Séminaire E-Book AN3 – 13 janvier 2014

Co-organisée par Sylvie Bosser (Cemti) et Françoise Paquienséguy (Elico), et soutenu par la Région Rhône-Alpes, via l’ARC6, la prochaine séance du séminaire Ebook AN3, aura lieu le 13 janvier 2014 de 16h à 19h dans les locaux de la librairie Vrin où nous sommes accueilli et hébergé par les Editions des Archives Contemporaines, situés au 71, rue Saint-Jacques dans le 5ème.
Nous entendrons une intervention de Laurent Collet, enseignant-chercheur à l’Université de Toulon-Var et membre du laboratoire I3M, intitulée :

Les institutions du livre face à la « Culture numérique » des « Digital natives »

« Nous devons refuser les allant-de-soi, qui voudraient que ces jeunes, nés avec des ordinateurs et des dispositifs numériques, et donc utilisateurs intensifs du numérique, soient de facto des utilisateurs éclairés, habiles et conscients des ressources numériques. Pour autant, la « culture numérique »  des « Digital Natives » est avancée pour repenser des politiques publiques d’accès à la culture et à la connaissance. Par exemple, les bibliothèques sont confrontées depuis de nombreuses années aux enjeux de l’informatisation de leurs activités d’archivage, de catalogage et de gestion des prêts et maintenant doivent réfléchir à une offre en livres numériques.
L’exposé commencera par la présentation d’une enquête menée en région Paca sur la culture numérique des jeunes de 16 à 24 ans. Cette étude nous aide à considérer de façon plus fine et plus nuancée la population des 16-24 ans, et de dépasser le portait souvent trop caricatural que l’on pourrait faire des « Digital Natives ». En réalité, cette étude montre des profils culturels numériques divers, qui se définissent en particularité selon des niveaux variables de connaissance de l’environnement numérique, et de intensités d’usages plus ou moins diversifiées. Je poursuivrai par les résultats d’une recherche menée d’une catégorie d’acteurs particuliers, que sont les bibliothèques départementales de prêt (BDP). Ces dernières, sous l’autorité des Conseils Généraux depuis 1986, ont pour fonction clé l’animation du réseau des bibliothèques des communes (de moins de 10000 habitants) sur le territoire départemental. En plus du prêt de livres et d’autres documents, elles ont une mission de conseil et formation auprès de leur réseau de bibliothèques. Plus récemment, le développement continu des dispositifs numériques d’information et de communication les incite à être présents et se positionner sur le web. Ce nouvel espace d’intermédiation n’est pas neutre et interroge leur rôle de médiation dans le processus de démocratisation et d’acculturation à la lecture en général et, en particulier, à la culture numérique.
L’association des résultats de ces deux recherches nous permettra de conclure sur la force de structuration des discours à propose de la « culture numérique », qui n’est pas une encore une réalité mais un futur en construction. Je prendrai pour dernier exemple, une recherche en cours sur l’observation de l’introduction des tablettes numériques dans des collèges du département du Var menée en collaboration avec le CDDP du Var.

Laurent Collet est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Toulon. Au sein du laboratoire I3M, ses recherches portent sur l’innovation, les usages et l’économie des dispositifs numériques d’information et de communication. Il dirige l’UFR ingémédia, dont les formations concernent exclusivement la communication numérique : concepteur multimédia, concepteur d’environnements immersifs, ingénieur des médias, webmestre éditorial, chef de projet transmédia, .
Intervention qui sera suivie d’un échange avec les participants et d’un pot convivial comme d’habitude.
La participation est libre et gratuite mais soumise à inscription auprès de francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr
et l’ensemble des informations est disponible ici www.ebook.hypotheses.org

« Vos données SVP » ! L’identité numérique du chercheur à la MOM – 6 decembre

MomIdNumLa chasse aux clandestins et autres « sans données » numériques est ouverte : ne pas avoir ses données « en règle » risque désormais de coûter cher au chercheur. Quiconque tentera de contourner le Bureau de l’Immigration Numérique pourrait se voir cordialement « reconduit à la frontière » de la recherche, relégué dans ces nouveaux « Sangate » digitaux et autres campements de fortune aux marges de la recherche académique…où de longues années de « garde à (non)-vue » numérique le priveront définitivement de toute visibilité. Pour éviter ce genre de désagrément aux jeunes chercheurs et nouveaux entrants dans le royaume de la recherche à l’ère numérique, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM) s’est donnée pour mission ce vendredi 6 décembre de guider lesdits (im)migrants dans la « jungle » de l’identité numérique du chercheur et lui indiquer quelques « bonnes pratiques » autour de ses mises en visibilité.

Nicolas de Lavergne (FMSH) a inauguré la journée par un très utile tour d’horizon des principaux types d’outils :

  • outils numériques personnels, qui tendent à faire reculer l’écriture manuscrite sur papier (traitement de texte, tableur, diaporama de type « powerpoint » ou « Prezi« , gestion des images, gestion de la bibliographie avec des outils comme Zotero), qui permettent d’échanger et de partager, mais posent aussi la question de la pérennité et « l’interopérabilité » des outils et données ainsi produites et traitées, du fait de l’éclatement et de l’instabilité des supports et des formats (non seulement les données existantes « numérisées » et plus encore ces « digital born » données – les données « nées digitales » du chercheur).
  • outils de publication : blogs et carnets en ligne (Hypothèses, Blogger), sites internet ou même url personnel.
  • outils de collaboration : chat, Skype, listes de diffusion et discussion, pads pour prise de notes collaboratives et simultanées, live tweet, environnement numérique de travail (ENT), dossiers partagés
  • outils de « réputation » : réseaux et médias sociaux : Facebook (qui concentre la proportion la plus grande de l’audience, et constitue donc un moyen de communication incontournable pour le chercheur individuel comme pou son laboratoire ou institution de recherche), Twitter (qui associe une fonction de publication et à une fonction de discussion), Google + (davantage utilisé par les personnes spécifiquement investies dans le « numérique », moins par le grand public) ; LinkedIn (utilisé de façon croissante par les chercheurs, mais plutôt lié au monde de l’entreprise à l’origine, et à la recherche d’emploi, ce réseau pose la question du contrôle et de l’accès aux contenus scientifiques), Academia.edu (réseau social spécial pour chercheur, surtout en SHS), Research Gate (son pendant pour les sciences « exactes », on y recense seulement 15% de SHS).

Après ce panorama général, deux études de cas concrets, appuyés par des retours d’expérience, ont été proposées :

HAL-SHS (présenté par Agnès Magron, community manager, et Bénédicte Kuntziger, chargée de l’assistance et la formation au CCSD) : une plateforme pour le dépôt des archives et données du chercheur individuel, mais aussi pour les institutions de recherche. Il est à noter qu’une nouvelle version de HAL-SHS (HAL v3) verra le jour au printemps 2014, et offrira deux nouvelles fonctions « collection » et « portail » au service de la visibilité des publications et activités de recherche des laboratoires, au-delà de la seule visibilité individuelle du chercheur. Il sera également possible de mettre en valeur les projets ANR et européens. Pour le chercheur-individu, une nouvelle fonctionnalité IdHAL permettra de déposer son CV. Malgré quelques limitations  (notamment l’absence d’icônes de partage, qui devraient bientôt exister cependant), il peut être utile de rappeler les multiples avantages de HAL : garantie d’un archivage pérenne, visibilité et reconnaissance assurée grâce à un référencement sur les moteurs de recherche qui font autorité (ISIDORE), standardisation des métadonnées. La garantie de sécurité est bien supérieure qu’avec une plateforme commerciale et peu transparente comme Academia.edu qui se réserve par exemple le droit de transférer ou même « vendre » les données déposées.

Academia.edu (présenté par Christophe Benech, chercheur à Archéorient – MOM) : un réseau social pour chercheurs, plutôt investi par les SHS, qui a plusieurs avantages : il est relativement facile à prendre en main, il accroît la visibilité du chercheur, en permettant précisément un décloisonnement disciplinaire, éditorial, et géographique (réseau international). Il permet ainsi de tisser un réseau solide et diversifié qui peut s’avérer déterminant dans la carrière du chercheur. Mais il présente également deux inconvénients majeurs : un problème d’unification et d’harmonisation des informations folksonomy), d’abord, qui nuit à la recherche d’information et à la visibilité des chercheurs : par exemple, plusieurs dénominations différentes peuvent coexister pour désigner une même institution ou une même discipline ou domaine de recherche. Ensuite et surtout, le chercheur perd en partie la maîtrise des données qu’il y dépose, qui peuvent être transférées ou commercialisées par Academia.edu. Research Gate offre plus de sécurité de ce point de vue. Il est donc fortement conseillé de ne pas déposer directement d’article ou de publication sur la plateforme Academia.edu, mais plutôt de citer le lien vers le document stocké à l’extérieur.

La deuxième partie de la matinée était consacrée au blogging scientifique.

Pierre Mounier (directeur adjoint du Cléo), allant au-delà d’une simple présentation de la plateforme Hypothèses, s’est efforcé de dégager trois points de discussion concernant les blogs et carnets de recherche en ligne :

  1. Visibilité individuelle du chercheur vs visibilité collective de l’institution de recherche : les blogs servent-ils avant tout à mettre en valeur les activités de l’individu ou bien celle de son institution ? Une étude récente des carnets à partir de leur fréquentation montre que les carnets les plus visités sont des carnets de chercheurs individuels. Selon Pierre Mounier, le blog a double effet de « canon à idées » (projection des travaux du chercheur dans le temps), d’une part, et de « mitrailleuse » (projection dans l’espace) d’autre part. Il déplore que l’on manque encore d’une étude rigoureuse sur l’appropriation des carnets et de leurs contenus scientifiques sur Facebook.
  2. Interactivité : la « grande conversation scientifique » : on constate une forte articulation entre les blogs et le réseau Twitter : les contenus circulent de la plateforme au réseau social, par le biais des discussions, et selon un va-et-vient quasi infini : des billets et des blogs suscitent des conversations qui peuvent à leur tour susciter des billets ou même des blogs, qui déclenchent de nouvelles discussions… etc. On a pu observer également un « effet plateforme » : les blogs s’auto-citent entre eux, ce qui contribue à l’émergence progressive d’une « communauté Hypothèses« , dans une démarche auto-réflexive en interne sur la pratique individuelle et générale du blogging.
  3. Critiques et réponses aux critiques : pour finir, Pierre Mounier s’est efforcé de faire face aux critiques souvent légitimes qui sont adressées au blog, et tenté d’y apporter des réponses :
  • Chronophagie : animer un blog prend du temps, qui entre en concurrence avec le temps de la recherche et des publications plus « traditionnelles ». Mais cette vision repose sur une opposition trompeuse entre blogging et recherche, qui pense le blog comme un surplus de travail (qui plus est non rémunéré…). Pourtant, les deux activités sont complémentaires, il faut voir dans le blogging une manière de valoriser autrement ses activités de recherche (notamment de tracer et mettre en valeur le processus de recherche), tantôt comme un outil de réflexion personnelle (mise au clair de ses idées, critiques d’ouvrages ou d’idées qui font avancer les recherches…) tantôt comme un outil de publication provisoire permettant de récolter des commentaires et des critiques, qui peuvent parfois enrichir et réorienter les recherches, sans avoir à attendre la publication « papier » et subir l’inconvénient du décalage temporel.
  • Plagiat : cette peur est le plus souvent exprimée par les jeunes chercheurs, qui hésitent à publier les premiers résultats de leur recherche, par crainte qu’on leur « pique leurs idées ». On pourrait retourner l’argument en leur répondant que c’est au contrainte par la mise en visibilité, la publication précoce, qu’on évite tout pillage ou plagiat. Mais rien ne peut être imposé en la matière : c’est  à chacun de définir sa stratégie de publication et de mise en visibilité, de faire le partage entre ce qu’on souhaite publier ou garder privé au contraire, en fonction des contenus à publier et des objets de recherche.
  • « Je ne suis pas une starlette » : le refus de la visibilité : cette crainte émane là encore souvent des doctorants ou des jeunes chercheurs, qui perçoivent à juste titre le risque de traîner comme un boulet pendant toute leur carrière l’accident d’un mauvais blog ou d’un billet maladroit.

Selon Pierre Mounier, ces trois critiques ont le mérite de soulever une question cruciale : celle de l’insertion du chercheur dans les réseaux, qui n’est pas nouvelle, mais revêt de nouvelles modalités et de nouveaux enjeux à l’ère numérique, et qui tend à remettre en question les affiliations « traditionnelles ».

