Les Archives des chercheurs à l’honneur à l’ISH – 13 novembre 2013

ISH_MOM_20131113_RencontreArchivesChercheurs_Affiche

Ce mercredi 13 novembre s’est tenue à l’Institut des Sciences de l’Homme (ISH) à Lyon une journée consacrée aux « Archives des chercheurs : de la propriété au data-management« , co-organisée par l’ISH et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), avec le soutien de l’Université « Lumière » Lyon 2. Les organisateurs ont insisté sur la complexité et la polysémie de la notion d’archives des chercheurs, qui ne recouvre pas une mais des questions, et qui revêt de multiples facettes. Ils ont également souligné la nécessité d’adopter une démarche active d’archivage, rappelant que nous sommes tous concernés et acteurs dans cette démarche d’archivage. S’il s’agit d’abord d’une initiative personnelle, elle s’inscrit ensuite dans des dispositifs institutionnels. Sans prétendre faire le tour de la question en une seule journée pourtant dense, cet événement était posé comme une entrée en matière pour des actions futures, placé sous le signe des rencontres, et à l’écoute des attentes et besoins des chercheurs. 

La journée était structurée en deux moments :

  • la matinée s’efforçait de poser le cadre institutionnel et réglementaire, resituer  l’archivage dans le contexte de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS), alternant des considérations générales (F. Oppermann) et des illustrations de terrains (MSH de Dijon, LET, CLAPI)
  • l’après-midi proposait des études de cas concrets et de dispositifs d’archivage

« Les archives de la recherche : principes et réalités » (F. Oppermann) 

Cette première intervention visait à poser le cadre institutionnel et réglementaire et le contexte d’émergence relativement récente des questions d’archivage en SHS, suite à des initiatives étatiques (bibliothèque scientifique de recherche à l’horizon 2014), ou d’institutions de recherches (Maison des Sciences de l’homme d- MSH de Dijon), donnant lieu à plusieurs journées d’étude depuis 2011. F. Oppermann a rappelé que ce terme générique « d’archives » recouvrait une multiplicité de questions, et que son sens variait en fonction du chercheur, de son domaine de recherche, ou son statut institutionnel. Il a fait le tour des principaux écueils :

  • le statut des archives, leur devenir : qui doit gérer l’archivage et les archives ? Il a souligné, à travers l’anecdote d’un directeur d’une école bordelaise qui avait décidé de faire don des archives de l’établissement à une université espagnole, par la suite numérisées et mises en ligne, la sensibilité de certaines archives (confidentialité des données personnelles) et la question délicate du partage des responsabilités juridiques entre le chercheur, l’Etat et les institutions de recherche : qui peut disposer de ces archives, qui a le droit de les céder, les donner, et à qui ?
  • le contenu des archives : quels contenus, quels archives peuvent et doivent être archivés ? Pour certains chercheurs, la conservation de leurs archives a peu d’intérêt, car ils visent la publication, le produit fini. Pourtant, comme dans le domaine des beaux-arts ou des études littéraires, les brouillons et les manuscrits, les esquisses ou les croquis préparatoires ne valent-ils pas autant que l’oeuvre achevée, lorsqu’il s’agit de documenter l’histoire d’une institution ou d’une recherche disciplinaire, la genèse d’un problème ou d’une œuvre scientifique, la « fabrique » des savoirs ? Se pose alors le problème de la « sélection » : puisqu’on ne peut tout garder, pour des raisons matérielles et financières, d’une part, pour des raisons éthiques, d’autre part (« droit à l’oubli »), quelles archives faut-il garder, selon quels critères et par qui ce tri doit-il être fait ? Plusieurs personnes du public ont alors mis en évidence le problème posé par les départs à la retraite, ou plus largement, par les difficultés à séparer le temps et l’espace de travail du chercheur, de son temps et son espace de « non travail ». Le chercheur qui part à la retraite, ou effectue une partie de ses recherches à l’étranger, peut avoir besoin des données collectées et les emporter chez lui. Appartiennent-elles à l’institution ou à lui-même personnellement ? Qui et où les conserver dans ce cas ? Comment gérer aussi l’inévitable « hiérarchisation » des archives et des chercheurs qui les produisent ? Ne faut-il garder que les archives prestigieuses produites par les « sommités » de la recherche ? Ou bien les archives plus « triviales » (administratives) ou celles produites par les « anonymes » et « chercheurs ordinaires » n’ont-elles pas leur place également pour nourrir l’histoire des SHS et des institutions de recherche ?
  • la propriété et l’appartenance des archives : si les textes juridiques semblent clairs (code du patrimoine et code de la propriété intellectuelle), la question reste floue, et des incertitudes demeurent. On distingue en général l’oeuvre (propriété du chercheur) et le document, son support papier (appartenant à l’institution qui emploie le chercheur), le contenu du contenant. Mais qu’en est-il de certaines archives spécifiques, comme les enquêtes et les questionnaires ? Les réponses aux enquêtes sont-elles une oeuvre de l’esprit, et duquel : du chercheur qui a conçu le questionnaire, ou des répondants ?

