En écho à la journée « La politique des données personnelles » – 21 novembre

Word Cloud "Big Data"Jeudi 21 novembre s’est tenu à l’ENS Lyon le colloque sur « la politique des données personnelles«  organisée par l’Institut des Systèmes Complexes (IXXI), avec la participation des élèves du Master Architecture de l’Information. Cette journée pourra être utilement prolongée par la lecture de l’ouvrage récent de Lisa Gitelman, Raw Data is an oxymoron, qui sera au coeur de notre prochain séminaire, courant décembre. Voici en attendant un (long…) compte rendu des diverses interventions :

Big but Personal Data (Yves-Alexandre de Montjoye, MediaLab MIT, Boston) : l’intervenant a d’abord posé le cadre, et retracé une brève histoire de l’identification, depuis le Traité de Criminalistique d’Edmond Locard (1931), fondée sur l’identification à partir des empreintes digitales, jusqu’aux big data, caractérisées par la prolifération et la complexification des données sur l’individu (données de localisation, données transactionnelles…), qui s’accompagnent d’une identification et d’un « traçage » de plus en plus rapide et facile. Dans ce contexte, le MIT a développé le programme « New Deal Data » pour aider les citoyens à retrouver une privacy, qui repose sur deux piliers : le contrôle de la collecte des données et métadonnées à partir du logiciel Open PDS d’une part, et le logiciel SafeAnswers pour répondre au problème de l’anonymisation et de la sécurité des données d’autre part.

François Taïani (ESIR, Rennes 1) spécialiste de la décentralisation des données, a entrepris de faire le lien entre la protection des données et l’histoire de l’informatique. Il a utilement rappelé l’investissement considérable en terme de capital et de savoir-faire que nécessite l’architecture de Google ou de Facebook, et l’investissement symétriquement considérable que nécessiterait la protection des données qu’ils manipulent. Face à ces enjeux éthiques, François Taïani a proposé une solution technique fondée sur la décentralisation des données, sous la forme d’une recommandation « peer-to-peer ». Cette solution reste un projet, mais elle a suscité beaucoup d’intérêt. Il reste à résoudre la question du modèle économique, et trouver un compromis entre coûts financiers, protection obtenue et blocage des services.

Antoinette Rouvroy (CDRIS, Université de Namur) à proposer de décaler le regard pour dépasser l’alternative entre vertus du partage / risque de contrôle. Les big data marque selon elle un véritable changement de paradigme : l’avènement d’une production algorithmique du monde et des savoirs, qui entraîne le passage d’une gouvernementalité politique ou juridique (par le droit) à une gouvernementalité algorithmique. Elle a mis en garde contre la croyance de la transparence des données, et la possibilité d’une production immanente des savoirs, d’une modélisation à même le réel et le social à partir de ces données supposées ‘brutes » et « neutres ». Il serait dangereux de croire que les données permettent de dépasser des catégorisations sociales et statistiques prétendument éculées, fortement critiquées au sein des sciences sociales mêmes (Alain Desrosières) pour leur sélectivité, leur réductionnisme et leur artificialité. Loin de réhabiliter le sujet, elle transforme le consommateur en cible victime d’un nouveau « comportementalisme numérique » et d’une nouvelle forme de « naturalisation » du social. Selon Antoinette Rouvroy, c’est moins l’appropriation des données privées qui pose problème, que celle des instruments de critiques dont dispose l’internaute-consommateur. Contre cet « envoûtement algorithmique », elle invite à « faire face » (Antonin Artaud), à retrouver notre capacité à « faire forme » en résistant aux préemptions et aux nouvelles formes cachées de catégorisations numériques.

La table-ronde de l’après-midi a fait dialoguer trois inventions :

Dominique Cardon (sociologue à Orange Lab) s’est posé en « travailleur de la donnée » pour révéler le côté sale et rugueux qui se cache derrière leur apparente transparence. Il a rappelé qu’au-delà de leurs désaccords, prophètes et détracteurs des big data sont animés d’une même croyance dans ce mythe du « double clic » (Bruno Latour) : l’illusion d’une chaîne transparente et sans médiation depuis la donnée jusqu’aux résultats qu’elle permet d’obtenir.  Les big data entraînent ainsi une changement de paradigme dans les milieux de la statistique : le passage d’une statistique hypothético-déductive à une statistique qui prétend se passer des causes et des interprétations causales, en vertu des « nouvelles techniques d’apprentissage ». Il a mis en garde contre le mythe de la donnée « brute » et complète, qui justifie l’abandon de l’échantillonnage et de la représentativité. Face aux big data, les sciences sociales sont placées dans une situation délicate : à la fois productrice et consommatrice de données, privées ou scientifiques, de quel droit aurait-elle un statut d’exception pour traiter les données confidentielles ? Comment réagir face à la remise en cause de leurs catégorisations et leurs méthodes « traditionnelles » (catégories sociales de l’INSEE, échantillonnage, statistiques hypothético-déductive), parfois présentées comme obsolètes ? Comment les chercheurs peuvent-ils au contraire remobiliser leurs savoirs, savoir faire et savoir être « traditionnels » pour ressaisir de manière critique ces big data et se réapproprier la production des savoirs sur le social ? Le sociologue a appelé à ne pas avoir peur des algorithmes, à cultiver une « littératie algorithmique » pour les comprendre de l’intérieur et éviter de succomber à un certain  « fétichisme » algorithmique.
Daniel Kaplan (Fondation Internet Nouvelle Génération) a présenté le programme « Identités actives » qui vise à répondre au paradoxe de la vie privée, entre tendances à l’exhibition de soi et revendications d’intimité et de contrôle de ses données. A partir du glissement sémantique de la notion de « confiance » devenue synonyme de « sécurité« , il a montré que le marketing publicitaire avait abandonné la stratégie de fidélisation du consommateur : derrière les promesses de personnalisation et de ciblage individualisé, ce sont plutôt des goûts et des comportements « types » que cherchent à identifier les marketers.

Stéphane Grumbach (INRIA) a conclu la journée sur l’économie de la donnée : ses enjeux économiques, industriels et (géo)politiques. Le phénomène majeur est celui de la concentration des données, multiforme, autant par les Etats, les entreprises, que par des entités régionales ou locales.

Cette journée pourra être utilement prolongée par la lecture de l’ouvrage récent de Lisa Gitelman, Raw Data is an oxymoron, qui sera au coeur de notre prochain séminaire, courant décembre.

Les Archives des chercheurs à l’honneur à l’ISH – 13 novembre 2013

ISH_MOM_20131113_RencontreArchivesChercheurs_Affiche

Ce mercredi 13 novembre s’est tenue à l’Institut des Sciences de l’Homme (ISH) à Lyon une journée consacrée aux « Archives des chercheurs : de la propriété au data-management« , co-organisée par l’ISH et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), avec le soutien de l’Université « Lumière » Lyon 2. Les organisateurs ont insisté sur la complexité et la polysémie de la notion d’archives des chercheurs, qui ne recouvre pas une mais des questions, et qui revêt de multiples facettes. Ils ont également souligné la nécessité d’adopter une démarche active d’archivage, rappelant que nous sommes tous concernés et acteurs dans cette démarche d’archivage. S’il s’agit d’abord d’une initiative personnelle, elle s’inscrit ensuite dans des dispositifs institutionnels. Sans prétendre faire le tour de la question en une seule journée pourtant dense, cet événement était posé comme une entrée en matière pour des actions futures, placé sous le signe des rencontres, et à l’écoute des attentes et besoins des chercheurs. 

La journée était structurée en deux moments :

  • la matinée s’efforçait de poser le cadre institutionnel et réglementaire, resituer  l’archivage dans le contexte de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS), alternant des considérations générales (F. Oppermann) et des illustrations de terrains (MSH de Dijon, LET, CLAPI)
  • l’après-midi proposait des études de cas concrets et de dispositifs d’archivage

« Les archives de la recherche : principes et réalités » (F. Oppermann) 

Cette première intervention visait à poser le cadre institutionnel et réglementaire et le contexte d’émergence relativement récente des questions d’archivage en SHS, suite à des initiatives étatiques (bibliothèque scientifique de recherche à l’horizon 2014), ou d’institutions de recherches (Maison des Sciences de l’homme d- MSH de Dijon), donnant lieu à plusieurs journées d’étude depuis 2011. F. Oppermann a rappelé que ce terme générique « d’archives » recouvrait une multiplicité de questions, et que son sens variait en fonction du chercheur, de son domaine de recherche, ou son statut institutionnel. Il a fait le tour des principaux écueils :