Pour illustrer ces réflexions générales, plusieurs carnets collectifs ont ensuite été présentés :

  • Biblindex : index biblique des Pères de l’Eglise, qui assure une double fonction de réflexion en interne et de visibilité et dialogue avec des chercheurs extérieurs au projet
  • Klinai : un projet autour des matériaux funéraires en Grande Grèce et Etrurie, qui propose des outils (fonds de carte standardisés, compte rendu bibliographiques, activité de veille et d’information) dans l’objectif de créer une communauté et d’agrégation des contenus existants, pour remédier à l’éclatement actuel.
  • Archéorient : carnet collectif du laboratoire éponyme, qui cumule des fonctions d’édition (presque une revue en ligne, consitutée de contenus assez longs et denses, soumises à un comité de lecture rigoureux) et de lien social entre les chercheurs (permet d’être informé sur les travaux et les activités de ses collègues). L’intérêt de ce blog est ainsi d’articuler l’individu et l’institution, de recréer du collectif, sans toutefois se limiter aux frontières du laboratoire (ouverture possible sur l’extérieur).
  • Carnets de l’Ifpo : carnet collectif sur l’actualité contemporaine du Proche Orient, qui répond à une forte volonté éditoriale dans un souci d’interdisciplinarité. Sans ligne éditoriale préalable, le carnet s’est progressivement doté de règles et de conventions pour garantir une certaine égalité entre les auteurs, sans toutefois réduire leur subjectivité.

Poétique du numérique

Ce billet part d’un constat sur l’usage de la langue à l’ère numérique : comment se fait-il que certains mots « anciens » et parfois « disparus » refont surface et connaissent une nouvelle jeunesse en acquérant souvent un sens totalement différent dans l’environnement numérique – par une sorte de « lifting sémantique » ? Tandis que d’autres meurent, incapables de « s’adapter » au nouvel environnement numérique, victime de son impitoyable « sélection naturelle » et d’une nouvelle forme de darwinisme digital ? Tandis que d’autres encore perdurent et endurent une incroyable longévité ? Mais cette permanence est souvent trompeuse : elle masque là encore des détournements et des glissements sémantiques d’une autre nature ?

Comment le numérique revisite les « vieilles » notions et les « vieilles » valeurs humaines ? 

Comment des mots, des concepts, des valeurs « anciennes » sont détournées de leur sens initial, arrachées à leur contexte d’origine, pour prendre des sens nouveaux dans l’environnement digital ? Tenter de répondre à cette question implique une approche philologique ou généalogique, soucieuse de revenir à l’étymologie des notions. Un exercice de traduction et de transposition des « vieilles » valeurs dans notre langue actuelle est également nécessaire pour la rendre compréhensible à nos contemporains. Il s’agit aussi de comprendre comment des mots « buzz » deviennent porteurs de sens et sont récupérés ou détournés à des fins « marketing ». Ce que l’on cherche à retracer, ce sont les trajectoires sémantiques de ces notions. 

Loin de prétendre à mener à bout cette vaste entreprise, je me contenterai ici d’esquisser quelques pistes et méthodes, en proposant d’abord de distinguer trois types de trajectoires, ou trois niveaux de reconfigurations sémantiques

1) Coexistence(s), glissement(s) ou détournement(s) sémantiques : j’englobe ici des mots, des notions, des valeurs génériques repris tels quels dans l’environnement digital, mais qui changent de sens, de contenus, et désignent désormais d’autres réalités. Deux cas de figure peuvent se présenter : soit la coexistence de sens différents en fonction du contexte d’usage de ces mots : par exemple, la notion de « base de données » pour les historiens n’a pas le même sens que pour les artistes. Soit une évolution du sens au cours du temps : par exemple, le mot de design (qui a pour racines le mot latin designo, le français « dessein » ou l’italien « disegno » qui signifient « projet »), celui de réseau ou encore de code. La logique est celle de l’emprunt, de la circulation, du détournement et de la (ré)appropriation, mais aussi de l’interdisciplinarité et du mimétisme entre disciplines et domaines de savoirs ou de pratiques.

Ce premier niveau invite tout particulièrement à adopter une démarche étymologique, philologique et archéologique : à faire une « archéologie des savoirs » et des notions, dans le but de comprendre les conditions de leur émergence et de leurs « réémergences ».

2) Camouflage sémantique : cette trajectoire est un peu l’inverse de la première, du glissement sémantique : elle intègre des valeurs qui perdurent ou coexistent sous un autre nom, qui changent d’identité et sont rebaptisées. Il faut toutefois se garder de croire qu’elles restent absolument identiques à elles-mêmes : sous leurs changement de noms, elles sont souvent reconfigurées, elles ont subi des mutations au cours du temps et des variations dans l’espace. Plusieurs exemples peuvent être cités, sans que la liste soit exhaustive :

  • la « tradition » du bouche-à-oreille qui a pris le visage numérique de la « recommandation » ou de la « viralité » (viral marketing, ou vogue des « like » sur les réseaux sociaux ;
  • la notion d’amitié ou d’identité1, qui évoluerait vers une identité « flux » défigurée par les métamorphoses perpétuelles de l’identité numérique et rendue criante par l’enjeu de maîtriser sa e-réputation. Mais il faudrait ici faire précisément la part des continuités et des changements. D’une part, l’identité d’un individu n’a jamais été monolithique et ses « métamorphoses » ont été très tôt perçues : ne citons que les Métamorphoses d’Ovide, ou plus récemment les expérimentations narratives des écrivains anglo-saxons du tournant du XXe siècle (James Joyce, Virginia Woolf…) autour de ce « stream of consciousness ». D’autre part, l’enjeu de matrîser sa réputation, le souci des apparences et les jeux de masques en société sont loin d’être une « révolution » introduite par le numérique.
  • la notion de « recherche » qui tend à glisser vers celle, plus entrepreneuriale, d’« innovation ».

Ce niveau incline vers une démarche de traduction : il s’agit d’établir des équivalences ou des associations entre mots « anciens » et « nouveaux », ce qui suppose en amont d’identifier et d’associer les termes équivalents ou proches, d’identifier et de constituer des sortes de nébuleuses sémantiques.

3) Branding ou design sémantiques : j’englobe ici des mots, des notions ou des motifs (souvent visuels) repris comme slogans, comme marques ou comme buzzwords dans une démarche proche du branding. Curieusement, ces notions sont souvent empruntés à la mythologie ou à l’histoire (à l’exemple de « Persée » pour la plateforme de revues en ligne) ou soucieux de renouer avec une matérialité évanouie : l’interface graphique de l’ordinateur est la meilleure preuve (avec son « bureau », ses « fenêtres », ses « icones » ou sa « corbeille ») ou, plus récemment les étagères de l’application « I-Book » sur nos tablettes par exemple, et plus généralement l’ergonomie des smarphones et tablettes digitales.

On peut avancer plusieurs raisons (causes ou objectifs) à ce branding sémantique :

  • par défaut : on récupère des notions existantes et des réalités familières, faute de mots adaptés à ces réalités nouvelles, et à défaut d’en inviter ;
  • pour légitimer : pour donner une légitimité par l’ancrage historique par exemple ;
  • pour familiariser et rassurer : pour donner l’impression d’une familiarité avec l’outil et le rendre plus accessible, notamment pour les « tard venus » au numérique. L’enjeu est d’établir une relation de confiance entre l’objet et l’utilisateur : de rendre familier l’étranger, rendre connu l’inconnu, sympathique l’antipathique, par l’ancrage dans les habitudes et les pratiques.

Ce dernier niveau requiert une double démarche sémiotique (étudier les sens du mot, les relations entre référent/référé, dénotations/connotations…etc) d’une part ; mais aussi étymologique et philologique, historique et archéologique, d’autre part (replacer les mots dans le temps long et le contexte présent, retracer l’histoire et les circulations de la notion pour comprendre ses récupérations, réappropriations contemporaines).

Cette stratification n’est pas homogène et figée. On pourrait ainsi identifier des valeurs ou des notions intermédiaires et transfuges : ainsi, la confiance et l’amitié oscillent entre le premier et le deuxième niveau.

1 Deux valeurs humaines fondamentales auxquelles Milad Doueihi a tout particulièrement réfléchi dans ses deux ouvrages La grande conversion numérique, 2008 et Pour humanisme numérique, 2011, notamment en revenant aux racines aristotéliciennes de l’amitié, ou en montrant l’importance nouvelle de l’image pour l’identité numérique.

Programme de la journée du 19 décembre « Contribution du design à la production des savoirs scientifiques »

Comme annoncé précédemment, le Master Architecture de l’information de l’ENS de Lyon en partenariat avec Mutec et le labo junior Nhumérisme, organise le 19/12/13 à l’ENS de Lyon, une journée d’étude avec pour titre :

« Contribution du design à la production des savoirs scientifiques »

« En quoi les technologies du numérique permettent une nouvelle forme de fabrication/dissémination des résultats de la recherche ? L’intuition qui sous-tend cette journée d’étude est que le design, expression protéiforme, souvent détournée ou incomprise (le design : de la décoration, de l’ingénierie?) pourrait contribuer à l’utilisation d’outils numériques dans la démarche scientifique. Dès lors, dans quelle mesure les savoirs-être, méthodologies et outils du designer peuvent lui permettre de collaborer avec le chercheur, tant pendant le temps de la recherche, que pour la diffusion de cette recherche ? Tentons une contribution croisée du design, des sciences et de l’informatique afin de répondre à cette question. »

Programme :

9h30 : Ouverture par les étudiants du Master Architecture de l’information

10h00 : Mise en perspective historique de la collaboration designer/chercheur
Annick Lantenois, historienne et théoricienne du design graphique, ESAD Grenoble-Valence

11h00 : Présentation des ambitions et des projets de l’unité de recherche  “Il n’y a pas de savoirs sans transmission. Contributions du design graphique”, ESAD Valence
Gilles Rouffineau, écrivain, ESAD Grenoble-Valence
Alexis Chazard, artiste, ESAD Grenoble-Valence
Annick Lantenois, historienne et théoricienne du design graphique, ESAD Grenoble-Valence

12h30 : Déjeuner à l’ENS de Lyon

14h00 : Application et interface numérique dans la biologie
Aurélien Tabard, Université Lyon 1

14h45 : Présentation du projet AIME
Paul Girard, ingénieur généraliste des technologies numériques, médialab de SciencePo
Pierre Jullian de la Fuente, ingénieur généraliste des technologies numériques, médialab de SciencePo

16h00 – 17h30 : Table ronde sur la relation designer/chercheur dans la visualisation de données
Animation et présentation : Robin De Mourat, designer/doctorant, Université Rennes 2
Discutants :
Nicolas Thély, Université Rennes 2, esthétique des données
Anthony Masure, designer/doctorant, Lycée Jacques Prévert, Boulogne (BTS Multimédia)
Paul Girard, ingénieur des technologies numériques au médialab de SciencePo
Pablo Jensen, physicien spécialiste des réseaux sociaux, ENS de Lyon, Directeur de l’IXXI

Les titres des présentations sont provisoires.

“Contribution du design à la production des savoirs scientifiques”
Date et horaires : le jeudi 19 décembre 2013 de 9h30 à 17h30
Lieu : Salle de réunion N°1 à l’Institut français de l’Éducation,
15 parvis René-Descartes
69007 Lyon
M° Debourg

En écho à la journée « La politique des données personnelles » – 21 novembre

Word Cloud "Big Data"Jeudi 21 novembre s’est tenu à l’ENS Lyon le colloque sur « la politique des données personnelles«  organisée par l’Institut des Systèmes Complexes (IXXI), avec la participation des élèves du Master Architecture de l’Information. Cette journée pourra être utilement prolongée par la lecture de l’ouvrage récent de Lisa Gitelman, Raw Data is an oxymoron, qui sera au coeur de notre prochain séminaire, courant décembre. Voici en attendant un (long…) compte rendu des diverses interventions :

Big but Personal Data (Yves-Alexandre de Montjoye, MediaLab MIT, Boston) : l’intervenant a d’abord posé le cadre, et retracé une brève histoire de l’identification, depuis le Traité de Criminalistique d’Edmond Locard (1931), fondée sur l’identification à partir des empreintes digitales, jusqu’aux big data, caractérisées par la prolifération et la complexification des données sur l’individu (données de localisation, données transactionnelles…), qui s’accompagnent d’une identification et d’un « traçage » de plus en plus rapide et facile. Dans ce contexte, le MIT a développé le programme « New Deal Data » pour aider les citoyens à retrouver une privacy, qui repose sur deux piliers : le contrôle de la collecte des données et métadonnées à partir du logiciel Open PDS d’une part, et le logiciel SafeAnswers pour répondre au problème de l’anonymisation et de la sécurité des données d’autre part.

François Taïani (ESIR, Rennes 1) spécialiste de la décentralisation des données, a entrepris de faire le lien entre la protection des données et l’histoire de l’informatique. Il a utilement rappelé l’investissement considérable en terme de capital et de savoir-faire que nécessite l’architecture de Google ou de Facebook, et l’investissement symétriquement considérable que nécessiterait la protection des données qu’ils manipulent. Face à ces enjeux éthiques, François Taïani a proposé une solution technique fondée sur la décentralisation des données, sous la forme d’une recommandation « peer-to-peer ». Cette solution reste un projet, mais elle a suscité beaucoup d’intérêt. Il reste à résoudre la question du modèle économique, et trouver un compromis entre coûts financiers, protection obtenue et blocage des services.

Antoinette Rouvroy (CDRIS, Université de Namur) à proposer de décaler le regard pour dépasser l’alternative entre vertus du partage / risque de contrôle. Les big data marque selon elle un véritable changement de paradigme : l’avènement d’une production algorithmique du monde et des savoirs, qui entraîne le passage d’une gouvernementalité politique ou juridique (par le droit) à une gouvernementalité algorithmique. Elle a mis en garde contre la croyance de la transparence des données, et la possibilité d’une production immanente des savoirs, d’une modélisation à même le réel et le social à partir de ces données supposées ‘brutes » et « neutres ». Il serait dangereux de croire que les données permettent de dépasser des catégorisations sociales et statistiques prétendument éculées, fortement critiquées au sein des sciences sociales mêmes (Alain Desrosières) pour leur sélectivité, leur réductionnisme et leur artificialité. Loin de réhabiliter le sujet, elle transforme le consommateur en cible victime d’un nouveau « comportementalisme numérique » et d’une nouvelle forme de « naturalisation » du social. Selon Antoinette Rouvroy, c’est moins l’appropriation des données privées qui pose problème, que celle des instruments de critiques dont dispose l’internaute-consommateur. Contre cet « envoûtement algorithmique », elle invite à « faire face » (Antonin Artaud), à retrouver notre capacité à « faire forme » en résistant aux préemptions et aux nouvelles formes cachées de catégorisations numériques.

La table-ronde de l’après-midi a fait dialoguer trois inventions :

Dominique Cardon (sociologue à Orange Lab) s’est posé en « travailleur de la donnée » pour révéler le côté sale et rugueux qui se cache derrière leur apparente transparence. Il a rappelé qu’au-delà de leurs désaccords, prophètes et détracteurs des big data sont animés d’une même croyance dans ce mythe du « double clic » (Bruno Latour) : l’illusion d’une chaîne transparente et sans médiation depuis la donnée jusqu’aux résultats qu’elle permet d’obtenir.  Les big data entraînent ainsi une changement de paradigme dans les milieux de la statistique : le passage d’une statistique hypothético-déductive à une statistique qui prétend se passer des causes et des interprétations causales, en vertu des « nouvelles techniques d’apprentissage ». Il a mis en garde contre le mythe de la donnée « brute » et complète, qui justifie l’abandon de l’échantillonnage et de la représentativité. Face aux big data, les sciences sociales sont placées dans une situation délicate : à la fois productrice et consommatrice de données, privées ou scientifiques, de quel droit aurait-elle un statut d’exception pour traiter les données confidentielles ? Comment réagir face à la remise en cause de leurs catégorisations et leurs méthodes « traditionnelles » (catégories sociales de l’INSEE, échantillonnage, statistiques hypothético-déductive), parfois présentées comme obsolètes ? Comment les chercheurs peuvent-ils au contraire remobiliser leurs savoirs, savoir faire et savoir être « traditionnels » pour ressaisir de manière critique ces big data et se réapproprier la production des savoirs sur le social ? Le sociologue a appelé à ne pas avoir peur des algorithmes, à cultiver une « littératie algorithmique » pour les comprendre de l’intérieur et éviter de succomber à un certain  « fétichisme » algorithmique.
Daniel Kaplan (Fondation Internet Nouvelle Génération) a présenté le programme « Identités actives » qui vise à répondre au paradoxe de la vie privée, entre tendances à l’exhibition de soi et revendications d’intimité et de contrôle de ses données. A partir du glissement sémantique de la notion de « confiance » devenue synonyme de « sécurité« , il a montré que le marketing publicitaire avait abandonné la stratégie de fidélisation du consommateur : derrière les promesses de personnalisation et de ciblage individualisé, ce sont plutôt des goûts et des comportements « types » que cherchent à identifier les marketers.

Stéphane Grumbach (INRIA) a conclu la journée sur l’économie de la donnée : ses enjeux économiques, industriels et (géo)politiques. Le phénomène majeur est celui de la concentration des données, multiforme, autant par les Etats, les entreprises, que par des entités régionales ou locales.

Cette journée pourra être utilement prolongée par la lecture de l’ouvrage récent de Lisa Gitelman, Raw Data is an oxymoron, qui sera au coeur de notre prochain séminaire, courant décembre.

Les vidéos de la Tour de Babel enfin disponibles !

Pieter Bruegel l'Ancien, la Tour de Babel

Mise en ligne progressive des vidéos de la première journée d’étude : « La Tour de Babel numérique » (15 novembre 2013) :

Première intervention de Milad Doueihi : « L’humanisme numérique et l’intelligence comme mythe fondateur de l’informatique« .

Eric Guichard : « Le numérique et les technologies de l’intellect : une approche anthropologique »

Catherine Beaugrand (ENSBA Lyon) : « Mémoire médium »

Les étages suivants bientôt disponibles…

Les Archives des chercheurs à l’honneur à l’ISH – 13 novembre 2013

ISH_MOM_20131113_RencontreArchivesChercheurs_Affiche

Ce mercredi 13 novembre s’est tenue à l’Institut des Sciences de l’Homme (ISH) à Lyon une journée consacrée aux « Archives des chercheurs : de la propriété au data-management« , co-organisée par l’ISH et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), avec le soutien de l’Université « Lumière » Lyon 2. Les organisateurs ont insisté sur la complexité et la polysémie de la notion d’archives des chercheurs, qui ne recouvre pas une mais des questions, et qui revêt de multiples facettes. Ils ont également souligné la nécessité d’adopter une démarche active d’archivage, rappelant que nous sommes tous concernés et acteurs dans cette démarche d’archivage. S’il s’agit d’abord d’une initiative personnelle, elle s’inscrit ensuite dans des dispositifs institutionnels. Sans prétendre faire le tour de la question en une seule journée pourtant dense, cet événement était posé comme une entrée en matière pour des actions futures, placé sous le signe des rencontres, et à l’écoute des attentes et besoins des chercheurs. 

La journée était structurée en deux moments :

  • la matinée s’efforçait de poser le cadre institutionnel et réglementaire, resituer  l’archivage dans le contexte de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS), alternant des considérations générales (F. Oppermann) et des illustrations de terrains (MSH de Dijon, LET, CLAPI)
  • l’après-midi proposait des études de cas concrets et de dispositifs d’archivage

« Les archives de la recherche : principes et réalités » (F. Oppermann) 

Cette première intervention visait à poser le cadre institutionnel et réglementaire et le contexte d’émergence relativement récente des questions d’archivage en SHS, suite à des initiatives étatiques (bibliothèque scientifique de recherche à l’horizon 2014), ou d’institutions de recherches (Maison des Sciences de l’homme d- MSH de Dijon), donnant lieu à plusieurs journées d’étude depuis 2011. F. Oppermann a rappelé que ce terme générique « d’archives » recouvrait une multiplicité de questions, et que son sens variait en fonction du chercheur, de son domaine de recherche, ou son statut institutionnel. Il a fait le tour des principaux écueils :

  • le statut des archives, leur devenir : qui doit gérer l’archivage et les archives ? Il a souligné, à travers l’anecdote d’un directeur d’une école bordelaise qui avait décidé de faire don des archives de l’établissement à une université espagnole, par la suite numérisées et mises en ligne, la sensibilité de certaines archives (confidentialité des données personnelles) et la question délicate du partage des responsabilités juridiques entre le chercheur, l’Etat et les institutions de recherche : qui peut disposer de ces archives, qui a le droit de les céder, les donner, et à qui ?
  • le contenu des archives : quels contenus, quels archives peuvent et doivent être archivés ? Pour certains chercheurs, la conservation de leurs archives a peu d’intérêt, car ils visent la publication, le produit fini. Pourtant, comme dans le domaine des beaux-arts ou des études littéraires, les brouillons et les manuscrits, les esquisses ou les croquis préparatoires ne valent-ils pas autant que l’oeuvre achevée, lorsqu’il s’agit de documenter l’histoire d’une institution ou d’une recherche disciplinaire, la genèse d’un problème ou d’une œuvre scientifique, la « fabrique » des savoirs ? Se pose alors le problème de la « sélection » : puisqu’on ne peut tout garder, pour des raisons matérielles et financières, d’une part, pour des raisons éthiques, d’autre part (« droit à l’oubli »), quelles archives faut-il garder, selon quels critères et par qui ce tri doit-il être fait ? Plusieurs personnes du public ont alors mis en évidence le problème posé par les départs à la retraite, ou plus largement, par les difficultés à séparer le temps et l’espace de travail du chercheur, de son temps et son espace de « non travail ». Le chercheur qui part à la retraite, ou effectue une partie de ses recherches à l’étranger, peut avoir besoin des données collectées et les emporter chez lui. Appartiennent-elles à l’institution ou à lui-même personnellement ? Qui et où les conserver dans ce cas ? Comment gérer aussi l’inévitable « hiérarchisation » des archives et des chercheurs qui les produisent ? Ne faut-il garder que les archives prestigieuses produites par les « sommités » de la recherche ? Ou bien les archives plus « triviales » (administratives) ou celles produites par les « anonymes » et « chercheurs ordinaires » n’ont-elles pas leur place également pour nourrir l’histoire des SHS et des institutions de recherche ?
  • la propriété et l’appartenance des archives : si les textes juridiques semblent clairs (code du patrimoine et code de la propriété intellectuelle), la question reste floue, et des incertitudes demeurent. On distingue en général l’oeuvre (propriété du chercheur) et le document, son support papier (appartenant à l’institution qui emploie le chercheur), le contenu du contenant. Mais qu’en est-il de certaines archives spécifiques, comme les enquêtes et les questionnaires ? Les réponses aux enquêtes sont-elles une oeuvre de l’esprit, et duquel : du chercheur qui a conçu le questionnaire, ou des répondants ?

La réalité est donc complexe. F. Oppermann a plaidé pour une solution pragmatique, à l’exemple de la série J (archives privées) des archives départementales : cette solution ne résout pas le flou juridique, mais donne un statut (public) aux archives privées, ce qui permet de les conserver. Les archives des chercheurs devraient être de même préservées dans le respect du cadre juridique de la propriété intellectuelle et du patrimoine. F. Oppermann souligne la nécessité d’impliquer l’ensemble des parties prenantes (chercheurs, directeurs de laboratoire, institutions publiques…) et de sensibiliser personnellement les chercheurs (non seulement lors de leur formation préalable, mais au cours de leur carrière) et les institutions, dans la mesure où les archives appartiennent à une communauté, et participent à l’histoire des institutions publiques, des laboratoires de recherche et des tutelles de ces laboratoires. De même qu’une oeuvre littéraire ou artistique n’est rien sans son contexte, l’archive scientifique est un tout : c’est pourquoi l’ensemble de la communauté scientifique doit être impliquée (y compris les personnels administratifs), pour perpétuer l’action de la recherche.  

« Des archives des chercheurs aux archives de la recherche : retour sur les expériences de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Dijon » (Céline Alazard, J. Demange)

 Cette démarche s’inscrit dans le Consortium « Archives des mondes contemporaines » (créée en 2012) et soutenu par le TGIR Huma-Num. Elle encourage une approche collaborative et collective pour répondre aux problème des archives de la période contemporaine et aux enjeux de leur numérisation. Ce consortium visait à répondre à deux problèmes à l’origine :

  • l’abondance et la diversité des archives contemporaines (diversité de leurs natures, de leurs supports, de leurs statuts juridiques). Archiver, c’est selon Céline Alazard se positionner en entrepreneur archivistique ;
  • la dispersion des lieux : les archives connaissent des situations diverses, et des stades variables d’archivage (en cours de numérisation, déjà archivées et numérisées…).

