Programme du Boot Camp et du THATCamp Lyon 2014

ThatCamp Lyon 2014 organisé par le laboratoire junior Nhumérisme (14-17 octobre 2014) à l’ENS Lyon

Les “datavisualisations” au cœur des sociétés numériques : former et (s’)informer sur/par la visualisation des données

 Télécharger le Programme

Mardi 14 octobre : « Boot Camp »

Journée préparatoire sous forme d’ateliers interactifs

Un descriptif des ateliers sera prochainement proposé sur le carnet

10h30-12h30

  • Visualiser les données issues du web avec un logiciel SIG : 1) Comment interroger les données du WEB – Francesco Beretta et Charlotte Butez (LARHRA, Lyon 2)

14h00-16h00

  • Visualiser les données issues du web avec un logiciel SIG : 2) Visualiser et cartographier les données avec QGIS – Francesco Beretta et Charlotte Butez (LARHRA, Lyon 2)
  • Enjeux de la numérisation : le cas des cartes de la Résistance et de la souffrance (part. 1) – Vincent Auzas (IIHTP-CNRS), Rémy Besson (LLA-CREATIS, Toulouse 2), Michael Bourgatte (Centre Edouard Branly, Institut Catholique de Paris) et Valérie Hugonnard (IHTP-CNRS)
  • Création de corpus Web avec Hyphe – Paul Girard et Mathieu Jacomy (IEP de Paris)

16h30-17h30

  • Visualiser les données issues du web avec un logiciel SIG : 3) Conclusion et discussions sur les outils proposés – Francesco Beretta et Charlotte Butez, (LARHRA, Lyon 2)
  • Enjeux de la numérisation : le cas des cartes de la Résistance et de la souffrance (part. 2) – Vincent Auzas (IIHTP-CNRS), Rémy Besson (LLA-CREATIS, Toulouse 2), Michael Bourgatte (Centre Edouard Branly, Institut Catholique de Paris) et Valérie Hugonnard (IHTP-CNRS)
  • L’analyse visuelle de réseau avec Gephi et Tubemynet – Paul Girard et Mathieu Jacomy (IEP de Paris)


Mercredi 15 octobre : That Camp (J1)

9h45-10h30 :     Accueil des participants et introduction du THATCamp

10h30-11h30 :   Conférence plénière – Questions autour des spatialités numériques – Thierry Joliveau (ISTHME, Université de St-Etienne)

11h30-12h30 :   Proposition des ateliers et vote des participants – organisation des ateliers

 

12h30-14h – Pause déjeuner

Ateliers sur le thème « Informer : panorama et guide des datavisualisations »

14h00-15h30 :   session 1

15h30-16h : Pause – discussions et échanges

16h00-17h30 :   session 2

 

Jeudi 16 octobre : That Camp (J2)

Ateliers sur le thème « Former : outils et méthodes pour visualiser ses données »

9h30-11h00 :     session 3

11h00-12h30 :   session 4

12h30-14h – Pause déjeuner

Ateliers sur le thème « Chercher : état des lieux des recherches actuelles sur les datavisualisations et pistes futures »

14h00-15h30 :   session 5

15h30-16h : Pause – discussions et échanges

16h00-17h30 :   session 6

17h30-19h00 :   AG Humanistica – Martin Grandjean (UNIL)

 

Vendredi 17 octobre : “Book Sprint”

10h-16h : Rédaction collective des actes du colloque à partir des notes prises de manière collaborative par les participants, en vue d’une double publication qui s’inscrira dans la continuité des « ThatCamp » précédents

 

CONTACTS

Cécile ARMAND : cecile.armand[at]ens-lyon[point]fr
Stéphane DARTIAILH : stephane.dartiailh[at]gmail[point]com
Gabriel GARROTE : gabriel.garrote[at]univ-lyon2[point]fr
Aurélien ZARAGORI : aurelien.zaragori[at]gmail[point]com

 

 

 

                       

Appel à communication – Analyser des réseaux : Pourquoi ? Comment ?

Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
Ecole doctorale d’histoire (ED 113)

Séminaire organisé par les doctorants (une demi-journée) – 28 mars 2015.

Appel à communication

Analyser des réseaux : Pourquoi ? Comment ?

Tout le monde ou presque utilise, parle ou étudie des réseaux, à ce qu’il semble : quelle que soit la  période  qu’il  étudie,  l’historien  se  trouve  confronté  à  un  terme  devenu  de  plus  en  plus omniprésent. Face à ce constat, notre projet de demi-journée pour le séminaire de l’École doctorale d’histoire de Paris 1 entend chercher à savoir si cette notion peut être définie comme un concept opératoire  spécifique,  c’est-à-dire  utile  pour  comprendre  des  phénomènes  qui,  faute  de  son
utilisation, resteraient obscurs.

À première vue, l’usage du terme de  « réseau » dans le champ historique peut relever de cinq catégories distinctes : il peut recouvrir un modèle général, le mot représentant alors une métaphore de l’image que le chercheur se fait de la réalité qu’il étudie, un « maître concept » irriguant toute l’analyse  – c’est  le  cas  de  Peregrine  Horden  et  Nicholas  Purcell  en  histoire  ancienne,  de  Bruno Latour et Michel Callon en histoire des sciences, avec des significations attachées très différentes – ; il s’agit aussi d’une méthode d’analyse des données quantitatives, précise et formalisée mais aux usages  multiples  – que  pour  éviter  la  confusion  nous  appellerons  Social  Network Analysis –  ;  le terme  peut  être  mobilisé  pour  saisir  des  ensembles  de  relations  interpersonnelles  informelles,  en particulier sous l’angle de la mobilisation de groupes d’individus dans la sphère du pouvoir ; il peut en outre désigner des infrastructures techniques (train, etc.) et sociales (poste), qui bénéficient d’une attention historiographique récent ; à l’échelle de la pratique historienne elle-même, les travaux de recherche  sont  de  plus  en  plus  impliqués  dans  les  digital  humanities,  liées  aux  réseaux informatiques dans le sens le plus courant.

Seuls,  ce  sont  les  trois  premiers  sens  qui  nous  intéresseront,  sous  un  angle  résolument expérimental. De fait, ce sont ceux auxquels l’historien nous semble le plus directement confronté, quel  que  soit  sa  période  de  prédilection :  qu’est-ce  que  les  réseaux,  comme  cadre  interprétatif conceptuel,  comme  modélisation  du  réel  ou  comme  technique  d’analyse,  peuvent  apporter  sur  le plan heuristique ? Quels résultats peut-on en espérer ? Quels sont les a priori, les postulats et les hypothèses qui sous-tendent leur usage ? Quelles sont les limites de leur utilisation ? Quelles sont les  implications  possibles  d’une  réflexion  en  terme  de  « réseaux »  sur  les  autres  éléments  de  la « boîte à outil conceptuelle » de l’historien ? En particulier, quelles sont les interactions qui peuvent se  développer  entre  une  approche  sous  l’angle  réticulaire  et  des  angles  d’attaque  s’inspirant  de
Michel  Foucault  – autour  de  la  question  du  pouvoir –,  de  Pierre  Bourdieu  – avec  la  théorie  des champs –,  ou  bien  encore  de  Fernand  Braudel  – et  le  concept  d’économie-monde –,  voire  de Maurice Agulhon – et l’étude des sociabilités –,  ou d’autres ?

Pour  essayer  de  répondre  à  ce  questionnement,  nous  invitons  des  jeunes  chercheurs travaillant  sur  ces  thématiques,  en  particulier  médiévistes  et  modernistes,  à  envoyer  des propositions de communication. Le projet est encore en cours d’élaboration : n’hésitez pas à nous contacter rapidement même si votre proposition n’est pas aboutie.

