journées RES-HIST, 9-11 avril 2014

Le groupe de travail RES-HIST organise une deuxième session de travail du mercredi 9 au vendredi 11 avril 2014 à l’Université de Toulouse. Contrairement au premier atelier, tenu à Nice en septembre 2013, qui présentait la diversité des approches et des usages de la notion dans plusieurs travaux en cours dans les quatre périodes historiques (voir notre compte rendu), celui-ci est plus axé sur la méthodologie du traitement numérique des réseaux (session du mercredi après-midi) et présente notamment les travaux de chercheurs étrangers. Un troisième atelier sera organisé à Paris 7 en 2014-2015 et valorisera les croisements disciplinaires.

Les liens renvoient aux articles mis en ligne par les communicants sur le site du groupe RES-HIST.

Maison de la Recherche – Université de Toulouse-le Mirail

Mercredi 9 avril 2013 (14h30-17h)
14h 30 : Accueil : salle informatique de la Maison de la Recherche, RDC
14 h 40 – 17 h : Ateliers informatiques
Atelier 1 : P. Cristofoli (UMR 8558 EHESS-CNRS) : « NodeXL et le traitement des données nominatives et de parenté. (salle informatique de la Maison de la Recherche, RDC)
Atelier 2 : A. Chaparro (Université de Nice) : « Construire, visualiser et analyser un réseau avec Pajek » (salle informatique n° 1118, bâtiment 18, premier étage)

 Jeudi 10 avril 2013
« Historiens et analyses de réseaux » (D 31)
9 h : Accueil
9 h 15 : Introduction (M. Bertrand)
9 h 30 : G. Levi (Université de Venise, Italie) : conférence inaugurale – « Religion catholique et mondes sociaux en Europe et en Amérique latine »
10 h 30 – 10 h 45 : discussions
10 h 45 : pause
11 h : L. Van Hoof (Université de Gand, Belgique) : « Réseaux épistolaires grecs sous l’Empire Romain : Libanios (314-393) comme lobbyiste » (Discutante : C. Bonnet, IUF-Université de Toulouse)
11 h 45 : J.M. Imízcoz Beunza (Université du Pays Basque, Vitoria, Espagne) : « Correspondance épistolaire et analyse de réseau dans l’empire espagnol » (Discutant : P.-Y. Beaurepaire, IUF-Université de Nice) – on peut lire à ce sujet son article publié dans Redes
12 h 30 : repas (S. D. 28)
14 h 30 : F. Apellaniz (Institut Universitaire Européen, Florence, Italie) : « Vers un modèle de collaboration ? Réseaux mixtes et institutions légales en Méditerranée pré-moderne (Alexandrie, Damas, 1350-1520) »(Discutantes : C. Denjean ; I. Houssaye, Université Paris Diderot / FRAMESPA) – on peut lire à ce sujet son article publié dans le Journal of Interdisciplinary History
15 h 15 : A. Ibarra (UNAM-Mexique) : «  Réseaux marchands dans l’espace atlantique moderne au 18e siècle : le consulat de Mexico » (Discutant : Z. Moutoukias, Université Paris 7-Denis Diderot)
16 h : S. Ginalski (Université de Lausanne, Suisse) : « Patronat suisse et entreprises familiales 20e siècle » (Discutante : S. Marzagalli, IUF-Université de Nice) (intervention fondée sur un texte sous presse, qui sera de ce fait transmis aux seuls participants)
Vendredi 11 avril 2013
Journées doctorants et post doctorants (D 29)
8 h 45 : Accueil
9 h : A. Massé (doct., université de Toulouse 2) : «  Consuls en réseaux : les consuls de France de 1815 à 1852 »
9 h 30 : T. Mollanger (doct., université de Bordeaux) : «  Aborder la construction de la réputation d’un acteur économique par l’analyse de réseaux égocentrés. Apports et limites d’une méthode appliquée à la firme Hennessy de 1765 à 1796 »
10 h : L. Nabias (doct., université de Paris 3) : « Cartographie du capital social et économique de quelques lignages de l’ancienne noblesse d’Ile de France du XIIe au XVe siècle, à travers l’étude de leurs réseaux de parenté et de dépendance d’institutions ecclésiastiques »
10 h 30 : Pause
11 h : H. Simmoneau (post doc. Paris 13) : « Mobilité des hommes et réseaux d’information. L’apport d’une base de données sur les hérauts d’armes à la fin du Moyen Âge »
11 h 30 : S. Thery (doct., université de Tours) : «  Études des réseaux sociaux entre les notables de la ville de Tours et Louis XI (1461-1483) »
12 h – 12 h 30 : Discussions
Repas : 12h30-14h (S. D. 28)
14 h : C. Milhaud (Paris School of Economics) : « Réseaux ecclésiastiques et marchés des capitaux dans l’Espagne du XVIIIe siècle »
14 h 30 : D. Rusque (doct., université de Strasbourg) : « Commerce matériel du savoir et réseaux du naturaliste Jean Hermann (1738-1800) »
15 h : M. Lezowski (post-doc, École française de Rome) : «  Légitime transmission : le contrôle des reliques à l’époque moderne, une ressource pour l’historien des réseaux. (Milan, XVII-XVIIIe siècles) »
15 h 30 : Pause
16 h : M. Maisonnobe (doct., université de Toulouse 2) : « A geo-historical account of the development of DNA repair studies »
16 h 30 : M. Molin : «  Comprendre les apports de l’analyse des réseaux en histoire ecclésiastique. La clientèle de la famille de Guise au sein du clergé parisien durant les guerres de religion (XVIe siècle) »
17 h – 17 h 30 : discussions et conclusions

