Mooc Analyse des données multidimensionnelles

Nous signalons la création d’un MOOC à Bordeaux sur l’Analyse des données multidimensionnelles à destination des étudiants, universitaires et professionnels versés dans l’analyse statistique de données.

Le cours recourra au logiciel R, et privilégiera une approche géométrique (plutôt que mathématique). Son objectif est de permettre la compréhension de différents types d’analyse (analyse en composantes principales, analyse factorielle des correspondances, analyse des correspondances multiples et classification ascendante hiérarchique) et d’y acquérir une réelle autonomie.

Le plan  du cours et modalités d’inscription sont disponibles à l’adresse suivante :
https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/courses/agrocampusouest/40001/Trimestre_1_2015/about

Réseaux : outils et réflexions théoriques

Le séminaire « Réseaux » du Laboratoire Nhumérisme débute le 19 novembre prochaine. Chaque séance se veut lieu d’échanges et de débats sur les fondements théoriques et postures méthodologiques mises en œuvre par les intervenants dans le cadre de leurs recherches.

Afin de permettre à tout un chacun de contribuer aux discussions, nous proposons au lecteur, apprenti, un  éventail d’outils méthodologiques et de réflexions théoriques s’y rapportant. Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité et nous invitons à la compléter en signalant dans les commentaires toute référence jugée utile n’y apparaissant pas.

– En préambule :

– La question du vocabulaire : petites mises au point sur les différentes acceptions d’un terme polysémique

– La question des modalités d’analyse : au-delà du graphe

– La question du type d’analyse et des formes de réseaux :

– La question de la visualisation : entre exhaustivité et lisibilité

–  Autres ressources pour l’analyse de réseaux:

  • Revues et sites
  • Logiciels. Varier les logiciels selon le degré de maîtrise de l’outil informatique et de la méthodologie mais aussi en fonction du rendu souhaité (rendu visuel ou mesures mathématiques)

séminaire « Étudier les cultures du numérique »

Le programme du séminaire « Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques » pour cette année universitaire vient de paraître (cf. infra).

La première séance aura lieu le mercredi 19 novembre 2014. Les séances successives, le troisième lundi de chaque mois de 17h à 20h à l’EHESS, 105 bd. Raspail, 6e arr. Paris.

Pour les dates et les salles, se référer à la page web de l’enseignement : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/556/

Le formulaire d’inscription pour les auditeurs libres est disponible à cette adresse : http://www.bodyspacesociety.eu/contact/

Programme :

Mercredi 19 novembre 2014
Antonio Casilli (Télécom ParisTech/EHESS)
« Le trolling en tant que ‘travail numérique’ », salle 2, 17h-20h

Lundi 15 décembre 2014
Irène Bastard (Telecom Paristech) et Christophe Prieur (Univ. Paris Diderot)
« Algopol : une expérimentation sociologique sur Facebook », salle 2, 17h-20h

Lundi 19 janvier 2015
Xavier de la Porte (Rue89)
« Radio et cultures numériques : Retour sur l’expérience ‘Place de la Toile’ », salle 5, 17h-20h

Lundi 16 février 2015
Benjamin Tincq (Ouishare) et Paola Tubaro (University of Greenwich/CNRS)
« L’économie collaborative : promesses et limites », salle 5, 17h-20h

Lundi 16 mars 2015
Ksenia Ermoshina (Mines ParisTech) et Rayna Stamboliyska (IRIS Sup’)
« Internet et militance en Russie », salle 5, 17h-20h

Lundi 18 mai 2015
Boris Beaude (EPFL)
« Numérique : changer l’espace, changer la société », salle 5, 17h-20h

Réseaux et société – 140e Congrès des sociétés historiques et scientifiques

Le  140e  Congrès  national  des  sociétés  historiques  et  scientifiques se tient à Reims du 27 avril au 2 mai 2015. Il prend pour objet d’étude la thématique « Réseaux et Société ». Le choix de cette thématique se tout à la fois un hommage au Comité des travaux historiques et scientifiques, soucieux de regrouper un savoir en réseaux, et une plongée dans les recherches les plus novatrices que viennent conforter les techniques modernes d’Internet.

Le Congrès s’organisera en sous-catégories et interrogera les thèmes suivants :

Thème 1. Les signes d’appartenance
Thème 2. Les acteurs de développement des réseaux
A. Les intermédiaires
B. L’information
C. La technologie
Thème 3. La forme des réseaux
Thème 4. Réseaux formels et informels
A. Les réseaux religieux et spirituels
B. Les réseaux politiques
C. Les réseaux économiques
Thème 5. Réseaux, identités, mémoire
A. Les diasporas
B. La mémoire
C. Le prosélytisme
Thème 6. Pratiques des réseaux
A. Dans l’espace
B. Dans le temps
Thème 7. Réseaux, clandestinité, subversion

L’appel à communication est disponible ici

Des bourses sont également disponibles ici

 

Séminaire « Réseaux scientifiques », IXXI, 7 novembre 2014

L’Institut rhône-alpin des systèmes complexes (IXXI) organise le 7 novembre prochain un séminaire sur la visualisation des réseaux :

Les graphes ou réseaux sont des outils de modélisation très versatiles, permettant de modéliser des aspects importants de phénomènes aussi divers que les interactions entre protéines, le transport de personnes entre villes ou la structuration des sciences. Dans cette matinée, seront abordés deux exemples de cartographies des sciences utilisant les réseaux.

