Quoi ? Définir le projet

Il s'agit ici de définir notre projet et de cerner les contours de cet objet "informe" que sont les "humanités numériques" ou "digitales"

1.      Une définition courante et commune des « Humanités numériques »

Les « Humanités numériques » (ou Digital Humanities en anglais) « désignent une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales ». « Les digital humanities concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Les digital humanities ne font pas table rase du passé. Elles s’appuient, au contraire, sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines, tout en mobilisant les outils et les perspectives singulières du champ du numérique » [1].

2.      « NHumérismes » : notre définition et notre projet pour les Humanités Numériques à l’ENS Lyon[2]

Nous avons choisi de baptiser notre projet de laboratoire junior « NHumérismes » - « Humanités, Arts, Cultures et Mondes Numériques et Digitaux » (HACMND). Ce nom de baptême a été mûrement réfléchi : il se veut éthique et programmatique. Nous insistons en effet sur le choix des mots retenus pour notre projet :  en dehors de l’inévitable dimension « marketing » et de la nécessité d’affubler tout projet d’un nom percutant et efficace, susceptible de sonner comme un slogan ou une devise, nous souhaitons attirer l’attention sur le poids de chacun des mots retenus dans la dénomination déployée et augmentée – volontairement un peu « lourde » : « NHumérismes » - « Humanités, Arts, Cultures et Mondes Numériques et Digitaux » (HACMND). Les termes choisis se veulent porteurs d’une philosophie et d’une éthique, de nos ambitions et de notre programme.

« Humanités numériques » plutôt que « Digital Humanities » : « franciser », situer et historiciser

C’est le choix du gallicisme qui a été fait. Notre souci est d’affirmer l’identité et l’ambition francophones de notre projet, dans un domaine incontestablement marqué par une l’hégémonie linguistique, culturelle et géopolitique des milieux anglo-américains, surtout états-uniens[3] - même si nous nous inscrivons en continuité et non en rupture ou en opposition avec les Digital Humanities. La francisation a également le mérite de souligner la différence des contextes et des cultures de part et d’autre de l’Atlantique : non seulement les contextes académiques, scientifiques, institutionnels et socio-politiques ne sont pas les mêmes, mais les termes « humanities » et « humanités » ou humanisme ne sont pas équivalents.

Le choc oxymorique entre « humanités » et « numériques » a le mérite de souligner la tension féconde entre « traditions » littéraires et scientifiques, d’une part (les « humanités ») et les nouvelles technologies (« numériques ») d’autre part, entre l’ancien – mais en aucun cas l’archaïsme et le démodé – et le nouveau. Une confrontation qui permet également de relativiser le caractère soi-disant « révolutionnaire » des humanités numériques : moins une « révolution numérique », une sorte de tabula rasa de « traditions » intellectuelles et scientifiques antérieures supposées démodées, qu’un ensemble de réformes, de mutations graduelles et d’interactions variables selon les domaines considérés, entre continuités et ruptures, héritages et innovations, permanences et mutations. L’enjeu est de penser ces interactions multiples et multilatérales entre les deux termes et les deux mondes, en se gardant de toute opposition figée et toute dichotomie simpliste et unilatérale. D’un côté, il s’agit évidemment de réfléchir aux impacts du numérique sur les « humanités », mais sans réduire les nouvelles technologies à un moyen de « dépoussiérer » des disciplines et des traditions moribondes ou sclérosées. De l’autre côté, il s’agit de considérer en retour les diverses manières dont les « humanités » et la culture « humaniste » ou scientifique peuvent affecter ces mondes numériques.

Le terme « humanités » a également été retenu pour souligner la dimension transdisciplinaire de notre projet, et pour en délimiter – ou en ouvrir plutôt - le territoire : si le cœur  est constitué par les « humanités » dans une acceptation large, c’est-à-dire les lettres, sciences humaines et sociales, le projet se veut – nécessairement - ouvert aux disciplines scientifiques, aux « sciences exactes », dans la mesure où les « humanités numériques » constituent un objet hybride et transdisciplinaire par essence, aux confins des sciences « dures » (informatique, mathématiques…), des sciences humaines et sociales (histoire pour les archives numériques, géographie pour les systèmes d’information  géographique et la cartographie numérique, sociologie pour le traitement statistique et la visualisation des données…) ou des lettres et des langues (outils de traitement des sources textuelles). Par son caractère interdisciplinaire, ce projet se prête donc tout particulièrement à l’expérience du labo junior et fédérera une grande diversité de disciplines et d’étudiants issus d’horizons disciplinaires variés.

Le terme « humanités » a également été choisi pour souligner la dimension éthique du projet : bien au-delà d’une simple question technique ou technicienne, d’un usage purement instrumental et acritique des outils et ressources numériques, c’est une philosophie, une culture, un rapport au monde, un ensemble de valeurs partagées sinon universelles. Ce qui est en jeu, nous semble-t-il, c’est une certaine vision du monde, une vision de l’homme et de l’homme dans le monde. Notre ambition est de promouvoir un rapport « humaniste » aux ressources et mondes numériques – une sorte « d’humanisme numérique » – que nous appelons à défaut d’être plus imaginatif « nHumérisme » - mot-valise forgé à partir de la contraction « numérique » et « humanisme ».