  • le statut des archives, leur devenir : qui doit gérer l’archivage et les archives ? Il a souligné, à travers l’anecdote d’un directeur d’une école bordelaise qui avait décidé de faire don des archives de l’établissement à une université espagnole, par la suite numérisées et mises en ligne, la sensibilité de certaines archives (confidentialité des données personnelles) et la question délicate du partage des responsabilités juridiques entre le chercheur, l’Etat et les institutions de recherche : qui peut disposer de ces archives, qui a le droit de les céder, les donner, et à qui ?
  • le contenu des archives : quels contenus, quels archives peuvent et doivent être archivés ? Pour certains chercheurs, la conservation de leurs archives a peu d’intérêt, car ils visent la publication, le produit fini. Pourtant, comme dans le domaine des beaux-arts ou des études littéraires, les brouillons et les manuscrits, les esquisses ou les croquis préparatoires ne valent-ils pas autant que l’oeuvre achevée, lorsqu’il s’agit de documenter l’histoire d’une institution ou d’une recherche disciplinaire, la genèse d’un problème ou d’une œuvre scientifique, la « fabrique » des savoirs ? Se pose alors le problème de la « sélection » : puisqu’on ne peut tout garder, pour des raisons matérielles et financières, d’une part, pour des raisons éthiques, d’autre part (« droit à l’oubli »), quelles archives faut-il garder, selon quels critères et par qui ce tri doit-il être fait ? Plusieurs personnes du public ont alors mis en évidence le problème posé par les départs à la retraite, ou plus largement, par les difficultés à séparer le temps et l’espace de travail du chercheur, de son temps et son espace de « non travail ». Le chercheur qui part à la retraite, ou effectue une partie de ses recherches à l’étranger, peut avoir besoin des données collectées et les emporter chez lui. Appartiennent-elles à l’institution ou à lui-même personnellement ? Qui et où les conserver dans ce cas ? Comment gérer aussi l’inévitable « hiérarchisation » des archives et des chercheurs qui les produisent ? Ne faut-il garder que les archives prestigieuses produites par les « sommités » de la recherche ? Ou bien les archives plus « triviales » (administratives) ou celles produites par les « anonymes » et « chercheurs ordinaires » n’ont-elles pas leur place également pour nourrir l’histoire des SHS et des institutions de recherche ?
  • la propriété et l’appartenance des archives : si les textes juridiques semblent clairs (code du patrimoine et code de la propriété intellectuelle), la question reste floue, et des incertitudes demeurent. On distingue en général l’oeuvre (propriété du chercheur) et le document, son support papier (appartenant à l’institution qui emploie le chercheur), le contenu du contenant. Mais qu’en est-il de certaines archives spécifiques, comme les enquêtes et les questionnaires ? Les réponses aux enquêtes sont-elles une oeuvre de l’esprit, et duquel : du chercheur qui a conçu le questionnaire, ou des répondants ?

La réalité est donc complexe. F. Oppermann a plaidé pour une solution pragmatique, à l’exemple de la série J (archives privées) des archives départementales : cette solution ne résout pas le flou juridique, mais donne un statut (public) aux archives privées, ce qui permet de les conserver. Les archives des chercheurs devraient être de même préservées dans le respect du cadre juridique de la propriété intellectuelle et du patrimoine. F. Oppermann souligne la nécessité d’impliquer l’ensemble des parties prenantes (chercheurs, directeurs de laboratoire, institutions publiques…) et de sensibiliser personnellement les chercheurs (non seulement lors de leur formation préalable, mais au cours de leur carrière) et les institutions, dans la mesure où les archives appartiennent à une communauté, et participent à l’histoire des institutions publiques, des laboratoires de recherche et des tutelles de ces laboratoires. De même qu’une oeuvre littéraire ou artistique n’est rien sans son contexte, l’archive scientifique est un tout : c’est pourquoi l’ensemble de la communauté scientifique doit être impliquée (y compris les personnels administratifs), pour perpétuer l’action de la recherche.  

« Des archives des chercheurs aux archives de la recherche : retour sur les expériences de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Dijon » (Céline Alazard, J. Demange)

 Cette démarche s’inscrit dans le Consortium « Archives des mondes contemporaines » (créée en 2012) et soutenu par le TGIR Huma-Num. Elle encourage une approche collaborative et collective pour répondre aux problème des archives de la période contemporaine et aux enjeux de leur numérisation. Ce consortium visait à répondre à deux problèmes à l’origine :

  • l’abondance et la diversité des archives contemporaines (diversité de leurs natures, de leurs supports, de leurs statuts juridiques). Archiver, c’est selon Céline Alazard se positionner en entrepreneur archivistique ;
  • la dispersion des lieux : les archives connaissent des situations diverses, et des stades variables d’archivage (en cours de numérisation, déjà archivées et numérisées…).

Pour relever ces défis, le consortium est basé sur la coopération entre des acteurs multiples : il réunit des chercheurs de différentes disciplines (histoire…) et des archivistes ou professionnels de l’archivage. Le but est de réduire la frontière et l’imperméabilité entre archivistes et chercheurs pour réfléchir à la constitution es archives. 

Le consortium a plusieurs activités et a déjà produit plusieurs résultats :

  • création d’un portail unifié pour l’accès à des corpus définis : la démarche pour y parvenir (travail collaboratif de création d’archives) compte autant que le résultat : la recherche compte autant que la création de patrimoine. Le nombre et le contenu scientifique des corpus reste souple, ouvert et évolutif. 6 pôles de coprus existent actuellement : circulations et migrations intra européennes, mémoires ouvrières, monde de l’entreprise, techniques d’impression de la littérature grise, corpus spécifiquement dédié aux archives des chercheurs et de la recherche ;
  • animation et coordination depuis 2004 du programme ARSHS avec la MMSH d’Aix en Provence et la MSH de Nanterre, dont l’objectif est de recenser et localiser les fonds d’archives des SHS en France : non seulement des chercheurs individuels, mais aussi collectifs (laboratoire et leurs archives administratives), en incluant également les archives non publiées (travaux préparatoires aux publications : carnets de terrain).

Plusieurs axes président à ce programme :

  • sensibilisation et formation des milieux concernés : les promoteurs du programme s’efforce de rencontrer des chercheurs pour les informer et expliciter la démarche de la MSH : conserver les archives DE la recherche POUR la recherche 
  • consultation des intéressés, par le biais d’enquêtes et de questionnaires sur les besoins et les pratiques 
  • diffusion et partage des données
  • évaluation des pratiques d’archivage 
  • valorisation de la compétence et de la spécialisation thématique dijonnaise autour des mondes ruraux: création du centre Marcel Maget visant à mettre à disposition les archives, proposer des outils de diffusion et partage des données, dans le respect des règles juridiques et éthiques (notamment la confidentialité des données personnelles, via un accès restreint).

Les intervenantes ont souligné que cette démarche d’archivage et de diffusion permet souvent de revisiter les terrains et les données primaires. Ces archives ont ainsi une utilité certaine pour les sociologues des mondes ruraux. Elles contribuent aussi à l’histoire des disciplines SHS et de la recherche en général. D’autres personnes présentes ont insisté sur la nécessité de garder une trace et d’expliquer la méthode de conservation et d’archivage, et les choix et les critères de tri, qui doit être réalisé de manière concerté.

Deux illustrations de terrain ont ensuite été proposées :

  • Mise en forme d’une plateforme de données internes à un laboratoire : ses enjeux, ses limites et ses freins (J. Gonzales-Feliu – Laboratoire d’Economie des Transports – LET) : parti du constat que beaucoup de données étaient inexploitées, que les pratiques restaient cloisonnées, et que la communication entre chercheurs n’était pas fluide, ce qui conduisait à des redondances et des pertes d’énergies. Comment, alors, mutualiser les données et réaliser, à plus long terme, ce rêve qu’est « la base de données des base de données » ? L’objectif était donc au départ d‘unifier les données mises à disposition, pour éventuellement créer dans une deuxième temps cette base de données des données ; de mutualiser les efforts, et enfin de mettre à disposition de tous ceux qui en ont besoin les données « non sensibles ». Mais plusieurs blocages sont apparus : la réticence d’une partie des personnels convaincus que « ça ne marchera pas », des blocages techniques et l’impossibilité d’imposer des formats uniques qui bouleverserait les pratiques et les habitudes de chacun, des dysfonctionnement sur l’usage des données (manque de communication sur les recherches en cours et les besoins), et surtout, absence de référent (personne de référence centralisant les besoins et les solutions). . M. Feliu-Gonzales a alors réussi à s’imposer comme référent pour centraliser les attentes et gagner la confiances des utilisateurs.
    • dans un premier temps, créer un « catalogue » ou « répertoire » des données disponibles, à partir d’une minutieuse recension des données disponibles ou « sensibles » des chercheurs, asosciée à une démarche d’explication pour que les utilisateurs comprennent l’intérêt de la démarche, et la manière dont ils pourront s’en servir
    • dans un deuxième temps : tentative pour unifier leurs données
    • dans un troisième temps, gérer le problème des « données sensibles » (anonymées mais non encore diffusées)

En conséquence, ce qui apparaissait à l’origine comme un simple défi technique, a débouché sur un changement assez radical dans le fonctionnement et l’organisation générale du groupe de recherche, de ses pratiques, ses savoir-faire et savoir-être.

  •  CLAPI : des corpus audio et vidéo de la recherche (S. Bruxelles, C. Etienne) : il s’agit d’une démarche collective d’une équipe de recherche du laboratoire ICARE. L’intérêt de l’intervention a été de montrer que ce projet précis soulevait de nombreux problèmes qui vont bien au-delà de la simple question des données et de leur archivage : enrichissement des données, outils de la recherche et nécessité de travailler avec d’autres archives et de les faire circuler entre les laboratoires et utilisateurs, problèmes techniques et juridiques, standards (Dublin Core ou TEI), pérennité del ‘archivage…

Pour clore cette première partie de la matinée, B. Helly (MOM), a ressaisi l’ensemble des enjeux autour des pratiques, la propriété, et de la transmission des archives, à partir de son point de vue de chercheur « de base » en archéologie, spécialiste d’épigraphie grecque, et souvent amené à travailler à l’étranger. Il a rappelé le cadre juridique de ses travaux (la convention européenne de Malte de 1992, révisée en 2009 avec le traité de Lisbonne), qui propose une définition très large du patrimoine archéologique et met l’accent sur le professionnalisme dans sa protection Il prévoit cadre de la collecte et la diffusion des données, et impose certaines règles pour la pratique sur le terrain : remise des objets de fouille aux autorités, travail avec les musées, restauration éventuelle des objets…. L’acquisition des données se fait dans le cadre de la création de substitut d’objets : par l’autopsie (fiches descriptives, carnets de fouille), par l’utilisation de procédés techniques, par l’information rétrospective. Toutes ces étapes participent à la construction d’un système d’information scientifique qui repose sur trois pôles : objets ; lieux ; sources d’information (sources elles-mêmes et compilations qui s’y rapportent). L’enregistrement passe par l’archivage des substituts de l’objet.  Pour conclure, B. Helly a insisté sur le fait qu’un système d’information ne se confond pas avec le système des archives. Ce système est est en constante évolution : l’important ce sont les successeurs, et donc la transmission des archives qui serviront aux recherches future et en assureront la continuité. Les chercheurs doivent assurer la pérennité dans la durée du système. Ceci engage aussi la responsabilité de l’institution : pour B. Helly, la responsabilité des fonds doit être déléguée aux institutions.