10h – Luciano Levin (Université Buenos Aires) présentera un travail cartographique en cours sur l’émergence des nanosciences en Argentine. Il s’agit de comprendre par quels canaux ce nouveau sujet s’est imposé en Argentine et d’examiner l’hypothèse selon laquelle les nanosciences développées en Argentine sont différentes de celles développées dans d’autres pays « périphériques » (Brésil) ou « centraux » (France).

11h – Tommaso Venturini (Médialab, Sciences Po, Paris) nous parlera de cartographie des controverses scientifiques, en présentant le travail accompli par le projet européen EMAPS (Electronic Maps to Assist Public Science) qui vient de s’achever.

12h – Pablo Kreimer (Université de Buenos Aires), sociologue des sciences, conclura la matinée en discutant de l’intérêt et des limites de cette approche cartographique pour comprendre la dynamique des champs scientifiques.

La matinée sera suivie d’un buffet ‘vin et fromages’ (inscription auprès de ixxi@ens-lyon.fr) pour poursuivre les discussions.

Programme du Boot Camp et du THATCamp Lyon 2014

ThatCamp Lyon 2014 organisé par le laboratoire junior Nhumérisme (14-17 octobre 2014) à l’ENS Lyon

Les “datavisualisations” au cœur des sociétés numériques : former et (s’)informer sur/par la visualisation des données

 Télécharger le Programme

Mardi 14 octobre : « Boot Camp »

Journée préparatoire sous forme d’ateliers interactifs

Un descriptif des ateliers sera prochainement proposé sur le carnet

10h30-12h30

  • Visualiser les données issues du web avec un logiciel SIG : 1) Comment interroger les données du WEB – Francesco Beretta et Charlotte Butez (LARHRA, Lyon 2)

14h00-16h00

  • Visualiser les données issues du web avec un logiciel SIG : 2) Visualiser et cartographier les données avec QGIS – Francesco Beretta et Charlotte Butez (LARHRA, Lyon 2)
  • Enjeux de la numérisation : le cas des cartes de la Résistance et de la souffrance (part. 1) – Vincent Auzas (IIHTP-CNRS), Rémy Besson (LLA-CREATIS, Toulouse 2), Michael Bourgatte (Centre Edouard Branly, Institut Catholique de Paris) et Valérie Hugonnard (IHTP-CNRS)
  • Création de corpus Web avec Hyphe – Paul Girard et Mathieu Jacomy (IEP de Paris)

16h30-17h30

  • Visualiser les données issues du web avec un logiciel SIG : 3) Conclusion et discussions sur les outils proposés – Francesco Beretta et Charlotte Butez, (LARHRA, Lyon 2)
  • Enjeux de la numérisation : le cas des cartes de la Résistance et de la souffrance (part. 2) – Vincent Auzas (IIHTP-CNRS), Rémy Besson (LLA-CREATIS, Toulouse 2), Michael Bourgatte (Centre Edouard Branly, Institut Catholique de Paris) et Valérie Hugonnard (IHTP-CNRS)
  • L’analyse visuelle de réseau avec Gephi et Tubemynet – Paul Girard et Mathieu Jacomy (IEP de Paris)


Mercredi 15 octobre : That Camp (J1)

9h45-10h30 :     Accueil des participants et introduction du THATCamp

10h30-11h30 :   Conférence plénière – Questions autour des spatialités numériques – Thierry Joliveau (ISTHME, Université de St-Etienne)

11h30-12h30 :   Proposition des ateliers et vote des participants – organisation des ateliers

 

12h30-14h – Pause déjeuner

Ateliers sur le thème « Informer : panorama et guide des datavisualisations »

14h00-15h30 :   session 1

15h30-16h : Pause – discussions et échanges

16h00-17h30 :   session 2

 

Jeudi 16 octobre : That Camp (J2)

Ateliers sur le thème « Former : outils et méthodes pour visualiser ses données »

9h30-11h00 :     session 3

11h00-12h30 :   session 4

12h30-14h – Pause déjeuner

Ateliers sur le thème « Chercher : état des lieux des recherches actuelles sur les datavisualisations et pistes futures »

14h00-15h30 :   session 5

15h30-16h : Pause – discussions et échanges

16h00-17h30 :   session 6

17h30-19h00 :   AG Humanistica – Martin Grandjean (UNIL)

 

Vendredi 17 octobre : “Book Sprint”

10h-16h : Rédaction collective des actes du colloque à partir des notes prises de manière collaborative par les participants, en vue d’une double publication qui s’inscrira dans la continuité des « ThatCamp » précédents

 

CONTACTS

Cécile ARMAND : cecile.armand[at]ens-lyon[point]fr
Stéphane DARTIAILH : stephane.dartiailh[at]gmail[point]com
Gabriel GARROTE : gabriel.garrote[at]univ-lyon2[point]fr
Aurélien ZARAGORI : aurelien.zaragori[at]gmail[point]com

 

 

 

                       

Appel à communication – Analyser des réseaux : Pourquoi ? Comment ?

Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
Ecole doctorale d’histoire (ED 113)

Séminaire organisé par les doctorants (une demi-journée) – 28 mars 2015.

Appel à communication

Analyser des réseaux : Pourquoi ? Comment ?

Tout le monde ou presque utilise, parle ou étudie des réseaux, à ce qu’il semble : quelle que soit la  période  qu’il  étudie,  l’historien  se  trouve  confronté  à  un  terme  devenu  de  plus  en  plus omniprésent. Face à ce constat, notre projet de demi-journée pour le séminaire de l’École doctorale d’histoire de Paris 1 entend chercher à savoir si cette notion peut être définie comme un concept opératoire  spécifique,  c’est-à-dire  utile  pour  comprendre  des  phénomènes  qui,  faute  de  son
utilisation, resteraient obscurs.

À première vue, l’usage du terme de  « réseau » dans le champ historique peut relever de cinq catégories distinctes : il peut recouvrir un modèle général, le mot représentant alors une métaphore de l’image que le chercheur se fait de la réalité qu’il étudie, un « maître concept » irriguant toute l’analyse  – c’est  le  cas  de  Peregrine  Horden  et  Nicholas  Purcell  en  histoire  ancienne,  de  Bruno Latour et Michel Callon en histoire des sciences, avec des significations attachées très différentes – ; il s’agit aussi d’une méthode d’analyse des données quantitatives, précise et formalisée mais aux usages  multiples  – que  pour  éviter  la  confusion  nous  appellerons  Social  Network Analysis –  ;  le terme  peut  être  mobilisé  pour  saisir  des  ensembles  de  relations  interpersonnelles  informelles,  en particulier sous l’angle de la mobilisation de groupes d’individus dans la sphère du pouvoir ; il peut en outre désigner des infrastructures techniques (train, etc.) et sociales (poste), qui bénéficient d’une attention historiographique récent ; à l’échelle de la pratique historienne elle-même, les travaux de recherche  sont  de  plus  en  plus  impliqués  dans  les  digital  humanities,  liées  aux  réseaux informatiques dans le sens le plus courant.

Seuls,  ce  sont  les  trois  premiers  sens  qui  nous  intéresseront,  sous  un  angle  résolument expérimental. De fait, ce sont ceux auxquels l’historien nous semble le plus directement confronté, quel  que  soit  sa  période  de  prédilection :  qu’est-ce  que  les  réseaux,  comme  cadre  interprétatif conceptuel,  comme  modélisation  du  réel  ou  comme  technique  d’analyse,  peuvent  apporter  sur  le plan heuristique ? Quels résultats peut-on en espérer ? Quels sont les a priori, les postulats et les hypothèses qui sous-tendent leur usage ? Quelles sont les limites de leur utilisation ? Quelles sont les  implications  possibles  d’une  réflexion  en  terme  de  « réseaux »  sur  les  autres  éléments  de  la « boîte à outil conceptuelle » de l’historien ? En particulier, quelles sont les interactions qui peuvent se  développer  entre  une  approche  sous  l’angle  réticulaire  et  des  angles  d’attaque  s’inspirant  de
Michel  Foucault  – autour  de  la  question  du  pouvoir –,  de  Pierre  Bourdieu  – avec  la  théorie  des champs –,  ou  bien  encore  de  Fernand  Braudel  – et  le  concept  d’économie-monde –,  voire  de Maurice Agulhon – et l’étude des sociabilités –,  ou d’autres ?

Pour  essayer  de  répondre  à  ce  questionnement,  nous  invitons  des  jeunes  chercheurs travaillant  sur  ces  thématiques,  en  particulier  médiévistes  et  modernistes,  à  envoyer  des propositions de communication. Le projet est encore en cours d’élaboration : n’hésitez pas à nous contacter rapidement même si votre proposition n’est pas aboutie.

Les  propositions  de  communications  sont  à  envoyer  à  Pierre  Verschueren (pierre.verschueren@univ-paris1.fr),  à  Leslie  Villiaume  (leslie.villiaume@laposte.net),  ou  à Ségolène Maudet (segolene_m@hotmail.fr).

Séminaire réseaux (2014-2015)

Le Laboratoire Junior Nhumérisme organise de novembre à mars un cycle mensuel de séminaire sur la thématique (très en vogue) des réseaux et de l’analyse de réseaux.

Les séances ont lieu le mercredi de 14h30 à 16h30 à l’ENS de Lyon (site Descartes, 15 parvis René Descartes).