« Arts , « cultures » et « mondes » numériques : sortir du laboratoire et de l’université, une nécessité

L’idée est ici de franchir un degré supplémentaire dans le décloisonnement disciplinaire. Non seulement décloisonner à l’intérieur du monde universitaire et de la recherche, mais ouvrir la supposée « tour d’ivoire » académique aux mondes artistiques et culturels dans un sens large. Plus qu’un effet d’annonce « médiatique » ou « politique », cette démarche d’ouverture nous semble nécessaire et inévitable. Des passerelles existent entre ces différents mondes, à plusieurs niveaux :

  • Culture(s) et recherche(s). Les processus de recherche et de production des savoirs scientifiques supposent que les chercheurs et les étudiants aient accès aux ressources documentaires, archivistiques et patrimoniales des bibliothèques, des musées et autres institutions culturelles ou patrimoniales. La diffusion des connaissances suppose une collaboration et un dialogue avec ces mêmes institutions, ainsi qu’avec leurs publics et usagers.
  • Art(s) et recherche(s). De plus en plus, artistes et chercheurs dialoguent et empruntent aux uns et aux autres : d’un côté, la recherche se veut de plus en plus créative, et fait de plus en plus appel à l’autonomie et l’inventivité individuelle du chercheur (ou, plus rarement, à la créativité collective de l’équipe de recherche). Les processus et les pratiques de recherche puisent dans le répertoire artistique, le chercheur tendant à « mimer » le créateur et se faire lui-même créateur, même si les visées ne sont pas les mêmes. De l’autre côté, certains artistes dits « numériques » ont tendance à emprunter des ressources méthodologiques et techniques aux milieux scientifiques. Les processus de création artistique se rapprochent parfois de la production du savoir scientifique et de sa dimension expérimentale en particulier, la notion de « chef-d’œuvre » héritée du XIXeme siècle et de l’œuvre achevée s’effaçant au profit des notions de « travail » ou de « chantier » infiniment ouvert, de work in progress.

Le terme de « mondes » élargit encore l’horizon du chercheur et met fin au mythe du savant enfermé dans sa tour d’ivoire. Il est évident que le chercheur ou l’universitaire ne vivent pas séparés du monde : ils sont immergés dans la société et dans l’histoire, et sont donc affectés dans leur personne et leur travail par de multiples évolutions – technologiques, sociales, politiques, économiques – à plusieurs niveaux là encore :

  • La notion de « mondes » a d’abord le mérite d’insister sur l’importance et la diversité des enjeux liés au numérique, et aux humanités numériques, non seulement techniques et scientifiques, mais aussi plus largement institutionnels, sociaux, politiques et économiques. Le choix de cette notion nous met à l’abri d’un double danger : une vision purement technique, technicienne et instrumentale des outils et ressources numériques, d’une part ; un repli sur le monde universitaire et scientifique, d’autre part. Internet constitue l’un des domaines carrefour les plus débattus, où se croisent de la manière la plus évidente des enjeux multiples et complexes : question politique de la démocratie ou citoyenneté, question économique et des inégalités d’accès ou « fracture numérique », question géopolitique autour de la lutte entre grands groupes privés comme Google et Etats ou institutions publiques, questions sociales autour des médias ou réseaux sociaux ; questions scientifiques et documentaires autour des données, big data et numérisation des données…Il constituera donc un des axes privilégiés de notre réflexion et notre pratique. Autant de questions et d’enjeux, en effet, sur lesquels le chercheur et « l’humaniste » de l’ère numérique est appelé à se positionner, à proposer des pistes de réflexion critique voire des solutions politiques : le numérique peut constituer une opportunité pour faire émerger la figure d’un nouvel engagement humaniste, d’un nouvel humanisme engagé, dans la continuité de l’humaniste de la Renaissance
  • Un nouvel humanisme/te engagé dans le monde numérique : le « nHumérisme/te ». Le numérique représente à notre sens une opportunité pour le chercheur de se repositionner dans le monde social et politique, à une époque où la légitimité sociale et institutionnelle - « l’utilité sociale » entend-on parfois – de la recherche en général, des lettres sciences humaines et sociales en particulier, semblent remises en cause. Le numérique apparaît donc comme l’occasion pour le chercheur de se situer à l’interface entre l’université, la recherche, d’un côté, la société de l’autre, de redéfinir et réaffirmer ses fonctions sa légitimité sociales, avec une double mission critique [4] et pédagogique, nous semble-t-il, dans le sillage de la « tradition » humaniste héritée de la Renaissance.
  • Omniprésence du numérique, nouvelles compétences et ressources du chercheur, perméabilité des mondes académiques et « profanes ». En raison du nouveau contexte technologique, du nouvel environnement technique – surtout depuis l’apparition de micro-informatique et du Web, les ressources numériques sont devenus omniprésentes, tant dans la recherche que dans le monde quotidien. On ne peut y échapper en somme. En conséquence, les compétences du chercheur sont de plus en plus acquises dans le monde quotidien, profane ou ordinaire, hors des milieux académiques. Le numérique semble favoriser une double porosité : porosité entre les mondes scientifiques et sociaux, d’une part ; porosité entre monde du travail et monde du loisir ou quotidien du chercheur. Outre ces compétences développées quotidiennement, les milieux de la recherche peuvent être amenés à emprunter aux mondes « ordinaires » leurs outils et ressources, souvent développés pour des usages commerciaux, professionnels ou pour le grand public, tantôt pour leur efficacité positive, tantôt à défaut d’autres outils adaptés ou alternatifs. Se pose alors le problème de savoir si et comment adapter ces outils « profanes » aux besoins spécifiques de la recherche et de chaque (domaine) de recherche. Faut-il et peut-on adapter ces outils ? Quelles sont les motivations, en amont, et les implications, en aval, de tels choix sur la connaissance produite et diffusée, les enjeux épistémologiques et scientifiques, sociaux et économiques ou même politiques ? Faut-il et peut-on plutôt – ou aussi - concevoir de nouveaux outils, propres aux chercheurs ?