Quand le numérique fait des bulles… retours de « BD NUMérique »

IMG_9259

Ce jeudi 7 novembre s’est tenue à l’ENS Lyon la deuxième journée d’étude du labo junior Nhumérisme : « BD Num », la bande dessinée à l’ère numérique et digitale. Deux grandes questions transversales ont servi de fil d’Ariane :

  • Le numérique « révolutionne-t-il » la bande dessinée ? Que fait le « numérique » à la bande dessinée, que change-t-il : en termes de création, de support, de formats, de contenus, de lecteurs et pratiques de lecteurs, ou pour les relations entre auteurs, éditeurs et lecteurs ? Est-il un simple « gadget » permettant d’animer les cases et les personnages, au risque de perturber la lecture et briser le fil linéaire de la narration, ou bien a-t-il une valeur ajoutée réelle ? Est-il bien raisonnable de considérer la bande dessinée comme un genre « poussiéreux » que le numérique viendrait « renouveler » ou « régénérer » ? Ne faut-il pas, comme le propose Pascal Robert, dépasser la dichotomie bande dessinée « traditionnelle » vs numérique « révolutionnaire » et renverser la perspective en cherchant ce que la bande dessinée dite classique peut apporter au numérique ?

  • BD numérique ou numérique(s) ? Derrière l’unité de façade et l’illusion du singulier, se cache une grande diversité de pratiques et de « philosophies » autour de la bande dessinée numérique, dont l’événement « BD Num » a tenté de donner un large échantillonnage. Pour mettre un peu d’ordre dans ce foisonnement, nous avons structuré la journée autour deux grandes approches, deux pôles extrêmes entre lesquelles se déclinent de multiples variations :

  1. la BD « numérisée » (digitized) qui utilise le numérique comme outil de diffusion et d’émergence de nouveaux lecteurs et pratiques de lectures : c’est le cas de la Revue dessinée, qui était à l’honneur de la table ronde du matin, avec Kris et Olivier Jouvray, et coanimée par les labos junior « Sciences dessinées », Nhumérisme et Julien Falgas.

  2. la BD « créée numériquement » ou « née digitale » (digital born), qui utilise le numérique comme outil de création et d‘expérimentation narrative et l’intègre pleinement dans le processus de création : c’est le cas des deux auteurs invités l’après-midi, qui ont présenté deux projets eux-mêmes très différents

  • Lna Morandi, Klash : une expérience de bande dessinée interactive : partie d’un fait divers réel mais déjanté (la séquestration d’un cambrioleur par la coiffeuse championne de karaté du salon de coiffure même qu’il projetait de cambrioler), Lna a réalisé une bande dessinée interactive, dans le cadre de son projet de fin d’étude à l’école Emile Cohl (Lyon), une forme hybride par excellence, au croisement de différents genres : avant tout la bande dessinée « traditionnelle », soucieuse de conserver plaisir du lecteur sans s’interdire de briser la linéarité de la lecture (n’est plus de mise puisque le lecteur à la possibilité de changer de point de vue à travers les divers personnages de la BD), un procédé qui rappelle le « livre jeu » enfantin même si Lna définition même, de même qu’elle rejette cette approche puisque le choix du personnage est sans incidence sur l’histoire. De même, l’auteur refuse de ranger son oeuvre dans la catégorie du « gadget » (tous les choix formels et esthétiques sont dûment motivés et réfléchis), du jeu vidéo (en créant des énigmes ou des puzzles, qui bloqueraient l’utilisateur dans sa lecture), ou encore du turbomédia, qui repose sur le principe d’une case unique et défilante. Elle préfère exploiter les potentialités de la tablette, qui lui permettent d’aller plus loin par le format de certaines cases, comme les cases panoramiques ou offrant une rotation à 360° par exemple, ou par l’ajout d’animation et de sons.

  • Simon, MediaEntity (2013) : qualifie sa bande dessinée de « transmédia » : le « transmédia » ou « turbomédia » lui est apparu comme un support idéal pour le sujet originel (l’identité numérique, l’identité en ligne sur les réseaux sociaux). C’est un cas tout aussi « hybride », inspirée de la série télé et lui empruntant certains de ses codes (notamment son découpage temporel en « épisodes »), jouant sur plusieurs supports (site web, application sur tablettes) et enrichie par la « réalité augmentée », qui consiste à superposer des contenus multimédias sur le support papier, pour lui donner une profondeur et faire interagir différentes strates de réalité. Après un premier tome paru en septembre 2013, un deuxième épisode est prévu pour janvier 2014.

Les travaux de ces auteurs ont été éclairés par les mises en perspectives historiques et critiques des deux chercheurs invités :

  • Julien Falgas (Université de Lorraine) a retracé une petite histoire et un état de l’art de la bande dessinée, depuis la « BD interactive » des années 2000 jusqu’aux expériences actuelles autour de la « BD numérique »et du « turbo média », gravitant autour du concept « d’hybridation« , emprunté à la biologie ;

  • Pascal Robert (ENSSIB) a pour conclure renversé radicalement la perspective, en proposant « un questionnement en miroir » entre la BD et le numérique : la bande dessinée aurait moins à apprendre DU numérique, qu’elle n’a à apprendre AU numérique (en lui enseignant, notamment une « ingénierie du cadre », à laquelle elle travaille depuis longtemps…).

Ces dernières remarques résonnent comme une invitation pour les chercheurs et les disciplines académiques elles-mêmes, à s’interroger sur leurs propres pratiques, et appliquer ce « questionnement en miroir » aux relations entre leurs disciplines (histoire, sociologie, anthropologie…) et le numérique. Renverser la perspective, et se demander non plus seulement le numérique peut « renouveler » leurs disciplines, ce que leurs pratiques dites « traditionnelles » ont à apprendre DU numérique, mais aussi ce que leurs héritages, leurs savoirs, savoirs faire et savoir être peuvent apprendre AU numérique.

Les vidéos et podcasts de la journée, seront bientôt mis en ligne, et accompagneront les compte rendus plus détaillés de chaque intervention.

Après Babel…retours enthousiastes d’un premier chantier !

IMG_9037

Notre petite équipe de nhuméristes en herbe rentre ce soir éreintée mais ravie de cette première journée d’étude : le chantier de Babel avance lentement mais quelques pierres fondatrices ont été posées aujourd’hui… Ne désespérons pas d’atteindre le Ciel un jour… Cette première journée de notre labo junior, consacrée à la « diversité des langues numériques », fut d’une grande richesse grâce à la qualité et à la diversité des contributions des intervenants. Quelles n’étaient pas nos inquiétudes, pourtant, à l’idée de partir de cet objet « numérique », a priori si mal défini, si flou, aux si contours si incertains… Levant ce matin encore un regard anxieux et sceptique sur une tour de Babel bien chancelante sur ses fondations, nous sommes forcés de reconnaître que ce défaut apparent de structuration s’est révélé finalement extrêmement fructueux, de trois points de vue au moins :

Derrière l’apparente confusion des langues…

 Cette journée s’annonçait éclectique et même hétéroclite. Trois grandes « définitions », trois grandes visions – trois « langues » du numérique ont émergé au fil des interventions et des échanges, et pris corps lors de la table-ronde finale :

  1. le matin (Milad Doueihi, Eric Guichard) : le numérique » comme fait technique, culturel, social, ou fait de civilisation – objet de recherche et de réflexion
  2. en début d’après-midi (Francesco Beretta ; Anthony McKenna, Eric Lochard) : le numérique comme instrument (base de données) pour le chercheur : à la fois outil de recherche et de publication
  3. en fin d’après-midi (Catherine Beaugrand) : le numérique comme « medium » pour les artistes ou editors (comme ils préfèrent se baptiser eux-mêmes), conçu comme médiation entre le corps et le monde, entre la terre et le ciel, entre soi et les autres…

des lieux de dialogues parfois inattendus…

Des points de convergences profondes et des transversalités fortes se sont pourtant tissées progressivement entre ces langues et ces approches diverses, notamment entre artistes et chercheurs. L’historien en particulier et l’artiste (editor) ne peuvent-ils se rejoindre dans leur hantise de la trace et de la mémoire ? Ne peuvent-ils ici rencontrer le philosophe Doueihi qui professe à juste titre la nécessité (exigence éthique) de l’oubli pour l’humanité – parce qu’on ne peut et qu’on ne doit tout garder, qu’il faut rester capable d’oublier… pour vivre au présent, et aborder l’avenir d’un pas léger, délesté de ce fardeau qu’est parfois la mémoire(s) et l’histoire(s) ? Historiens et artistes ne peuvent-ils se comprendre également lorsqu’ils parlent de medium (au sens derridien de « celui qui fait parler les autres », et avant tout les morts et les absents, comme le voulait autrefois Michelet, historien s’il en fut ?) ? Lorsqu’ils se montrent tous deux préoccupés par cette même question de la référence, de la source (d’une image, d’un document d’archives) ? Mais les mêmes mots désignent-ils ici les mêmes choses ?