Les  propositions  de  communications  sont  à  envoyer  à  Pierre  Verschueren (pierre.verschueren@univ-paris1.fr),  à  Leslie  Villiaume  (leslie.villiaume@laposte.net),  ou  à Ségolène Maudet (segolene_m@hotmail.fr).

Séminaire réseaux (2014-2015)

Le Laboratoire Junior Nhumérisme organise de novembre à mars un cycle mensuel de séminaire sur la thématique (très en vogue) des réseaux et de l’analyse de réseaux.

Les séances ont lieu le mercredi de 14h30 à 16h30 à l’ENS de Lyon (site Descartes, 15 parvis René Descartes).

Chacune des séances se veut, tout à la fois, lieu d’une discussion pluridisciplinaire et occasion de confronter l’analyse de réseaux et ses outils aux notions et thématiques avec lesquels elle ne peut manquer d’entrer en contact. Afin de faciliter et lancer la discussion, il a été demandé aux intervenants de proposer un texte (article, communication antérieure) en relation avec la thématique du séminaire.

Ainsi, chaque mois nous accueillerons un historien et un représentant d’une autre science sociale (sociologue, ethnologue, géographe) autour d’un couple notionnel :

 

Mercredi 19 novembre 2014 : « Réseaux et organisations »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F102

Claire Lemercier, historienne, directrice de recherches au CNRS, IEP, Centre de sociologie des organisations : Liens privés et positions publiques : un exemple en histoire du 19e siècle référence : « Liens privés et régulation de l’économie : la famille et l’institution (Paris, XIXe siècle) », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2006, n° 33, pp. 23‑53

Julien Brailly, sociologue, doctorant, IEP, centre de sociologie des organisations : Liens privés et taille des organisations : une approche multiniveaux du travail marchand dans un salon d’échange de contenus audiovisuels

 

Mercredi 10 décembre 2014 : « Réseaux et prosopographie »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F008

Andoni Artola Renedo, historien, post-doctorant, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » : Les transformations du leadership politique (Espagne, 1808-1833)

François Denord, sociologue, chargé de recherches au CNRS, EHESS, Centre de sociologie européenne : Analyse géométrique des réseaux sociaux – référence : « Comment lier l’économique et le social ? Une analyse structurale des lieux d’expertise sous le régime de Vichy », Gouvernement et action publique, n°2, 2013, pp. 183-219.  et « Social Capital in the field of power. The Norwegian case », Sociological Review, n°1, 2011 pp. 105-127.

 

21 janvier 2015 : « Réseaux et représentation »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F106

Vivien Faraut, historien, doctorant, Université de Nice, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine : La représentation des réseaux politiques souterrains de la France du XIXe siècle

Pierre Mercklé, sociologue, ENS de Lyon, Centre Max Weber : La figure du réseau : remarques sur la fabrique d’une représentation du monde – références :
– BARNES J.A., 2014 [1954], « Classes sociales et réseaux dans une île de Norvège », Réseaux, n° 182, pp. 209-237, trad. fr. Jean Grange, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-6-page-209.htm.
– MERCKLÉ P., 2011, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 3ème éd.
– MERCKLÉ P., 2013, « La “découverte” des réseaux sociaux.  À propos de John A. Barnes et d’une expérience de traduction collaborative ouverte en sciences sociales », Réseaux, n° 182, pp. 187-208, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-6-page-187.htm.
– VERGER A., 1991, « Le champ des avant-gardes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 88, juin, pp. 2-40, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1991_num_88_1_2979.