Chacune des séances se veut, tout à la fois, lieu d’une discussion pluridisciplinaire et occasion de confronter l’analyse de réseaux et ses outils aux notions et thématiques avec lesquels elle ne peut manquer d’entrer en contact. Afin de faciliter et lancer la discussion, il a été demandé aux intervenants de proposer un texte (article, communication antérieure) en relation avec la thématique du séminaire.

Ainsi, chaque mois nous accueillerons un historien et un représentant d’une autre science sociale (sociologue, ethnologue, géographe) autour d’un couple notionnel :

 

Mercredi 19 novembre 2014 : « Réseaux et organisations »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F102

Claire Lemercier, historienne, directrice de recherches au CNRS, IEP, Centre de sociologie des organisations : Liens privés et positions publiques : un exemple en histoire du 19e siècle référence : « Liens privés et régulation de l’économie : la famille et l’institution (Paris, XIXe siècle) », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2006, n° 33, pp. 23‑53

Julien Brailly, sociologue, doctorant, IEP, centre de sociologie des organisations : Liens privés et taille des organisations : une approche multiniveaux du travail marchand dans un salon d’échange de contenus audiovisuels

 

Mercredi 10 décembre 2014 : « Réseaux et prosopographie »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F008

Andoni Artola Renedo, historien, post-doctorant, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » : Les transformations du leadership politique (Espagne, 1808-1833)

François Denord, sociologue, chargé de recherches au CNRS, EHESS, Centre de sociologie européenne : Analyse géométrique des réseaux sociaux – référence : « Comment lier l’économique et le social ? Une analyse structurale des lieux d’expertise sous le régime de Vichy », Gouvernement et action publique, n°2, 2013, pp. 183-219.  et « Social Capital in the field of power. The Norwegian case », Sociological Review, n°1, 2011 pp. 105-127.

 

21 janvier 2015 : « Réseaux et représentation »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F106

Vivien Faraut, historien, doctorant, Université de Nice, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine : La représentation des réseaux politiques souterrains de la France du XIXe siècle

Pierre Mercklé, sociologue, ENS de Lyon, Centre Max Weber : La figure du réseau : remarques sur la fabrique d’une représentation du monde – références :
– BARNES J.A., 2014 [1954], « Classes sociales et réseaux dans une île de Norvège », Réseaux, n° 182, pp. 209-237, trad. fr. Jean Grange, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-6-page-209.htm.
– MERCKLÉ P., 2011, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 3ème éd.
– MERCKLÉ P., 2013, « La “découverte” des réseaux sociaux.  À propos de John A. Barnes et d’une expérience de traduction collaborative ouverte en sciences sociales », Réseaux, n° 182, pp. 187-208, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-6-page-187.htm.
– VERGER A., 1991, « Le champ des avant-gardes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 88, juin, pp. 2-40, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1991_num_88_1_2979.

 

Mercredi 25 février 2015 : « Réseaux et filiation »
Ens de Lyon – Institut Français de l’Éducation  (19 allée de Fontenay) – Salle de réunion n° 1

Michaël Gasperoni, historien, post-doctorant, Ecole Française de Rome : De la parenté à l’époque moderne : système, réseaux, pratiques

Patrick Flandrin, physicien, directeur de recherche à l’ENS, Laboratoire de Physique de l’ENS de Lyon, IXXI, membre de l’Académie des Sciences : Histoire d’un paradigme : une histoire numérique des ondelettes – présentation :
Les graphes de publications et co-publications sont des indicateurs scientométriques importants pour « dessiner » un paysage scientifique en révélant des identifications et des interactions (individuelles ou thématiques) privilégiées. Ce sont par nature des données évolutives dont il peut être intéressant, historiquement et sociologiquement, de rendre compte d’une manière quantitative. Ceci prend un intérêt particulier lorsqu’il y a émergence de concepts nouveaux autour desquels se cristallise une activité auparavant éparse (dans le cas présent, celui des « ondelettes »). Il s’agira ici de mettre en évidence la ré-organisation du paysage scientifique qui a pu s’opérer, de poser la question de la pertinence des outils de représentation et de mesure utilisés, ainsi que le rôle des a priori et de l’expertise dans les interprétations qui peuvent en être faites.
Références :
– S. Grauwin and P. Jensen, 2011: « Mapping scientific institutions », Scientometrics, 89, 943.
http://perso.ens-lyon.fr/pablo.jensen/scientoENS.pdf
– A. Cohen, 2011: « Sur la route des ondelettes », Gazette des Mathématiciens, 130, 19.
http://smf4.emath.fr/Publications/Gazette/2011/130/smf_gazette_130_19-36.pdf

 

Mercredi 18 mars 2015 : « Réseaux et espaces »
Ens de Lyon – site Descartes (15 parvis René Descartes) – Salle F001