Pour relever ces défis, le consortium est basé sur la coopération entre des acteurs multiples : il réunit des chercheurs de différentes disciplines (histoire…) et des archivistes ou professionnels de l’archivage. Le but est de réduire la frontière et l’imperméabilité entre archivistes et chercheurs pour réfléchir à la constitution es archives. 

Le consortium a plusieurs activités et a déjà produit plusieurs résultats :

  • création d’un portail unifié pour l’accès à des corpus définis : la démarche pour y parvenir (travail collaboratif de création d’archives) compte autant que le résultat : la recherche compte autant que la création de patrimoine. Le nombre et le contenu scientifique des corpus reste souple, ouvert et évolutif. 6 pôles de coprus existent actuellement : circulations et migrations intra européennes, mémoires ouvrières, monde de l’entreprise, techniques d’impression de la littérature grise, corpus spécifiquement dédié aux archives des chercheurs et de la recherche ;
  • animation et coordination depuis 2004 du programme ARSHS avec la MMSH d’Aix en Provence et la MSH de Nanterre, dont l’objectif est de recenser et localiser les fonds d’archives des SHS en France : non seulement des chercheurs individuels, mais aussi collectifs (laboratoire et leurs archives administratives), en incluant également les archives non publiées (travaux préparatoires aux publications : carnets de terrain).

Plusieurs axes président à ce programme :

  • sensibilisation et formation des milieux concernés : les promoteurs du programme s’efforce de rencontrer des chercheurs pour les informer et expliciter la démarche de la MSH : conserver les archives DE la recherche POUR la recherche 
  • consultation des intéressés, par le biais d’enquêtes et de questionnaires sur les besoins et les pratiques 
  • diffusion et partage des données
  • évaluation des pratiques d’archivage 
  • valorisation de la compétence et de la spécialisation thématique dijonnaise autour des mondes ruraux: création du centre Marcel Maget visant à mettre à disposition les archives, proposer des outils de diffusion et partage des données, dans le respect des règles juridiques et éthiques (notamment la confidentialité des données personnelles, via un accès restreint).

Les intervenantes ont souligné que cette démarche d’archivage et de diffusion permet souvent de revisiter les terrains et les données primaires. Ces archives ont ainsi une utilité certaine pour les sociologues des mondes ruraux. Elles contribuent aussi à l’histoire des disciplines SHS et de la recherche en général. D’autres personnes présentes ont insisté sur la nécessité de garder une trace et d’expliquer la méthode de conservation et d’archivage, et les choix et les critères de tri, qui doit être réalisé de manière concerté.

Deux illustrations de terrain ont ensuite été proposées :

  • Mise en forme d’une plateforme de données internes à un laboratoire : ses enjeux, ses limites et ses freins (J. Gonzales-Feliu – Laboratoire d’Economie des Transports – LET) : parti du constat que beaucoup de données étaient inexploitées, que les pratiques restaient cloisonnées, et que la communication entre chercheurs n’était pas fluide, ce qui conduisait à des redondances et des pertes d’énergies. Comment, alors, mutualiser les données et réaliser, à plus long terme, ce rêve qu’est « la base de données des base de données » ? L’objectif était donc au départ d‘unifier les données mises à disposition, pour éventuellement créer dans une deuxième temps cette base de données des données ; de mutualiser les efforts, et enfin de mettre à disposition de tous ceux qui en ont besoin les données « non sensibles ». Mais plusieurs blocages sont apparus : la réticence d’une partie des personnels convaincus que « ça ne marchera pas », des blocages techniques et l’impossibilité d’imposer des formats uniques qui bouleverserait les pratiques et les habitudes de chacun, des dysfonctionnement sur l’usage des données (manque de communication sur les recherches en cours et les besoins), et surtout, absence de référent (personne de référence centralisant les besoins et les solutions). . M. Feliu-Gonzales a alors réussi à s’imposer comme référent pour centraliser les attentes et gagner la confiances des utilisateurs.
    • dans un premier temps, créer un « catalogue » ou « répertoire » des données disponibles, à partir d’une minutieuse recension des données disponibles ou « sensibles » des chercheurs, asosciée à une démarche d’explication pour que les utilisateurs comprennent l’intérêt de la démarche, et la manière dont ils pourront s’en servir
    • dans un deuxième temps : tentative pour unifier leurs données
    • dans un troisième temps, gérer le problème des « données sensibles » (anonymées mais non encore diffusées)

En conséquence, ce qui apparaissait à l’origine comme un simple défi technique, a débouché sur un changement assez radical dans le fonctionnement et l’organisation générale du groupe de recherche, de ses pratiques, ses savoir-faire et savoir-être.

  •  CLAPI : des corpus audio et vidéo de la recherche (S. Bruxelles, C. Etienne) : il s’agit d’une démarche collective d’une équipe de recherche du laboratoire ICARE. L’intérêt de l’intervention a été de montrer que ce projet précis soulevait de nombreux problèmes qui vont bien au-delà de la simple question des données et de leur archivage : enrichissement des données, outils de la recherche et nécessité de travailler avec d’autres archives et de les faire circuler entre les laboratoires et utilisateurs, problèmes techniques et juridiques, standards (Dublin Core ou TEI), pérennité del ‘archivage…

Pour clore cette première partie de la matinée, B. Helly (MOM), a ressaisi l’ensemble des enjeux autour des pratiques, la propriété, et de la transmission des archives, à partir de son point de vue de chercheur « de base » en archéologie, spécialiste d’épigraphie grecque, et souvent amené à travailler à l’étranger. Il a rappelé le cadre juridique de ses travaux (la convention européenne de Malte de 1992, révisée en 2009 avec le traité de Lisbonne), qui propose une définition très large du patrimoine archéologique et met l’accent sur le professionnalisme dans sa protection Il prévoit cadre de la collecte et la diffusion des données, et impose certaines règles pour la pratique sur le terrain : remise des objets de fouille aux autorités, travail avec les musées, restauration éventuelle des objets…. L’acquisition des données se fait dans le cadre de la création de substitut d’objets : par l’autopsie (fiches descriptives, carnets de fouille), par l’utilisation de procédés techniques, par l’information rétrospective. Toutes ces étapes participent à la construction d’un système d’information scientifique qui repose sur trois pôles : objets ; lieux ; sources d’information (sources elles-mêmes et compilations qui s’y rapportent). L’enregistrement passe par l’archivage des substituts de l’objet.  Pour conclure, B. Helly a insisté sur le fait qu’un système d’information ne se confond pas avec le système des archives. Ce système est est en constante évolution : l’important ce sont les successeurs, et donc la transmission des archives qui serviront aux recherches future et en assureront la continuité. Les chercheurs doivent assurer la pérennité dans la durée du système. Ceci engage aussi la responsabilité de l’institution : pour B. Helly, la responsabilité des fonds doit être déléguée aux institutions.

Quand le numérique fait des bulles… retours de « BD NUMérique »

IMG_9259

Ce jeudi 7 novembre s’est tenue à l’ENS Lyon la deuxième journée d’étude du labo junior Nhumérisme : « BD Num », la bande dessinée à l’ère numérique et digitale. Deux grandes questions transversales ont servi de fil d’Ariane :

  • Le numérique « révolutionne-t-il » la bande dessinée ? Que fait le « numérique » à la bande dessinée, que change-t-il : en termes de création, de support, de formats, de contenus, de lecteurs et pratiques de lecteurs, ou pour les relations entre auteurs, éditeurs et lecteurs ? Est-il un simple « gadget » permettant d’animer les cases et les personnages, au risque de perturber la lecture et briser le fil linéaire de la narration, ou bien a-t-il une valeur ajoutée réelle ? Est-il bien raisonnable de considérer la bande dessinée comme un genre « poussiéreux » que le numérique viendrait « renouveler » ou « régénérer » ? Ne faut-il pas, comme le propose Pascal Robert, dépasser la dichotomie bande dessinée « traditionnelle » vs numérique « révolutionnaire » et renverser la perspective en cherchant ce que la bande dessinée dite classique peut apporter au numérique ?

  • BD numérique ou numérique(s) ? Derrière l’unité de façade et l’illusion du singulier, se cache une grande diversité de pratiques et de « philosophies » autour de la bande dessinée numérique, dont l’événement « BD Num » a tenté de donner un large échantillonnage. Pour mettre un peu d’ordre dans ce foisonnement, nous avons structuré la journée autour deux grandes approches, deux pôles extrêmes entre lesquelles se déclinent de multiples variations :

  1. la BD « numérisée » (digitized) qui utilise le numérique comme outil de diffusion et d’émergence de nouveaux lecteurs et pratiques de lectures : c’est le cas de la Revue dessinée, qui était à l’honneur de la table ronde du matin, avec Kris et Olivier Jouvray, et coanimée par les labos junior « Sciences dessinées », Nhumérisme et Julien Falgas.

  2. la BD « créée numériquement » ou « née digitale » (digital born), qui utilise le numérique comme outil de création et d‘expérimentation narrative et l’intègre pleinement dans le processus de création : c’est le cas des deux auteurs invités l’après-midi, qui ont présenté deux projets eux-mêmes très différents

  • Lna Morandi, Klash : une expérience de bande dessinée interactive : partie d’un fait divers réel mais déjanté (la séquestration d’un cambrioleur par la coiffeuse championne de karaté du salon de coiffure même qu’il projetait de cambrioler), Lna a réalisé une bande dessinée interactive, dans le cadre de son projet de fin d’étude à l’école Emile Cohl (Lyon), une forme hybride par excellence, au croisement de différents genres : avant tout la bande dessinée « traditionnelle », soucieuse de conserver plaisir du lecteur sans s’interdire de briser la linéarité de la lecture (n’est plus de mise puisque le lecteur à la possibilité de changer de point de vue à travers les divers personnages de la BD), un procédé qui rappelle le « livre jeu » enfantin même si Lna définition même, de même qu’elle rejette cette approche puisque le choix du personnage est sans incidence sur l’histoire. De même, l’auteur refuse de ranger son oeuvre dans la catégorie du « gadget » (tous les choix formels et esthétiques sont dûment motivés et réfléchis), du jeu vidéo (en créant des énigmes ou des puzzles, qui bloqueraient l’utilisateur dans sa lecture), ou encore du turbomédia, qui repose sur le principe d’une case unique et défilante. Elle préfère exploiter les potentialités de la tablette, qui lui permettent d’aller plus loin par le format de certaines cases, comme les cases panoramiques ou offrant une rotation à 360° par exemple, ou par l’ajout d’animation et de sons.

  • Simon, MediaEntity (2013) : qualifie sa bande dessinée de « transmédia » : le « transmédia » ou « turbomédia » lui est apparu comme un support idéal pour le sujet originel (l’identité numérique, l’identité en ligne sur les réseaux sociaux). C’est un cas tout aussi « hybride », inspirée de la série télé et lui empruntant certains de ses codes (notamment son découpage temporel en « épisodes »), jouant sur plusieurs supports (site web, application sur tablettes) et enrichie par la « réalité augmentée », qui consiste à superposer des contenus multimédias sur le support papier, pour lui donner une profondeur et faire interagir différentes strates de réalité. Après un premier tome paru en septembre 2013, un deuxième épisode est prévu pour janvier 2014.

Les travaux de ces auteurs ont été éclairés par les mises en perspectives historiques et critiques des deux chercheurs invités :

  • Julien Falgas (Université de Lorraine) a retracé une petite histoire et un état de l’art de la bande dessinée, depuis la « BD interactive » des années 2000 jusqu’aux expériences actuelles autour de la « BD numérique »et du « turbo média », gravitant autour du concept « d’hybridation« , emprunté à la biologie ;

  • Pascal Robert (ENSSIB) a pour conclure renversé radicalement la perspective, en proposant « un questionnement en miroir » entre la BD et le numérique : la bande dessinée aurait moins à apprendre DU numérique, qu’elle n’a à apprendre AU numérique (en lui enseignant, notamment une « ingénierie du cadre », à laquelle elle travaille depuis longtemps…).

Ces dernières remarques résonnent comme une invitation pour les chercheurs et les disciplines académiques elles-mêmes, à s’interroger sur leurs propres pratiques, et appliquer ce « questionnement en miroir » aux relations entre leurs disciplines (histoire, sociologie, anthropologie…) et le numérique. Renverser la perspective, et se demander non plus seulement le numérique peut « renouveler » leurs disciplines, ce que leurs pratiques dites « traditionnelles » ont à apprendre DU numérique, mais aussi ce que leurs héritages, leurs savoirs, savoirs faire et savoir être peuvent apprendre AU numérique.