Du numérique au « digital » : réincarner et rematérialiser la connaissance ?

Si l’on a pu tantôt célébrer, tantôt décrier l’invasion de notre monde par les écrans et le numérique - synonymes de dématérialisation voire de « désubstantiation » de notre rapport au monde en général, et à la connaissance en particulier - l’apparition récente des tablettes, smartphones et autres outils « tactiles » semblent tempérer ou dépasser l’ère du « tout numérique », de « l’immatériel », des écrans et autres médiations. Certains centres de recherches récemment créés [5] ont même délibérément adopté cette terminologie pour annoncer l’entrée des humanités numériques dans une nouvelle ère : celle des « humanités digitales ». Parler d’« Humanités Digitales » est ainsi un choix assumé, argumenté, et revendiqué de l’équipe des chercheurs lausannois Unil-EPFL, depuis le démarrage de la plate-forme Humanités Digitales@unil en 2011. En effet, les « Digital Humanities » sont les humanités « faites avec les doigts », renvoyant au « digitus »  latin, par opposition à l’« ordinateur » en français ou au « computer » en anglais qui désignaient un concept plus cérébral. Avec la culture de l’iphone ou ipad, notre contact avec le monde digital s’opèrerait directement et immédiatement avec nos doigts, un tournant que le directeur des bibliothèques de Harvard, Robert Darnton, illustre en évoquant le concept allemand de « Fingerspitzengefühl »[6]. Par ailleurs, le chercheur en Humanités Digitales tient de l’Homo Faber et réellement fabrique, crée les nouvelles sciences humaines et sociales.

L’expression « humanités digitales » invite alors à s’interroger sur la dimension corporelle de la recherche et sur le rapport corporel ou physique du chercheur à ses outils. Comment expliquer que la plupart des chercheurs même les plus ouverts aux nouvelles technologiques conservent un fort attachement pour le support papier, un amour du livre et du stylo caressant le papier [7] ? Sans invoquer la division artificielle entre nature et culture, s’agit-il d’une inclination individuelle et/ou d’un besoin cognitif et donc plus anthropologique ? Beaucoup reconnaissent avoir besoin d’imprimer et de lire des livres « traditionnels », à la fois pour mieux en assimiler le contenu, mais aussi par goût du contact physique avec le livre et la page comme objets matériels [8]. Se pose alors la question de savoir comment chacun de nous articule les supports papier et numérique. Il est pratique et parfois fécond de changer de médium. Étudier le corps savant, le rapport à l’incarnation et la dimension psychomotrique du rapport au savoir est donc riche d’enseignements, ou plutôt de questionnements, car l’on manque encore de recul et de témoignages sur les pratiques concrètes des chercheurs. Comment chaque support et son contenu sont-ils incorporés par le chercheur ? Si l’on considère, dans la lignée de Leroi-Gourhan ou plus récemment de Gilbert Simondon, que l’outil est un « prolongement » du corps savant, il est nécessaire également de s’intéresser à l’évolution des outils, et donc des interactions entre le corps ((du) savant) et son outil, et en conséquence aux « mutations » de ce corps savant, dans une temporalité plus longue : avec le glissement du « numérique » et des écrans vers le « digital » et les tablettes tactiles, les outils ne tendent-ils pas à se rapprocher de l’artisanat, des conditions « traditionnelles » ou « artisanales » de travail, à réintroduire un rapport plus « immédiat » ou du moins plus corporel aux outils et donc aux savoirs produits ? Mais il reste toutefois une différence cognitive importante entre la navigation sur écran d’une fenêtre à l’autre, ou la navigation d’un livre à l’autre, ou encore la navigation d’un support numérique à un support plus « matériel » ou plus « classique ». Il est nécessaire d’être conscient et d’étudier plus profondément ces différences, leurs implications cognitives, ainsi qu’en termes de production, diffusion et réception de la connaissance. Plutôt que d’opposer ces différents médiums, en diaboliser ou vénérer certains au détriment des autres, ne faut-il pas plutôt les concevoir comme complémentaires et non substitutifs ou antagonistes ?