Elisa Grandi, historienne, doctorant, Université Paris 7, Centre d’Etudes en Sciences Sociales sur les Mondes Africains : Du local au global: les réseaux de la Banque Mondiale en Colombie (1947-1960)
Références :
– Elisa Grandi, Politiques locales et experts internationaux: Les réseaux de la Banque Mondiale en Colombie (1949-1970)
http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1429/files/2013/06/texte-Grandi-avec-graphes.pdf
– Elisa Grandi, « International aid, local élites and economic institutions in Colombian development (1930-1955) », texte présenté au colloque LASA2013 : Towards a New Social Contract ?
http://lasa.international.pitt.edu/eng/lasa2013_archive/
– Michel Grossetti et al., Studying Relational Chains from Narrative Material
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00843024/document

Laurent Beauguitte, géographe, chargé de recherches au CNRS, UMR IDEES : Analyse de réseaux en géographie : du changement d’échelle au changement de paradigme ?
Références :
– César Ducruet et Laurent Beauguitte, « Spatial Science and Network Science : Review and Outcomes of a Complex Relationship », Networks and Spatial economics, ParisNew-York, Springer, 2013
– Karl Kansky, Pascal Danscoine, « Measures of network structure », Flux, numéro spécial, 1989. pp. 89-121.
web/revues/home/prescript/article/flux_1154-2721_1989_hos_5_1_913
– John D. Nystuen and Michael F. Dacey, « A graph theory interpretation of nodal flows », Papers and Proceedings of the Regional Science Association, 1961, vol. 7, p. 29-42.
http://deepblue.lib.umich.edu/bitstream/handle/2027.42/45977/10110_2005_Article_BF01969070.pdf?sequence=1
A propos de cet article : http://groupefmr.hypotheses.org/3517

 

Comité organisateur

Pierre-Marie Delpu, doctorant en Histoire, Université Paris 1, centre d’histoire du 19e siècle / Laboratoire Junior Nhumérisme

Stéphane Dartiailh, doctorant en Anthropologie, Université de Nice, LIRCES / Laboratoire Junior Nhumérisme

Gabriel Garrote, doctorant en Histoire, Université Lyon 2, LER-SEREC / Laboratoire Junior Nhumérisme

Aurélien Zaragori, doctorant en Histoire, Université Lyon 3, LARHRA / Laboratoire Junior Nhumérisme

Une plateforme numérique à destination des géo-historiens

Le 26 juin 2014, dès 10h, à l’Institut des Sciences de l’Homme de Lyon, se tient l’assemblée annuelle du projet SyMoGIH.

Cet écosystème a été mis en œuvre par le pôle Histoire Numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes – (LARHRA, UMR-5190). Afin de présenter le plus largement possible les outils développés, cette assemblée est ouverte.

L’équipe responsable du projet a mis en place une plateforme numérique permettant aux chercheurs individuels comme aux groupes de recherches, qu’ils relèvent ou non du LARHRA, de disposer d’un environnement de travail optimal pour réaliser chaque étapes du traitement de la documentation géohistorique.

Programme et informations disponibles sur le carnet du Pôle histoire numérique à l’adresse suivante : http://lpm.hypotheses.org/253

THATCamp Lyon 2014 : les propositions sont ouvertes !

L’un des principaux attraits – et ce qui fait toute la richesse – d’un THATCamp est l’organisation collective du programme par les participants.

Non seulement les participants choisissent les thématiques qu »ils souhaiteraient voir discuter, fournissent matière à discussion, mais sont encore à l’origine des propositions d’atelier.

Futurs participants vous êtes donc cordialement conviés à suggérer, détailler, argumenter, toute proposition d’atelier qu’il vous agréerait de voir aborder au cours du THATCamp. Nulle restriction ici. L’imagination est libre. Le public seul jugera du bienfondé du sujet, et votera en conséquence le jour de l’ouverture. Surprenez-nous, intéressez-nous, exprimez-vous !

Pour faire part de vos propositions, inscrivez-vous au barcamp (si ce n’est déjà fait : ici), et ajoutez vos idées ICI

Des suggestions de dernière minute seront évidemment bienvenues, mais mieux vaut informer au plutôt les autres participants et démontrer au mieux l’originalité et/ou l’intérêt,  de vos idées.

 
Nota Bene : l’atelier découverte du vieux Lyon et de
ses réjouissances culinaires n’est pas prévu dans la
programmation, mais rien n’interdit d’organiser
une contre-programmation après 19h…

Feed back des journées « Réseaux et Histoire » de Nice des 26-28 septembre

Par Pierre-Marie DELPU (Un. Paris 1) et Gabriel GARROTE (Un. Lyon 2) doctorants en Histoire contemporaine

Les trois premières journées de travail du groupe RES-HIST se sont tenues à la MSH de Nice les 26,27 et 28 septembre. Après une journée consacrée aux retours d’expériences de chercheurs confirmés, les deux sessions suivantes ont permis l’exposé de travaux en cours de doctorants qui ont recours à ce concept et aux outils d’analyse qu’il implique. Résolument transpériode, malgré la sous-représentation des spécialistes d’histoire ancienne, le colloque a révélé un très vaste éventail d’usages et de références et souligné la difficulté de faire apparaître une définition claire et consensuelle de la notion.

