Faire part de naissance du labo junior « NHumérisme » !

bebe-buzz-grossesse-cigogneCa y est, c’est officiel : notre labo junior a été officiellement retenu par le Conseil scientifique de l’ENS au mois d’avril 2013 ! Nos activités commenceront donc tambour battant à la rentrée 2013…

Le bébé a été rebaptisé depuis la première ébauche du projet : il répond désormais au doux nom de « Nhumérisme : des humanités à l’humanisme numérique », ce qui signale une légère inflexion du projet, qui s’est affiné et affirmé depuis (pour consulter le dossier détaillé du projet, cliquer ici). Notre souci est précisément de mettre l’accent sur les valeurs, sur les enjeux éthiques, politiques et sociaux, sur la dimension culturelle voire civilisationnelle des humanités numériques, et pas simplement sur leur dimension technique voire technicienne. Nous devons essentiellement cette bifurcation à la lecture du linguiste Milad Doueihi1  – rendons à César ce qui est à César – mais aussi au bouillonnement intellectuel actuel2 autour de la question et de la place des « humanités » et de l’humanisme dans nos sociétés contemporaines, en général, et plus spécialement dans la culture et la pratique du chercheur, d’une part ; dans l’enseignement, d’autre part, dans un climat fait à la fois d’inquiétudes et d’optimisme, nourri essentiellement par l’évolution rapide et parfois difficile à suivre et maîtriser des techniques, des méthodes, des paradigmes mêmes, à l’origine de mutations des des cadres et supports « traditionnels » (conceptuels, techniques, mais aussi sociaux, politiques…) qui président à la production et diffusion des connaissances

Bref, notre labo junior existe désormais officiellement, à nous de lui donner vie et sens, alors… que l’aventure commence !

Donc RDV à la rentrée 2013 pour nos premiers ateliers et journées d’études, dont le programme vous sera bientôt délivré… d’ici là, nous continuons à publier des articles d’actualités ou de réflexions et à mener notre activité de veille…

1Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Seuil, Paris 2011

2Voir notamment le numéro récent de la revue Esprit, « Repenser les humanités » décembre 2012, ou le colloque organisée à l’Université de Lausanne : « Les humanités délivrées / Humanities Unbound » les 1er – 2 octobre 2013, déjà annoncé dans un récent billet sur notre blog.

Le visuel au coeur des humanités numériques et de notre projet de labo junior

Dans le sillage immédiat du séminaire des doctorants de Lausanne ce vendredi 25 janvier – consacré aux « outils de visualisation en sciences sociales » – et de mon propre travail de thèse sur les images publicitaires, je prends peu à peu conscience de l’importance de ce « visuel » et de la visualisation dans notre culture, notre société et nos processus de recherche. Souhaitant en faire un axe majeur de notre projet de labo junior, il me semble nécessaire d’en préciser les contours, les multiples dimensions et enjeux.

Visuel, visualisation : essais de délimitations sans prétention

La notion de « visuel » est omniprésente à géométrie variable, une notion ambiguë sinon « fourre-tout »,  et ouverte à des approches et des usages extrêmement  divers, et au cœur d’intérêts parfois conflictuels, de débats et controverses parfois vives au sein du monde social et du monde académique. Sans prétendre mener ici un travail rigoureux de définition de la notion, de ses antonymes et de ses multiples déclinaisons – notion toute aussi omniprésente de design par exemple – contentons-nous d’ouvrir des pistes de réflexion, d’en esquisser les contours, de tracer les frontières – non perméables – entre différents territoires du « visuel ».

Le visuel à la croisée des entre mondes social(ux) et académique(s) : entre risques et opportunités à saisir

La notion de « visuel » peut revêtir à mon sens quatre dimensions :

Le visuel et la visualisation : un fait et un processus social

Si l’on part du constat – de l’idée reçue même – que nous vivons immergés dans un monde d’images et de données visuelles, et de l’hypothèse d’une visualisation croissante de notre environnement, il sera nécessaire de nuancer un tel présupposé, de l’évaluer dans sa juste mesure, afin d’éviter de tomber soit dans la fascination béate, soit dans la diabolisation et les prédictions apocalyptiques (mort de la culture écrite et du texte). Face à la supposée « invasion » du monde social par le visuel, le chercheur peut jouer un double rôle critique – dépassionner notre rapport au visuel, rapport tantôt fasciné, tantôt méfiant voire hostile, et apporter son regard critique face à ces ressources, en continuité avec la tradition « humaniste » – et pédagogique, à double titre : former l’esprit critique des utilisateurs profanes et du grand public, d’une part, puiser dans notre quotidien visuel ou notre culture visuelle des ressources pédagogiques, des outils plus attractifs de communication de savoir, qui permettraient dans l’idéal de (r)éveiller l’intérêt du grand public pour la connaissance scientifique, en partant de l’univers qui lui est le plus familier, et à terme de redonner un rôle actif et positif au chercheur et aux humanités et sciences sociales au sein de la société. Ainsi, une fois les risques surmontés, le visuel peut se présenter comme un carrefour entre mondes académique et monde social, et comme une opportunité pour fonder une sorte d’« humanisme numérique », de replacer le chercheur au cœur de la cité, et de redonner une légitimité sociale à la recherche et à la connaissance scientifique, notamment en sciences humaines et sociales. Les ressources visuelles disponibles dans le monde profane (destinés  à des usages grands publics et/ou commerciaux) peuvent enfin être récupérés et appropriés par le chercheur dans le cadre de ses recherches : reste qu’il faut conserver un regard et un usage critiques de ces ressources qui n’ont pas été spécifiquement conçues pour le chercheur, en étudier les apports et les limites, pour enfin les instrumentaliser et les reconfigurer à ses propres fins.