Chercheurs et artistes semblent enfin se retrouver dans leur rapport à la « base de données », dans sa construction, sa structuration, les mises en relations et les corrélations (notion reprise par Catherine Beaugrand elle-même dans son cours « Design Correlation ») entre les données, une question qui agite aussi les littéraires, spécialistes des Lumières, qui s’attachent à décortiquer la logique de l’Encylopédie et comprendre ses systèmes de renvois ? Mais là encore, les mêmes mots de « donnée », « base de données », « corrélation » renvoient-ils aux mêmes réalités ? Ne traduisent-ils pas des visions ou des expériences, des rapports au monde radicalement différents, intraduisibles, justement, par les seuls mots ?

Un problème commun qui semble davantage fédérer chercheurs et artistes (parce que négatif hélas !?) serait la non-pensée des outils numériques et un conservatisme conceptuel ou mental : autrement dit, cette tendance fâcheuse à l’usage non réflexif des outils, qui trahit une certaine angoisse ou une certaine résistance, l’attachement à des objets anciens, des catégories connues et familières rendues obsolètes par les outils, mais auxquels on continue à s’agripper par peur… ou par paresse… Ainsi en est-il des artistes qui continuent à vouloir « faire de la vidéo » comme on la faisait au milieu du XXe siècle, sans tenir compte de l’impact des nouveaux outils (tablettes, smartphones…) sur nos concepts et nos pratiques – de même que certains historiens croient pouvoir continuer à écrire et « faire » l’histoire au XXIe siècle comme… l’écrivait un certain Michelet au XIXe siècle justement… De ce point de vue, l’attitude du chercheur et celle de l’editor ne sont-elles pas plus proches qu’on ne l’imagine ? Le processus de recherche scientifique n’a-t-il pas à voir et à faire avec la recherche artistique ? N’en est-il pas de même de la dissociation topique entre sciences « dures » (les « vraies » sciences) et les sciences « molles » (sciences humaines et sociales j’entends) ? Ou entre « théoriciens » et « praticiens » ? Les lignes de faille et de fracture ne passent-elles ailleurs ? Ne sont-elles pas déplacées par le numérique ?

 et donc le hasard des rencontres… (mal)heureuses ?

Cette indétermination même a finalement permis de jeter des passerelles imprévues entre des disciplines ou des approches différentes autour du numérique. Moins à partir d’une langue mère universelle, illusoire sans doute, qu’autour d’objets d’étude communs : rencontre inattendue par exemple, provoquée par Eric Guichard, entre le mathématicien Jean Dhombres et les artisans de la base Arkane autour de Galilée. Un multilinguisme modeste plutôt qu’une inatteignable transdiscipline…

Autres lieux de rencontres : autour d’un même instrument, d’un même outil de recherche. Rencontres entre Symogih (Francesco Beretta) et Arkane (Anthony McKenna et Eric Lochard), où les données et la question de la structuration peuvent être vues comme un lieu de passages et de convergences, mais aussi de divergences entre Arkane qui privilégie le chercheur utilisateur (au moyen d’une interface graphique ergonomique et d’un outil relativement simple d’utilisation) et Symogih qui exige du chercheur un minimum de connaissances techniques pour s’approprier l’outil. Comme l’a justement fait remarquer F. Beretta, quelle doit être alors le degré de compétence technique du chercheur ? Jusqu’où pénétrer dans la connaissance intime du langage informatique ? Quelles littératies pour l’historien numérique ?  Tout ignorer de l’outil, n’est-ce pas se fermer des portes, des pistes de recherches ? N’est-ce pas se condamner, sinon une dépossession du processus de recherche, du moins à une sous-exploitation de la machine, une méconnaissance de la totalité de ses potentialités ? A une incompréhension mutuelle, sinon une incommunicabilité entre la machine et l’humain, et entre l’informaticien et l’historien ? Bien souvent, les mots diffèrent mais les réalités désignées sont les mêmes : ainsi « l’objet » dans la langue de Symogih correspond au « sujet » dans celle d’Arkane. Simple problème de traduction ? Non, car derrière les mots, ce sont bien des visions du monde (des données, de la méthode, des objectifs, des valeurs qui se cachent derrière les choix d’outils) qui s’affrontent. Faut-il alors imaginer une langue commune, prélude à une « transdiscipline » numérique ? Mais ne risque-t-on de créer de reproduire l’artificialité et la pauvreté de cette utopie sans lendemain qu’a été l’esperanto ?

Histoire de nous éloigner encore d’un optimisme ou d’un angélisme naïf – même si la tentation est grande à l’issue d’une journée aussi riche et gratifiante (!) : le(s) monde(s) numériques sont assurément sources de tensions, de conflits, de confusions voire d’incompréhensions, terres de nouvelles « fractures » et d’inégalités, ou de nouvelles formes d’exploitation. Eric Guichard soulevait à ce titre la question du digital labor (une nouvelle forme de prolétarisation, du travail intellectuel précisément), et la marginalité institutionnelle de la plupart des acteurs francophones du numérique, avec tous les enjeux de rivalités et de pouvoir qui s’ensuivent… où nous rencontrons le dilemme de l’institutionnalisation : faut-il structurer pour mettre de l’ordre et éviter les pertes d’énergies, faut-il substituer le droit au fait, au risque d’une perte de spontanéité, de créativité, et l’inévitable création de nouveaux rapports de force et de nouvelles hiérarchies ? 

Pour finir sur une note plus positive et constructive malgré tout : quels lendemains pour notre labo junior ? Même si nous sommes encore loin de l’atteindre (et l’atteindra-t-on un jour ? La valeur du mythe ne réside-t-elle pas justement dans l’inachevé et l’inachevable même ?), le ciel se dégage au-dessus de notre « Tour de Babel numérique ». On commence à y voir plus clair. Cette journée inaugurale nous a permis d’esquisser une première délimitation (des délimitations, plus justement) du champ mouvant des « humanités numériques » – et nous demander si la première tâche de l’association francophone en passe de naître à Saint Malo (That Camp 2013) n’était pas de rebaptiser ces si mal nommées « digital humanities » ? Mais quels mots pour remplacer cette traduction un peu rapide et assurément inexacte du terme parent anglo-saxon, qui ne correspond finalement à aucune réalité dans le paysage francophone – et a fortiori français ? Car que sont les « humanités en France ? Ont-elles jamais existé ? Et que dire du « numérique », que certains proposent d’appeler « télématique » (Eric Guichard) en dépit de ses connotations poussiéreuses (relents de « Minitel »…) ou « digitales » (communauté lausannoise de l’EPFL et l’Unil notamment).

Au terme de cette journée se dessinent finalement les contours encore vagues d’un « programme » futur ( et chargé !) pour notre labo junior : à nous de nous retrousser les manches ! Nous réfléchissons d’ores et déjà la « mémoire » de cette journée et plusieurs projets de publication sur divers supports sont en cours. La journée ayant été intégralement filmée, la vidéo sera bientôt mise en ligne.

Pour cela, nous vous proposons pour commencer (continuer) de nous retrouver dans trois semaines, le 7 novembre 2013, pour notre deuxième journée d’étude « BD NUM« , consacrée à la bande dessinée à l’ère du numérique (dont nous publierons très prochainement une annonce et un programme détaillés).

 En espérant vous voir tout aussi nombreux-es et enthousiastes qu’aujourd’hui !

 

Bulle(s) et ébullition(s) numériques

logo-bandeau-rouge-perso-ulule_jpg_640x360_crop_upscale_q85

Conformément à ce qui avait été annoncé dans un précédent billet sur mon carnet de recherche personnel, voici un petit billet synthétique sur la place occupée par le numérique pendant le Lyon BD Festival 2013 qui s’est tenu les 14-16 juin dernier, et sur ce qu’on peut en tirer pour notre réflexion sur les relations entre bandes dessinées et numérique.

 

 

Le « numérique » était présent sur deux territoires principaux pendant le Festival de BD de Lyon :

  • territoire de la BD dite « numérique », qui est elle-même multiforme par les formats, les usages, les usages pratiques, les « politique »s, les stratégies, les valeurs et les modèles économiques adoptés, ainsi que par la multiplicité des questions qu’elle soulève
  • territoire du jeu vidéo et du pixel art

étant entendu que les frontières entre ces deux territoires sont perméables et que de multiples traversées sont possibles.

 1. Bandes dessinées numériques 

Deux grandes approches de la « bande dessinée » peuvent déjà être distinguées :

  • BD numérique (« born digital BD »)
  • BD numérisée

a) BD numérique

La bande dessinée numérique proprement dite, « numériquement née » (digital born) pourrait-on dire, qui renvoie à des pratiques diverses et des plus créatives, à la croisée de la « tradition » et l’innovation, mobilisant les techniques et les outils les plus avancés (médias « enrichis » ou « augmentés » par exemple).

Du côté des BD « enrichies », je souhaite m’attarder ici sur le projet « klash » : le travail de fin d’études d’une élève de l’école Emile Cohl (Lna Morandi), soutenu par le thinktank « Imaginove », qui présente à mon sens de multiples intérêts :

  • parce qu’il amène à nuancer la notion de « révolution » numérique : en se situant entre ancien et nouveau, entre « tradition » (souci de conserver le plaisir et la logique du livre et de la lecture « traditionnelle » sur papier ; notion de « marque page ») et innovation (par l’usage du support numérique et même digital – tablette)
  • la promotion d’une lecture « active » et « participative » qui tend à faire du lecteur un auteur ou créateur, à le faire participer au processus d’écriture : le lecteur peut ainsi choisir le personnage et le point de vue sur l’histoire, un peu sur le modèle de ces « livres dont vous êtes le héros ». Cette bande dessinée enrichie autorise ainsi des parcours de lecture et de navigation librement construits par le lecteur. Toutefois, le choix du point de vue n’a aucune incidence sur le cours de l’histoire, contrairement à certains jeux vidéos
  • un produit « hybride » et multimédia : mêlant différents médias et formats (images, vidéos, audios), et articulant différents genres et domaines : art, fiction, information (dans la mesure où c’est un fait divers tiré de la presse qui a servi de point de départ et d’inspiration à l’histoire), cartographie (par le « mapping » du récit – le parcours de l’histoire est ainsi « cartographié » et visualisé sous la forme d’un plan de métro 
  • les problèmes éditoriaux posés par un tel format : la publication numérique s’avère paradoxalement plus coûteuse qu’une publication papier, d’une part, et il n’existe pas de modèle économique pour donner vie éditoriale au projet, d’autre part. Autrement dit, on manque encore de cadres et de références pour ce projet original.

Un autre exemple lyonnais développant une usage différent du numérique mérite d’être cité : Webtrip, une bande dessinée collaborative européenne, née à Lyon en 2011, et qui entame un deuxième cycle argentin, et qui est assortie d’une application pour i-pad.

b) BD numérisée

La bande dessinée numérisée n’utilise pas les outils numériques pour sa conception, mais plutôt pour sa diffusion : elle reste de facture manuelle ou « traditionnelle », mais innove par ses canaux de diffusion, ses pratiques éditoriales, ses manières de toucher un public plus vaste. Des formes de publication – voire de création – collaboratives et participatives voient ainsi le jour, qui passent par les blogs ou des réseaux sociaux, généralistes ou spécifiques. Ce support numérique de publication peut aussi faire de la BD un outil pédagogique nouveau, mobilisable à l’école notamment.

Au coeur de l’actualité du Festival 2013, La Revue dessinée s’inscrit assez bien dans cette logique : une revue d’information parti d’une double volonté :

  • d’une part, expérimenter de nouvelles manières de faire du journalisme, d’écrire et de raconter l’actualité, de faire des reportages et documentaires 
  • d’autre part, promouvoir l’autonomie des auteurs par rapport aux éditeurs et à s’affranchir des contraintes éditoriales, elle verra le jour en septembre 2013 

Conçu comme purement numérique au départ, le projet s’est réorienté vers une publication papier trimestrielle assez volumineuse, qui finit par occuper le coeur du projet et éclipser l’application pour tablettes qui n’en devient qu’un accompagnement et un complément, s’adressant à des publics et des pratiques différentes.

c) Que nous dit la BD du « numérique » ?

Deux enseignements peuvent être tirés de ces rapports riches et complexes entre bande dessinée et numérique :

BD numérique et modèle économique

Tout d’abord, le numérique ne paie pas, ou rarement, ou pas encore : cela a été souligné à plusieurs reprises par des auteurs de blogs ou de BD numériques purs, sans support papier associé, qui peinent à trouver un éditeur, souvent dérouté par ces nouveaux formats, hybrides et inclassables, pour lesquelles on n’a pas (encore) de modèle économique adapté (ce dont témoigne Lna Morandi, auteur du projet « Klash », déjà mentionné plus haut).

C’est pourquoi sans doute, beaucoup d’auteurs en « reviennent » au papier, ou tentent d’y revenir. Le cas de la Revue dessinée est exemplaire à ce égard : le projet de départ était celui d’une BD entièrement numérique, sous forme d’application pour tablettes, mais finalement pour des raisons surtout financières, s’est imposée l’idée d’une publication papier trimestrielle en parallèle.

En définitive, contre les lieux communs et les préjugés, le numérique ne remplace(ra) pas le papier, mais les deux supports sont complémentaires, s’adressant à des publics différents, et se prêtant à des usages et des pratiques différentes.

BD numérique et nouvelles pratiques

La BD numérique génère de nouvelles pratiques d’écritures et de lecture, fondées sur des logiques que partagent d’autres domaines de la société contemporaine (« numérique »?) :

  • logique de fragmentation : des usages, des pratiques, la BD numérique sur tablette étant par exemple particulièrement adapté à la vie urbaine et à la mobilité, pouvant être lue de manière fragmentaire, venir combler les moments de « vide », de transport, moments d’attentes ou d’ennui). Une logique qu’incarne parfaitement la plateforme littéraire et éditoriale « Short Edition » (Christophe Sibieude) dédiés aux contenus courts, adaptés à la fragmentation du temps et de la vie modernes
  • logique d’hybridation (des « genres » notamment), que valorise également Short Edition (par le croisement entre la poésie et la nouvelle notamment)
  • logique de réseaux et communautés : des pratiques d’écritures et de créations collaboratives et participatives voient le jour, ainsi que des processus de sélections et publications éditoriales fondées sur le choix et l’opinion des communautés de lecteurs – une sorte de « démocratisation participative » des pratiques et des choix éditoriaux. C’est là encore la stratégie développée par Short Edition qui encourage la révélation de talents par la communauté des lecteurs, avec l’ idée d’une sélection ascendante par les lecteurs plutôt qu’une sélection descendante par les éditeurs (logique bottom-up plutôt que top-down) et privilégiant une sélection en amont (avant la décision de diffusion en ligne par l’éditeur). Trois types de communautés sont ainsi mises en relations : les lecteurs ordinaires, les « grands lecteurs », les auteurs. Le projet vise à donner une voix à cette petite communauté de « lecteurs-fans » de BD qui ont peu de temps à y consacrer (ceux qui s’ennuient au bureau ou en réunion par exemple… ). S’appuyant sur un large panel d’outils et de supports de diffusion (Internet, réseaux sociaux, Facebook), Short Edition cherche à inventer un modèle éditorial original, encore balbutiant, articulé sur le triangle « format court »/« communauté »/« numérique ».

 2. Jeu vidéo et pixel art

Jeux vidéos et autres pratiques (vidéo)ludiques

Du côté des jeux vidéos, le projet StoryVary développé par Olivier Masclef (Kiniro) m’a semblé être un exemple intéressant de deux points de vue :

  • par son projet de mettre la bande dessinée au service du jeu vidéo, il est emblématique des hybridations entre les genres, entre bande dessinée et jeu vidéo : Olivier Masclef s’inspire du langage filmique et cinématographique de la bande dessinée pour replacer l’histoire et le récit au cœur du jeu vidéo, à rebours de ces jeux « sans histoire », qui subordonne l’intrigue et le récit à l’action et la sensation du joueur ;
  • par son projet de mettre la mobilité au service du jeu vidéo et de la BD, et inversement de mettre la BD/jeu vidéo au service de la mobilité : ce qui le conduit à intégrer et à s’intégrer aux nouvelles technologies numériques, Internet notamment : ce qui en fait un jeu multisupport, multimédia, qui adopte la logique du « nuage » (cloud mobilisant un serveur dématérialisé), permettant d’une part le partage et le jeu « collectif » avec d’autres utilisateurs (fonction multijoueurs en ligne), et d’autre part la synchronisation entre différents les supports (tablettes, smartphones, ordinateurs). Ce jeu se veut au adapté aux conditions de vie quotidiennes des consommateurs-joueurs dans notre société contemporaine : à la mobilité et à une consommation fractionnée, fragmentée et dématéralisée, permettant de jouer à tout moment et de combler les moments de « vide » ou d’ennui dans la journée, au bureau, dans les transports, d’interrompre la partie commencée sur smartphone dans la journée pour la reprendre le soir en rentrant chez soi sur sa console ou son ordinateur. L’expérience ludique peut ainsi être prolongé d’un support à l’autre… jouant également sur le potentiel addictif du jeu, et c’est peut-être l’envers du décor : chaque seconde de temps « vide » se voit comblé…plus de temps libre, plus de temps mort, plus le temps pour s’ennuyer… et donc penser, créer ?

Soulignons toutefois les nobles intentions du concepteur du jeu, qui dit vouloir œuvrer pour le « bonheur » des gens, les divertir et les amuser… un projet « humaniste » louable qui donne matière à penser aux « humanistes numériques » que nous prétendons être…ou devenir…

Pixel Art

Un autre domaine stimulant pour notre réflexion sur les « cultures numériques » est celui du pixel art, représenté au Festival de Lyon par Yoann Vinet : né avec les premiers ordinateurs, il s’agit d’une composition numérique qui utilise une définition d’écran basse et un nombre limitée de couleurs. Dans ce contexte minimaliste, chaque pixel a son importance de chaque pixel et la recherche de la stylisation est au cœur du travail artistique. Voilà un exemple intéressant d’art numérique « transfrontalier », à la croisée de l’art, de la technologie, et du divertissement (jeu vidéo et jeu en général), à la frontière entre tradition (emprunte à l’art antique de la mosaïque ou du point de croix) et novation, et qui a su transformer une « contrainte » ou un handicap technique originel en principe de création et d’innovation.