Les vidéos et podcasts de la journée, seront bientôt mis en ligne, et accompagneront les compte rendus plus détaillés de chaque intervention.

Feed back des journées « Réseaux et Histoire » de Nice des 26-28 septembre

Par Pierre-Marie DELPU (Un. Paris 1) et Gabriel GARROTE (Un. Lyon 2) doctorants en Histoire contemporaine

Les trois premières journées de travail du groupe RES-HIST se sont tenues à la MSH de Nice les 26,27 et 28 septembre. Après une journée consacrée aux retours d’expériences de chercheurs confirmés, les deux sessions suivantes ont permis l’exposé de travaux en cours de doctorants qui ont recours à ce concept et aux outils d’analyse qu’il implique. Résolument transpériode, malgré la sous-représentation des spécialistes d’histoire ancienne, le colloque a révélé un très vaste éventail d’usages et de références et souligné la difficulté de faire apparaître une définition claire et consensuelle de la notion.

Analyse de réseau ou analyse des réseaux[1] ?

Il n’y a pas des réseaux ici et une absence de réseaux là, mais des entités, idéelles, humaines, institutionnelles et des flux matériels ou immatériels qui peuvent ou non être analysés en terme de réseaux, ainsi que Claire Lemercier l’a souligné à propos de l’intervention de Boris Deschanel (Un. Paris 1). Aussi ne faut-il pas confondre l’analyse des réseaux et l’analyse de réseaux comme outil technique applicable en dehors des réseaux à proprement parler. L’analyse de réseau constitue ainsi une approche transversale dans l’étude de récurrences et cooccurrences textuelles. A mi-chemin entre analyse des réseaux de sociabilité et analyse textuelle, Anthony Andurand (Un. Toulouse) propose une démarche originale pour étudier les relations supposément entretenues entre Plutarque et les hommes cités dans Les propos de table. Stimulante, cette approche a appelé quelques commentaires. En l’absence de repères chronologiques historiques au sein de l’œuvre, il a été regretté que la communication n’essaie pas de lui substituer la chronologie du roman. Cette présentation, ainsi que celle de Frédérique Bertoncello et Marie‑Jeanne Ouriachi (Un. Nice), offraient l’avantage de décentrer le regard pour interroger, à côté des interventions questionnant les liens qui relient les individus entre eux, l’individu comme lien entre entités géographiques, cités de l’Empire romain d’un côté, « établissement » de l’autre.

Souvent perçus comme relevant d’une approche quantitative portant sur des échantillons substantiels, nécessitant de recourir au numérique, l’analyse de(s) réseau(s) laisse place à d’autres approches. Jérôme Lamy et Dorothée Rusque montrent le bien-fondé d’une démarche anthropologique centrée sur un ou deux individus dont on explore à fond les relations tissées avec les individus, les espaces sociaux et les institutions côtoyées. Singulière, et par là-même limitée, l’étude de cas offre, au travers d’une analyse approfondie, de quoi satisfaire une imagination désireuse de reconstituer le détail des échanges. Impossible à réaliser à l’échelle d’un corpus, par défaut de temps ou de source, l’approche anthropologique dresse un idéal-type susceptible d’affiner la connaissance des rapports entretenus par l’ensemble des pairs – non étudiés sous cet angle – avec leurs propres réseaux (avec un peu d’imagination du moins et à considérer une plausible représentativité du cas sondé). Lui préférant l’ego network[2], Isabelle Rosé (Un. Rennes 2) choisit également de concentrer son analyse sur une personne très bien insérée dans des groupes et espaces sociaux, afin de la suivre et explorer à travers elle le fonctionnement de la société, les modalités d’appartenance au groupe, la capacité à passer d’un groupe à l’autre ainsi que l’aptitude à entretenir des liens avec mondes sociaux différents. A nouveau, plutôt que d’étudier l’ensemble des acteurs d’un réseau on étudie celui-ci au travers d’une personne ; d’autant que se pose la question de la possibilité d’étudier un réseau complet. Reconstituer pleinement un réseau demeure un idéal non encore atteint. C’est ce que la discussion qui a suivi l’intervention d’Isabelle Rosé a rappelé. Le réseau reconstruit met en effet le plus souvent de côté le « réseau dormant ou potentiel » et  le « réseau actif invisible ». Il importe enfin d’interroger les limites et lacunes du réseau reconstitué et les logiques présidant à la délimitation des corpus étudiés.

 

Réseaux représentés et représentation des réseaux

Que l’analyse de réseaux fonde la délimitation du corpus (ex. Lola Gonzalez-Quijano, EHESS) ou qu’elle ne porte que sur une partie du corpus seulement (Boris Deschanel s’appuie sur les seuls négociants portés sur les listes de notabilités), il importe d’expliciter les postulats retenus ou critères discriminants[3]. Partant des relations nouées par une célèbre demi-mondaine, Cora Pearl, Lola Gonzalez-Quijano piste ses amants, mais aussi les maîtresses de ces derniers. Elle élargit le corpus jusqu’à la centième galante, totalise 510 relations nouées autour de 315 « amants‑clients ». Ce choix intéresse dans la logique d’échantillonnage d’un corpus autrement que par définition a priori sur critères sociaux ou sélection aléatoire. Pragmatique, il apparaît particulièrement bien adapté pour pénétrer un univers parfois rétif à dévoiler ses acteurs. Il interroge cependant. Dans quelle mesure le poids de l’individu de départ, une galante dans un corpus d’hommes et de femmes de tous rangs, a-t-il infléchi la structure du réseau ? Néanmoins, dans le cas présent la densité du réseau laisse supposer que sa configuration aurait sensiblement été la même si le point de départ avait été autre. D’un autre choix s’en serait-il suivi un décentrement du réseau, un changement de corpus ? Pourquoi choisir 100 demi‑ mondaines, signalant par là un corpus fondé sur les femmes, plutôt qu’un nombre arrêté d’« amants-clients ». Plus généralement, c’est la question de la place accordée à tel ou tel individu en amont de l’analyse qui est mise en cause. Ainsi, en plaçant Plutarque au centre de l’analyse, Anthony Andurand tend à délaisser l’absence de liens – certes plus difficiles à repérer – au profit de coprésences/phénomènes d’attraction dessinant un « réseau de convivialité ». Le graphe se présente ainsi le plus souvent comme la mise en lumière des liens plutôt que celle de leur absence ou de répulsions. À l’inverse, Laurent Beauguitte (FMR) s’est intéressé au cours de ses recherches à lier  les États dont les prises de position à l’ONU paraissaient antinomiques, mettant ainsi en avant la place ‘‘à part’’ des Etats-Unis.

C’est toute la question de l’objectif et de l’utilité du rendu visuel qui se pose en fait.

  • Quelle utilité ?

C’est celle de l’analyse de réseau par rapport à l’analyse de séquences ou à de simples tableaux croisés. Elle peut néanmoins constituer une étape préalable. Ainsi Claire Lemercier signale que les trop nombreuses dénominations de Boris Deschanel ne lui permettent pas de recourir à l’analyse de séquences, mais que le détour par l’analyse de réseau favorise l’agrégation des données par paire et permet des regroupements propres à satisfaire les prérequis de cette méthode. C’est, plus encore, celle de la représentation graphique aux dépens de tableaux statistiques. Se révèle ici l’importance de la formation des chercheurs et de leur familiarisation avec la statistique autant que celle d’une pratique des outils numériques (n’a-t-on pas trop tendance, ainsi que Laurent Beauguitte le souligne, à se lancer dans la visualisation des données et « à jouer la DS pour sortir x résultats plus ou moins contradictoires impossibles à interpréter » plutôt que d’étudier préalablement la structure statistique du graphe ?).

Le problème de la représentation de la diachronie a été à plusieurs reprises soulevée[4]. De nouveau, il a été constaté que l’accent était mis sur les liens qui perduraient ou sur ceux qui apparaissaient plutôt que sur ceux qui disparaissaient. Ces derniers étaient en effet effacés des graphes – du fait d’un probable souci de visibilité. Conserver les individus malgré la ‘‘disparition’’ de liens permettrait de quantifier pour chaque pas-de-temps les ‘‘gains’’ et ‘‘pertes’’ d’un réseau. Les échanges qui ont porté sur la diachronie des réseaux se sont toutefois limités à proposer des solutions pour les représentations proposées pour chacun des pas-de-temps retenus. Il n’a pas été question de donner à voir du temps au sein même d’un graphe. On pose ici la question des critères à retenir pour construire des représentations visuelles, supposant de prendre en compte les catégories sur lesquelles repose la structuration du social. Ne serait-il pas bienvenu, au sein d’un réseau familial, de faire apparaître les différentes générations en superposant à la structure réticulaire une structure hiérarchique, concentrique, etc., qui permette – peut-être – de représenter non seulement une chronologie des liens, mais aussi une logique dans cette chronologie. Le deuxième aspect abordé relativement à la diachronie des réseaux est la question du pas-de-temps. Régulière (hebdomadaire, annuel, quinquennal, etc.), la temporalité retenue doit être fonction du sujet traité (un emploi du temps, un parcours de vie, etc.). Il a également été proposé de retenir les événements marquants (mariage, etc.). Mais, d’un événement à l’autre, il n’est pas certain que la ‘‘valeur’’ du lien reste la même. Enfin, une connaissance fine du réseau permettrait, plutôt que de choisir aléatoirement le pas-de-temps, d’opérer des regroupements par époques autour des moments d’articulation, revirement ou reconfiguration du réseau.

L’autre problème majeur abordé a été la question de la « force » des liens : comment et sur quel(s) critère(s) l’évaluer ? Ce problème a été plusieurs fois rappelé à propos des liens familiaux (Michaël Gasperoni, Ecole française de Rome), des témoins de mariage (Vincent Gourdon, Un. Paris IV), etc. (Isabelle Rosé…), sans que des solutions  satisfaisantes (et surtout généralisables) aient pu être rencontrées.

Plus généralement c’est la lisibilité qui pose problème. Si les logiciels d’analyse de réseaux offrent la possibilité d’opérer des regroupements pour ne plus faire apparaître que les groupes (constitués d’après les critères retenus) au lieu d’une myriade d’individus. Si les différents types de représentations (1-mode, 2-modes) ont été abordés ici et là, il aurait certainement été apprécié de discuter de façon plus approfondie les logiques qui président au choix de l’un ou de l’autre des modes et, plus encore, au rejet de l’autre, de l’apport de l’un par rapport à l’autre et par rapport à l’objectif de la démonstration. Enfin, s’il a été rappelé qu’il n’est pas possible d’additionner choux et patates, une seule intervention (Laurent Nabias, Un. Paris 10) a mis en valeur les apports de l’analyse des liens multiplexes et de leur représentation, à l’appui d’une étude des réseaux de la noblesse francilienne au bas Moyen Age. Il ne faut donc pas négliger l’interpénétration des types de réseaux (familiaux, de sociabilité, de travail, etc.) et leur possible interdépendance. Des graphes qui ne lieraient les individus que s’ils partagent plusieurs liens (prédéfinis) pourraient constituer un indice de la force des liens unissant deux individus, et participeraient à faire apparaître les corrélations existantes entre types de réseaux, à comprendre le passage d’un champ à l’autre. Ce type d’approche (cumul des réseaux) permettrait probablement, au sein d’un corpus prédéfini, une meilleure comparaison entre les réseaux sociaux qui esquissent une scission au sein du groupe et ceux qui favorisent l’émergence d’une « communauté », en faisant apparaître les individus qui sont en lisière ou incontournables. Enfin, les logiciels, à l’exception de NodeXL, ne permettant pas de représenter les liens multiplexes, indiquer quelques « trucs » mis en place pour pallier cette carence, et plus généralement toute difficulté rencontrée et surmontée, et auxquelles les débutants et aguerris se retrouvent confrontés.

C’est enfin le dilemme entre le désir d’exhaustivité et celui de clarté, entre le regard du spécialiste et  la nécessaire compréhension du destinataire. Un graphe qui nécessite de longs éclaircissements pour être compris est-il véritablement utile ? S’il offre un support instantané pour suivre le déroulement d’une pensée, son rôle n’est-il pas justement d’éviter de longs et pénibles développements ? A l’inverse, un schéma extrêmement clair et simple ne peut-il être décrit en deux lignes qui se suffisent ? Le graphe doit tout à la fois permettre de comprendre un objet complexe, sans lui-même calquer cette complexité qu’il a pour objet de rendre intelligible. Or, cet aspect est bien trop souvent oublié de celui qui se lance dans l’analyse pour répondre à ses questions de recherche.