Le visuel comme sources/données visuelles pour la recherche (aspect documentaire – sources du savoir)

Le visuel peut se présenter d’abord au chercheur comme un matériau, une donnée première pour sa recherche, dont il faut prendre en compte la diversité : selon les disciplines (archives pour les historiens, œuvres d’art pour une historien de l’art, graphiques et indicateurs statistiques pour un sociologues), diversité des formes, des supports, des  médias. En amont, se pose les questions de savoir qui produit ces données à l’ère des big data et des born-digital data ; comment se situer entre abondance et rareté, dans la nécessité de trier et d’éliminer, comment distinguer et transformer la simple information en donnée puis en connaissance ; qui produit ces données visuelles (problème de la provenance et de la source) ; où trouver ces sources et les métadonnées nécessaires ; comment les archiver, les décrire et les classer (quelle sémantique adopter) ? Ce qui suppose d’être conscient de la spécificité de chaque type de donnée visuelle, et des méthodes et outils pour les traiter en aval. Enfin, peut-on utiliser ces données, ces sources mêmes comme matériaux pour “écrire”et publier les résultats ? Pour ce qui concerne ma discipline, certains historiens ont pu utiliser ces sources primaires pour produire une forme d’histoire visuel, de visual narratives ou visual essays, à l’exemple de Philip Ethington pour écrire l’histoire urbaine de Los Angeles en particulier.

Le visuel comme outil heuristique et mode de pensée (aspect épistémologique et théorique – production du savoir)

Peut-on utiliser les visualisations pour mieux comprendre le processus de recherche et les résultats de la recherche ?  La visualisation des résultats permet-elle une meilleure compréhension, ou du moins une autre approche des objets étudiés, de suggérer de nouvelles pistes, de nouvelles hypothèses, interprétations, susciter nouvelles manières de penser un pb, de nouveaux questionnements, de voir les choses différemment, de voir d’autres choses (cas de la visualisation par cartographie numérique des enfants juifs déportés à Paris, étudiés par Jean-Luc Pinol par exemple), d’une part ? La visualisation permet-elle, d’autre part, une meilleure compréhension, ou du moins une autre approche du processus de recherche et du monde scientifique, d’autre part, dans une démarche plus anthropologique ou ethnographique, inspirée par la sociologie des sciences (cas du travail de thèse d’Andréas Perret sur les « outils de visualisation en sciences sociales) ?

Le visuel comme outil de communication et diffusion du savoir, comme « langage » et mode d’expression spécifique (aspect communicationnel et pédagogique – diffusion et réception(s) du savoir)

Est-ce une simple illustration à fonction purement esthétique ou décorative, ou bien a-t-elle un impact plus profond à différents niveaux : sur les formes d’écriture (une écriture hypertextuelle et multimédia, qui tend à briser la linéarité du texte écrit), sur la figure et l’autorité de l’auteur (émergence d’écritures collectives et polyphoniques, qui tendent à rapprocher les sciences sociales des sciences « exactes » où cette pratique est répandue depuis plus longtemps), sur les temporalités et les modalités de publications (immédiates ou différentes, versions abrégées ou augmentées, support papier dans une revue prestigieuse ou support numérique moins reconnu, encore considéré comme peu « sérieux », couleur ou noir et blanc, visualisations statiques ou dynamiques), sur la compréhension et la réception de la connaissance ? Quels outils de visualisation va-t-on choisir, quelles sont les implications de ces choix, en termes de publications, notamment, et de réceptions, et en fonction des publics visés ? Il convient de distinguer ainsi les visualisations à destination des pairs et les outils à destination d’un public « profane » (outils visuels de vulgarisation) dans une visée plus pédagogique, voire citoyenne. Les sites ou les expositions virtuelles favorisent ce genre de communication et même d’interaction entre chercheurs et grand public, notamment à l’ère du web 2.0 qui défend une navigation active et interactive au sein des contenus de savoirs, qui tend à intégrer le « récepteur » du savoir au processus de recherche, à promouvoir une sorte de recherche participative – pour parodier l’expression de « démocratique participative » – une recherche démocratique (pour les plus favorables) ou bien populiste (pour les plus sceptiques voire hostiles) ? En histoire tout particulièrement, ces nouvelles possibilités de visualisation rejoignent les préoccupations de la (new) public history, et le souci de redonner un rôle social à l’historien professionnel, dont l’autorité se voit remise en cause par divers « concurrents » (généalogistes, amateurs, révisionnistes ou négationnistes) et se positionner notamment en France dans les débats sur les rapports entre histoire et mémoire. Les expérimentations menées en histoire sous formes de visualisation en 3D (à l’exemple du projet Rome Re-born) ou s’inspirant du gaming et des jeux vidéos (à l’exemple du projet Immersive Virtual Shanghai) me semblent intéressantes à étudier, avec comme fil directeur une interrogation nécessaire sur la pertinence de ces ressources , considérées encore aujourd’hui comme peu sérieuses : qu’apportent-elle réellement à la recherche et à la communication scientifique ? Comment éviter de tomber dans une sorte de « science paillettes » ou « bling-bling » ? Comment trouver un juste équilibre entre une approche ludique et pédagogique du savoir, d’un côté, et sérieux scientifique de l’autre ?

