Réseaux : outils et réflexions théoriques

Le séminaire « Réseaux » du Laboratoire Nhumérisme débute le 19 novembre prochaine. Chaque séance se veut lieu d’échanges et de débats sur les fondements théoriques et postures méthodologiques mises en œuvre par les intervenants dans le cadre de leurs recherches.

Afin de permettre à tout un chacun de contribuer aux discussions, nous proposons au lecteur, apprenti, un  éventail d’outils méthodologiques et de réflexions théoriques s’y rapportant. Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité et nous invitons à la compléter en signalant dans les commentaires toute référence jugée utile n’y apparaissant pas.

– En préambule :

– La question du vocabulaire : petites mises au point sur les différentes acceptions d’un terme polysémique

– La question des modalités d’analyse : au-delà du graphe

– La question du type d’analyse et des formes de réseaux :

– La question de la visualisation : entre exhaustivité et lisibilité

–  Autres ressources pour l’analyse de réseaux:

  • Revues et sites
  • Logiciels. Varier les logiciels selon le degré de maîtrise de l’outil informatique et de la méthodologie mais aussi en fonction du rendu souhaité (rendu visuel ou mesures mathématiques)

Utiliser une base de données dans un travail de recherche en histoire

Vous trouverez ici la communication que j’ai donnée au séminaire « Digital History. L’histoire à l’heure du numérique » à l’Université Paris 7, en janvier 2013 (voir programme), sur l’usage des bases de données en histoire politique contemporaine à partir du cas précis de ma thèse. J’utilise la base Fichoz, d’abord créée par Jean-Pierre Dedieu pour le CNRS à partir de Filemaker. Cette base permet de stocker massivement des données factuelles obtenues par la consultation des archives et de les mettre en relation. Elle peut être reliée à un logiciel libre d’analyse de réseau, Pajek, qui permet de modéliser des configurations sociales. Sur les relations entre ces deux logiciels, Jean-Pierre Dedieu, directeur de recherches au CNRS spécialiste d’histoire moderne de l’Espagne et un post-doctorant, Alvaro Chaparro, viennent de publier un article aux Cahiers de Framespa : http://framespa.revues.org/2173

RFSIC sur revues.org

SFSIC

La Revue française des sciences de l’information et de la communication (http://rfsic.revues.org/208) fait son entrée sur revues.org.  C’est l’occasion de rappeler la philosophie et ligne éditoriale de la revue et de présenter rapidement les deux derniers numéros, accessibles en libre accès et en texte intégral.

Philosophie/ligne éditoriale

La Société française des sciences de l’information et de la communication – SFSIC (http://www.sfsic.org/) est une société savante ancienne ayant une longue tradition éditoriale (publication actes de congrès ou journées doctorales…) qu’elle tente de renouveler en défendant une ligne qui vise à cultiver la mémoire collective tout en faisant écho aux questions émergentes et en valorisant des expériences originales. Il s’agit pour la revue de faire face au nouveau défi de publier une revue scientifique de qualité (comité scientifique international, sélection rigoureuse des articles) à destination d’un public international, donc d’assurer une visibilité internationale de la recherche française dans le domaine des SIC. Deux objectifs sont poursuivis :

  • rendre compte des avancées de la recherche et en proposer un état des lieux, d’une part ;
  • prendre part aux controverses et débats scientifiques.

Enfin, la revue cherche à rapprocher des acteurs divers, issus de disciplines, d’institutions et avec des domaines de spécialité variés, dans un souci « d’intelligibilité unitaire », avec l’objectif politique de créer et souder une communauté francophone la recherche dans le domaine des SIC.

Deux numéros en libre accès

A l’occasion de sa mise en ligne toute récente sur revues.org, les deux premiers numéros de la revue sont disponibles en libre accès.

Le n° 1 en 2012 porte sur la théorie des industries culturelles et informationnelles (http://rfsic.revues.org/75). Il propose des articles présentant un état des lieux de la recherche et des théories (texte inaugural de Bernard Miège), et des articles sur des pratiques et réalités émergentes comme la « sonification » et les « icônes sonores de Windows », sur le « numérique comme catalyseur épistémologique » (double réflexion épistémologique et éthique ou sociale : réflexion sur l’évolution des objets, des méthodes et sujets de recherche en SHS induites par le numérique ; pratiques transdisciplinaires à partir de la convergence humanités/numérique, projection des problématiques transversales autour du numérique : données numériques, mémoires et traces numériques, frontières numériques ; réflexion sur les « éthiques » de la société de l’information), ou « Net art – créer à l’ère des médias numériques » (les nouvelles formes de créations et de diffusion artistiques promues par Internet, notamment le processus de négociation entre artistes, informaticiens, et public, désormais plus impliqué et fidélisé) ou encore sur la « médiation identitaire » (une critique de la réduction de la problématique de l’identité numérique à des enjeux de réputation individuelle).

Le dernier numéro (n°2) paru en 2013 « Communication et diversité culturelle » développe des réflexions éthiques (« Internet et la diversité »), propose une vision alternative de la « fracture numérique » comme « fracture créative », des articles sur la diversité linguistique, la question des normes et des standards, des nouvelles formes narratives permises par le numérique et Internet (formes courtes sur Twitter).