 

Perspectives

La discussion finale, présidée par Pierre-Yves Beaurepaire, a permis de dresser un premier bilan des journées et d’envisager l’avenir du groupe de travail. Les participants ont principalement insisté sur l’organisation des prochaines rencontres à Toulouse du 9 au 11 avril. Ayant constaté la très forte hétérogénéité du groupe et l’inégale appropriation des outils conceptuels et informatiques afférents à l’étude des réseaux, les organisateurs souhaitent faire des ateliers d’introduction à des logiciels précis, par niveaux. De la même manière, ils envisagent, sur le modèle de l’école d’été organisée à Porquerolles en 2012[5], de mettre en place une présentation « les réseaux pour les nuls » pour introduire aux fondamentaux conceptuels et historiographiques de l’analyse de réseaux. La rencontre se propose de faire état de la recherche étrangère sur les réseaux. Une troisième rencontre interviendrait à Paris, a priori en janvier 2015, aborderait l’éclairage apporté par d’autres sciences humaines et sociales.

Sur le plus long terme, il est envisagé d’élargir le groupe de travail à d’autres participats, d’organiser des formations, des ateliers ciblés, des séminaires. Pierre-Yves Lacour et Marc Conesa (Un. Montpellier 3) proposent de lier les activités de RES-HIST à des ateliers techniques à Montpellier. Nicolas Verdier (CNRS) et Marie-Carmen Smyrnelis (EHESS) envisagent de créer un séminaire de lectures sur les réseaux à l’UMR Géo-Cités (Institut de géographie). Enfin, José María Imizcoz (Un. du Pays Basque) propose de mettre en place à l’horizon 2015-2016 une rencontre à l’université de Vitoria autour de l’usage des correspondances dans les études de réseaux.

 


[1] Le programme de la jourmée est disponible sur notre carnet. Pour plus d’informations : http://reshist.hypotheses.org/

[2] Voir également les travaux de Claire Bidart.

[3] Néanmoins, le format court, 15 min., retenu obligeait les intervenants à faire des choix.

[4] Voir aussi la question soulevée supra à propos de la communication d’Anthony Andurand.

BD Num – Journée d’étude sur la BD numérique – 7 novembre 2013

Le labo junior « Nhumérisme » (ENS Lyon) consacre sa deuxième journée d’étude à la bande dessinée à l’ère numérique et digitale, en collaboration avec le labo junior « Sciences dessinées ». Cette journée sera l’occasion de rencontrer et faire se rencontrer des communautés habituellement séparées : chercheurs, artistes (auteurs et dessinateurs de bande dessinés), éditeurs, développeurs de plateformes.

klash_poster

L’axe principal de cette journée est d’interroger la supposée « révolution numérique » dans le monde de la bande dessinée. Comment et dans quelle mesure les nouveaux outils numériques et digitaux affectent-ils la bande dessinée « traditionnelle », au niveau de :

  • la production et la création : comment la nouveauté et diversité des supports numériques et digitaux (web, tablettes, smartphones), affectent-elles les formes, les formats et les techniques d’écritures, les choix narratifs et graphiques ? Imposent-elles de nouvelles contraintes mais ouvrent-elles aussi de nouvelles libertés et possibilités de création ? Ces nouveaux médias accentuent-ils ou créent-ils de nouvelles hybridations entre les genres : entre bande dessinée « classique », roman graphique et roman photo, entre les genres littéraires (la nouvelle ou autres formes courtes par exemple) et le storytelling, entre le reportage, le documentaire et le journalisme, puisant même dans l’animation, la 3D et le  jeu vidéo ?

  • l’édition, de la publication et de la diffusion : quel modèle économique, quelles relations entre auteurs et éditeurs ?

  • la réception : du point de vue des lecteurs et des pratiques de lectures, des rapports entre auteurs et lecteurs et entre les lecteurs eux-mêmes : assiste-t-on à l’émergence d’une écriture collaborative, à une porosité croissante des frontières entre l’auteur et le lecteur ? Quelle est la réalité de la « démocratisation » affirmée de la bande dessinée, à l’ère du web 2.0, d’une BD « participative » ou « collaborative » qui associerait pleinement le lecteur au processus d’écriture ? Voit-on émerger des communautés de lecteurs et de nouvelles « sociabilités » numériques autour de la bande dessinée, qui se ramifient sur le web et les réseaux sociaux ? Ces nouvelles sociabilités semblent offrir par là de nouvelles sources au chercheur qui étudie les pratiques de lectures, nécessitant aussi de nouvelles méthodes et exigeant de nouvelles « littératies ».

On s’efforcera ainsi au cours de cette journée de faire la part de l’ancien (emprunts aux pratiques héritées) et du nouveau (acquisition de nouvelles compétences et de nouvelles virtuosités), afin de prendre la juste mesure de la « révolution numérique » supposée. Comme dans le monde de la recherche et des disciplines scientifiques, les cultures numériques et digitales en train d’émerger sont toujours des mélanges de permanences et de mutations : quels savoirs et savoir-faire anciens les artistes doivent-ils abandonner ou conserver, réemployer ou détourner, leur donnant un sens nouveau dans le contexte numérique et digital ? Quels nouvelles compétences doivent-ils acquérir ? Leurs sources d’inspiration et leurs influences, leurs affinités intellectuelles et sociales, leurs (af)filiations et leurs réseaux changent-ils en conséquence ? Les formations dispensées dans les écoles d’art changent-elles également ? Comment les institutions dédiées à la bande dessinée s’adaptent-elles aux nouvelles exigences, en termes de formation, d’évaluation et de valorisation ?

Le deuxième objectif de cette journée est de mettre en évidence la diversité des pratiques, dont témoigne la diversité même des termes employés (de la bande dessinée « interactive » à la bande dessinée « enrichie » ou « augmentée », en passant par le « transmédia »). Deux grands pratiques semblent pourvoir être distinguées, entre lesquelles se déploie un large éventail de variantes et de combinaisons :

  • depuis la la bande dessinée numérisée (digitized) d’un côté qui utilise le numérique comme simple outil de diffusion, n’affectant pas ou peu le récit ou le dessin, qui se résume en somme à une simple numérisation de la bande dessinée « traditionnelle »…

  • jusqu’à la bande dessinée numériquement née (digital born) ou numériquement créée, qui mobilise des outils parfois très sophistiqués dans la production même de la bande dessinée. Le numérique fait alors partie intégrante du processus de création.

Le programme de la journée détaillé ci-après traduit notre souci de donner le plus large échantillonnage possible de la diversité de ces pratiques. Vous y trouverez aussi les informations pratiques vitales (horaires, lieu, accès)…

Capture d’écran 2013-10-16 à 11.43.45

Programme

Matin

 10h : Accueil des participants – ouverture de la journée

10h30-11h30 : Table-ronde autour de la Revue dessinée (Kris, Olivier Jouvray, Julien Falgas).

 12h30-14h Pause déjeuner

 Après-midi

 14h-14h45 : Lna Morandi (auteur, ancienne élève de l’école Emile Cohl – Lyon) : « Klash : une expérience de bande-dessinée interactive »

14h45-16h15 : Simon (auteur) : « MediaEntity : la bande dessinée, support matriciel du transmédia », en dialogue avec Julien Falgas (Infocom – Université de Lorraine – Metz) : « De la bande dessinée interactive à la bande dessinée numérique »

 16h15-16h30- Pause

16h30-17h15 : Pascal Robert (Infocom, ENSSIB – ELICO – Lyon) : « Bande-dessinée et numérique, pour un questionnement en miroir »

17h15-18h : Table-ronde de clôture (Lna Morandi, Simon, Julien Falgas, Pascal Robert)

Après Babel…retours enthousiastes d’un premier chantier !

IMG_9037

Notre petite équipe de nhuméristes en herbe rentre ce soir éreintée mais ravie de cette première journée d’étude : le chantier de Babel avance lentement mais quelques pierres fondatrices ont été posées aujourd’hui… Ne désespérons pas d’atteindre le Ciel un jour… Cette première journée de notre labo junior, consacrée à la « diversité des langues numériques », fut d’une grande richesse grâce à la qualité et à la diversité des contributions des intervenants. Quelles n’étaient pas nos inquiétudes, pourtant, à l’idée de partir de cet objet « numérique », a priori si mal défini, si flou, aux si contours si incertains… Levant ce matin encore un regard anxieux et sceptique sur une tour de Babel bien chancelante sur ses fondations, nous sommes forcés de reconnaître que ce défaut apparent de structuration s’est révélé finalement extrêmement fructueux, de trois points de vue au moins :

Derrière l’apparente confusion des langues…

 Cette journée s’annonçait éclectique et même hétéroclite. Trois grandes « définitions », trois grandes visions – trois « langues » du numérique ont émergé au fil des interventions et des échanges, et pris corps lors de la table-ronde finale :

  1. le matin (Milad Doueihi, Eric Guichard) : le numérique » comme fait technique, culturel, social, ou fait de civilisation – objet de recherche et de réflexion
  2. en début d’après-midi (Francesco Beretta ; Anthony McKenna, Eric Lochard) : le numérique comme instrument (base de données) pour le chercheur : à la fois outil de recherche et de publication
  3. en fin d’après-midi (Catherine Beaugrand) : le numérique comme « medium » pour les artistes ou editors (comme ils préfèrent se baptiser eux-mêmes), conçu comme médiation entre le corps et le monde, entre la terre et le ciel, entre soi et les autres…

des lieux de dialogues parfois inattendus…

Des points de convergences profondes et des transversalités fortes se sont pourtant tissées progressivement entre ces langues et ces approches diverses, notamment entre artistes et chercheurs. L’historien en particulier et l’artiste (editor) ne peuvent-ils se rejoindre dans leur hantise de la trace et de la mémoire ? Ne peuvent-ils ici rencontrer le philosophe Doueihi qui professe à juste titre la nécessité (exigence éthique) de l’oubli pour l’humanité – parce qu’on ne peut et qu’on ne doit tout garder, qu’il faut rester capable d’oublier… pour vivre au présent, et aborder l’avenir d’un pas léger, délesté de ce fardeau qu’est parfois la mémoire(s) et l’histoire(s) ? Historiens et artistes ne peuvent-ils se comprendre également lorsqu’ils parlent de medium (au sens derridien de « celui qui fait parler les autres », et avant tout les morts et les absents, comme le voulait autrefois Michelet, historien s’il en fut ?) ? Lorsqu’ils se montrent tous deux préoccupés par cette même question de la référence, de la source (d’une image, d’un document d’archives) ? Mais les mêmes mots désignent-ils ici les mêmes choses ?

Chercheurs et artistes semblent enfin se retrouver dans leur rapport à la « base de données », dans sa construction, sa structuration, les mises en relations et les corrélations (notion reprise par Catherine Beaugrand elle-même dans son cours « Design Correlation ») entre les données, une question qui agite aussi les littéraires, spécialistes des Lumières, qui s’attachent à décortiquer la logique de l’Encylopédie et comprendre ses systèmes de renvois ? Mais là encore, les mêmes mots de « donnée », « base de données », « corrélation » renvoient-ils aux mêmes réalités ? Ne traduisent-ils pas des visions ou des expériences, des rapports au monde radicalement différents, intraduisibles, justement, par les seuls mots ?

Un problème commun qui semble davantage fédérer chercheurs et artistes (parce que négatif hélas !?) serait la non-pensée des outils numériques et un conservatisme conceptuel ou mental : autrement dit, cette tendance fâcheuse à l’usage non réflexif des outils, qui trahit une certaine angoisse ou une certaine résistance, l’attachement à des objets anciens, des catégories connues et familières rendues obsolètes par les outils, mais auxquels on continue à s’agripper par peur… ou par paresse… Ainsi en est-il des artistes qui continuent à vouloir « faire de la vidéo » comme on la faisait au milieu du XXe siècle, sans tenir compte de l’impact des nouveaux outils (tablettes, smartphones…) sur nos concepts et nos pratiques – de même que certains historiens croient pouvoir continuer à écrire et « faire » l’histoire au XXIe siècle comme… l’écrivait un certain Michelet au XIXe siècle justement… De ce point de vue, l’attitude du chercheur et celle de l’editor ne sont-elles pas plus proches qu’on ne l’imagine ? Le processus de recherche scientifique n’a-t-il pas à voir et à faire avec la recherche artistique ? N’en est-il pas de même de la dissociation topique entre sciences « dures » (les « vraies » sciences) et les sciences « molles » (sciences humaines et sociales j’entends) ? Ou entre « théoriciens » et « praticiens » ? Les lignes de faille et de fracture ne passent-elles ailleurs ? Ne sont-elles pas déplacées par le numérique ?

 et donc le hasard des rencontres… (mal)heureuses ?