Dernière remarque : rester conscient que ces trois dimensions ou trois étapes du processus de recherche (données/sources – outil heuristique – outil de communication) sont en interaction, et que des va-et-vient permanents s’établissent entre eux. Ainsi, la visualisation affecte le processus de recherche, en bouleverse les étapes et la division du travail.

Un territoire transfrontalier : littératies visuelles

Une question transversale à celles précédemment évoquées me semble être celle des compétentes et littératies nécessités par les visualisations. La manipulation des ressources visuelles suppose en effet une formation, un apprentissage : elles nécessitent de la part du chercheur de nouvelles compétences, une sorte de visual litteracy. Contrairement à l’idée préconçue selon laquelle le visuel se donnerait comme un « langage » immédiatement lisible, dont la connaissance serait « inné » : ainsi, on réduit souvent les images ou les représentations imagées à des outils « pédagogiques » et de communication destinée de manière privilégiée aux illettrés, à l’exemple des peintures ou des statues dans les églises et cathédrales médiévales d’Occident, destinées à l’éducation religieuse des masses chrétiennes. Mais toute représentation visuelle est un discours construit selon des normes, des codes, une culture visuelle, une sorte d’alphabet ou de langage dont il faut maîtriser la grammaire et les significations. Si un premier niveau de « lecture » est possible, superficiel et immédiat, est certes possible à celui qui ne maîtrise pas ce « langage visuel », celle-ci reste limitée, et l’on pourrait en dire de même concernant la lecture d’un texte : un rapport matériel, corporel et une lecture graphique du texte écrit par un illettré, privé de l’accès au contenu sémantique du texte, n’est-elle pas l’équivalent de la lecture « superficielle » et profane de l’image ? De même qu’on apprend à « lire » l’alphabet, les textes  et les livres, il est donc nécessaire d’apprendre à « écrire » ou construire les visualisations ; d’une part, à les « lire » et les interpréter, d’autre part, pour éviter de tomber sans l’esthétisation gratuite, dans la fascination ou la diabolisation du visuel, d’une part, pour en pénétrer pleinement et profondément les significations et les implications d’autre part.

Pour en finir (peut-être), une ultime remarque sur le mode du regret : je constate au moment de clore ce billet – mais peut-on encore parler de clôture dans le cas de l’écriture numérique – que je n’ai cessé d’employer le mot « visuel » sans en manipuler à aucun moment la réalité tangible – une écriture « propre » et « frileuse », qui se tient à distance respectable de son objet qu’elle ne prétend manipuler qu’avec des gants… Un discours visuel sur le visuel ne serait-il pas plus approprié ? Je vais donc réfléchir à une sorte de cartographie ou de « mapping » de mes « territoires » du visuel et phénomènes de « sémantique transfrontalière »…

Retour(s) du séminaire « Digital History » à Paris 7 – 21 janvier 2013

Hier lundi 21 janvier s’est tenu le séminaire « Digital History : Approches méthodes et outils de travail » associant l’Université Paris Diderot, l’Université de Bologne et l’Association Diacronie, avec le soutien de l’Université franco-italienne.

Voir le programme détaillé

Après une introduction de Manuela Martini (Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris Diderot-Paris 7), les deux jeunes chercheuses Elisa Grandi (Université Paris Diderot-Université de Bologne) et Deborah Paci (Université de Padoue/Sophia-Antipolis) ont présenté la revue en ligne Diacronie et son numéro spécial de juin 2012 consacré à la « Digital History : L’histoire à l’ère numérique ». Le but de ce numéro sur la « Digital History » était double voire triple :

  • réfléchir aux usages et à la nécessité des outils numériques dans le traitement des données historiques ;
  • s’interroger sur les nouveaux modes de diffusion de la recherche et d’enseignement : une réflexion qui s’inscrit dans la multiplication actuelle des revues en ligne – notamment aux Etats-Unis – autant de supports qui fournissent de nouvelles opportunités de diffusion et d’échange d’informations scientifiques ;
  • enfin, ce numéro spécial de Diacronie était l’occasion de soulever d’autres problèmes, plus spécifiques aux contemporaneistes, à partir du moment où le numérique devient une source à part entière. Quid de l’authenticité des sources et ressources numériques ? La question « traditionnelle » de l’authenticité des sources historiques se trouve ainsi posée dans des termes nouveaux – avec précisément le problème de leur provenance, leur origine.

L’un des grands mérites de ce séminaire était de proposer un va-et-vient constant entre expérience pratique de recherche ou d’enseignement des intervenants, servant souvent de point de départ à une réflexion théorique élargie sur l’usage des outils numériques par l’historien, en interaction permanente avec la salle.

Trois grands types d’outils étaient à l’honneur :

1) Outils de gestion bibliographique : avec un atelier de présentation et formation à Zotero animé par Emilien Ruiz (EHESS– thèse en histoire sur la question des effectifs de l’État dans la France du XXe siècle sous la direction de Marc Olivier Baruch) (cf. tutoriel sur la « Boîte à outils des historiens ») et une contribution de Franziska Heimburger (EHESS – thèse d’histoire sur les interprètes militaires pendant la Première Guerre Mondiale sous la direction de Christophe Prochasson et de John Horne) sur les bibliographies collaboratives, à partir de la ressource numérique “New collaborative bibliography of First World War Studies ».

2) Blogs et blogging scientifique (cf. compte rendu en ligne) : partant de son expérience personnelle de jeune chercheur et surtout d’enseignant, qui a servi de moteur au lancement de son blog collaboratif « Devenir historien », cette intervention d’Emilien Ruiz a été l’occasion d’une réflexion sur les principaux usages du blog (veille, écriture et diffusion de la recherche, enseignement, pérennisation des ressources pour la recherche et l’enseignement, information et communication à l’adresse des historiens dans le cas de la « Boite à Outils des historiens », nouvelles formes d’échanges scientifiques sur le mode de la « conversation scientifique décentrée » – Dacos, Mounier), l’esquisse d’une (non)-typologie des blogs (blog du chercheur individuel, blog de séminaire, blog de veille, blogs « institutionnels », blog originellement lié à une publication – Christian Jacob et ses Lieux de savoir), mettant en garde contre l’artificialité de telles catégories, sachant qu’il existe des blogs hybrides (ex blog de Marin Dacos, de Frédéric Clavert) et que la plupart des « chercheurs-bloggers » combine selon une équation toute personnelle ces différents usages. Une conclusion sur les limites et les critiques généralement adressées aux blogs (risque de plagiat perte de temps, manque de reconnaissance institutionnelle, problème de la pérennité) a suscité des réactions intéressantes dans la salle. Elles ont donné lieu à un échange stimulant sur la scientificité de ces nouvelles formes d’écritures et de publication,  sur la question de leur reconnaissance institutionnelle (une forme encore considérée comme peu sérieuse, faut-il œuvrer pour sa reconnaissance institutionnelle, au risque d’en tuer le potentiel « créateur » et la liberté de style et de ton ?), et qui a dérivé sur les usages pédagogiques généraux des ressources numériques (comment apprendre aux étudiants en cours de formation, dont l’appareil critique est encore fragile, à discriminer et hiérarchiser entre les différentes ressources disponibles ? Comment éviter le plagiat – des articles wikipédia notamment – Selon Emilien Ruiz, le problème n’est pas nouveau, mais il se pose dans des termes plus crus, il change d’échelle et gagne en visibilité à l’ère de l’Internet).

Des réflexions qui pourront être alimentées par ces quelques compléments bibliographiques :

  • Blog de Marin Dacos
  • Mounier, Pierre. « Ouvrir l’atelier de l’historien. Médias sociaux et carnets de recherche en ligne ». Revue d’histoire moderne et contemporaine n° 58‑4bis, no 5 (2011): 101‑110. Voir la version « auteur » sur le blog de Marin Dacos.
  • Atelier du  That Camp Paris 2012 animé par Pierre Mounier sur « Comment écrire un carnet de recherche ? « 
  • le carnet « Hypothèses » du projet Humanlit consacré aux « Littératies et humanités numériques » : pour élargir aux nouvelles formes d’écritures scientifiques – au-delà du cas particulier du blog

2) Base de données

La principale contribution était l’exposé de Pierre-Marie Delpu (doctorant à Paris 1 – thèse sur les exilés napolitains sous la direction de Gilles Pécout) sur l’usage des bases de données par les historiens, notamment en histoire de la politique. Partant de son expérience personnelle de base Fichoz – Filemaker développé par un groupe d’historiens spécialistes de l’histoire moderne de l’Espagne autour de Jean-Pierre Dedieu (LARHRA – ENS de Lyon), qu’il a rapidement mais efficacement présenté, dont il a exposé les enjeux méthodologiques et épistémologiques, en se montrant soucieux de resituer dans un contexte historiographique plus général (marqué par le renouvellement de l’histoire sociale) et de montrer comment de tels outils peuvent constituer une opportunité pour renouveler l’histoire politique, en permettant une approche prosopographique d’ensemble et un élargissement de l’échelle géographique et chronologique d’une part, en intégrant les acteurs, d’autre part, sans pour autant négliger les limites de l’outil, notamment dans le cas des pratiques collaboratives et cumulatives. Pierre-Marie a enfin justement souligné, à l’adresse des plus méfiants, peut-être, que la base de donnée – mais c’est vrai de tout outil numérique – ne dispense pas l’historien d’un travail de réflexion à tous les stades de la recherche, un travail sur les sources notamment… bref que la machine n’est pas prête de remplacer l’homme, et que l’historien n’est pas l’esclave de l’ordinateur…

Une journée fort stimulante pour la réflexion et la pratique des historiens en définitive : une affaire à suivre, avec un projet de publication de compte rendu du séminaire par Diacronie.