La réalité est donc complexe. F. Oppermann a plaidé pour une solution pragmatique, à l’exemple de la série J (archives privées) des archives départementales : cette solution ne résout pas le flou juridique, mais donne un statut (public) aux archives privées, ce qui permet de les conserver. Les archives des chercheurs devraient être de même préservées dans le respect du cadre juridique de la propriété intellectuelle et du patrimoine. F. Oppermann souligne la nécessité d’impliquer l’ensemble des parties prenantes (chercheurs, directeurs de laboratoire, institutions publiques…) et de sensibiliser personnellement les chercheurs (non seulement lors de leur formation préalable, mais au cours de leur carrière) et les institutions, dans la mesure où les archives appartiennent à une communauté, et participent à l’histoire des institutions publiques, des laboratoires de recherche et des tutelles de ces laboratoires. De même qu’une oeuvre littéraire ou artistique n’est rien sans son contexte, l’archive scientifique est un tout : c’est pourquoi l’ensemble de la communauté scientifique doit être impliquée (y compris les personnels administratifs), pour perpétuer l’action de la recherche.  

« Des archives des chercheurs aux archives de la recherche : retour sur les expériences de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Dijon » (Céline Alazard, J. Demange)

 Cette démarche s’inscrit dans le Consortium « Archives des mondes contemporaines » (créée en 2012) et soutenu par le TGIR Huma-Num. Elle encourage une approche collaborative et collective pour répondre aux problème des archives de la période contemporaine et aux enjeux de leur numérisation. Ce consortium visait à répondre à deux problèmes à l’origine :

  • l’abondance et la diversité des archives contemporaines (diversité de leurs natures, de leurs supports, de leurs statuts juridiques). Archiver, c’est selon Céline Alazard se positionner en entrepreneur archivistique ;
  • la dispersion des lieux : les archives connaissent des situations diverses, et des stades variables d’archivage (en cours de numérisation, déjà archivées et numérisées…).

Pour relever ces défis, le consortium est basé sur la coopération entre des acteurs multiples : il réunit des chercheurs de différentes disciplines (histoire…) et des archivistes ou professionnels de l’archivage. Le but est de réduire la frontière et l’imperméabilité entre archivistes et chercheurs pour réfléchir à la constitution es archives. 