3.      Entre unité et diversité, du dénominateur commun à ses déclinaisons : quelques axes transversaux

En nous inspirant de la définition commune et déjà citée des « humanités numériques », nous adoptons pour fondement et postulat commun - transversal à la diversité des disciplines scientifiques que nous représentons et accueillons au sein de ce projet englobant -  l’idée que le numérique, et les nouvelles technologies en général, affectent :

  •  notre rapport au(x) monde(s), à la culture, à la connaissance et au savoir de manière générale ;
  • nos pratiques de rechercheen particulier, en termes de :
    • productions (rapport aux sources et données, recherche d’informations, exploitation des données, écritures et mises en forme)
    • diffusions (medias et supports de publication, édition, évaluation)
    • réceptions (par le public des « pairs » d’une part, par un public plus large, un « grand public », d’autre part)

En définitive, malgré l’hétérogénéité de nos disciplines d’origines, de nos approches, nos questionnements scientifiques et de nos méthodologies, nous partons du principe que ce qui nous réunit avant tout c’est :

  • d’abord, un point de départ et un souci communs : les données, qui suscitent des questionnements similaires (comment les traiter, les structurer, les modéliser…) et peuvent déboucher sur une méthodologie commune ;
  • ensuite,  la prise de conscience et la prise en compte des impacts sociaux, politiques, et économiques de nos activités de recherche et de production des savoirs, dans un contexte affecté par de multiples et rapides mutations ;
  • enfin, une même éthique, des valeurs communes et partagées : un nouvel humanisme, peut-être, un « humanisme numérique » (que nous pouvons baptiser « nHumérisme ») et un même rapport au(x) monde(s) – monde(s) numérique(s) mais pas seulement) – une éthique partagée qui pourrait être formalisée par un « Manifeste » (un de plus ?) qui reste à écrire…

Ces principes fondamentaux et fondateurs serviront de base pour développer un environnement de réflexion cohérent, doté d’un corps méthodologique commun. L’enjeu est de promouvoir une transdisciplinarité forte et authentique [9], qui ne se contente pas de juxtaposer des disciplines différentes, mais de croiser des approches appréhendées de l’intérieur, en vue de fonder une démarche, un questionnement, une méthodologie et des outils communs et transversaux. Les « humanités numériques » nous semblent se prêter éminemment à une telle quête transdisciplinaire. Cette quête pourra prendre la forme pratique – quoique numérique – d’une plateforme de recherche ou de publication communes [10].

Plus concrètement, cette visée commune pourra se décliner en trois axes stratégiques, transversaux à nos disciplines, à nos domaines et à nos sujets de recherche :

  • Rapport aux données et aux sources de la recherche
  • Visuel, visualisation, design au cœur de la recherche, nouveau paradigme
  • Marché numérique ou capitalisme numérique de la connaissance et de la recherche scientifique

Soulignons que des croisements, des interférences ou recoupements sont possibles et même fréquents d'un axe à l'autre, signe non pas de redondance mais d’imbrication des enjeux et des questionnements.

1. Rapport aux données et aux sources de la recherche

Au-delà des frontières disciplinaires, au-delà de la diversité de nos pratiques et de nos données (sources et archives historiques ou flux d’informations contemporaines, données textuelles ou données visuelles et même multimédias), nous avons tous affaire dans notre processus de recherche aux données et aux sources primaires. La question de notre rapport à ces données et ses sources est donc ce qui nous rassemble en premier lieu, ce que nous partageons - notre problème commun. Cette question se pose à trois niveaux, se déploie au cours de trois opérations :

  • Modélisation : au niveau de la structuration des données : comment structurer, organiser des données brutes informes à l’origine ? Quelle(s) méthode(s) et quels outils utiliser ? Quelles sont les implications de ces choix de méthodologiques et techniques sur nos résultats et nos pratiques
  • Exploitation : au niveau de la production de connaissances à partir de ces données : qu’en faire, comment les traiter, les réagencer, les reconfigurer, comment les présenter, les mettre en forme et en écriture ? Quelles méthodes et quels outils, avec quelles implications là encore?
  • Diffusion et publication : sous quelle(s) forme(s), à destination de quel(s) public(s), avec quel(s) impact(s) ou quelle(s) portée(s) ?

