Appel à communication – Analyser des réseaux : Pourquoi ? Comment ?

Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
Ecole doctorale d’histoire (ED 113)

Séminaire organisé par les doctorants (une demi-journée) – 28 mars 2015.

Appel à communication

Analyser des réseaux : Pourquoi ? Comment ?

Tout le monde ou presque utilise, parle ou étudie des réseaux, à ce qu’il semble : quelle que soit la  période  qu’il  étudie,  l’historien  se  trouve  confronté  à  un  terme  devenu  de  plus  en  plus omniprésent. Face à ce constat, notre projet de demi-journée pour le séminaire de l’École doctorale d’histoire de Paris 1 entend chercher à savoir si cette notion peut être définie comme un concept opératoire  spécifique,  c’est-à-dire  utile  pour  comprendre  des  phénomènes  qui,  faute  de  son
utilisation, resteraient obscurs.

À première vue, l’usage du terme de  « réseau » dans le champ historique peut relever de cinq catégories distinctes : il peut recouvrir un modèle général, le mot représentant alors une métaphore de l’image que le chercheur se fait de la réalité qu’il étudie, un « maître concept » irriguant toute l’analyse  – c’est  le  cas  de  Peregrine  Horden  et  Nicholas  Purcell  en  histoire  ancienne,  de  Bruno Latour et Michel Callon en histoire des sciences, avec des significations attachées très différentes – ; il s’agit aussi d’une méthode d’analyse des données quantitatives, précise et formalisée mais aux usages  multiples  – que  pour  éviter  la  confusion  nous  appellerons  Social  Network Analysis –  ;  le terme  peut  être  mobilisé  pour  saisir  des  ensembles  de  relations  interpersonnelles  informelles,  en particulier sous l’angle de la mobilisation de groupes d’individus dans la sphère du pouvoir ; il peut en outre désigner des infrastructures techniques (train, etc.) et sociales (poste), qui bénéficient d’une attention historiographique récent ; à l’échelle de la pratique historienne elle-même, les travaux de recherche  sont  de  plus  en  plus  impliqués  dans  les  digital  humanities,  liées  aux  réseaux informatiques dans le sens le plus courant.

Seuls,  ce  sont  les  trois  premiers  sens  qui  nous  intéresseront,  sous  un  angle  résolument expérimental. De fait, ce sont ceux auxquels l’historien nous semble le plus directement confronté, quel  que  soit  sa  période  de  prédilection :  qu’est-ce  que  les  réseaux,  comme  cadre  interprétatif conceptuel,  comme  modélisation  du  réel  ou  comme  technique  d’analyse,  peuvent  apporter  sur  le plan heuristique ? Quels résultats peut-on en espérer ? Quels sont les a priori, les postulats et les hypothèses qui sous-tendent leur usage ? Quelles sont les limites de leur utilisation ? Quelles sont les  implications  possibles  d’une  réflexion  en  terme  de  « réseaux »  sur  les  autres  éléments  de  la « boîte à outil conceptuelle » de l’historien ? En particulier, quelles sont les interactions qui peuvent se  développer  entre  une  approche  sous  l’angle  réticulaire  et  des  angles  d’attaque  s’inspirant  de
Michel  Foucault  – autour  de  la  question  du  pouvoir –,  de  Pierre  Bourdieu  – avec  la  théorie  des champs –,  ou  bien  encore  de  Fernand  Braudel  – et  le  concept  d’économie-monde –,  voire  de Maurice Agulhon – et l’étude des sociabilités –,  ou d’autres ?

Pour  essayer  de  répondre  à  ce  questionnement,  nous  invitons  des  jeunes  chercheurs travaillant  sur  ces  thématiques,  en  particulier  médiévistes  et  modernistes,  à  envoyer  des propositions de communication. Le projet est encore en cours d’élaboration : n’hésitez pas à nous contacter rapidement même si votre proposition n’est pas aboutie.

Les  propositions  de  communications  sont  à  envoyer  à  Pierre  Verschueren (pierre.verschueren@univ-paris1.fr),  à  Leslie  Villiaume  (leslie.villiaume@laposte.net),  ou  à Ségolène Maudet (segolene_m@hotmail.fr).


Publié par

Gabriel Garrote

Doctorant en Histoire contemporaine, je réalise une thèse sur la notabilité au 19e en mêlant approches historique, sociologique et géographique. Longtemps impliqué dans le milieu associatif, je me suis particulièrement intéressé à la question du transfert des compétences acquises au cours du doctorat hors de la sphère universitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *