Forum mondial des sciences sociales de Montréal 2013, 13 au 15 octobre

Transformations sociales et ère numérique

Le rôle grandissant des technologies numériques dans toutes les sphères de la vie – notamment sous la forme de « médias sociaux » – a fait l’objet d’innombrables manchettes ces dernières années; c’est également devenu un axe majeur de la recherche en sciences sociales.

Au sujet des « médias sociaux », les témoignages populaires et scientifiques sont généralement enthousiastes et soulignent leur caractère participatif et transformateur. Twitter, Facebook, Wikipedia et Wikileaks sont salués pour leur capacité à susciter la créativité et le partage du savoir, ainsi que leur propension à bousculer les hiérarchies établies dans la politique, les sciences et les médias. On affirme que ces applications Web ont facilité des soulèvements politiques, la résolution de problèmes scientifiques et l’émergence de talents inconnus de la musique et des arts. Certaines voix plus critiques questionnent toutefois ces affirmations, soulignant les dangers de supercherie, de désinformation, de dépendance, de narcissisme et la perte de la vie privée.

Pourtant, les technologies numériques vont bien au-delà de l’actuelle prolifération de « médias sociaux »: en usage depuis des décennies sous la forme d’ordinateurs et des réseaux les reliant, ces technologies ont pénétré presque tous les secteurs de la société, de la politique et de l’économie. Elles ont modifié la perception que l’on a de nous-mêmes, l’organisation du travail, la production de la connaissance, la réglementation de l’accès à l’information. Éducation, santé, consommation, agriculture, finances, sécurité, loisirs ont tous été bouleversés en profondeur par les technologies de l’information et de la communication.

Lors du Forum mondial des sciences sociales de Montréal 2013 (FMSS), des chercheurs du monde entier et de diverses disciplines aborderont les derniers développements et les formes d’utilisation des technologies numériques.

  • Premier axe : comment les technologies numériques transforment-elles les  différentes sphères de la vie sociale ?
  • Second axe : comment transforment-elles les sciences sociales?

Les contributions se concentreront sur ces deux grands axes thématiques (voir ci-dessous des exemples de sujets possibles). Les apports de diverses disciplines sont nécessaires à la compréhension de ces changements complexes et les contributions de l’ensemble des sciences sociales mais aussi des humanités et des sciences naturelles et médicales (par exemple, les disciplines de science, technologie, ingénierie et de médecine) sont encouragées.

Le Forum portera sur les utilisations positives, négatives mais aussi potentiellement négatives des technologies numériques et leurs effets imprévus et ambivalents.

Quatre hypothèses qui sous-tendent la conférence:

La technologie compte. Comment les conceptions de la technologie affectent-elles  les possibilités d’engagement et de participation des différents groupes de la société? Les technologies numériques ne sont pas des boîtes magiques – elles ont été conçues (quoique pas toujours consciemment) pour favoriser certaines formes d’interaction et en rendre d’autres plus difficiles.

L’histoire compte. Que pouvons-nous apprendre des transformations sociotechniques du passé? Le développement des technologies numériques s’est accompagné de la promesse d’élimination du travail répétitif, ennuyeux et fastidieux, et d’amélioration de l’accès à l’information, les divertissements, la qualité de la justice sociale et la démocratie. Des peurs semblables à celles exprimées aujourd’hui furent entendues relativement à la presse d’imprimerie, au télégraphe et à la télévision à leur époque.

Les méthodes et les théories comptent. Comment les technologies numériques affectent-elles la façon dont les chercheurs définissent les catégories, enregistrent les résultats et mènent leurs analyses? Quels effets ont-elles sur les questions de recherche et les réponses apportées? Les technologies numériques ouvrent de nouvelles possibilités de collaboration interdisciplinaire et internationale ainsi que de nouvelles formes d’engagement avec la société.

Les individus et les communautés comptent. L’ère numérique voit la reconfiguration des moyens par lesquels les individus et les communautés se pensent et construisent leurs identités et leurs activités. Cette hypothèse est-elle valide? Les individus et les communautés influencent-ils également les développements numériques? Quels types de technologies peuvent être développés afin de répondre aux besoins des gens d’aujourd’hui et de demain?