Ces questionnements propres au processus de recherche rejoint des questions beaucoup générales et diffuses dans les mondes numériques sociaux et culturels, sur lesquels il nous faudra réfléchir et proposer des pistes d’analyse voire des solutions :

  • question très débattue des big data[11] et de l’abondance des données, de manière générale
  • question de savoir comment s’y retrouver, gérer, appréhender la (sur)abondance des data (moteurs de recherche, outils de data mining, d’annotation et de bookmarking, outils de veille, flux RSS…) ;
  • question du tri, de la conservation et de l’archivage[12] de ces données (curation), notamment les sources pour écrire le passé, entre abondance et rareté (Rosenzweig)[13] ; une gestion qui suppose une collaboration entre chercheurs, bibliothécaires, archivistes et documentalistes, usagers et citoyens ;
  • question de l’organisation, du catalogage et la classification de ces données et sources (sémantique du web[14] – problème d’harmonisation et de standardisation)
  • question de l’accès et mise à disposition de ces données ; question des usages multiples et parfois contradictoires ou conflictuels de ces données et ces sources (usages scientifiques pour les chercheurs, usages sociaux, patrimoniaux et mémoriels, usages politiques parfois) ;
  • problèmes spécifiques posés par les archives et les données numériquement nées (born-digital archives) notamment pour l’écriture de l’histoire du futur[15] ;
  • cas des données produites sur et par les réseaux et médias sociaux, notamment le dilemme entre libertés individuelles, respect de la vie privé, transparence, et exigence de sécurité et de contrôle ; tensions entre enjeux démocratiques et visées commerciales ; quelle implication des pouvoirs publics, face à des acteurs et des monopoles privés (Google[16], Facebook, Twitter) ; tensions (géo)politiques vives à propos de la « neutralité » [17] et de la gouvernance du Web, qui se cristallisent notamment autour des noms de domaine et de la « racine » d’Internet[18].

2. Visuel, visualisation, design au cœur de la recherche, nouveau paradigme[19]

La notion de « visuel » est floue et se trouve à la croisée, au croisement, au carrefour entre mondes social(ux) et académique(s). Il convient d’en préciser les contours et d’en évaluer à la fois les risques et opportunités. Le « visuel »

Un fait et processus social à évaluer et s’approprier de manière critique : si nous partons du constat que nous vivons immergés dans un monde d'images et de données visuelles, d’une part, et de l’hypothèse d'une visualisation croissante de notre environnement, d’autre part, ce double postulat devra être nuancé. Il faudra l’évaluer dans sa juste mesure, pour éviter de tomber soit dans la fascination béate et la contemplation esthétique des données et ressources visuelles, soit dans la diabolisation et l'apocalypse (consistant à annoncer la mort de la culture écrite et du texte). Le « visuel » se situe à la croisée des mondes sociaux, d’abord, en tant qu’il est omniprésent, dans tous les domaines de la vie humaine et sociale, et multiforme : cette diversité suppose de distinguer les différents types, formes, supports et usages du visuel. Le visuel se situe également au carrefour entre les mondes sociaux, d’une part ; les milieux académiques, de l’autre, et permet de lancer des passerelles entre les deux, sous deux formes : à travers la fonction critique et pédagogique du chercheur et de la connaissance scientifique à l’égard de visualisation du social d’une part ; à travers l’appropriation possible mais critique des ressources visuelles au service de la recherche.

Cette dimension sociale du visuel et de la visualisation est porteuse de risques mais aussi d’opportunités. Des risques d’abord : il est nécessaire de développer un esprit critique face au visuel, tant dans le monde social qu'académique (éviter les deux écueils de la fascination-diabolisation). De ce point de vue, l’héritage « humaniste » ce point de vue peut être précieux en ce qu’il favorise un regard critique, une mise à distance et une interrogation ou (re)mise en question permanente des objets. L’appropriation et les usages possibles des ressources et outils de visualisation par les chercheurs doivent rester critiques elles aussi : ils supposent une formation, un apprentissage, l’acquisition d’un visual literacy par les chercheurs. Contrairement à l’idée reçue de la simplicité et lisibilité immédiate du « langage visuel », il apparaît nécessaire d’apprendre à « lire » et manipuler les données et ressources visuelles, de même qu'on apprend à « lire » l'alphabet et le texte. On aurait tort de considérer le visuel comme un medium facile d'accès, donné immédiatement à la compréhension, Le chercheur doit également se méfier du risque d’esthétisation et de fascination pure pour les données visuelles et outils de visualisation dans la recherche en particulier, dont le pendant est la méfiance et l’hypercriticisme à l’égard d’une discours et d’un medium considéré comme « non sérieux » et non scientifique.

Mais le visuel est aussi une opportunité pour (re)nouer les liens et créer des passerelles entre mondes sociaux et académiques, pour repositionner le chercheur au cœur de la cité, lui redonner un rôle social, rôle pédagogique - développer l’esprit critique des usagers et grand public des ressources visuelles du monde, utiliser ces ressources mêmes comme outil et vecteur alternatifs de diffusion du savoir et de la connaissance, partir du monde quotidien et familier pour parler au public et (r)éveiller son intérêt pour le savoir et la science (sciences sociales en particulier). Le chercheur est donc amené à jouer le double rôle de pédagogue et de passeur entre deux mondes.