L’application Kindle : outil de lecture ou révolution des pratiques culturelles ?

Dans cette ère de numérisation la quantité d’informations que doit maîtriser le chercheur lui imposent une réflexion sur des nouveaux outils  de recherche s’avérant très efficaces. De nouveaux questionnements émergent à propos de nouvelles pratiques de lecture. Pauline Grebert souligne, dans son mémoire Les mutations du livre et de la lecture à l’ère du numérique, qu’il convient d’aller au-delà des critiques soulevées par l’apparition du livre numérique et de nous interroger sur l’acceptation des nouveaux supports de lecture fabriqués par les nouveaux acteurs de l’édition. Ces nouveaux acteurs, qu’on pourrait qualifier, à la lumière des propos soutenus par l’historien Pascal Ory, de « nouveaux médiateurs des productions culturelles écrites » sont à leur tour producteurs de nouveaux objets culturels (on pense notamment à la wi-fi et aux tablettes nomades). En ce sens Grebert estime avec justesse qu’ « on ne peut pas encore prédire ce que sera le support électronique du futur. On peut seulement rappeler qu’à l’apparition de l’imprimerie, les éditeurs ont préféré de maintenir un temps le lien avec les manuscrits ».

Toutefois, ces réflexions semblent sortir du champ d’étude de l’historien à qui ne correspond pas la mission de « prédire » ou de juger les pratiques culturelles de son temps, encore moins celles d’un avenir très proche. Les innovations numériques se présentent donc à lui plutôt comme des outils lui permettant d’avancer plus vite et plus efficacement dans ses recherches. Quoi qu’il en soit, la lecture numérique d’un ouvrage comporte, non seulement  la facilité d’accès immédiat et à un prix plus bas, mais aussi d’autres avantages parmi lesquels : tout d’abord, la systématisation du contenu de l’ouvrage à travers des liens conduisant le chercheur de manière plus directe aux informations qui attirent son intérêt ; l’accès à des outils intégrés dans l’application de support de l’ouvrage numérique, ce qui évite la dispersion du lecteur ainsi, le dictionnaire numérique; la possibilité d’accéder aux informations stockées sur le net en cliquant sur des liens tels que google et wikipédia, permettant au lecteur, par exemple, de repérer le parcours et les publications des auteurs mentionnés dans l’e-book.

Séminaire Université Paris 7 / Università degli studi di Bologna

Dans le cadre du cursus intégré franco-italien et en partenariat avec la jeune revue Diacronie est organisé, lundi prochain 21 janvier à l’Université Paris 7, un séminaire consacré à l’initiation des étudiants de master aux humanités numériques. Le séminaire s’appuie sur le dernier numéro de Diacronie consacré à la question (voir sommaire ici) et vise à présenter les principaux chantiers et démarches (bases de données bibliographiques ; travail collaboratif en ligne ; blogging scientifique ; renouvellement plus large des méthodes d’investigation des historiens dans un domaine où elles sont encore peu utilisées, l’histoire politique.

Digital history. L’histoire à l’ère du numérique  : approches, méthodes et outils de travail

Première journée : 21 janvier 2013, Université Paris Diderot, 9h-18h, salle 115. Bâtiment Olympe de Gouges – 55, rue Albert Einstein, 75013, métro ligne 14 François Mitterrand ou T3 Avenue de France

Programme

9h-9h15 : Manuela Martini : Présentation de la journée

9h15-9h45: Elisa Grandi (Université Paris Diderot/Université de Bologne) et Deborah Paci (Université de Padoue/Université Sophia
Antipolis) : « Digital history. L’histoire à l’ère du numérique », présentation numéro spécial de la revue en ligne Diacronie.

Matinée: De l’utilité d’un logiciel libre : formation au logiciel Zotero

9h45-11h : Atelier sur Zotero (Émilien Ruiz, EHESS)

11h-11h15 : Pause-Café

11h15-13h : Atelier sur Zotero (Émilien Ruiz, EHESS)

13h-14h15 : Pause Déjeuneur

Après-midi: Digital Humanities et histoire. Quoi de neuf ? (Modératrice : Elisa Grandi)

14h15-15h15 : Franziska Heimburger (EHESS): Présentation de la ressource numérique “New collaborative bibliography of First World War
Studies”

15h15-16h15 : Emilien Ruiz (EHESS): Chercher, enseigner, bloguer: une expérience de doctorant en histoire à l’ère numérique

16h15-16h30 : Pause-Café

16h30-17h30 : Pierre-Marie Delpu (Paris 1): Bases de données et études de réseaux: quelques réflexions sur l’usage des Digital Humanities en
histoire politique

17h30-18h : Discussion générale et clôture de la journée

D’autres séances sont envisagées, la prochaine devrait se tenir à Bologne au mois de février.

Un « tournant historique » pour les DH à Lausanne ?