Premier axe:

1.       Technologies numériques  ↔  Vie sociale

Quelles transformations sociales résultent de la diffusion généralisée des technologies numériques? Ce premier thème explore les nombreuses incidences des technologies numériques sur la façon dont les gens travaillent, vivent et se divertissent. Il questionne également comment les technologies numériques façonnent la perception des défis et des impératifs sociaux. Les technologies numériques ainsi que leurs usages par les individus, les organisations et les gouvernements, sont un objet de grand intérêt pour les chercheurs en sciences sociales. Le temps passé devant un écran ou à regarder intensément de minuscules appareils portatifs affecte non seulement les interactions entre les personnes  mais influence également le développement de l’identité des individus. Certains s’inquiètent de la baisse de la capacité d’attention, de changements dans les circuits du cerveau. De plus, les enfants et les adultes ont accès à une vaste gamme de matériel éducatif, impensable il y a à peine une génération. Que signifient ces changements pour la vie des êtres sociaux que nous sommes? Les interactions en ligne facilitent-elles l’émergence d’identités multiples dont l’authenticité resterait insaisissable ou nous enferment-elles au contraire, de par la possibilité de se pister soi-même et les autres au travers de multiples domaines, dans un passé dont on ne peut s’échapper? Comment les technologies numériques sont-elles intégrées à l’organisation de la vie économique, facilitent-elles de nouvelles formes de travail, de nouvelles divisions du travail, de nouveaux modes de financement? Le Printemps arabe fut-il réellement une révolution de Facebook et Twitter? Les technologies numériques peuvent-elles contribuer à la création d’un environnement durable ou notre poursuite d’appareils toujours plus récents fait-elle partie du problème? Les technologies numériques bouleversent la division entre ce que nous considérons être les domaines privé et public. Qui a le droit de consulter  notre matériel en ligne? Qui peut en tirer profit? Les questions d’ordres juridique, éthique et de réglementation sont multiples et pour les gouvernements et pour les corporations.

Ces sous-thèmes pourront aussi être abordés:

  • Le pouvoir des Marchés mondiaux: transactions à la nano-seconde et gouvernance sociale
  • Le numérique et l’humain: cyborgs, post-humains, améliorations de l’humain
  • Identités numériques: natifs numériques, immigrants numériques, exclus numériques
  • Diversité culturelle dans un environnement médiatique global
  • Famille, communauté et mouvements sociaux
  • Le savoir numérique est-il un patrimoine mondial?
  • Commerce électronique: nouvelles formes de travail, travail libre
  • Créativité dans l’industrie et les arts
  • Temps, travail et loisirs
  • Éducation, alphabétisation et habilités
  • Environnement et durabilité
  • Cyberpolitiques: démocratie, émancipation et engagement
  • Politiques du sexe, pornographie et esclavage humain
  • Convergence médiatique: régulation et contrôle
  • Guerre, terrorisme et conflits
  • Imaginer une cyber-dystopie
  • Santé et bien-être
  • Pauvreté et inégalités: divisions numériques et autres
  • Surveillance, intimité et sécurité
  • Représentations des technologies numériques au cinéma et dans la fiction
  • Code: interaction humain-ordinateur/design de matériel informatique et de logiciels
  • Piratage informatique et jeux vidéos
  • Autres

Deuxième axe:

1.       Technologies numériques ↔  Sciences sociales (et autres disciplines)

Comment les technologies numériques affectent-elles la production de connaissance dans les sciences sociales et dans les autres domaines de la connaissance? Ce deuxième axe porte sur les effets de la disponibilité sans précédents de données, de puissance de calcul et d’outils collaboratifs sans précédents sur les rapports qu’entretiennent les chercheurs entre eux, à leurs données et leurs sources, aux éditeurs et aux bibliothèques, aux agence de financement et au public en général. Les technologies numériques permettent à de nouveaux champs et pratiques de recherche d’émerger, elles offrent de façons fascinantes de représenter les données et les résultats, entraînent de nouvelles formes d’évaluation par les pairs, des publications améliorées et de nouvelles façons de communiquer.

Afin de tirer parti de ces nombreuses possibilités, les chercheurs en sciences sociales refusent de plus en plus les frontières traditionnelles entre les disciplines et collaborent notamment avec des informaticiens et des spécialistes de l’information. Les technologies numériques offrent également de nouvelles façons d’évaluer et surveiller les chercheurs eux-mêmes. L’information et le savoir sont devenus ainsi des marqueurs importants de cette transition récente vers ce que beaucoup considèrent  un mode ou régime économique nouveau. Les technologies numériques sont devenues indispensables dans la vie quotidienne des gens, mais aussi dans la manière dont l’information et les connaissances sont recueillies, stockées, analysées et distribuées.

Parfois, l’offre d’informations, la génération et le partage des connaissances sont le résultat de choix conscients, comme lorsque les gens s’engagent dans un débat politique sur internet ou fournissent des détails sur la migration des oiseaux; c’est parfois un sous-produit d’autres activités, comme lorsque les gens achètent des produits en ligne, laissent des traces de leur recherche et de leurs achats. Ces données sont-elles ouvertes aux chercheurs et sous quelles conditions? Est-ce que l’accès à de grandes quantités de données (Big Data) change la manière dont on définit et comprend l’expertise et la connaissance? Lorsque rassemblées, ces données peuvent être formalisées, codifiées et mises en marché; et dans ce processus elles deviennent d’un grand intérêt pour les chercheurs des secteurs public et privé.