Cette indétermination même a finalement permis de jeter des passerelles imprévues entre des disciplines ou des approches différentes autour du numérique. Moins à partir d’une langue mère universelle, illusoire sans doute, qu’autour d’objets d’étude communs : rencontre inattendue par exemple, provoquée par Eric Guichard, entre le mathématicien Jean Dhombres et les artisans de la base Arkane autour de Galilée. Un multilinguisme modeste plutôt qu’une inatteignable transdiscipline…

Autres lieux de rencontres : autour d’un même instrument, d’un même outil de recherche. Rencontres entre Symogih (Francesco Beretta) et Arkane (Anthony McKenna et Eric Lochard), où les données et la question de la structuration peuvent être vues comme un lieu de passages et de convergences, mais aussi de divergences entre Arkane qui privilégie le chercheur utilisateur (au moyen d’une interface graphique ergonomique et d’un outil relativement simple d’utilisation) et Symogih qui exige du chercheur un minimum de connaissances techniques pour s’approprier l’outil. Comme l’a justement fait remarquer F. Beretta, quelle doit être alors le degré de compétence technique du chercheur ? Jusqu’où pénétrer dans la connaissance intime du langage informatique ? Quelles littératies pour l’historien numérique ?  Tout ignorer de l’outil, n’est-ce pas se fermer des portes, des pistes de recherches ? N’est-ce pas se condamner, sinon une dépossession du processus de recherche, du moins à une sous-exploitation de la machine, une méconnaissance de la totalité de ses potentialités ? A une incompréhension mutuelle, sinon une incommunicabilité entre la machine et l’humain, et entre l’informaticien et l’historien ? Bien souvent, les mots diffèrent mais les réalités désignées sont les mêmes : ainsi « l’objet » dans la langue de Symogih correspond au « sujet » dans celle d’Arkane. Simple problème de traduction ? Non, car derrière les mots, ce sont bien des visions du monde (des données, de la méthode, des objectifs, des valeurs qui se cachent derrière les choix d’outils) qui s’affrontent. Faut-il alors imaginer une langue commune, prélude à une « transdiscipline » numérique ? Mais ne risque-t-on de créer de reproduire l’artificialité et la pauvreté de cette utopie sans lendemain qu’a été l’esperanto ?

Histoire de nous éloigner encore d’un optimisme ou d’un angélisme naïf – même si la tentation est grande à l’issue d’une journée aussi riche et gratifiante (!) : le(s) monde(s) numériques sont assurément sources de tensions, de conflits, de confusions voire d’incompréhensions, terres de nouvelles « fractures » et d’inégalités, ou de nouvelles formes d’exploitation. Eric Guichard soulevait à ce titre la question du digital labor (une nouvelle forme de prolétarisation, du travail intellectuel précisément), et la marginalité institutionnelle de la plupart des acteurs francophones du numérique, avec tous les enjeux de rivalités et de pouvoir qui s’ensuivent… où nous rencontrons le dilemme de l’institutionnalisation : faut-il structurer pour mettre de l’ordre et éviter les pertes d’énergies, faut-il substituer le droit au fait, au risque d’une perte de spontanéité, de créativité, et l’inévitable création de nouveaux rapports de force et de nouvelles hiérarchies ? 

Pour finir sur une note plus positive et constructive malgré tout : quels lendemains pour notre labo junior ? Même si nous sommes encore loin de l’atteindre (et l’atteindra-t-on un jour ? La valeur du mythe ne réside-t-elle pas justement dans l’inachevé et l’inachevable même ?), le ciel se dégage au-dessus de notre « Tour de Babel numérique ». On commence à y voir plus clair. Cette journée inaugurale nous a permis d’esquisser une première délimitation (des délimitations, plus justement) du champ mouvant des « humanités numériques » – et nous demander si la première tâche de l’association francophone en passe de naître à Saint Malo (That Camp 2013) n’était pas de rebaptiser ces si mal nommées « digital humanities » ? Mais quels mots pour remplacer cette traduction un peu rapide et assurément inexacte du terme parent anglo-saxon, qui ne correspond finalement à aucune réalité dans le paysage francophone – et a fortiori français ? Car que sont les « humanités en France ? Ont-elles jamais existé ? Et que dire du « numérique », que certains proposent d’appeler « télématique » (Eric Guichard) en dépit de ses connotations poussiéreuses (relents de « Minitel »…) ou « digitales » (communauté lausannoise de l’EPFL et l’Unil notamment).

Au terme de cette journée se dessinent finalement les contours encore vagues d’un « programme » futur ( et chargé !) pour notre labo junior : à nous de nous retrousser les manches ! Nous réfléchissons d’ores et déjà la « mémoire » de cette journée et plusieurs projets de publication sur divers supports sont en cours. La journée ayant été intégralement filmée, la vidéo sera bientôt mise en ligne.

Pour cela, nous vous proposons pour commencer (continuer) de nous retrouver dans trois semaines, le 7 novembre 2013, pour notre deuxième journée d’étude « BD NUM« , consacrée à la bande dessinée à l’ère du numérique (dont nous publierons très prochainement une annonce et un programme détaillés).

 En espérant vous voir tout aussi nombreux-es et enthousiastes qu’aujourd’hui !

 

Digital Babel, ou la fécondité d’un mythe multiséculaire pour comprendre notre présent numérique

Babel et sa Tour : fécondité d’un mythe multiséculaire et ses représentations pour appréhender le(s) monde(s) numérique(s)

Pieter_Bruegel_the_Elder_-_The_Tower_of_Babel_(Vienna)_-_Google_Art_Project_-_edited En plaçant notre première journée d’étude sous le signe du mythe de Babel et sous l’ombre tantôt bienfaitrice, tantôt menaçante, de sa Tour, nous nous inscrivons dans l’histoire longue de ses représentations littéraires, iconographiques et artistiques, depuis le texte biblique fondateur jusqu’aux monuments (rétro-)futuristes imaginés par les artistes ou les architectes les plus contemporains. C’est donc moins la quête d’originalité que la fécondité du mythe et ses représentations qui a guidé le choix de cette métaphore, dont le présent billet explore quelques-unes des facettes. C’est un(e) tour d’horizon des mythes, des peurs et des espoirs, des questions et des problèmes suscités par le numérique qui est ici proposé. En vue de cette première journée d’étude, et en guise de préparation à notre « table-ronde conclusive », ouvrons quelques-unes des fenêtres de notre « Tour(s) de Babel numérique(s) »…

Babel à l’ère numérique : entre universalité et diversité, entre « tradition » et innovation, intemporalité et historicité, contantes et variantes historiques 

Quête de l’inaccessible

La quête universelle et intemporelle de l’inaccessible prend la forme de la course moderne et contemporaine au progrès, des évolutions technologiques actuelles qui suivent un rythme effréné et sont souvent peu maîtrisés.

Quête de l’unitéNielsen_Babel_2011

La quête universelle et intemporelle de l’unité, au risque de l’uniformité peut se glisser dans la peau de deux avatars contemporains :

Un avatar scientifique : les humanités numériques, Tour de Babel disciplinaire ou (trans)discipline ?

La quête de l’unité symbolisée par le mythe de Babel prend d’abord le visage scientifique ou disciplinaire de savoir si les « humanités numériques » constituent ou doivent constituer une « transdiscipline ». La diversité sinon la confusion des « langues » et des approches du numérique est-elle une richesse ou une faiblesse, une bénédiction ou une malédiction ? Peut-on et doit-on davantage structurer, institutionnaliser, unifier le champ protéiforme et proliférant des humanités numériques, ou bien faut-il au contraire préserver cette diversité, gage de richesse et d’échange, de créativité et de renouvellement perpétuels ? La diversité doit-elle et peut-elle être réduite, au risque d’éveiller les peurs de fusion-absorption des disciplines « traditionnelles » au sein d’une vaste transdicipline impérialiste et omnivore, ou bien faut-il préserver cette hétérogénéité, au risque de la dispersion et de la submersion, de l’éclatement et de « l’émiettement »1 ? Au risque de susciter tensions et guerres interdisciplinaires ? Quelle(s) forme(s) d’interdisciplinarité peuvent ou doivent être développées à l’ère du numérique : multidisciplinarité préservant la séparation au risque de l’incommunicabilité, ou bien « transdisciplinarité » favorisant le dialogue sinon l’émergence d’une langue commune, au risque de se heurter à l’impossible et de caresser une trop belle utopie ?

Un avatar social et civilisationnel : la « révolution numérique » comme phénomène social

La densification des médiations et des réseaux de communication ou réseaux sociaux signe-t-elle la perte du lien social et la déshumanisation des relations, ou bien inaugure-t-elle de nouvelles formes de sociabilité, la formation de communautés fondées sur de nouvelles valeurs ? Peut-on parler « d’humanisme(s) » numérique : la prolifération des réseaux divisent-elles la société et l’humanité en une multitude de communautés et communautarisme(s) numérique(s), agitant la menace de nouveaux conflits ou guerres numériques, ou bien ces réseaux oeuvrent-ils en faveur d’une nouvelle civilisation voire d’une humanité numérique ? Réduisent-ils les inégalités « classiques » (économiques, sociales, culturelles) ou bien créent-ils de nouvelles forment d’inégalités et de « fractures » numériques ? Absorption des individus dans la grande masse anonyme et noyade de l’identité dans les flux immatériels d’informations, ou apparition de nouvelles formes d’identités numériques et de « modes d’être » au(x) monde(s)  ?

Le mythe de Babel comme symbole de l’altérité et de la pluralité linguistiques

Le babélisme linguistique est-il synonyme de diversité ou de confusion2 des langues (numériques) ? Est-il une malédiction ou une bénédiction, une chance ou un châtiment ? Une faiblesse ou une richesse : condamne-t-il l’humanité numérique à l’incompréhension et l’incommunicabilité, ou bien offre-t-il une parade contre l’uniformité et la possibilité du dialogue et de l’échange ? De cette diversité des langues découlent également nombre de débats actuels et d’inquiétudes qui tenaillent et hantent régulièrement les communautés d’humanistes numériques : la question du code(s), des langages informatiques, ou des noms de domaines sur le Net, instruments supposés de l’hégémonie culturelle et géopolitique des humanistes anglo-saxons, qui suscitent de vives résistances du côté des « marges » numériques3.

Vik Muniz, WWW (World Map), Pictures of Junk, 2008
Vik Muniz, WWW (World Map), Pictures of Junk, 2008

Babel, c’est aussi la quête désespérée d’une langue originelle commune sinon universelle aux humanités numériques, d’une matrice commune que délimitent parfois les frontières d’un supposé « croissant fertile » mésopotamien. Une invitation à réfléchir sur les origines et l’existence d’un berceau commun – hélas anglo-saxon ? – des humanités numériques, comme la vallée du Tigre et de l’Euphrate serait le « berceau » ou le foyer de l’humanité. Une intuition qui soulève immédiatement les clameurs du menu peuple numérique, relégué à ses « marches » européennes ou tiers-mondistes.La théorie de l’essaimage ou thèse « diffusionniste » et « impérialiste », fondées sur le modèle centre-périphérie, se heurtent aux résistances des « marges » numériques en faveur de l’émergence de foyers numériques multiples et hétérogènes– en l’occurrence non anglophones. Se dessine alors la carte géopolitique conflictuelle des mondes numériques : monde unipolaire ou multipolaire, ravagées par les impérialismes et autres « guerres froides » numériques ? L’unification recherchée n’est-elle qu’une ruse au service d’un impérialisme anglo-saxon toujours plus insatiable?Les nhuméristes pionniers et fondateurs veulent-ils l’association ou l’assimilation  des tards-venus numériques ? En ce sens, la destruction de la tour, symbole de l’échec de l’unification est autant une malédiction (pour les conquérants) ou qu’une bénédiction (pour les opprimés)… échec de la domination impérialiste et préservation de la diversité des cultures numériques ? Ces divagations métaphoriques ne sont qu’une invitation à écrire une histoire « totale » des humanités numériques, à peindre une grande fresque historique qui rendent justice aux vaincus de la « civilisation » numérique, et ne soit pas écrite du seul point de vue des fondateurs ni dans la seule langue des vainqueurs. Une histoire qui serait replacée dans le temps long, l’histoire longue des techniques et des relations entre l’humain et la technique, entre l’homme, son corps et ses machines. Une histoire qui s’efforcerait, enfin, d’équilibrer les permanences et les mutations, de départager les continuités et les changements, pour évaluer et nuancer la réalité de la supposée « révolution numérique ». Puisqu’il est question de récit (historique), de narration, la métaphore de Babel offre également prise à l’esprit qui voudrait comprendre le retour du mythe à l’ère numérique – le mythe au sens de récit ou narration – diagnostiqué par Milad Doueihi4, et plus largement, le(s) retour(s) du récit comme forme d’énonciation privilégiée – et pourquoi pas, le(s) retour(s) de l’utopie – inséparables, certes, de leurs versants dystopiques – au sein d’un monde (numérique) qu’on croit trop vite et trop souvent désenchanté.