Retours du colloque « La fabrique des mondes vidéoludiques » (ENS Lyon)

Les 6 et 7 juin 2013, l’ENS de Lyon a accueilli le colloque « La fabrique des mondes vidéoludiques » qui venait clôturer les quelque cinq ans d’activités du labo junior « Level Up ». Comme l’a rappelé Samuel Rufat dans son intervention d’ouverture du colloque, le labo junior « Level Up » avait trois objectifs à l’origine :

  1. mettre en réseau les chercheurs, enseignants, industriels, designers travaillant dans le domaine des jeux vidéos
  2. développer la recherche fondamentale et transdisciplinaire sur les jeux vidéos : voir comment ces disciplines peuvent dialoguer autour d’un objet commun
  3. ancrer les recherches sur les jeux vidéos dans les structures universitaires, et banaliser ces recherches

Tout au long de son existence, ces objectifs n’ont jamais été perdus de vue, et ont notamment débouché sur la publication de deux ouvrages :

  • Ter Minassian (Hovig), Rufat (Samuel), Coavoux (Samuel), Espaces et temps des jeux vidéo, Questions Théoriques, 2012
  • Samuel Rufat, Hovig Ter Minassian (dir.), Les jeux vidéos comme objet de recherche, Questions théoriques, coll. « L>P », 2011, 197 p.

La cohérence et la logique du programme du colloque des 6-7 juin méritent d’être soulignés : les organisateurs ont choisi d’articuler une première journée privilégiant une approche « internaliste » (anthropologie, étude du jeu vidéo lui-même et de ses formes) et une deuxième journée orientée plutôt vers une approche « externaliste’ (histoire et mise en contexte des jeux et des joueurs).

Attirons également l’attention sur l’intelligence du format retenu (intervenant/discutant) pour organiser les prises de paroles : ainsi, deux interventions de 25 minutes proposant deux approches différentes sur une thématique commune, étaient systématiquement suivies d’une discussion de 45 minutes (questions et critiques par un discutant, réponses des intervenants, puis ouverture aux questions de la salle) – format dynamique propice à l’interactivité et plus utile aux intervenants qu’une présentation magistrale « classique », en leur permettant de bénéficier d’un retour critique sur leurs travaux et leur ouvrant des perspectives insoupçonnées.

Le public nombreux et bigarré venu s’entasser dans la salle 103 de l’ENS pour écouter des interventions de grande qualité, d’une grande richesse thématique, et représentatives d’une grande diversité d’approches théoriques et méthodologiques, par des contributeurs d’origines géographiques, institutionnelles et disciplinaires tout aussi variées (géographie, anthropologie, sociologie, psychologie, historie, sciences de l’information et de la communication…) attestent le grand succès de ce colloque.

Cette manifestation était coorganisée par le labo junior « Level Up (Samuel Coavoux), « Games Studies à la française » – GSALF (Manuel Boutet) et l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines – OMNSH (Etienne Amato) qui a pour objectif l’optique de rassembler des acteurs issus de milieux, d’institutions et de cultures très diverses (chercheurs, industriels, joueurs et usagers), dans une logique transdisciplinaire et logique de dialogue et échange, d’enrichissement mutuel, entre ces discours et cultures différentes. Les discussions parfois vives qui ont animées ces deux jours ont toutefois montré que ce dialogue n’est pas toujours facile et ne va pas de soi, mais témoigne aussi de la vitalité d’un champ de recherche foisonnant, en pleine maturation, et qui se trouve de plus en plus confronté à la question de sa structuration et son institutionnalisation.  De ce point de vue, la plupart des organisateurs semblent s’opposer à la « disciplinarisation » (constitution en « discipline ») des games studies.

Pour autant, ce colloque marquait moins la fin que le début d’une nouvelle ère pour ce labo junior exemplaire et d’une longévité exceptionnelle, qui a décroché récemment une ANR sur 3 ans (2011- 2014) pour réaliser une grande enquête sur les pratiques des joueurs en France : le projet LUDESPACE sur « Les espaces du jeu vidéo en France » avec Université de Tours (CITERES). L’objectif est but de cartographier les pratiques de jeu vidéo, en privilégiant donc une approche spatiale et multiscalaire de ces pratiques. Dans le prolongement du labo junior, ce projet vise à promouvoir des « games studies » à la française : en se positionnant explicitement contre les Video Games Studies anglo-saxonnes, il s’agit de se recentrer sur les joueurs eux-mêmes et leurs pratiques, un pan de la recherche encore insuffisamment développé, comme l’a souligné à la fin du colloque Samuel Coavoux, responsable du labo junior « Level Up ».

Le visuel à l’honneur à Lausanne

Ce vendredi 25 janvier 2013 avait lieu la troisième séance de l’atelier des doctorants en humanités digitales à Lausanne. Cette séance était animée par Andréas Perret (SSP, Unil) qui nous a présenté son travail de thèse en sociologie des sciences autour des « outils de visualisation en sciences sociales ». Je vous renvoie aussi au compte rendu de Martin Grandjean sur le blog dhlausanne.ch.

Andréas Perret a reçu une formation en sociologie, avant de se spécialiser en sociologie des sciences, un champ de recherche qui développe une sorte d’anthropologie ou d’ethnographie du monde scientifique, s’intéresse aux rapports de pouvoir internes à la science et à la manière dont travaillent les chercheurs de manière générale – un domaine marqué par l’influence de Bruno Latour (MédiaLab de Science Po) ou de Dominique Vinck, actuellement chercheur et enseignant au sein du Laboratoire de sociologie de L’Université de Lausanne (Unil), et fondateur de la Revue d’Anthropologie des Connaissances.

I. Une ethnographie des pratiques de visualisations des chercheurs en sciences sociales

Le terrain de recherche actuel d’Andréas Perret est la Fondation suisse en sciences sociales (FORS)[1] où les chercheurs travaillent avant tout sur des données quantitatives empiriques, produisent des données chiffrées, des indicateurs et des bases de données complexes, pour lesquels les outils de visualisation sont essentiels. Leurs interventions consistent a présenter et interpréter des graphiques et représentations visuelles. Andréas Perret étudie précisément ces chercheurs qui utilisent les techniques de visualisation pour présenter leurs recherches. Plusieurs pistes ou axes de recherche se dégagent d’emblée à l’orée de son travail de thèse :

Une certaine fascination des chercheurs pour la visualisation 

Andréas a pu constater une certaine fascination pour les outils de visualisation, ou plus exactement un rapport ambivalent des chercheurs par rapport à la visualisation, qui peuvent être divisés en deux groupes principalement :

  • les enthousiastes, parfois naïfs, qui manifestent une réelle fascination pour les outils de visualisation, sans toujours les comprendre, et en les réduisant souvent à sa fonction esthétique ou décorative, y voyant un simple ornement ou une illustration du discours scientifique
  • les sceptiques ou ceux qui se méfient fortement de cette esthétisation de la science, considérant que pour être sérieuse, celle-ci doit être « laide » et austère, en l’occurrence se passer de tout artifice visuel

La diversité des choix d’outils et de leurs implications, notamment en termes de publication

Andréas Perret a étudié les choix de logiciels de visualisation par les chercheurs et les implications de ces choix. Le choix d’un logiciel – de visualisation en l’occurrence, mais de tout logiciel de manière générale – n’est jamais neutre. Andréas s’est focalisé sur trois types de logiciels parmi les plus fréquemment utilisés par les sociologues du FORS : SPSSData, SAS, R et Gapminder (développé par un medecin épidémiologique), avec le souci d’étudier pour chacun :

  • les utilisateurs et communautés d’utilisateurs : qui utilise ces logiciels, quelles communautés d’utilisateurs se créent autour de chaque logiciel, s’il l’on part du principe que derrière chaque logiciel se cache une certaine philosophie, une vision du monde, que chaque logiciel défend un certain projet de société, tantôt militant, tantôt commercial, tantôt académique, parfois croisant ces différents enjeux ;
  • la relative imperméabilité des logiciels : il s’agit de montrer qu’on ne passe pas aisément d’un logiciel à l’autre, de même qu’on ne migre pas facilement d’un instrument de musique à l’autre ou d’une langue à l’autre, car chaque logiciel suppose un long investissement et apprentissage ;
  • les apports et limites spécifiques de chacun en termes de pratiques et résultats scientifiques obtenus ;
  • les implications du choix de logiciel sur les pratiques scientifiques et les possibilités de publications surtout : les choix de visualisation ouvriront ou fermeront des portes éditoriales au chercheur, à la fois pour des raisons de ligne et de de « traditions » éditoriales et culturelles (les revues les plus anciennes et les plus « prestigieuses » rechignant notamment à publier des ressources visuelles)  et/ou sous la pression de contraintes financières : publication papier « classique » ou publication numérique – sachant que les publications « papier » accordent souvent peu voire pas de place au visuel ? Le support accueille-t-il des visualisations statiques ou dynamiques ? En couleur ou en noir et blanc ? Un exemple de publication peu orthodoxe intégrant des visuels ou des slides a été signalé pendant la séance : Read/Write 2 publiée sous la direction de Pierre Mounier par OpenEdition, dont deux versions existent, l’une papier, l’autre numérique.

Il est donc nécessaire de penser à la publication souhaitée dès le début du travail de recherche. Le processus de recherche est ainsi affecté fortement affecté par la visualisation – et par le numérique en général –  les étapes en sont reconfigurées, des va-et-vient s’établissant entre les différentes phases du processus de recherche.

Enfin, le logiciel est aussi infrastructure de recherche – un axe moins développé par Andréas, qui relève de la sociologie empirique notamment.