Ces sous-thèmes pourront aussi être abordés:

  • Science citoyenne: engagement et expertise
  • Big Data: fin de la théorie?
  • Science (sociale) informatique: moyens du savoir
  • Visualisation des données et résultats
  • Bibliothèques et archives
  • Collaborations entre disciplines et travail à distance
  • Impact, évaluation et responsabilité
  • Éthique de la recherche électronique
  • L’édition savante a-t-elle un avenir?
  • Libre accès/code source libre/libre évaluation des pers
  • Science et politique de recherche
  • Marchandisation de la donnée et la recherche
  • Changer les pratiques de recherche
  • Autres

 

Esquisse d’une auto-analyse…

Coleman G., 2010, « Ethnographic Approaches to Digital Media », Annual Review of Anthropology, Vol. 39, pp. 487-505.

Résumé

 » This review surveys and divides the ethnographic corpus on digital media into three broad but overlapping categories: the cultural politics of digital media, the vernacular cultures of digital media, and the prosaics of digital media. Engaging these three categories of scholarship on digital media, I consider how ethnographers are exploring the complex relationships between the local practices and global implications of digital media, their materiality and politics, and their banal, as well as profound, presence in cultural life and modes of communication. I consider the way these media have become central to the articulation of cherished beliefs, ritual practices, and modes of being in the world; the fact that digital media culturally matters is undeniable but showing how, where, and why it matters is necessary to push against peculiarly narrow presumptions about the universality of digital experience.  »

http://www.annualreviews.org/eprint/gzYRzazRZpBjEGWfcWr5/full/10.1146/annurev.anthro.012809.104945

Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation

Appel à communications
Les laboratoires GERiiCO (Lille 3) et Paragraphe (Paris 8) organisent le 16ème Colloque International sur le Document Électronique (CIDE 16) qui se tiendra à Lille les 21 et 22 novembre 2013 sur le thème :

« Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation »

Poursuivant ses travaux entamés depuis 15 ans sur les mutations du document électronique, l’édition 2013 du Colloque International sur le Document Électronique portera sur les questions de production et de réception des documents visuels interactifs. Ces documents, implémentés dans des dispositifs tels que les livres numériques interactifs, les serious games, les jeux vidéos, les tablettes tactiles interactives, les outils de visualisation de l’information et de cartographie dynamique…, ont en commun de permettre l’accès à différents types d’informations, scientifiques, culturelles, pédagogiques, ludiques, etc.

Les dispositifs qui les diffusent, aussi différents apparaissent-ils, mettent en jeu des technologies, des modalités d’écriture, des régimes de matérialité et des choix esthétiques qui suscitent de nouvelles expériences interactives.

L’importance croissante du visuel et de l’interactivité dans les dispositifs numériques de médiation des connaissances, expertes ou non, de la culture ou du divertissement attirent ainsi l’attention de chercheurs issus de différentes disciplines qui s’intéressent aux logiques de conception, de production mais aussi de réception et d’appropriation de ces objets visuels.

Tout en restant ouverte aux dimensions technologiques de production et de réalisation, l’édition 2013 de CIDE souhaite promouvoir une réflexion collective concernant les modes de conception associant l’usager (conception participative), les expériences esthétiques liées à la réception de ces documents visuels interactifs, les modalités d’appropriation et d’interaction propres à ces dispositifs, qu’ils soient nomades ou non.

Sont concernées par ce colloque toutes les recherches, théoriques ou expérimentales, qui s’inscrivent dans la perspective des études sur le document visuel, défini ainsi au sens large.

Dates importantes

Date de soumission des résumés (3 000 signes minimum, espaces non compris) : 22 février 2013
Notification aux auteurs : 8 avril 2013
Date de soumission des textes complets : 17 juin 2013
Notification aux auteurs : 17 juillet 2013
Envoi des versions définitives : 9 septembre 2013

L’appel à communications est accessible à l’adresse : http://geriico.recherche.univ-lille3.fr/


Bernard Jacquemin
Laboratoire GERiiCO
Co-responsable Licence Pro RDBD, parcours Archives
SID — DECCID — Université Lille 3
Domaine Universitaire du Pont de Bois — BP 60149
F-59653 Villeneuve d’Ascq CEDEX (France)
Tel. : +33 (0)3 20 41 66 38

Atelier Internet Lyonnais

Le séminaire, intitulé l’AIL (Atelier Internet Lyonnais) se tient à l’Enssib. L’Atelier Internet est un séminaire fondé en 1995 à l’ENS (rue d’Ulm) par Éric Guichard. Il a son pendant lyonnais depuis 2006.