« Web de données » et big data : la Bibliothèque de Babel numérique 

Rauzier, Bibliothèque idéale 2009
Rauzier, Bibliothèque idéale, 2009

Le Web est souvent perçu comme un labyrinthe de données et d’informations où il est difficile de s’orienter, à mi-chemin entre abondance (quantitative) et indigence (qualitative), où l »internaute est sans cesse confronté au risque de submersion sous la masse des big data, d’une part, et au risque d’appauvrissement ou de nivellement des metadata, d’autre part. Sur cette double menace se greffe le syndrome Wikipédia, symptôme d’un néo-encyclopédisme, de l’utopie résurgente d’une bibliothèque universelle à l’ère numérique.

François Boucq, Intérieur de la Babel de Jérôme Moucherot, 2012
François Boucq, Intérieur de la Babel de Jérôme Moucherot, 2012
Image extraite du film d'Alain Resnais, Toute la mémoire du monde, 1956
Image extraite du film d’Alain Resnais, Toute la mémoire du monde, 1956

La « ruche » ou la « fourmilière » numérique : luttes des classes, pouvoirs et guerres numériques

Andreas Gursky, Mayday V, 2006
Andreas Gursky, Mayday V, 2006
LIQING Xiang, Rock Never 3, 2002
LIQING Xiang, Rock Never 3, 2002

La tour de Babel revisitée comme une ruche (Gursky) ou une immense fourmilière (in)humaine(s) (LIQING Xiang), peut figurer la « déshumanisation » ou la « dépersonnalisation » dont on accuse souvent la « révolution numérique » : l’homme numérique ne serait plus qu’abeille ou fourmi, condamné à la perte d’identité et d’individualité, menacé d’absorption dans une masse informe et anonyme, perdu dans le labyrinthe dématérialisé des réseaux et absorbé dans les flux d’informations. Cette peur de la perte d’humanité n’est certes pas nouvelle. Si elle s’enracine dans la prolétarisation et les luttes sociales du capitalisme industriel triomphant au XIXe siècle, elle se ramifie aux XXIe siècle dans les critiques de la financiarisation généralisée au XXIe siècle : c’est toujours le mépris de l’humain et de son corps, réduit en esclavage par le capital puis par les machines et les flux d’informations qui échappent à tout contrôle, qui sont dénoncés. Les paysa émergents constituent les fronts pionniers de ces nouvelles craintes, qu’enregistrent les artistes chinois Yang Yongliang (Heavenly City, 2008), Du Zhenjun (The Wind, 2010) ou le documentaire de Hendrick Dussolier (Babel, Arte France, 2010) filmant les Shanghai et ses chantiers inhumains.

YONGLIANGYang, Heavenly City, 2008
YONGLIANGYang, Heavenly City, 2008
DU Zhenjun, The Wind, 2010
DU Zhenjun, The Wind, 2010
Hendrick Dussolier, Babel, 2010
Hendrick Dussolier, Babel, 2010

De la dématérialisation numérique à la rematérialisation « digitale » 

L'âge de fer de la dématérialisation numérique : John Isaacs, The Architecture of Aspiration, 2003
L’âge de fer de la dématérialisation numérique : John Isaacs, The Architecture of Aspiration, 2003

Pourtant, de la dématérialisation par les écrans à la « réincarnation » au temps des tablettes ou des smartphones, il n’y a qu’un pas. L’entrée dans un nouvel âge d’or « digital », l’âge des « petites poucettes » de Michel Serres5 ou ou du Fingerspitzengefühl de Robert Darnton6, succédant à l’âge numérique de fer, ouvre la possibilité d’une revanche des corps sur les machines, d’une réhabilitation de ce que l’homme a de plus humain et de plus sensible.

 

1 J’emprunte l’expression à François Dosse, L’histoire en miettes, 1987.

2 Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, IV, 11, 103.

3 Domenico Fiormonte, « Towards a Cultural Critics of Digital Humanities », in Thaller, Historical Social Research, vol. 37/3 (2012) : http://www.academia.edu/1932310/Towards_a_Cultural_Critique_of_Digital_Humanities ; Teresa Numerico, « Knowledge Commons and its ennemies », http://www.cceh.uni-koeln.de/files/Numerico.pdf

4Milad Doueihi, La grande conversion numérique, 2008 ; Pour un humanisme numérique, 2011.

5 Michel Serres, Petite Poucette, 2012.

6 Robert Darnton, « The Case for the Books » (2009).

Journée d’études inaugurale « La Tour de Babel numérique » – 15 octobre – ENS Lyon

Journée d’études inaugurale « La Tour de Babel numérique » – 15 octobre – ENS Lyon

 

Du Zhenjun, The Wind, 2010

Du Zhenjun, The Wind, 2010

 

 

 

Le tout jeune labo junior « Nhumérisme(s) » fait sa rentrée et a le plaisir de vous inviter à sa première journée d’études intitulée « La Tour de Babel numérique », consacrée à l’humanisme numérique et à la diversité des « langues » numériques. Cette journée aura lieu:

le mardi 15 octobre 2013 de 10h à 18h

ENS de Lyon – salle de réunion n°1 de l’Institut français de l’Education (IFé)

Ce sera l’occasion de présenter notre labo junior, son projet et le programme à venir. Avec un vaste panel d’intervenants, issus de milieux div

ers allant de l’histoire aux arts numériques, nous tenterons au cours de cette première journée de donner une définition plurielle de l »humanisme numérique » et de proposer un tour d’horizon des diverses approches du numérique dans le contexte lyonnais.

En voici le programme provisoire :

Matin

10h-10h30 Accueil des participants – ouverture de la journée

10h30-11h30 – Milad Doueihi (Université Laval – Québec) : « Intelligence et Numérique. L’humanisme numérique et l’intelligence comme un des mythes fondateurs de l’informatique ».
11h30-12h30 – Eric Guichard (ENSSIB – Lyon) « Le numérique et les technologies de l’intellect : une approche anthropologique ».

12h30-14h Pause déjeuner

Après-midi

14h-15h – Francesco Beretta/Pierre Vernus – Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) : « Une expérience historienne du numérique et du web de données »

15h-16h – Antony McKenna (Université Jean Monnet – Saint-Etienne) : présentation du Logiciel ARCANE et de ses applications à travers l’exemple de la Correspondance de Pierre Bayle – en duo avec Eric Lochard (Université Montpellier 3)

16h-16h15 – Pause café

16h15-17h15Catherine Beaugrand (ENSBA Lyon) : « Mémoire médium » 

17h15-17h45 – Table-ronde conclusive – ouverte à tous les participants : de la fécondité du mythe de Babel pour appréhender les mondes numériques – essais de définition plurielle des humanités et humanismes – programme à venir du labo junior « Nhumérismes »

 

 

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter l’argumentaire et le programme détaillés.

En espérant vous accueillir nombreux lors de cette première journée !

Journée d’étude réseaux-temps-espace, Paris, 19 septembre 2013

Le groupe fmr (flux, matrices, réseaux) organise sa deuxième journée d’étude à Paris le  jeudi 19 septembre 2013 : Les réseaux dans le temps et dans l’espace. L’objectif de cette journée est de faire dialoguer des points de vue divers sur la question du temps et de l’espace dans les réseaux. Concepts, méthodes, et outils utilisés pour analyser et comprendre l’évolution d’un réseau seront abordés, ainsi que la question de leur transfert d’une discipline à l’autre. Ils ‘agit en effet de renforcer le dialogue entre chercheurs, entre  Sciences humaines et Sciences exactes.

Pour  consulter le programme : Groupe fmr

Retours du colloque « La fabrique des mondes vidéoludiques » (ENS Lyon)

Les 6 et 7 juin 2013, l’ENS de Lyon a accueilli le colloque « La fabrique des mondes vidéoludiques » qui venait clôturer les quelque cinq ans d’activités du labo junior « Level Up ». Comme l’a rappelé Samuel Rufat dans son intervention d’ouverture du colloque, le labo junior « Level Up » avait trois objectifs à l’origine :

  1. mettre en réseau les chercheurs, enseignants, industriels, designers travaillant dans le domaine des jeux vidéos
  2. développer la recherche fondamentale et transdisciplinaire sur les jeux vidéos : voir comment ces disciplines peuvent dialoguer autour d’un objet commun
  3. ancrer les recherches sur les jeux vidéos dans les structures universitaires, et banaliser ces recherches

Tout au long de son existence, ces objectifs n’ont jamais été perdus de vue, et ont notamment débouché sur la publication de deux ouvrages :

  • Ter Minassian (Hovig), Rufat (Samuel), Coavoux (Samuel), Espaces et temps des jeux vidéo, Questions Théoriques, 2012
  • Samuel Rufat, Hovig Ter Minassian (dir.), Les jeux vidéos comme objet de recherche, Questions théoriques, coll. « L>P », 2011, 197 p.

La cohérence et la logique du programme du colloque des 6-7 juin méritent d’être soulignés : les organisateurs ont choisi d’articuler une première journée privilégiant une approche « internaliste » (anthropologie, étude du jeu vidéo lui-même et de ses formes) et une deuxième journée orientée plutôt vers une approche « externaliste’ (histoire et mise en contexte des jeux et des joueurs).

Attirons également l’attention sur l’intelligence du format retenu (intervenant/discutant) pour organiser les prises de paroles : ainsi, deux interventions de 25 minutes proposant deux approches différentes sur une thématique commune, étaient systématiquement suivies d’une discussion de 45 minutes (questions et critiques par un discutant, réponses des intervenants, puis ouverture aux questions de la salle) – format dynamique propice à l’interactivité et plus utile aux intervenants qu’une présentation magistrale « classique », en leur permettant de bénéficier d’un retour critique sur leurs travaux et leur ouvrant des perspectives insoupçonnées.

Le public nombreux et bigarré venu s’entasser dans la salle 103 de l’ENS pour écouter des interventions de grande qualité, d’une grande richesse thématique, et représentatives d’une grande diversité d’approches théoriques et méthodologiques, par des contributeurs d’origines géographiques, institutionnelles et disciplinaires tout aussi variées (géographie, anthropologie, sociologie, psychologie, historie, sciences de l’information et de la communication…) attestent le grand succès de ce colloque.

Cette manifestation était coorganisée par le labo junior « Level Up (Samuel Coavoux), « Games Studies à la française » – GSALF (Manuel Boutet) et l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines – OMNSH (Etienne Amato) qui a pour objectif l’optique de rassembler des acteurs issus de milieux, d’institutions et de cultures très diverses (chercheurs, industriels, joueurs et usagers), dans une logique transdisciplinaire et logique de dialogue et échange, d’enrichissement mutuel, entre ces discours et cultures différentes. Les discussions parfois vives qui ont animées ces deux jours ont toutefois montré que ce dialogue n’est pas toujours facile et ne va pas de soi, mais témoigne aussi de la vitalité d’un champ de recherche foisonnant, en pleine maturation, et qui se trouve de plus en plus confronté à la question de sa structuration et son institutionnalisation.  De ce point de vue, la plupart des organisateurs semblent s’opposer à la « disciplinarisation » (constitution en « discipline ») des games studies.

Pour autant, ce colloque marquait moins la fin que le début d’une nouvelle ère pour ce labo junior exemplaire et d’une longévité exceptionnelle, qui a décroché récemment une ANR sur 3 ans (2011- 2014) pour réaliser une grande enquête sur les pratiques des joueurs en France : le projet LUDESPACE sur « Les espaces du jeu vidéo en France » avec Université de Tours (CITERES). L’objectif est but de cartographier les pratiques de jeu vidéo, en privilégiant donc une approche spatiale et multiscalaire de ces pratiques. Dans le prolongement du labo junior, ce projet vise à promouvoir des « games studies » à la française : en se positionnant explicitement contre les Video Games Studies anglo-saxonnes, il s’agit de se recentrer sur les joueurs eux-mêmes et leurs pratiques, un pan de la recherche encore insuffisamment développé, comme l’a souligné à la fin du colloque Samuel Coavoux, responsable du labo junior « Level Up ».