Les Prof. C. Clivaz et Frédéric Kaplan – responsables de l’atelier des doctorants impliqués dans les humanités digitales à l’EPFL de Lausanne, lors de la séance de présentation le vendredi 11 janvier 2013. 

 

Ce vendredi  janvier 2013 s’est tenue à Lausanne la première séance de l’atelier des doctorants en humanités numériques de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) appelé « Atelier pour doctorants impliqués en humanités digitales ». Cet atelier se veut nettement interdisciplinaire : l’objectif est  d’« apprendre à mettre en commun les questions et les défis d’une recherche par-delà les frontières entre sciences humaines, sociales et sciences dures ». Il est placé sous la responsabilité des Prof. Claire Clivaz, Frédéric Kaplan et Dominique Vinck.

Cette première séance de mise en route était consacrée à la présentation des participants, à définir le déroulement et le calendrier des séances suivantes (Atelier EPFL), les règles de fonctionnement – avec notamment l’adoption d’un système de « répondant » : un doctorant intervient à chaque séance pour présenter son projet de recherche en lien avec les DH auquel est associé un autre doctorant qui a pris connaissance une semaine auparavant du contenu de l’intervention du doctorant et qui est en charge de « répondre » et interagir avec l’intervenant principal : une solution qui favorise l’interactivité de l’atelier, privilégiant l’écoute de l’autre, l’échange et le dialogue, dans une démarche de critique mutuelle et constructive.

 

Présentation des participants

Des professeurs responsables motivés et confiants

Frédéric Kaplan (http://fkaplan.wordpress.com/about/ ; http://www.fkaplan.com/en/index.xml) : ingénieur de formation, le Prof. Frédéric Kaplan se situe au carrefour entre le monde de la recherche (il a étudié à l’Ecole Nationale Superieure des Telecommunications à Paris et a obtenu sa thèse sur l’intelligence artificielle l’Université Paris VII)  et le monde de l’entreprise (il a travaillé au sein du Sony Computer Computer Science Laboratory à Paris et pour une entreprise de publication digitale). Il se situe également à la jonction entre les sciences humaines et sociales d’une part, les sciences de l’information d’autre part, ainsi qu’entre les deux principaux établissement de recherche et d’enseignement lausannois – l’Université de Lausanne (Unil) d’une part, l’EPFL d’autre part – autrefois fusionnés sous le nom d’EPUL – Ecole polytechnique de l’Université de Lausanne (créée en 1946) jusqu’en 1968. Enseignant au CRAFT– le laboratoire de recherche pédagogique de l’EPFL – depuis 6 ans, il a été récemment nommé titulaire de la chaire d’humanités digitales créée en juillet 2012 à l’EPFL (http://cdh.epfl.ch/digital ; http://www.rts.ch/info/sciences-tech/4139907-frederic-kaplan-a-la-tete-des-humanites-digitales-de-l-epfl.html) : signe qu’on progresse sur la voie de l’institutionnalisation des humanités, qui tendent à être reconnues en Suisse comme discipline ou du moins champ d’études autonome, à part entière.

Claire Clivaz : professeur assistante à la Faculté de théologie de l’Université de Lausanne (CH), elle appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011 (www.unil.ch/digitalera). Spécialisée dans les manuscrits grecs du Nouveau Testament et des questions d’édition, elle a su saisir les « Humanités digitales » comme une opportunité pour redynamiser un champ de recherche alors en déshérence. Partant de son domaine d’études propre, ses recherches l’ont conduite à s’intéresser aux transformations induites par la culture digitale dans les différents domaines des sciences humaines. Elle anime un carnet de recherche « Hypothèses » (http://claireclivaz.hypotheses.org/) qui se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

 Les doctorants participants : diversité des parcours et créativité des projets

Andreas Perret (SSP, Unil) : photographe d’origine, puis anthropologue à l’Unil, menant sa thèse sous la direction du Prof. Vinck, il a travaillé avec des acteurs du monde de la santé  autour des questions de codage et de classification internationale des maladies, puis avec des sociologues de la Faculté des Sciences sociales autour de techniques de visualisation et leur application aux sciences sociales. Il s’interroge plus particulièrement sur les implications des logiciels choisis, l’impact qu’a le choix de tel logiciel plutôt que tel autre : changer de logiciel, c’est changer de langue ou d’instrument de musique, estime-t-il. Il a également joué un rôle de médiation des conflits, et se situe à la jonction entre le monde des chercheurs en sciences sociales, d’une part ; le monde de la statistique et de la bureaucratie, d’autre part. Son intervention le 25/01 portera sur « Des outils de visualisation en sciences sociales ».