Journées Réseaux et histoire, Nice, 26-28 septembre 2013

L’Université de Nice organise, en partenariat avec l’IUF, trois journées de lancement d’un nouveau groupe de travail consacré à l’usage des études de réseaux dans toutes les périodes de l’histoire. Plusieurs des communications aborderont des questions méthodologiques, en particulier l’usage des outils numériques dans la reconstitution et la modélisation des réseaux. La première journée est consacrée aux travaux de chercheurs confirmés qui ont déjà publié sur les réseaux. La suite se compose d’interventions de jeunes chercheurs (doctorants et jeunes docteurs). L’ensemble de la manifestation se tient à la MSHS de Nice (pôle universitaire Saint-Jean-d’Angély) et dispose d’une plateforme en ligne: http://reshist.hypotheses.org/ où sont publiés de brefs résumés des interventions.

 

Jeudi 26 septembre. De l’utilisation des réseaux en histoire : retours d’expériences

9h15 : Accueil

9h30 : Introduction par Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli (CMMC, Université Nice Sophia Antipolis et Institut Universitaire de France)

9h45-10h30 : Nicolas Verdier (CNRS, Géographie-cités, Paris), Passer par les évolutions du réseau d’un réseau technique pour comprendre les évolutions de l’espace : La poste aux chevaux en France au XVIIIe siècle.

10h30-11h15 : Stéphane Frioux (UMR 5190 LARHRA, Université Lyon 2), Les réseaux de la modernité : circulation des savoirs et diffusion de l’innovation en hygiène urbaine (France, fin XIXe siècle-années 1930).

11h15-11h30 : Pause-café

11h30-12h15 : Florent Hautefeuille (Université de Toulouse II), Des sources fiscales médiévales à la reconstruction des systèmes relationnels : étude d’une communauté paysanne.

12h15-13h : Jérôme  Lamy (LabEx Structuration des Mondes Sociaux, Université de Toulouse), Les astronomes toulousains et la République des Lettres au 18e siècle : modes de communication et structure des réseaux

13h-14h15 : Pause repas

14h15-15h : Isabelle Rosé (Université Rennes II), Comment utiliser, transposer et adapter l’analyse de réseaux égocentrés aux sociétés du haut Moyen Âge? Quelques propositions de méthode autour de deux études de cas.

15h-15h45 : Andoni Artola (Université du Pays Basque), La notion de réseau dans l´étude du developpement idéologique. Le cas de l´épiscopat espagnol (1760-1839).

15h45-16h15 : Pause-café

16h15-17h00 : Pierre Gervais (Université Paris III), L’analyse de réseau en autodidacte: critique et illustration. Le cas de la base de données ANR Marprof sur la comptabilité marchande du XVIIIe siècle et de son usage.

17h00-17h45 : Vincent Gourdon (CNRS, Centre Roland Mousnier, Université Paris IV), Les témoins de mariage civil dans les villes européennes du XIXe siècle : quel intérêt pour l’analyse des réseaux familiaux et sociaux ?

17h45-18h30 : Elisa Grandi (Université Paris Diderot), Politiques locales et experts internationaux: Les réseaux de la Banque Mondiale en Colombie (1949-1970).

 

Vendredi 27 septembre. Atelier de doctorants et jeunes chercheurs I 

9h00-9h30 : Andurand Anthony (PLH-ERASME, Université Toulouse-Le Mirail), L’analyse des réseaux sociaux comme outil d’analyse textuelle : le cas des Propos de table de Plutarque.

9h30-10h00 : Deschanel Boris (IDHE, université Paris I), L’analyse de réseau appliquée aux trajectoires sociales des négociants dauphinois, de la Révolution à la Restauration.

10h00-10h30 : Gonzalez-Quijano Lola (LaDéHiS, EHESS), Le demi-monde : prostitution et réseaux sociaux dans le Paris du XIXe siècle.

10h30–11h00 : Pause café

11h00-11h30 : Elise Lehoux (EHESS), Entre France et Allemagne, réflexions autour du réseau de sociabilité et des traditions savantes de l’archéologue Aubin-Louis Millin.

11h30-12h30 : Alvaro Chaparro (CMMC, Université Nice Sophia Antipolis), Bases de données et application de l’analyse des réseaux. L’expérience de Fichoz et de Navigocorpus

12h30-13h30 : Pause buffet

13h30-14h00 : Bertoncello Frédérique et Marie-Jeanne Ouriachi (CEPAM, Université Nice Sophia Antipolis), Des lieux et des hommes : réseaux de peuplement et réseaux familiaux dans l’Antiquité.

14h00-14h30 : Smyrnelis Marie-Carmen (Institut Catholique de Paris / EHESS), Identités, réseaux, espaces en Méditerranée et en Europe au XIXe siècle. L’exemple de familles grecques.

14h30-15h00 : Pallini-Martin Agnès (EHESS, ANR ENPrESA), Réseaux commerciaux et politiques des Florentins à Lyon autour de 1500.

15h00-15h30 : Viera Rebolledo-Dhuin (CHCSC, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Dynamiques des réseaux de crédit à Paris au XIXe siècle.

15h30-16h00 Pause-café

16h00-17h00 : Beauguitte Laurent (groupe fmr – flux, matrices, réseaux), Régionalisation politique et gouvernance mondiale : l’ONU au prisme des réseaux.

17h00-18h00 : Gasperoni Michaël (EHESS), Histoire et réseaux de parenté : concepts, outils, méthodes

 

Samedi 28 septembre. Atelier de doctorants et jeunes chercheurs II 

9h00-9h30 : Nabias Laurent (CHSCO, Université Paris Ouest Nanterre), Etude prosopographique et analyse des réseaux de l’ancienne noblesse francilienne de Philippe Auguste à Charles VII (1180-1430).

09h30-10h00 : Marylou Nguyen Hoang Phong (Université Paris-Est), Pouvoir et réseaux égocentrés à l’époque moderne. Présentation d’une tension conceptuelle et méthodologique.

10h00-10h30 : Pierre-Marie Delpu (Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I), Les réseaux libéraux napolitains (premier XIXe siècle) : insertion transnationale et modernisation locale.

10h30-11h00 : Vivien Faraut (CMMC, Université Nice Sophia Antipolis), Les réseaux libéraux sous la Restauration.