 

Mercredi 25 février 2015 : « Réseaux et filiation »
Ens de Lyon – Institut Français de l’Éducation  (19 allée de Fontenay) – Salle de réunion n° 1

Michaël Gasperoni, historien, post-doctorant, Ecole Française de Rome : De la parenté à l’époque moderne : système, réseaux, pratiques

Patrick Flandrin, physicien, directeur de recherche à l’ENS, Laboratoire de Physique de l’ENS de Lyon, IXXI, membre de l’Académie des Sciences : Histoire d’un paradigme : une histoire numérique des ondelettes – présentation :
Les graphes de publications et co-publications sont des indicateurs scientométriques importants pour « dessiner » un paysage scientifique en révélant des identifications et des interactions (individuelles ou thématiques) privilégiées. Ce sont par nature des données évolutives dont il peut être intéressant, historiquement et sociologiquement, de rendre compte d’une manière quantitative. Ceci prend un intérêt particulier lorsqu’il y a émergence de concepts nouveaux autour desquels se cristallise une activité auparavant éparse (dans le cas présent, celui des « ondelettes »). Il s’agira ici de mettre en évidence la ré-organisation du paysage scientifique qui a pu s’opérer, de poser la question de la pertinence des outils de représentation et de mesure utilisés, ainsi que le rôle des a priori et de l’expertise dans les interprétations qui peuvent en être faites.
Références :
– S. Grauwin and P. Jensen, 2011: « Mapping scientific institutions », Scientometrics, 89, 943.
http://perso.ens-lyon.fr/pablo.jensen/scientoENS.pdf
– A. Cohen, 2011: « Sur la route des ondelettes », Gazette des Mathématiciens, 130, 19.
http://smf4.emath.fr/Publications/Gazette/2011/130/smf_gazette_130_19-36.pdf

 

Mercredi 18 mars 2015 : « Réseaux et espaces »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F001

Elisa Grandi, historienne, doctorant, Université Paris 7, Centre d’Etudes en Sciences Sociales sur les Mondes Africains : Du local au global: les réseaux de la Banque Mondiale en Colombie (1947-1960)
Références :
– Elisa Grandi, Politiques locales et experts internationaux: Les réseaux de la Banque Mondiale en Colombie (1949-1970)
http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1429/files/2013/06/texte-Grandi-avec-graphes.pdf
– Elisa Grandi, « International aid, local élites and economic institutions in Colombian development (1930-1955) », texte présenté au colloque LASA2013 : Towards a New Social Contract ?
http://lasa.international.pitt.edu/eng/lasa2013_archive/
– Michel Grossetti et al., Studying Relational Chains from Narrative Material
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00843024/document

Laurent Beauguitte, géographe, chargé de recherches au CNRS, UMR IDEES : Analyse de réseaux en géographie : du changement d’échelle au changement de paradigme ?
Références :
– César Ducruet et Laurent Beauguitte, « Spatial Science and Network Science : Review and Outcomes of a Complex Relationship », Networks and Spatial economics, ParisNew-York, Springer, 2013
– Karl Kansky, Pascal Danscoine, « Measures of network structure », Flux, numéro spécial, 1989. pp. 89-121.
web/revues/home/prescript/article/flux_1154-2721_1989_hos_5_1_913
– John D. Nystuen and Michael F. Dacey, « A graph theory interpretation of nodal flows », Papers and Proceedings of the Regional Science Association, 1961, vol. 7, p. 29-42.
http://deepblue.lib.umich.edu/bitstream/handle/2027.42/45977/10110_2005_Article_BF01969070.pdf?sequence=1
A propos de cet article : http://groupefmr.hypotheses.org/3517

 

Comité organisateur

Pierre-Marie Delpu, doctorant en Histoire, Université Paris 1, centre d’histoire du 19e siècle / Laboratoire Junior Nhumérisme

Stéphane Dartiailh, doctorant en Anthropologie, Université de Nice, LIRCES / Laboratoire Junior Nhumérisme

Gabriel Garrote, doctorant en Histoire, Université Lyon 2, LER-SEREC / Laboratoire Junior Nhumérisme

Aurélien Zaragori, doctorant en Histoire, Université Lyon 3, LARHRA / Laboratoire Junior Nhumérisme