuvre dans la catégorie du « gadget » (tous les choix formels et esthétiques sont dûment motivés et réfléchis), du jeu vidéo (en créant des énigmes ou des puzzles, qui bloqueraient l’utilisateur dans sa lecture), ou encore du turbomédia, qui repose sur le principe d’une case unique et défilante. Elle préfère exploiter les potentialités de la tablette, qui lui permettent d’aller plus loin par le format de certaines cases, comme les cases panoramiques ou offrant une rotation à 360° par exemple, ou par l’ajout d’animation et de sons.

  • Simon, MediaEntity (2013) : qualifie sa bande dessinée de « transmédia » : le « transmédia » ou « turbomédia » lui est apparu comme un support idéal pour le sujet originel (l’identité numérique, l’identité en ligne sur les réseaux sociaux). C’est un cas tout aussi « hybride », inspirée de la série télé et lui empruntant certains de ses codes (notamment son découpage temporel en « épisodes »), jouant sur plusieurs supports (site web, application sur tablettes) et enrichie par la « réalité augmentée », qui consiste à superposer des contenus multimédias sur le support papier, pour lui donner une profondeur et faire interagir différentes strates de réalité. Après un premier tome paru en septembre 2013, un deuxième épisode est prévu pour janvier 2014.

Les travaux de ces auteurs ont été éclairés par les mises en perspectives historiques et critiques des deux chercheurs invités :

  • Julien Falgas (Université de Lorraine) a retracé une petite histoire et un état de l’art de la bande dessinée, depuis la « BD interactive » des années 2000 jusqu’aux expériences actuelles autour de la « BD numérique »et du « turbo média », gravitant autour du concept « d’hybridation« , emprunté à la biologie ;

  • Pascal Robert (ENSSIB) a pour conclure renversé radicalement la perspective, en proposant « un questionnement en miroir » entre la BD et le numérique : la bande dessinée aurait moins à apprendre DU numérique, qu’elle n’a à apprendre AU numérique (en lui enseignant, notamment une « ingénierie du cadre », à laquelle elle travaille depuis longtemps…).

Ces dernières remarques résonnent comme une invitation pour les chercheurs et les disciplines académiques elles-mêmes, à s’interroger sur leurs propres pratiques, et appliquer ce « questionnement en miroir » aux relations entre leurs disciplines (histoire, sociologie, anthropologie…) et le numérique. Renverser la perspective, et se demander non plus seulement le numérique peut « renouveler » leurs disciplines, ce que leurs pratiques dites « traditionnelles » ont à apprendre DU numérique, mais aussi ce que leurs héritages, leurs savoirs, savoirs faire et savoir être peuvent apprendre AU numérique.

Les vidéos et podcasts de la journée, seront bientôt mis en ligne, et accompagneront les compte rendus plus détaillés de chaque intervention.

BD Num – Journée d’étude sur la BD numérique – 7 novembre 2013

Le labo junior « Nhumérisme » (ENS Lyon) consacre sa deuxième journée d’étude à la bande dessinée à l’ère numérique et digitale, en collaboration avec le labo junior « Sciences dessinées ». Cette journée sera l’occasion de rencontrer et faire se rencontrer des communautés habituellement séparées : chercheurs, artistes (auteurs et dessinateurs de bande dessinés), éditeurs, développeurs de plateformes.

klash_poster

L’axe principal de cette journée est d’interroger la supposée « révolution numérique » dans le monde de la bande dessinée. Comment et dans quelle mesure les nouveaux outils numériques et digitaux affectent-ils la bande dessinée « traditionnelle », au niveau de :

  • la production et la création : comment la nouveauté et diversité des supports numériques et digitaux (web, tablettes, smartphones), affectent-elles les formes, les formats et les techniques d’écritures, les choix narratifs et graphiques ? Imposent-elles de nouvelles contraintes mais ouvrent-elles aussi de nouvelles libertés et possibilités de création ? Ces nouveaux médias accentuent-ils ou créent-ils de nouvelles hybridations entre les genres : entre bande dessinée « classique », roman graphique et roman photo, entre les genres littéraires (la nouvelle ou autres formes courtes par exemple) et le storytelling, entre le reportage, le documentaire et le journalisme, puisant même dans l’animation, la 3D et le  jeu vidéo ?