Dans le domaine de la recherche proprement dit, le visuel est également un risque et une opportunité à saisir : présent à toutes les étapes du processus de recherche, il doit être appréhendé et approprié de manière critique, que ces outils soient génériques et partagées par divers utilisateurs, ou bien qu’ils soient spécifiques et aient été spécifiquement conçus pour le chercheur. Ces ressources visuelles ont deux principaux usages et fonctions, qu’il est d’ailleurs artificiel de dissocier :

  • le visuel comme sources/données visuelles (aspect documentaire) : qui peuvent revêtir des formes, des supports, des médias divers. A cette hétérogénéité fait écho la diversité des méthodes et des outils pour les traiter. On peut aussi d’interroger sur les possibles utilisation de ces données comme matériaux mêmes pour « écrire » et publier les résultats.
  • le visuel comme outil heuristique et mode de pensée (aspect théorique - production du savoir - outil de compréhension et visualisation dans le processus de recherche)
  • le visuel comme outil de diffusion du savoir, comme mode d’expression et langage (aspect pédagogique - publication et diffusion du savoir) : simple illustration à fonction purement esthétique ou décorative, ou bien impact plus profond sur la compréhension et réception de la connaissance ? Les nouveaux médiums auxquels le grand public est plus ou moins familier (3D, gaming et jeux vidéos) peuvent servir de nouveaux supports pour intéresser et sensibiliser le public à la connaissance scientifique et la recherche en train de se faire, à condition de trouver un juste équilibre entre visée esthétique et visée pédagogique et scientifique, et se demander si et ce que ces ressources apparemment peu « sérieuses » apportent réellement à la recherche et à la connaissance.

Ces ressources visuelles affectent donc profondément les processus de recherche, en bouleversent chaque étape et l'ordre des étapes, et tendent à redéfinir ou reconfigurer la division des tâches du chercheur. Il existe un va-et-vient permanent entre ces trois étapes de la recherche, qui n’est pas conduite de manière linéaire. Ces va-et-vient remettent aussi en question la dissociation « traditionnelle » entre le fond et la forme, le contenu et la présentation (visuelle) de la connaissance. Le « visuel » appelle et stimule donc la réflexivité du chercheur sur son travail.

 3.       Marché(s) ou communauté(s) numérique(s) ?

Internet en général, le Web plus particulièrement, favorisent la mise en réseau et en relations de nombreux acteurs appartenant à des mondes numériques variés, contribuent à l’échange, au partage et la mise en commun d’information et de contenus de connaissance ou de culture extrêmement diversifiés, aux quatre coins du monde. Quels sont les multiples enjeux de ces mises en réseaux (scientifiques, politiques, économiques, sociaux, culturels) ? Quelles sont leurs implications sur les pratiques des chercheurs, sur la production des savoirs ou des objets culturels, et plus généralement sur notre rapport au monde ? Internet contribue-t-il à faire émerger une (ou des) communautés numérique(s) - communautés de savoirs et de cultures, soudées par une identité et des valeurs partagées ? Ou bien faut-il davantage parler de « marché(s) » ou de « capitalisme »[20] numériques, où les intérêts, les stratégies des acteurs individuels ou collectifs, où les luttes de pouvoir et les enjeux socio-professionnels, économiques, ou (géo)politiques l’emportent sur les préoccupations identitaires et l’émergence de savoirs, de cultures et de valeurs communes et partagées ?

Marché(s) numériques…

Internet et le Web s’apparentent par certains côtés à un vaste marché où sont produits et échangés deux types de « marchandises » ou de capital :

  • Marchandises » ou capital scientifiques et culturels : des données de manière générale, dont la nature, les supports, les sources, les fonctions, les destinataires, les usages et les réceptions sont extrêmement variés : informations, savoirs et connaissances scientifiques, œuvres d’art et objets artistiques ; objets patrimoniaux et culturels. Internet apparaît comme ce « lieu » dématérialisé, ce marché virtuel où chacun peut échanger, vendre et acheter - au sens propre comme au sens figuré - des productions scientifiques, artistiques ou culturelles.
  • « Marchandises » ou capital humains : Internet est aussi ce « marché » sur lequel les chercheurs, artistes, où tout autre acteur des mondes numériques, professionnels ou amateurs, peuvent promouvoir ses centres d’intérêt et ses  activités. Internet tend alors à abaisser les frontières entre ces mondes divers, à rapprocher les milieux académiques des milieux artistiques, culturels et autres mondes sociaux. Il rapproche et crée du lien entre des acteurs qui en dehors de cela ne se seraient jamais rencontrés. Concernant plus spécifiquement le monde académique, il incite le chercheur à s’ouvrir, sortir de sa tour d’ivoire, ne plus se contenter d’écrire une thèse, des ouvrages et des articles sur support papier, mais bien à diversifier ses fonctions et ses centres d’intérêt, ses compétences, ses horizons et ses lieux de formation et d’échanges. La communication, les réseaux (sociaux) scientifiques ou culturels de manière générale deviennent plus que jamais indispensables : il s’agit désormais de cultiver son e-profil ou sa e-réputation, de « réseauter », de « twitter », de participer aux forums de discussion, de s’abonner aux listes de diffusion, d’ouvrir et d’alimenter sa page web ou son blog personnel… Internet est non seulement le marché où l’on « vend » ses productions, mais aussi le lieu où l’on SE « vend », par lequel on se fait connaître et l’on fait connaissance.