Les thèmes traités (Paris et Lyon)

  • Enjeux de la culture numérique.
  • Géographie et métrologie de l’internet.
  • Épistémologie des SHS

A Lyon, il bénéficie d’un soutien de la Région Rhône-Alpes (ARC5).

Les conférences du printemps 2013 ont lieu de 17h à 19h30 les mercredis suivants:

  1. 13 février
  2. 6 mars
  3. 20 mars
  4. 3 avril
  5. 17 avril
  6. 29 mai
  7. 12 juin

La majorité des conférences sera assurée par Éric Guichard.

Des précisions…

http://barthes.ens.fr/atelier/

Penser l’écosytème des données. Les enjeux scientifiques et politiques des données numériques

14 février 2013
de 9.00 à 17.45

à l’Institut des sciences de la communication du CNRS
20 rue Berbier-du-Mets
75 013 PARIS (métro Gobelins)

Comité scientifique :
David Berry (Swansea University, College of Arts and Humanities)
Mélanie Dulong de Rosnay (CNRS-ISCC)
Clément Mabi (UTC-Costech)
Jean-Christophe Plantin (UTC-Costech)
Bernhard Rieder (University of Amsterdam, Media studies department)
Valérie Schafer (CNRS-ISCC)
Laurence Monnoyer-Smith (UTC-Costech)
Bruno J. Strasser (Université de Genève & Yale University)
Stéphanie Wojcik (UPEC-Ceditec)

Animation de la matinée : Jean Christophe Plantin

9h00
Accueil
9h10 > 9h20
• Ouverture de la journée par Pascal Dayez-Burgeon (directeur adjoint de l’ISCC)

9h20 > 9h30
• Introduction de la journée par Laurence Monnoyer-Smith (UTC)

9h30 > 10h30
Conférencière invitée
• Tooling up or tooling down? On issue mapping and other interface methods
Noortje Marres (Goldsmith, University of London)

10h30 > 12h30
Première session : Les données numériques et la recherche en SHS
Présidence : Valérie Schafer (CNRS-ISCC)
• La double face de l’Open Data
Primavera de Filippi et Danielle Bourcier (Paris 2)
• Expérimenter de nouveaux dispositifs de médiation autour de la donnée : « l’Infolab »
Amandine Brugière (FING) et Sarah Labelle (Paris 13)

Discussion
• Using APIs in Social Scientific Analysis of Big Data: Methodological and Ethical
Challenges
Peter Mechant (iMinds/UGent), Cédric Courtois (iMinds/UGent), Pieter Verdegem
(UGent)

• Digital Devices and Digital Informants – Between Ethnography and Digital
Methods
David Moats (Goldsmith, University of London)

Discussion

12h30 > 13h45
Pause déjeuner – Buffet

Après-midi
Animateur : Clément Mabi (UTC)

13h45>14h15
•    Une approche interdisciplinaire des grandes masses de données : le cas du
Défi Mastodons
Mokrane Bouzeghoub (Directeur adjoint scientifique Informatique de l’INS2I/CNRS,
Professeur Université de Versailles, PRISM)

14h15>15h30
Deuxième session : Les enjeux de l’ouverture des données
Présidence : Laurence Monnoyer-Smith (UTC)
•    Open Government : les technologies de l’ouverture en question
Romain Badouard (Mines ParisTech)
•    Ouvrir les coulisses de l’Open Data: pour une ethnographie des pratiques  de
libération de données
Jerôme Denis, Samuel Goeta (Telecom ParisTech)
• La « data », moteur de croissance de l’économie numérique de demain
Camille Domange (CERSA-CNRS/université Panthéon-Assas)

Discussion

15h30>15h45
Pause café

15h45>17h30
Troisième session : L’ouverture des données, participation citoyenne et
écosystèmes locaux
Présidence : Stéphanie Wojcik (CEDITEC)
• Democracy or Technocracy : Opportunities and Challenges Introduced by the
Open Data Movement
Yuwei Lin (Salford University)
• Recontextualization and Rationalization in Open Data
Michael Castelle (University of Chicago)

Discussion

• Les systèmes d’information environnementale à l’épreuve de l’accès libre
Pierre Gautreau (Paris 1)
• Les limites de la « transparence » des données : une étude comparative des
stratégies d’ouverture des données de l’Autorité européenne de sécurité
alimentaire (EFSA) et de l’Agence fédérale américaine des produits
alimentaires et médicamenteux (FDA).
François Allard (Paris 4)

Discussion

17h30>17h45
Conclusion de la journée
Laurence Monnoyer-Smith (UTC), Valérie Schafer (ISCC/CNRS), Stéphanie Wojcik
(CEDITEC)

Inscriptions auprès de:
clement.mabi@utc.fr   
et
jean-christophe.plantin@utc.fr