Analyse de réseau ou analyse des réseaux[1] ?

Il n’y a pas des réseaux ici et une absence de réseaux là, mais des entités, idéelles, humaines, institutionnelles et des flux matériels ou immatériels qui peuvent ou non être analysés en terme de réseaux, ainsi que Claire Lemercier l’a souligné à propos de l’intervention de Boris Deschanel (Un. Paris 1). Aussi ne faut-il pas confondre l’analyse des réseaux et l’analyse de réseaux comme outil technique applicable en dehors des réseaux à proprement parler. L’analyse de réseau constitue ainsi une approche transversale dans l’étude de récurrences et cooccurrences textuelles. A mi-chemin entre analyse des réseaux de sociabilité et analyse textuelle, Anthony Andurand (Un. Toulouse) propose une démarche originale pour étudier les relations supposément entretenues entre Plutarque et les hommes cités dans Les propos de table. Stimulante, cette approche a appelé quelques commentaires. En l’absence de repères chronologiques historiques au sein de l’œuvre, il a été regretté que la communication n’essaie pas de lui substituer la chronologie du roman. Cette présentation, ainsi que celle de Frédérique Bertoncello et Marie‑Jeanne Ouriachi (Un. Nice), offraient l’avantage de décentrer le regard pour interroger, à côté des interventions questionnant les liens qui relient les individus entre eux, l’individu comme lien entre entités géographiques, cités de l’Empire romain d’un côté, « établissement » de l’autre.

Souvent perçus comme relevant d’une approche quantitative portant sur des échantillons substantiels, nécessitant de recourir au numérique, l’analyse de(s) réseau(s) laisse place à d’autres approches. Jérôme Lamy et Dorothée Rusque montrent le bien-fondé d’une démarche anthropologique centrée sur un ou deux individus dont on explore à fond les relations tissées avec les individus, les espaces sociaux et les institutions côtoyées. Singulière, et par là-même limitée, l’étude de cas offre, au travers d’une analyse approfondie, de quoi satisfaire une imagination désireuse de reconstituer le détail des échanges. Impossible à réaliser à l’échelle d’un corpus, par défaut de temps ou de source, l’approche anthropologique dresse un idéal-type susceptible d’affiner la connaissance des rapports entretenus par l’ensemble des pairs – non étudiés sous cet angle – avec leurs propres réseaux (avec un peu d’imagination du moins et à considérer une plausible représentativité du cas sondé). Lui préférant l’ego network[2], Isabelle Rosé (Un. Rennes 2) choisit également de concentrer son analyse sur une personne très bien insérée dans des groupes et espaces sociaux, afin de la suivre et explorer à travers elle le fonctionnement de la société, les modalités d’appartenance au groupe, la capacité à passer d’un groupe à l’autre ainsi que l’aptitude à entretenir des liens avec mondes sociaux différents. A nouveau, plutôt que d’étudier l’ensemble des acteurs d’un réseau on étudie celui-ci au travers d’une personne ; d’autant que se pose la question de la possibilité d’étudier un réseau complet. Reconstituer pleinement un réseau demeure un idéal non encore atteint. C’est ce que la discussion qui a suivi l’intervention d’Isabelle Rosé a rappelé. Le réseau reconstruit met en effet le plus souvent de côté le « réseau dormant ou potentiel » et  le « réseau actif invisible ». Il importe enfin d’interroger les limites et lacunes du réseau reconstitué et les logiques présidant à la délimitation des corpus étudiés.

 

Réseaux représentés et représentation des réseaux

Que l’analyse de réseaux fonde la délimitation du corpus (ex. Lola Gonzalez-Quijano, EHESS) ou qu’elle ne porte que sur une partie du corpus seulement (Boris Deschanel s’appuie sur les seuls négociants portés sur les listes de notabilités), il importe d’expliciter les postulats retenus ou critères discriminants[3]. Partant des relations nouées par une célèbre demi-mondaine, Cora Pearl, Lola Gonzalez-Quijano piste ses amants, mais aussi les maîtresses de ces derniers. Elle élargit le corpus jusqu’à la centième galante, totalise 510 relations nouées autour de 315 « amants‑clients ». Ce choix intéresse dans la logique d’échantillonnage d’un corpus autrement que par définition a priori sur critères sociaux ou sélection aléatoire. Pragmatique, il apparaît particulièrement bien adapté pour pénétrer un univers parfois rétif à dévoiler ses acteurs. Il interroge cependant. Dans quelle mesure le poids de l’individu de départ, une galante dans un corpus d’hommes et de femmes de tous rangs, a-t-il infléchi la structure du réseau ? Néanmoins, dans le cas présent la densité du réseau laisse supposer que sa configuration aurait sensiblement été la même si le point de départ avait été autre. D’un autre choix s’en serait-il suivi un décentrement du réseau, un changement de corpus ? Pourquoi choisir 100 demi‑ mondaines, signalant par là un corpus fondé sur les femmes, plutôt qu’un nombre arrêté d’« amants-clients ». Plus généralement, c’est la question de la place accordée à tel ou tel individu en amont de l’analyse qui est mise en cause. Ainsi, en plaçant Plutarque au centre de l’analyse, Anthony Andurand tend à délaisser l’absence de liens – certes plus difficiles à repérer – au profit de coprésences/phénomènes d’attraction dessinant un « réseau de convivialité ». Le graphe se présente ainsi le plus souvent comme la mise en lumière des liens plutôt que celle de leur absence ou de répulsions. À l’inverse, Laurent Beauguitte (FMR) s’est intéressé au cours de ses recherches à lier  les États dont les prises de position à l’ONU paraissaient antinomiques, mettant ainsi en avant la place ‘‘à part’’ des Etats-Unis.