Yannick Rochat  (ICT, EPFL) : chercheur en mathématiques à l’Institut de Psychologie (anciennement Institut de Mathématiques Appliquées) de l’Université de Lausanne, titulaire d’un Master en mathématiques de l’EPFL. Entre mathématiques et sociologie, il mène actuellement une thèse qui porte sur l’analyse des réseaux sociaux, cherchant à analyser en particulier les relations entre acteurs d’une société à l’aide d’outils graphiques et statistiques. S’intéressant spécialement aux relations entre les personnages dans les œuvres de Rousseau, il pratique également la comparaison avec d’autres textes, ce qui soulève le problème de la comparaison et de l’uniformisation. Il a également développé  de manière autodidacte un logiciel OpenSource. Il collabore enfin avec Martin Grandjean sur les questions de visualisation des réseaux, collaboration qui a débouché sur la création de la plateforme PegasusData (http://pegasusdata.com/) – plate-forme d’expérimentation en humanités numériques/digitales, réseaux sociaux, Twitter, influence sur le web et visualisation de données. Son intervention le 1er février portera sur « Réseau et centralité dans les œuvres complètes de Rousseau ».

Marc-Antoine Nuessli  (ICT, EPFL) : ingénieur de formation, il est l’auteur d’une thèse en « Eye-tracking » (étude croisée du regard de deux personnes travaillant sur un même objet, un même écran), son travail a permis de montrer l’existence d’une « danse des regards » mais aussi des phénomènes de mécompréhension de regards, et invite à se demander si l’on assiste à une démocratisation des outils numériques permettant d’étudier le « geste du regard », dans une perspective renouvelée par rapport aux neurosciences notamment. Il a ensuite mené un travail d’édition électronique d’un atlas historique européen (cartes politiques de l’Europe depuis l’an 1000) à partir d’un logiciel de visualisation permettant de reconstituer la construction historique des cartes et de représentations territoriales, et soulevant ainsi des problèmes méthodologiques essentiels liés aux atlas. Son intervention le 08/02 portera sur « Comment construire un atlas historique européen ».

Mylène Tanferri (SSP, Unil) : doctorante en sociologie à l’Unil sous la direction du Prof. Vinck, son travail porte sur les archives et la question de savoir en quoi les outils numériques modifient nos relations au passé, à la mémoire, et influent sur la production des identités individuelles ou collective, ainsi que sur la production et la diffusion des savoirs. Partant du constat de l’accélération récentes des projets archivistiques et de l’augmentation des moyens à leur disposition, elle se demande comment les progrès techniques façonnent notre intérêt pour la conservation, et soulève le problème de la perte et de l’oubli. Son intervention le 22/02 sera consacrée aux « outils pour analyser l’archive ».

Mélanie Fournier (ICT, EPFL) : géographe de formation, sa thèse porte sur la surveillance maritime par ingénierie satellite et plus spécifiquement sur la synchronisation des images produites par les drones d’une part, et les bateaux d’autre part. Elle travaille actuellement sur la modélisation du trafic maritime méditerranéen autour de Venise. Ses recherches ont l’intérêt de révéler les différences profondes entre cartographie maritime et cartrographie terrestre : leurs logiques de modélisation étant différentes, elles doivent faire appel à des outils spécifiques. Son intervention le 1er mars portera sur « Modéliser la Méditerranée du moyen-âge à nos jours ».

Sara Schulthess  (Lettres, Unil) : doctorante en lettres, ses recherches portent sur les manuscrits arabes du Nouveau Testament, dans une approche de critique textuelle des différents manuscrits et des textes internes. Elle cherche à comprendre pourquoi, au-delà des barrières linguistiques, les manuscrits arabes ont été peu étudiés par les chercheurs « occidentaux », soulevant ainsi le problème de l’orientalisme. Elle insiste sur le rôle moteur d’Internet dans la relance et la redynamisation de son champ d’études, ce qui l’amène à se demander en quoi les outils numériques renouvellent, revitalisent la recherche dans les différents champs disciplinaires, sur les textes antiques en particulier. Dans une perspective plus transversale, elle étudie les relations entre les femmes (musulmanes notamment) et Internet. Son intervention le 15/03 portera sur les « Sites web, manuscrits grecs et arabes du Nouveau Testament ».

Enrico Natale (Lettres, Unil) : latiniste et titulaire d’une licence d’histoire à l’Université de Genève, il a ensuite suivi une formation de Master en Sciences Politiques. Il a développé le portail InfoCLio (http://www.infoclio.ch/) portail professionnel des sciences historiques en Suisse. Il a été l’un des organisateurs du ThatCamp de Berne en 2011. Il intervendra lors du DH Summer School de Berne en juin 2013 sur l’histoire des Humanités digitales, proposant un tour d’horizon de leur histoire et de leurs techniques. Il est actuellement doctorant sous la direction de F. Vallotton (Lettres, Unil) et impliqué à ce titre dans un projet collaboratif réunissant trois doctorants autour de la question de l’informatisation des procession de gestion des informations des sciences humaines et sociales et des musées (cas de suicides au sein du personnel notamment), dans une triple approche d’humanités numérique, d’histoire culturelle et d’histoire orale. Sin intervention sera consacrée à « Une recherche sur l’histoire des transformations technologiques: questions et problèmes » (22/03).