  • l’édition, de la publication et de la diffusion : quel modèle économique, quelles relations entre auteurs et éditeurs ?

  • la réception : du point de vue des lecteurs et des pratiques de lectures, des rapports entre auteurs et lecteurs et entre les lecteurs eux-mêmes : assiste-t-on à l’émergence d’une écriture collaborative, à une porosité croissante des frontières entre l’auteur et le lecteur ? Quelle est la réalité de la « démocratisation » affirmée de la bande dessinée, à l’ère du web 2.0, d’une BD « participative » ou « collaborative » qui associerait pleinement le lecteur au processus d’écriture ? Voit-on émerger des communautés de lecteurs et de nouvelles « sociabilités » numériques autour de la bande dessinée, qui se ramifient sur le web et les réseaux sociaux ? Ces nouvelles sociabilités semblent offrir par là de nouvelles sources au chercheur qui étudie les pratiques de lectures, nécessitant aussi de nouvelles méthodes et exigeant de nouvelles « littératies ».

On s’efforcera ainsi au cours de cette journée de faire la part de l’ancien (emprunts aux pratiques héritées) et du nouveau (acquisition de nouvelles compétences et de nouvelles virtuosités), afin de prendre la juste mesure de la « révolution numérique » supposée. Comme dans le monde de la recherche et des disciplines scientifiques, les cultures numériques et digitales en train d’émerger sont toujours des mélanges de permanences et de mutations : quels savoirs et savoir-faire anciens les artistes doivent-ils abandonner ou conserver, réemployer ou détourner, leur donnant un sens nouveau dans le contexte numérique et digital ? Quels nouvelles compétences doivent-ils acquérir ? Leurs sources d’inspiration et leurs influences, leurs affinités intellectuelles et sociales, leurs (af)filiations et leurs réseaux changent-ils en conséquence ? Les formations dispensées dans les écoles d’art changent-elles également ? Comment les institutions dédiées à la bande dessinée s’adaptent-elles aux nouvelles exigences, en termes de formation, d’évaluation et de valorisation ?

Le deuxième objectif de cette journée est de mettre en évidence la diversité des pratiques, dont témoigne la diversité même des termes employés (de la bande dessinée « interactive » à la bande dessinée « enrichie » ou « augmentée », en passant par le « transmédia »). Deux grands pratiques semblent pourvoir être distinguées, entre lesquelles se déploie un large éventail de variantes et de combinaisons :

  • depuis la la bande dessinée numérisée (digitized) d’un côté qui utilise le numérique comme simple outil de diffusion, n’affectant pas ou peu le récit ou le dessin, qui se résume en somme à une simple numérisation de la bande dessinée « traditionnelle »…

  • jusqu’à la bande dessinée numériquement née (digital born) ou numériquement créée, qui mobilise des outils parfois très sophistiqués dans la production même de la bande dessinée. Le numérique fait alors partie intégrante du processus de création.

Le programme de la journée détaillé ci-après traduit notre souci de donner le plus large échantillonnage possible de la diversité de ces pratiques. Vous y trouverez aussi les informations pratiques vitales (horaires, lieu, accès)…

Capture d’écran 2013-10-16 à 11.43.45

Programme

Matin

 10h : Accueil des participants – ouverture de la journée

10h30-11h30 : Table-ronde autour de la Revue dessinée (Kris, Olivier Jouvray, Julien Falgas).

 12h30-14h Pause déjeuner

 Après-midi

 14h-14h45 : Lna Morandi (auteur, ancienne élève de l’école Emile Cohl – Lyon) : « Klash : une expérience de bande-dessinée interactive »

14h45-16h15 : Simon (auteur) : « MediaEntity : la bande dessinée, support matriciel du transmédia », en dialogue avec Julien Falgas (Infocom – Université de Lorraine – Metz) : « De la bande dessinée interactive à la bande dessinée numérique »

 16h15-16h30- Pause

16h30-17h15 : Pascal Robert (Infocom, ENSSIB – ELICO – Lyon) : « Bande-dessinée et numérique, pour un questionnement en miroir »

17h15-18h : Table-ronde de clôture (Lna Morandi, Simon, Julien Falgas, Pascal Robert)