La notion de marché et de capitalisme a le mérite de souligner que la culture et la connaissance sont des produits, issus d’un processus de production complexe qui met en jeu :

les notions de flux et de réseaux (supports et infrastructures de ces flux), plus ou moins dématérialisés et déterritorialisés, mais pouvant être visualisés – intérêt croissant pour l’analyse des réseaux (sociaux mais pas seulement) et multiplication des outils de visualisation de ces réseaux et ces flux[21]

  • de multiples acteurs : auteurs/éditeurs/lecteurs ; chercheurs/artistes/documentalistes, bibliothécaires, archivistes éditeurs ; monde académique, artistique, politique, social, ou économique ; « producteurs »/« consommateurs » de culture ou de connaissance. De ce point de vue, Internet contribue à élargir et diversifier le lectorat et le public, à la fois géographiquement et socialement, même si des inégalités d’accès perdurent voire se renforcent, et si d’autres lignes de fractures apparaissent
  • de multiples et de nouveaux vecteurs, supports ou médias de communication et diffusion
  • de nouvelles temporalitésde production et de diffusion des savoirs :
    • temporalités de la recherche proprement dite : temporalité courte des projets : la recherche sur projet tend désormais à dominer le monde de la recherche, sur une durée moyenne de 3 ans en général, avec obligation de résultats à court terme - ce qui tend à condamner la prise de risque et l’échec. Il semble pourtant nécessité de réhabiliter l’échec et ses potentialités productives : il n’est pas de recherche et de découverte sans prise de risque et sans échec, une réalité aujourd’hui difficile à faire valoir et accepter dans un monde aux ressources financières limitées, et dans un contexte de restrictions des budgets et des crédits et de concurrence accrue ;
    • temporalités de l’écriture et de l’édition : la diffusion immédiate ou instantanée par Internet complète la diffusion différée sur support « traditionnel », sans que l’une exclut ou remplace ou soit meilleur que l’autre : les formes, les finalités et les destinataires ne sont pas les mêmes ;
  • de nouvelles formes d’écritures ou de créations/production des connaissances et de la culture : des expériences d’écriture collaborative émergent, qui rapprochent les « humanités » et les sciences sociales des sciences exactes, où la pratique de la co-écriture est relativement ancienne ; des pratiques où le nom et la voix de l’auteur individuel s’efface au profit d’une écriture polyphonique, conduisant certains à diagnostiquer la mort de l’auteur et de l’autorité auctoriale. Il reste à analyser plus rigoureusement et finement ces nouvelles formes scripturaires : une écriture visiblement plus libre, moins contrainte ou dont les contraintes sont différentes de celle du livre et de l’édition « classique ». Des formes nouvelles qui nécessitent par conséquent de (re)définir les critères et les modalités d’évaluation
  • la notion de concurrence : si les réseaux favorisent les échanges et les partages d’informations et de données, ils tendent aussi à accroître les phénomènes de concurrence à tous niveaux : notamment entre chercheurs dans le cadre des appels à projets et la quête de crédits ou de subventions. Dans ce contexte concurrentiel avivé par la raréfaction des moyens, le « numérique » peut apparaître comme un simple label, une étiquette ou un slogan marketing pour récolter des financements - au même titre que le « développement durable » ou le « bio »…
  • la notion de flexibilité (sens positif) ou de précarité (sens négatif) : cette mise en réseau et en concurrence requiert une capacité d’adaptation permanente, exige de chacun d’être flexible et réactif, ce qui peut être considéré d’un point de vue négatif comme une précarisation des conditions de vie et de travail, d’un côté ; mais d’un autre côté comme une incitation à l’innovation, à la créativité ou la mobilité permanentes, comme la meilleure garantie contre l’immobilisme ou la sclérose – gage d’une « éternelle jeunesse », en somme…

Cet axe devra être développé dans une double dimension :

  • Théorique : réfléchir aux enjeux, aux défis, aux opportunités (politiques, économiques, sociales) : comprendre les règles ou les lois de ce « marché » de la connaissance, de l’art ou de la culture numériques ;
  • Pratique : s’insérer sur ce marché, s’approprier ses logiques : en développant des pratiques de recherche collaborative (développer un projet commun, transversal, transdisciplinaire), en travaillant en équipe et en réseau, en expérimentant des formes d’écritures, de publications, de diffusion collectives, en cultivant son e-profil, individuellement mais aussi collectivement – l’identité « collective » de notre labo junior par exemple, mais de toute « association » de Dhers et autres communauté d’intérêt ou de projet.