Martin Grandjean (Lettres, Unil) : philosophe et historien de formation, il a travaillé sur les réseaux d’intellectuels et de scientifiques à Davos pendant l’entre-deux-guerres : à partir de l’étude des cours universitaires, il s’interroge sur les modalités de circulation de l’information, il étudie les « lieux de savoirs » (congrès…) et cherche à modéliser les réseaux de scientifiques et d’humanistes qui se mettent en place dans l’entre-deux guerres. Il est actuellement responsable de recherche au Centre de Recherche sur les Lettres Romandes (un mandat parallèle). Il proposera au Summer Camp de Berne en juin 2013 un cours sur le logiciel de visualisation GEPHI. Il collabore également avec Yannick Rochat sur les questions de visualisation des réseaux, collaboration qui a débouché sur la création de la plateforme PegasusData (http://pegasusdata.com/) – plate-forme d’expérimentation en humanités numériques/digitales, réseaux sociaux, Twitter, influence sur le web et visualisation de données. Son intervention le 08/03 portera sur « Les réseaux d’intellectuels dans l’entre-deux-guerres ».

Anna Jobin (ICT, EPFL) : doctorante d’origine fribourgeoise en sciences de la société, elle voit dans les humanités digitales une opportunité pour susciter un dialogue authentique entre chercheurs et techniciens.  Son intervention le 29/03 portera sur « Comprendre le capitalisme linguistique ».

Experts et participants extérieurs au monde académique

Olivier Travaglini : géographe et géomaticien de formation, il a travaillé pour de nombreuses institutions suisses et internationales (Etat de Vaud, Office de l’information sur le territoire (OIT) de Genève, Organisation des Nations Unies – ONU à Genève). Il est impliqué notamment dans des projets de cartographies électroniques. Il joue en quelque sorte un rôle de « consultant » ou « d’expert » au sein de l’atelier.

Un tournant historique pour les « Humanités digitales » ?

Cet atelier s’inscrit dans un contexte d’effervescence dans le monde des humanités digitales suisses, avec notamment l’ouverture prochaine du laboratoire « Humanités et cultures digitales » fin janvier 2013 à Lausanne et le DH summer school à Berne (http://www.dhsummerschool.ch/) les 26-29 juin 2013.

Les acteurs et de ce courant éprouvent le sentiment justifié de vivre un moment historique à trois niveaux :

  • pour l’EPFL-Unil en particulier : les humanités digitales se présentent comme une opportunité de retisser des liens entre ces deux structures autrefois fusionnées
  • pour les HD lausannoises et suisses en général (http://claireclivaz.hypotheses.org/41) qui sont en pleine expansion depuis deux ans : dans le sillage du lancement de la plateforme « Humanités Digitales@Unil » au (http://www3.unil.ch/wpmu/digitalera/) au printemps 2011 par un groupe informel de chercheurs de l’Unil – C. Clivaz (FTSR, Unil), C. Grosse (FTSR, Unil), F. Kaplan (ICT, EPFL), J. Meizoz (Lettres, Unil) et F. Vallotton (Lettres, Unil) ; de la tenue du premier ThatCamp suisse en 2011 à l’Unil (http://switzerland2011.thatcamp.org/) ; la création récente d’une chaire des Humanités digitales par l’EPFL en juillet 2012 ; la publication d’un e-book consacré aux lectures et littéracies numériques publiées aux presses polytechniques et universitaires romandes (PPUR) (http://ppur.com/produit/549/9782889141494/Lire%20demain)
  • pour les HD en général : ces diverses initiatives pourraient en effet servir d’exemple et de modèle de structuration institutionnelle/institutionnalisation en Europe et en France notamment, qui ne dispose pas (encore ?) de chaire en humanités numériques ou digitales à proprement parler

Une nouvelle ère culturelle ?

Partant du postulat que l’ère de la culture imprimée et de se croyances naïves (évidence des objets culturels, notamment du livre et de sa clôture ; dichotomie objectivité/subjectivité) est révolue, les chercheurs lausannois considèrent la culture digitale une opportunité pour oser repenser le doute et le soupçon qui sont au cœur de la démarche humaniste. Ils réfléchissent à la matérialité des supports et montrent que les divers objets culturels sont des constructions situés dans le temps, l’espace, et les sociétés. Les mutations technologiques récentes favorisent également selon eux les mises en réseaux et les reconfigurations disciplinaires.

NHumérisme

Ce carnet de recherches servira de base de travail et d’échanges aux membres du « labo junior » de l’ENS de Lyon consacré au développement des Humanités numériques à l’ENS-Université de Lyon et à Lyon de manière plus large.
L’objet central de ce carnet sera donc les Humanités numériques (Digital Humanities) avec un accent particulier sur le visuel (sources visuelles pour l’historien et constitution de bases de données ; visualisation des données…). Le projet part du constat de l’essor des Humanités numériques en France depuis quelques années et du fait que celles-ci restent peu développées dans le contexte académique lyonnais. Il s’enracine aussi dans la conviction partagées par tous les « néo-humanistes » que « le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs » et qu’on ne peut désormais l’ignorer. L’objectif à plus long terme est de s’inscrire et de répondre aux évolutions actuelles des pratiques et conditions de recherche et de fédérer les initiatives existantes, émergentes, qui restent embryonnaires et parsemées. Le projet est donc ambitieux à long terme : le labo junior Digital University de Lyon devrait idéalement servir de pivot et de point de départ d’un réseau pour les humanités numériques à Lyon.