II. Un travail de thèse et une séance de séminaire stimulantes ouvertes sur plusieurs pistes de réflexions plus générales sur la visualisation et les humanités digitales

Plusieurs pistes de réflexion se dessinent à partir de ce travail concret de thèse en sociologie des sciences, et de cette séance de séminaire :

Spécificité du visuel : être conscient et insister sur la spécificité du visuel : être conscient de ses différences par rapport au texte, quelles différences, quelles implications cognitives ou sur la diffusion du savoir, sur les compétences ou littératies du chercheur qui manipule ces constructions visuelles et sur ses récepteurs ?

Visuel et littératie : contre l’idée reçue que le visuel est immédiatement donné à la perception et la compréhension, il est porteur d’un « langage » spécifique qu’il faut apprendre comme on apprend à lire l’alphabet et les livres à l’école primaire. La connaissance de ce langage n’est pas immédiate et innée, il faut l’acquérir, d’où la nécessité de formation spécifique pour apprendre à construire des visualisations, d’une part, à les « lire » et les interpréter, d’autre part.

Diversité du visuel : derrière un mot tout aussi vague et ambigu, insaisissable et même fourre-tout que le terme « humanités numériques« , d’une part ; derrière une réalité omniprésente et « à la mode », d’autre part, se cachent des formes, des supports, des méthodes, des outils et des usages extrêmement variés (tableau, graphique, cartes plus ou moins complexes, réseaux et autres visualisations dont Pegasus data donne un bon échantillonnage)? Diversité selon les disciplines aussi, dans les supports, les formes et les usages du visuel, et en particulier concernant les publications (en sciences de la vie, on accorde une importance plus grande au post-print, à la science vérifiée, et l’on se méfie du pré-print mieux accueilli en sciences sociales)

Le visuel entre permanences et mutations : la visualisation n’est pas un phénomène nouveau et donc uniquement lié à l’ordinateur et aux humanités numériques : à ce titre, on peut citer l’exemple canonique de la carte de Minard retraçant la campagne de Napoléon Ier en Russie en 1812. La visualisation a fait l’objet de nombreux usages et a été au cœur de débats et de controverses depuis longtemps dans les sciences sociales : usages anciens et abondants en criminologie, en géographie et cartographie, moins en histoire ou théologie – donc un usage plus ou moins intense et variable selon les disciplines

Visuel et publication, diffusion, communication, réception(s) : la question de la relation avec le choix du support de publication traverse toutes les interrogations précédentes. Le public visé doit également être pris en compte : (comment) va-t-il comprendre la visualisation que produit le chercheur, quelles vont en être les réceptions ?

Le visuel comme outil de visualisation du processus de recherche : étudier les visualisations produites par les chercheurs est une piste féconde pour qui s’intéresse à la science en train de se faire, et non à la science faite ou « produit fini » telle que présente et présentée dans les publications « classiques ». Cette piste ouvre les portes de la « fabrique du visuel » et de la « fabrique de la science » en général : les chercheurs expliquent comment ils construisent leurs visualisations, comment elles fonctionnent. On se situe bien dans une démarche d’anthropologie, dans la mesure où le chercheur « (se) raconte », relate par exemple ses rapports avec ses informateurs, il explique ses erreurs, dévoile les coulisses de la recherche, une recherche brouillon par opposition à la science faite, close, figée, débarrassée des ratures et erreurs, telle qu’elle est publiée dans les revues académiques. A cet égard, on a pu citer le projet Salsah développé par le Medialab de Basel, qui a pour objectif de créer une sorte de « Time machine » pour les chercheurs, qui garderait et enregistrerait une trace du processus de recherche, sorte de versioning ou archive en temps réel du travail de recherche

Le visuel entre outil de compréhension et outil de communication – de la connaissance scientifique : les deux ne pouvant être séparés : un véritable dialogue s’établissant le fond et la forme, le contenu et sa présentation, qui ne pouvent être dissociés ni pensés séparément

Visuel et corporéité de la connaissance : visualiser en sciences sociales conduit à s’interroger sur la dimension corporelle de la recherche et le rapport corporel ou physique du chercheur à ses outils : la plupart des chercheurs avouent conserver un fort attachement pour le support papier, un amour du livre et du stylo : comment l’expliquer ? sans invoquer la division artificielle entre nature et culture, s’agit-il d’une inclination individuelle et/ou d’un besoin cognitif plus anthropologique donc ? Beaucoup reconnaissent avoir besoin d’imprimer et de lire des livres « traditionnels », à la fois pour mieux assimiler le contenu, et par goût du contact physique avec le livre et la page comme objets matériels. Se pose alors la question de savoir comment chacun de nous articule les supports papier et numérique. Il est pratique de changer de médium. Étudier le corps savant, le rapport à l’incarnation et la dimension psychomotrique du rapport au savoir est donc riche d’enseignements, ou plutôt de questionnements, car l’on manque encore de recul et de témoignages sur les pratiques concrètes des chercheurs. Comment chaque support et son contenu sont-ils incorporés par le chercher ? Si l’on considère, dans la lignée de Leroi-Gourhan ou plus récemment de Gilbert Simondon, que l’outil est un « prolongement » du corps savant, il est nécessaire également de s’intéresser à l’évolution des outils, et donc des interactions entre corps (savant) et outil, et en conséquence aux « mutations » de ce corps savant, dans une temporalité plus longue : avec le glissement du « numérique » et des écrans vers le « digital » et les tablettes tactiles, les outils ne tendent-ils pas à se rapprocher de l’artisanat, des conditions « traditionnelles » ou « artisanales » de travail, à réintroduire un rapport plus « immédiat » ou du moins plus corporel aux outils et donc aux savoirs produits ? Mais il reste toutefois une différence cognitive importante entre la navigation sur écran d’une fenêtre à l’autre, ou la navigation d’un livre à l’autre, ou encore la navigation d’un support numérique à un support plus « matériel » ou plus « classique ». Il est nécessaire d’être conscient et d’étudier plus profondément ces différences, leurs implications cognitives, ainsi qu’en termes de production, diffusion et réception de la connaissance. Plutôt que d’opposer ces différents médiums, en diaboliser ou vénérer certains au détriment des autres, ne faut-il pas plutôt les concevoir comme complémentaires et non substitutifs ou antagonistes ?

C’est ainsi, à mon sens, qu’il faut penser et pratiquer les humanités numériques et digitales : non pas comme une révolution et une table rase des savoirs et des savoir-faire « traditionnels », mais plutôt comme leurs prolongements et une opportunité d’influences et d’enrichissements mutuels, car « humanités » et « numériques » sont en interaction perpétuelle, et leurs relations doivent être pensées de manière bilatérale.

 



[1] Centre de compétences suisse en sciences sociales, créé pour accomplir une mission de service, de recherche méthodologique et de soutien à la valorisation des connaissances. Au sein du FORS, Andréas Perret s’occupe du domaine de la publication des données et de la promotion de la statistique publique.

Retour(s) du séminaire « Digital History » à Paris 7 – 21 janvier 2013

Hier lundi 21 janvier s’est tenu le séminaire « Digital History : Approches méthodes et outils de travail » associant l’Université Paris Diderot, l’Université de Bologne et l’Association Diacronie, avec le soutien de l’Université franco-italienne.

Voir le programme détaillé

Après une introduction de Manuela Martini (Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris Diderot-Paris 7), les deux jeunes chercheuses Elisa Grandi (Université Paris Diderot-Université de Bologne) et Deborah Paci (Université de Padoue/Sophia-Antipolis) ont présenté la revue en ligne Diacronie et son numéro spécial de juin 2012 consacré à la « Digital History : L’histoire à l’ère numérique ». Le but de ce numéro sur la « Digital History » était double voire triple :

  • réfléchir aux usages et à la nécessité des outils numériques dans le traitement des données historiques ;
  • s’interroger sur les nouveaux modes de diffusion de la recherche et d’enseignement : une réflexion qui s’inscrit dans la multiplication actuelle des revues en ligne – notamment aux Etats-Unis – autant de supports qui fournissent de nouvelles opportunités de diffusion et d’échange d’informations scientifiques ;
  • enfin, ce numéro spécial de Diacronie était l’occasion de soulever d’autres problèmes, plus spécifiques aux contemporaneistes, à partir du moment où le numérique devient une source à part entière. Quid de l’authenticité des sources et ressources numériques ? La question « traditionnelle » de l’authenticité des sources historiques se trouve ainsi posée dans des termes nouveaux – avec précisément le problème de leur provenance, leur origine.

L’un des grands mérites de ce séminaire était de proposer un va-et-vient constant entre expérience pratique de recherche ou d’enseignement des intervenants, servant souvent de point de départ à une réflexion théorique élargie sur l’usage des outils numériques par l’historien, en interaction permanente avec la salle.

Trois grands types d’outils étaient à l’honneur :

1) Outils de gestion bibliographique : avec un atelier de présentation et formation à Zotero animé par Emilien Ruiz (EHESS– thèse en histoire sur la question des effectifs de l’État dans la France du XXe siècle sous la direction de Marc Olivier Baruch) (cf. tutoriel sur la « Boîte à outils des historiens ») et une contribution de Franziska Heimburger (EHESS – thèse d’histoire sur les interprètes militaires pendant la Première Guerre Mondiale sous la direction de Christophe Prochasson et de John Horne) sur les bibliographies collaboratives, à partir de la ressource numérique “New collaborative bibliography of First World War Studies ».