C’est toute la question de l’objectif et de l’utilité du rendu visuel qui se pose en fait.

  • Quelle utilité ?

C’est celle de l’analyse de réseau par rapport à l’analyse de séquences ou à de simples tableaux croisés. Elle peut néanmoins constituer une étape préalable. Ainsi Claire Lemercier signale que les trop nombreuses dénominations de Boris Deschanel ne lui permettent pas de recourir à l’analyse de séquences, mais que le détour par l’analyse de réseau favorise l’agrégation des données par paire et permet des regroupements propres à satisfaire les prérequis de cette méthode. C’est, plus encore, celle de la représentation graphique aux dépens de tableaux statistiques. Se révèle ici l’importance de la formation des chercheurs et de leur familiarisation avec la statistique autant que celle d’une pratique des outils numériques (n’a-t-on pas trop tendance, ainsi que Laurent Beauguitte le souligne, à se lancer dans la visualisation des données et « à jouer la DS pour sortir x résultats plus ou moins contradictoires impossibles à interpréter » plutôt que d’étudier préalablement la structure statistique du graphe ?).

Le problème de la représentation de la diachronie a été à plusieurs reprises soulevée[4]. De nouveau, il a été constaté que l’accent était mis sur les liens qui perduraient ou sur ceux qui apparaissaient plutôt que sur ceux qui disparaissaient. Ces derniers étaient en effet effacés des graphes – du fait d’un probable souci de visibilité. Conserver les individus malgré la ‘‘disparition’’ de liens permettrait de quantifier pour chaque pas-de-temps les ‘‘gains’’ et ‘‘pertes’’ d’un réseau. Les échanges qui ont porté sur la diachronie des réseaux se sont toutefois limités à proposer des solutions pour les représentations proposées pour chacun des pas-de-temps retenus. Il n’a pas été question de donner à voir du temps au sein même d’un graphe. On pose ici la question des critères à retenir pour construire des représentations visuelles, supposant de prendre en compte les catégories sur lesquelles repose la structuration du social. Ne serait-il pas bienvenu, au sein d’un réseau familial, de faire apparaître les différentes générations en superposant à la structure réticulaire une structure hiérarchique, concentrique, etc., qui permette – peut-être – de représenter non seulement une chronologie des liens, mais aussi une logique dans cette chronologie. Le deuxième aspect abordé relativement à la diachronie des réseaux est la question du pas-de-temps. Régulière (hebdomadaire, annuel, quinquennal, etc.), la temporalité retenue doit être fonction du sujet traité (un emploi du temps, un parcours de vie, etc.). Il a également été proposé de retenir les événements marquants (mariage, etc.). Mais, d’un événement à l’autre, il n’est pas certain que la ‘‘valeur’’ du lien reste la même. Enfin, une connaissance fine du réseau permettrait, plutôt que de choisir aléatoirement le pas-de-temps, d’opérer des regroupements par époques autour des moments d’articulation, revirement ou reconfiguration du réseau.

L’autre problème majeur abordé a été la question de la « force » des liens : comment et sur quel(s) critère(s) l’évaluer ? Ce problème a été plusieurs fois rappelé à propos des liens familiaux (Michaël Gasperoni, Ecole française de Rome), des témoins de mariage (Vincent Gourdon, Un. Paris IV), etc. (Isabelle Rosé…), sans que des solutions  satisfaisantes (et surtout généralisables) aient pu être rencontrées.