11h00-11h20 : Pause-café

11h20-13h00 : Discussions et conclusions

 

Comité scientifique :

Pierre-Yves Beaurepaire (Université Nice Sophia Antipolis – Institut Universitaire de France)

Michel Bertrand (Université de Toulouse – Institut Universitaire de France)

Claire Lemercier (CNRS-Sciences Po Paris)

Silvia Marzagalli (Université Nice Sophia Antipolis – Institut Universitaire de France)

Zacarias Moutoukias (Université Paris Diderot-Paris VII)

Utiliser une base de données dans un travail de recherche en histoire

Vous trouverez ici la communication que j’ai donnée au séminaire « Digital History. L’histoire à l’heure du numérique » à l’Université Paris 7, en janvier 2013 (voir programme), sur l’usage des bases de données en histoire politique contemporaine à partir du cas précis de ma thèse. J’utilise la base Fichoz, d’abord créée par Jean-Pierre Dedieu pour le CNRS à partir de Filemaker. Cette base permet de stocker massivement des données factuelles obtenues par la consultation des archives et de les mettre en relation. Elle peut être reliée à un logiciel libre d’analyse de réseau, Pajek, qui permet de modéliser des configurations sociales. Sur les relations entre ces deux logiciels, Jean-Pierre Dedieu, directeur de recherches au CNRS spécialiste d’histoire moderne de l’Espagne et un post-doctorant, Alvaro Chaparro, viennent de publier un article aux Cahiers de Framespa : http://framespa.revues.org/2173

Séminaire Université Paris 7 / Università degli studi di Bologna

Dans le cadre du cursus intégré franco-italien et en partenariat avec la jeune revue Diacronie est organisé, lundi prochain 21 janvier à l’Université Paris 7, un séminaire consacré à l’initiation des étudiants de master aux humanités numériques. Le séminaire s’appuie sur le dernier numéro de Diacronie consacré à la question (voir sommaire ici) et vise à présenter les principaux chantiers et démarches (bases de données bibliographiques ; travail collaboratif en ligne ; blogging scientifique ; renouvellement plus large des méthodes d’investigation des historiens dans un domaine où elles sont encore peu utilisées, l’histoire politique.

Digital history. L’histoire à l’ère du numérique  : approches, méthodes et outils de travail

Première journée : 21 janvier 2013, Université Paris Diderot, 9h-18h, salle 115. Bâtiment Olympe de Gouges – 55, rue Albert Einstein, 75013, métro ligne 14 François Mitterrand ou T3 Avenue de France

Programme

9h-9h15 : Manuela Martini : Présentation de la journée

9h15-9h45: Elisa Grandi (Université Paris Diderot/Université de Bologne) et Deborah Paci (Université de Padoue/Université Sophia
Antipolis) : « Digital history. L’histoire à l’ère du numérique », présentation numéro spécial de la revue en ligne Diacronie.

Matinée: De l’utilité d’un logiciel libre : formation au logiciel Zotero

9h45-11h : Atelier sur Zotero (Émilien Ruiz, EHESS)

11h-11h15 : Pause-Café

11h15-13h : Atelier sur Zotero (Émilien Ruiz, EHESS)

13h-14h15 : Pause Déjeuneur

Après-midi: Digital Humanities et histoire. Quoi de neuf ? (Modératrice : Elisa Grandi)

14h15-15h15 : Franziska Heimburger (EHESS): Présentation de la ressource numérique “New collaborative bibliography of First World War
Studies”

15h15-16h15 : Emilien Ruiz (EHESS): Chercher, enseigner, bloguer: une expérience de doctorant en histoire à l’ère numérique

16h15-16h30 : Pause-Café

16h30-17h30 : Pierre-Marie Delpu (Paris 1): Bases de données et études de réseaux: quelques réflexions sur l’usage des Digital Humanities en
histoire politique

17h30-18h : Discussion générale et clôture de la journée

D’autres séances sont envisagées, la prochaine devrait se tenir à Bologne au mois de février.