2) Blogs et blogging scientifique (cf. compte rendu en ligne) : partant de son expérience personnelle de jeune chercheur et surtout d’enseignant, qui a servi de moteur au lancement de son blog collaboratif « Devenir historien », cette intervention d’Emilien Ruiz a été l’occasion d’une réflexion sur les principaux usages du blog (veille, écriture et diffusion de la recherche, enseignement, pérennisation des ressources pour la recherche et l’enseignement, information et communication à l’adresse des historiens dans le cas de la « Boite à Outils des historiens », nouvelles formes d’échanges scientifiques sur le mode de la « conversation scientifique décentrée » – Dacos, Mounier), l’esquisse d’une (non)-typologie des blogs (blog du chercheur individuel, blog de séminaire, blog de veille, blogs « institutionnels », blog originellement lié à une publication – Christian Jacob et ses Lieux de savoir), mettant en garde contre l’artificialité de telles catégories, sachant qu’il existe des blogs hybrides (ex blog de Marin Dacos, de Frédéric Clavert) et que la plupart des « chercheurs-bloggers » combine selon une équation toute personnelle ces différents usages. Une conclusion sur les limites et les critiques généralement adressées aux blogs (risque de plagiat perte de temps, manque de reconnaissance institutionnelle, problème de la pérennité) a suscité des réactions intéressantes dans la salle. Elles ont donné lieu à un échange stimulant sur la scientificité de ces nouvelles formes d’écritures et de publication,  sur la question de leur reconnaissance institutionnelle (une forme encore considérée comme peu sérieuse, faut-il œuvrer pour sa reconnaissance institutionnelle, au risque d’en tuer le potentiel « créateur » et la liberté de style et de ton ?), et qui a dérivé sur les usages pédagogiques généraux des ressources numériques (comment apprendre aux étudiants en cours de formation, dont l’appareil critique est encore fragile, à discriminer et hiérarchiser entre les différentes ressources disponibles ? Comment éviter le plagiat – des articles wikipédia notamment – Selon Emilien Ruiz, le problème n’est pas nouveau, mais il se pose dans des termes plus crus, il change d’échelle et gagne en visibilité à l’ère de l’Internet).

Des réflexions qui pourront être alimentées par ces quelques compléments bibliographiques :

  • Blog de Marin Dacos
  • Mounier, Pierre. « Ouvrir l’atelier de l’historien. Médias sociaux et carnets de recherche en ligne ». Revue d’histoire moderne et contemporaine n° 58‑4bis, no 5 (2011): 101‑110. Voir la version « auteur » sur le blog de Marin Dacos.
  • Atelier du  That Camp Paris 2012 animé par Pierre Mounier sur « Comment écrire un carnet de recherche ? « 
  • le carnet « Hypothèses » du projet Humanlit consacré aux « Littératies et humanités numériques » : pour élargir aux nouvelles formes d’écritures scientifiques – au-delà du cas particulier du blog

2) Base de données

La principale contribution était l’exposé de Pierre-Marie Delpu (doctorant à Paris 1 – thèse sur les exilés napolitains sous la direction de Gilles Pécout) sur l’usage des bases de données par les historiens, notamment en histoire de la politique. Partant de son expérience personnelle de base Fichoz – Filemaker développé par un groupe d’historiens spécialistes de l’histoire moderne de l’Espagne autour de Jean-Pierre Dedieu (LARHRA – ENS de Lyon), qu’il a rapidement mais efficacement présenté, dont il a exposé les enjeux méthodologiques et épistémologiques, en se montrant soucieux de resituer dans un contexte historiographique plus général (marqué par le renouvellement de l’histoire sociale) et de montrer comment de tels outils peuvent constituer une opportunité pour renouveler l’histoire politique, en permettant une approche prosopographique d’ensemble et un élargissement de l’échelle géographique et chronologique d’une part, en intégrant les acteurs, d’autre part, sans pour autant négliger les limites de l’outil, notamment dans le cas des pratiques collaboratives et cumulatives. Pierre-Marie a enfin justement souligné, à l’adresse des plus méfiants, peut-être, que la base de donnée – mais c’est vrai de tout outil numérique – ne dispense pas l’historien d’un travail de réflexion à tous les stades de la recherche, un travail sur les sources notamment… bref que la machine n’est pas prête de remplacer l’homme, et que l’historien n’est pas l’esclave de l’ordinateur…

Une journée fort stimulante pour la réflexion et la pratique des historiens en définitive : une affaire à suivre, avec un projet de publication de compte rendu du séminaire par Diacronie.

DH : les mots et les choses…

Je livre à votre réflexion ce bref compte rendu d’un échange électronico-épistolaire qui se joue actuellement sur la liste de discussion « (New) Humanist Discussion Group » et qui m’a interpellée dans le cadre de ma quête désespérée d’un « nom » de baptême pour notre projet… quête qui m’a conduit à prendre de plus en plus conscience des difficultés à nommer et saisir d’un (ou de) plusieurs mots le champ in(dé)fini des Digital Humanities, humanités numériques et autres humanités digitales avec tout leur cortège de mots-clés ou buzzwords, souvent employés sans plus de réflexion critique sur leurs racines, leurs évolutions sémantiques, et leurs implications multiples (épistémologiques, institutionnelles, mais aussi sociales, politiques, économiques…)… Découverte bien naïve et bien tardive de l’abîme terminologique – et, au-delà, théorique et pratique… – qui s’ouvre devant nous :

Partant d’un cas concret – le mot de « forensic » (expertise médico-légale) et l’application de cette méthode empruntée au monde juridique aux digital archives (approche développée notamment par l’Université de Maryland et par Matthew G. Kirschenbaum – http://mith.umd.edu/digital-forensics-and-cultural-heritage/), Willard McCarty – Prof. de Humanities Computing au King’s College London) développe une réflexion plus générale sur le vocabulaire des DH. Selon lui, il est doublement nécessairement de s’interroger sur les mots employés  (nécessité théorique) d’une part, et/en vue d’élaborer un langage, un discours, un vocabulaire commun et transversal aux DH (nécessité pratique) d’autre part. Prenant acte de la pauvreté du vocabulaire actuel des DH, ce programme terminologique s’enracine dans le constat qu’un tel langage fait encore défaut, que le DHers ne se comprennent souvent pas, ou qu’ils croient se comprendre mais parlent en réalité de choses différentes lors même qu’ils emploient les mêmes mots, à défaut de s’interroger sérieusement sur les mots qu’on emploie. Un certain nombre de mots magiques ou « buzzwords », d’expressions à la mode qui font parfois office d’étiquette ou de label marketing –  les expressions « digital », « numérique », « humanité numérique » ne sont-ils pas de ceux-là ? –  restent non explicités, non interrogés, tendant ainsi à être « naturalisés » et à passer dans le langage « courant » des DHers sans plus de réflexivité ou mise à distance critique.

Face à ce danger, McCarthy invite les DHers à se lancer dans une sorte de « philologie digitale » (digital philology), i.e. à se demander quels sont nos « mots-clés », leurs sens, polysémie et diversité des significations selon les individus/cultures, de quels mots est/doit être tissé notre discours ? C’est un prérequis nécessaire si les DH prétendent constituer une science, ou du moins un champ (trans)disciplinaire ou un domaine de recherche dignes de ce nom. Se doter d’un corps conceptuel et terminologique solide, rigoureux, mais aussi extensible, souple et évolutif, apparaît donc comme une urgence. A mon sens, une telle tâche pourrait basiquement – mais laborieusement ? sauf si l’entreprise est partagée, si elle devient collective et collaborative –  commencer par l’élaboration d’un glossaire ou même d’un dictionnaire à la fois critique et historique des DH.

Andrew Prescott  (Prof. de Digital Humanities au King’s College London) a pris part au débat aujourd’hui même. Sa réponse, qui s’inspire de R. Williams  et son cours sur les « Keywords »  – une sorte de « dissection » médico-légale des mots-clés, qui constitue le fondement de la tradition britannique des « cultural studies » – va dans le même sens que McCarthy. Tandis que Williams développait une approche historique, McCarthy songerait plutôt à un examen critique de la terminologie utilisée par les DH. A mon avis, les deux doivent être associés. Prescott constate lui aussi que nous utilisons passivement et sans réflexion critique, un certain nombre de mots ou de concepts que nous considérons comme essentiels et centraux pour les DH. S’interroger sur ces mots et leurs emplois permettraient de repenser certaines approches en DH. Je partage cet avis, et en fait même une impérieuse nécessité – une mission à mener dans le cadre de notre « labo junior » sans doute ? – pour éviter de les « essentialiser » et les naturaliser, pour ne pas perdre de vue la démarche critique qui est au cœur de la culture humaniste, d’une part ; ni le mouvement de création et d’innovation perpétuelles qui est le moteur même des DH. Prescott propose concrètement d’interroger des mots clés comme « projet » « collaboration », « interdisciplinarité », mais aussi « équipe » (team), « accès » (access), « curation », « découverte » (discovery), « universitaire » (academic), « recherche » (scholarly), rigorous, ou « crowd » (dans « crowd-sourcing » par exemple). De manière pratique, il suggère de créer un wiki pour partager ces mots clés et cette entreprise.

 Sous réserve de définir rigoureusement le champ des mots-clés pertinents à analyser et livrer au scalpel de la « forensics » (évitons de nous disperser et d’aller jusqu’à interroger des micro-particules ou atomes lexico-syntaxiques…), j’entends bien répondre à cet appel et faire de notre labo un laboratoire de cette « digital philology » érigée comme mission prioritaire des « humanités », et leur contribution essentielle au monde numérique dans sa globalité – qui peut aussi constituer une opportunité pour réinsérer et relégitimer les humanités et les SHS dans le monde social…

Non seulement la discussion n’est pas close, mais elle ouvre une brèche immense et lourde de défis pour les DH : affaire à suivre…