Plus généralement c’est la lisibilité qui pose problème. Si les logiciels d’analyse de réseaux offrent la possibilité d’opérer des regroupements pour ne plus faire apparaître que les groupes (constitués d’après les critères retenus) au lieu d’une myriade d’individus. Si les différents types de représentations (1-mode, 2-modes) ont été abordés ici et là, il aurait certainement été apprécié de discuter de façon plus approfondie les logiques qui président au choix de l’un ou de l’autre des modes et, plus encore, au rejet de l’autre, de l’apport de l’un par rapport à l’autre et par rapport à l’objectif de la démonstration. Enfin, s’il a été rappelé qu’il n’est pas possible d’additionner choux et patates, une seule intervention (Laurent Nabias, Un. Paris 10) a mis en valeur les apports de l’analyse des liens multiplexes et de leur représentation, à l’appui d’une étude des réseaux de la noblesse francilienne au bas Moyen Age. Il ne faut donc pas négliger l’interpénétration des types de réseaux (familiaux, de sociabilité, de travail, etc.) et leur possible interdépendance. Des graphes qui ne lieraient les individus que s’ils partagent plusieurs liens (prédéfinis) pourraient constituer un indice de la force des liens unissant deux individus, et participeraient à faire apparaître les corrélations existantes entre types de réseaux, à comprendre le passage d’un champ à l’autre. Ce type d’approche (cumul des réseaux) permettrait probablement, au sein d’un corpus prédéfini, une meilleure comparaison entre les réseaux sociaux qui esquissent une scission au sein du groupe et ceux qui favorisent l’émergence d’une « communauté », en faisant apparaître les individus qui sont en lisière ou incontournables. Enfin, les logiciels, à l’exception de NodeXL, ne permettant pas de représenter les liens multiplexes, indiquer quelques « trucs » mis en place pour pallier cette carence, et plus généralement toute difficulté rencontrée et surmontée, et auxquelles les débutants et aguerris se retrouvent confrontés.

C’est enfin le dilemme entre le désir d’exhaustivité et celui de clarté, entre le regard du spécialiste et  la nécessaire compréhension du destinataire. Un graphe qui nécessite de longs éclaircissements pour être compris est-il véritablement utile ? S’il offre un support instantané pour suivre le déroulement d’une pensée, son rôle n’est-il pas justement d’éviter de longs et pénibles développements ? A l’inverse, un schéma extrêmement clair et simple ne peut-il être décrit en deux lignes qui se suffisent ? Le graphe doit tout à la fois permettre de comprendre un objet complexe, sans lui-même calquer cette complexité qu’il a pour objet de rendre intelligible. Or, cet aspect est bien trop souvent oublié de celui qui se lance dans l’analyse pour répondre à ses questions de recherche.

 

Perspectives

La discussion finale, présidée par Pierre-Yves Beaurepaire, a permis de dresser un premier bilan des journées et d’envisager l’avenir du groupe de travail. Les participants ont principalement insisté sur l’organisation des prochaines rencontres à Toulouse du 9 au 11 avril. Ayant constaté la très forte hétérogénéité du groupe et l’inégale appropriation des outils conceptuels et informatiques afférents à l’étude des réseaux, les organisateurs souhaitent faire des ateliers d’introduction à des logiciels précis, par niveaux. De la même manière, ils envisagent, sur le modèle de l’école d’été organisée à Porquerolles en 2012[5], de mettre en place une présentation « les réseaux pour les nuls » pour introduire aux fondamentaux conceptuels et historiographiques de l’analyse de réseaux. La rencontre se propose de faire état de la recherche étrangère sur les réseaux. Une troisième rencontre interviendrait à Paris, a priori en janvier 2015, aborderait l’éclairage apporté par d’autres sciences humaines et sociales.

Sur le plus long terme, il est envisagé d’élargir le groupe de travail à d’autres participats, d’organiser des formations, des ateliers ciblés, des séminaires. Pierre-Yves Lacour et Marc Conesa (Un. Montpellier 3) proposent de lier les activités de RES-HIST à des ateliers techniques à Montpellier. Nicolas Verdier (CNRS) et Marie-Carmen Smyrnelis (EHESS) envisagent de créer un séminaire de lectures sur les réseaux à l’UMR Géo-Cités (Institut de géographie). Enfin, José María Imizcoz (Un. du Pays Basque) propose de mettre en place à l’horizon 2015-2016 une rencontre à l’université de Vitoria autour de l’usage des correspondances dans les études de réseaux.

 


[1] Le programme de la jourmée est disponible sur notre carnet. Pour plus d’informations : http://reshist.hypotheses.org/

[2] Voir également les travaux de Claire Bidart.

[3] Néanmoins, le format court, 15 min., retenu obligeait les intervenants à faire des choix.

[4] Voir aussi la question soulevée supra à propos de la communication d’Anthony Andurand.

Journée d’étude réseaux-temps-espace, Paris, 19 septembre 2013

Le groupe fmr (flux, matrices, réseaux) organise sa deuxième journée d’étude à Paris le  jeudi 19 septembre 2013 : Les réseaux dans le temps et dans l’espace. L’objectif de cette journée est de faire dialoguer des points de vue divers sur la question du temps et de l’espace dans les réseaux. Concepts, méthodes, et outils utilisés pour analyser et comprendre l’évolution d’un réseau seront abordés, ainsi que la question de leur transfert d’une discipline à l’autre. Ils ‘agit en effet de renforcer le dialogue entre chercheurs, entre  Sciences humaines et Sciences exactes.

Pour  consulter le programme : Groupe fmr