L’application Kindle : outil de lecture ou révolution des pratiques culturelles ?

Dans cette ère de numérisation la quantité d’informations que doit maîtriser le chercheur lui imposent une réflexion sur des nouveaux outils  de recherche s’avérant très efficaces. De nouveaux questionnements émergent à propos de nouvelles pratiques de lecture. Pauline Grebert souligne, dans son mémoire Les mutations du livre et de la lecture à l’ère du numérique, qu’il convient d’aller au-delà des critiques soulevées par l’apparition du livre numérique et de nous interroger sur l’acceptation des nouveaux supports de lecture fabriqués par les nouveaux acteurs de l’édition. Ces nouveaux acteurs, qu’on pourrait qualifier, à la lumière des propos soutenus par l’historien Pascal Ory, de “nouveaux médiateurs des productions culturelles écrites” sont à leur tour producteurs de nouveaux objets culturels (on pense notamment à la wi-fi et aux tablettes nomades). En ce sens Grebert estime avec justesse qu’ “on ne peut pas encore prédire ce que sera le support électronique du futur. On peut seulement rappeler qu’à l’apparition de l’imprimerie, les éditeurs ont préféré de maintenir un temps le lien avec les manuscrits”.

Toutefois, ces réflexions semblent sortir du champ d’étude de l’historien à qui ne correspond pas la mission de “prédire” ou de juger les pratiques culturelles de son temps, encore moins celles d’un avenir très proche. Les innovations numériques se présentent donc à lui plutôt comme des outils lui permettant d’avancer plus vite et plus efficacement dans ses recherches. Quoi qu’il en soit, la lecture numérique d’un ouvrage comporte, non seulement  la facilité d’accès immédiat et à un prix plus bas, mais aussi d’autres avantages parmi lesquels : tout d’abord, la systématisation du contenu de l’ouvrage à travers des liens conduisant le chercheur de manière plus directe aux informations qui attirent son intérêt ; l’accès à des outils intégrés dans l’application de support de l’ouvrage numérique, ce qui évite la dispersion du lecteur ainsi, le dictionnaire numérique; la possibilité d’accéder aux informations stockées sur le net en cliquant sur des liens tels que google et wikipédia, permettant au lecteur, par exemple, de repérer le parcours et les publications des auteurs mentionnés dans l’e-book.


2 réflexions au sujet de « L’application Kindle : outil de lecture ou révolution des pratiques culturelles ? »

  1. Merci Maria : bel effort pour aborder “en historien” (et non en juge et en astrologue…) nos nouvelles pratiques de lecture, et pour cerner ce que le livre numérique change dans nos pratiques de recherche (une réflexion qu’on approfondira à coup sûr dans le cadre du labo – journée d’étude en perspective…)

    On pourrait compléter par des lectures comme :

    – Roger Chartier : http://www.syndicat-librairie.fr/fr/les_cahiers_n_7_janvier_2009 ; http://editionsdelabibliotheque.bpi.fr/livre/?GCOI=84240100128080&fa=complements
    – Vanderdrope : http://www.worldcat.org/title/du-papyrus-a-lhypertexte-essai-sur-les-mutations-du-texte-et-de-la-lecture/oclc/708530966&referer=brief_results)
    – ou plus récemment l’ouvrage collectif avec C. Clivaz de Lausanne (http://ppur.com/produit/549/9782889141494/Lire%20demain)

    Pour de ne pas surestimer la “révolution” numérique ou plus justement “digitale” (à l’ère des tablettes tactiles, d’une connaissance à laquelle on accès “avec les doigts” au sens littéral, refusons toute essentialisation du Livre avec un Grand L et n’oublions pas qu’il s’agit d’un artefact culturel construit au cours de l’histoire et finalement assez récent à l’échelle de l’histoire, d’une part ; et qu’il a été longtemps accessible à une minorité sociale et culturelle d’autre part…

    Ta réflexion sur le repérage possible des “parcours” des auteurs me fait également penser au texte de Vaneshar Bush et son idée (en 1945 déjà…) de faire des historiens des “trail blazers” (capables de restituer, retrouver les “chemins” de la recherche et de la navigation dans les données et dans les méandres de la machine, du web aujourd’hui…) : http://www.theatlantic.com/magazine/archive/1945/07/as-we-may-think/303881/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.