De ce point de vue, le « capitalisme » numérique contribue aussi à faire émerger des identités individuelles et collective, à susciter des appartenances communes et des communautés unifiées par des intérêts, des valeurs ou des projets commun – et c’est là où le « marché » rejoint peut-être - sans l’exclure - la « communauté »…

 … ou/et communautés ?... 

 



[1] Nous reprenons ici la définition donnée par le « Manifeste des Digital Humanities »  élaboré lors du ThatCamp Paris 2010 : http://tcp.hypotheses.org/318

[2] Pour un essai de définition : une présentation rapide, synthétique et “visuelle” avec l’outil de présentation « Prezi » : http://prezi.com/nmcopwgp9syf/dh-le-mot-et-la-chose/

[4] « (…) the proper object of Digital Humanities is what one might call “media consciousness” in a digital age, a particular kind of critical attitude analogous to, and indeed continuous with, a more general media consciousness as applied to cultural production in any nation or period. Such an awareness will begin in a study of linguistic and rhetorical forms, but it does not stop there. (…) Digital Humanities has also a reciprocal and complementary project. Not only do we study digital media and the cultures and cultural impacts of digital media; also we are concerned with designing and making them. » (W. Piez, “Something called Digital Humanities” : http://digitalhumanities.org/dhq/vol/2/1/000020/000020.html)

[5] A l’exemple du tout récent « Laboratoire des Humanités et Cultures Digitales » de l’Université de Lausanne créé le 31 janvier 2013 (http://dhlausanne.ch/2013/01/31/universite-de-lausanne-un-labo-dh-est-cree-en-ssp/)

[6] Darnton, « The Case for the Books » (2009) : « We find our way through the world by means of a sensory disposition that the Germans call Fingerspitzengefühl. If you were trained to guide a pen with your finger index, look at the way young people use their thumbs on mobile phones, and you will see how technology penetrates a new generation, body and soul. » (p. XIII)

[7] Delalande, « Portrait de l’historien en cyborg », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, RHMC, 2011.

[8] Un peu à l’image du « goût de l’archives » chère à l’historienne Arlette Farge, qui ne dédaigne pourtant pas, loin s’en faut, les nouvelles technologies et pistes qu’elles ouvrent pour la recherche historique.

[9] Je renvoie ici le lecteur au récent article de Dokic, « Le « tournant social » de la philosophie de l’esprit. L’apport des sciences cognitives (Dokic) » dans Emmanuel Désveaux, Michel de Fornel, Pascale Haag, Cyril Lemieux,Olivier Remaud (coll.), Faire des sciences sociales, t. 3, « Généraliser », 2012 dans lequel l’auteur propose une typologie fine et graduelle des différentes formes d’interdisciplinarité possible, avec quatre modalités principales de relations interdisciplinaires : (1) l’élimination – exclusion (interdisciplinarité très faible ou « molle ») (2) le cloisonnement (interdisciplinarité faible ou moyenne) (3) la complémentarité (interdisciplinarité moyenne à forte) (4) l’interaction (interdisciplinarité très forte).

[10] Déjà lancée sous la forme de ce carnet de recherche numérique hébergé sur la plateforme « Hypothèses » : http://dhlyon.hypotheses.org/

[16] Voir notamment le conflit en France entre Google et BNF – qui a récemment été accusé de « vendre » le domaine public : http://www.actualitte.com/usages/bnf-vendre-le-domaine-public-n-est-pas-le-role-de-ses-gestionnaires-39673.htm

[17] Cf. l’article de Article de Tim Wu, inventeur du concept de « neutralité du Net » (mai 2006) : http://web.archive.org/web/20071222003609/http://www.cognition.ens.fr/~guerry/trads/tim_wu_pourquoi_neutralite_reseau.html ; le dossier réalisé par « La Quadrature du Net » : http://www.laquadrature.net/fr/net_neutrality ; Rue89 : http://www.rue89.com/explicateur/2010/04/14/quappelle-t-on-la-neutralite-du-net-147303 ; ou plus récemment de Dan Schiller : http://www.monde-diplomatique.fr/2013/02/SCHILLER/48763

[19] Nous renvoyons ici le lecteur à deux billets consacrés spécifiquement à la question centrale de la visualisation : http://dhlyon.hypotheses.org/149 ; http://dhlyon.hypotheses.org/144.

[20] Nous nous inspirons ici très librement – en l’élargissant et la diluant quelque peu - de la notion de « capitalisme linguistique » développée par Frédéric Kaplan : http://fr.slideshare.net/frederickaplan/introduction-au-capitalisme-linguistique-12204447

[21] Quelques exemples d’outils développés par de jeunes chercheurs lausannois : http://pegasusdata.com/

Laisser un commentaire