Le consortium a plusieurs activités et a déjà produit plusieurs résultats :

  • création d’un portail unifié pour l’accès à des corpus définis : la démarche pour y parvenir (travail collaboratif de création d’archives) compte autant que le résultat : la recherche compte autant que la création de patrimoine. Le nombre et le contenu scientifique des corpus reste souple, ouvert et évolutif. 6 pôles de coprus existent actuellement : circulations et migrations intra européennes, mémoires ouvrières, monde de l’entreprise, techniques d’impression de la littérature grise, corpus spécifiquement dédié aux archives des chercheurs et de la recherche ;
  • animation et coordination depuis 2004 du programme ARSHS avec la MMSH d’Aix en Provence et la MSH de Nanterre, dont l’objectif est de recenser et localiser les fonds d’archives des SHS en France : non seulement des chercheurs individuels, mais aussi collectifs (laboratoire et leurs archives administratives), en incluant également les archives non publiées (travaux préparatoires aux publications : carnets de terrain).

Plusieurs axes président à ce programme :

  • sensibilisation et formation des milieux concernés : les promoteurs du programme s’efforce de rencontrer des chercheurs pour les informer et expliciter la démarche de la MSH : conserver les archives DE la recherche POUR la recherche 
  • consultation des intéressés, par le biais d’enquêtes et de questionnaires sur les besoins et les pratiques 
  • diffusion et partage des données
  • évaluation des pratiques d’archivage 
  • valorisation de la compétence et de la spécialisation thématique dijonnaise autour des mondes ruraux: création du centre Marcel Maget visant à mettre à disposition les archives, proposer des outils de diffusion et partage des données, dans le respect des règles juridiques et éthiques (notamment la confidentialité des données personnelles, via un accès restreint).

Les intervenantes ont souligné que cette démarche d’archivage et de diffusion permet souvent de revisiter les terrains et les données primaires. Ces archives ont ainsi une utilité certaine pour les sociologues des mondes ruraux. Elles contribuent aussi à l’histoire des disciplines SHS et de la recherche en général. D’autres personnes présentes ont insisté sur la nécessité de garder une trace et d’expliquer la méthode de conservation et d’archivage, et les choix et les critères de tri, qui doit être réalisé de manière concerté.

Deux illustrations de terrain ont ensuite été proposées :

  • Mise en forme d’une plateforme de données internes à un laboratoire : ses enjeux, ses limites et ses freins (J. Gonzales-Feliu – Laboratoire d’Economie des Transports – LET) : parti du constat que beaucoup de données étaient inexploitées, que les pratiques restaient cloisonnées, et que la communication entre chercheurs n’était pas fluide, ce qui conduisait à des redondances et des pertes d’énergies. Comment, alors, mutualiser les données et réaliser, à plus long terme, ce rêve qu’est « la base de données des base de données » ? L’objectif était donc au départ d‘unifier les données mises à disposition, pour éventuellement créer dans une deuxième temps cette base de données des données ; de mutualiser les efforts, et enfin de mettre à disposition de tous ceux qui en ont besoin les données « non sensibles ». Mais plusieurs blocages sont apparus : la réticence d’une partie des personnels convaincus que « ça ne marchera pas », des blocages techniques et l’impossibilité d’imposer des formats uniques qui bouleverserait les pratiques et les habitudes de chacun, des dysfonctionnement sur l’usage des données (manque de communication sur les recherches en cours et les besoins), et surtout, absence de référent (personne de référence centralisant les besoins et les solutions). . M. Feliu-Gonzales a alors réussi à s’imposer comme référent pour centraliser les attentes et gagner la confiances des utilisateurs.
    • dans un premier temps, créer un « catalogue » ou « répertoire » des données disponibles, à partir d’une minutieuse recension des données disponibles ou « sensibles » des chercheurs, asosciée à une démarche d’explication pour que les utilisateurs comprennent l’intérêt de la démarche, et la manière dont ils pourront s’en servir
    • dans un deuxième temps : tentative pour unifier leurs données
    • dans un troisième temps, gérer le problème des « données sensibles » (anonymées mais non encore diffusées)

En conséquence, ce qui apparaissait à l’origine comme un simple défi technique, a débouché sur un changement assez radical dans le fonctionnement et l’organisation générale du groupe de recherche, de ses pratiques, ses savoir-faire et savoir-être.

  •  CLAPI : des corpus audio et vidéo de la recherche (S. Bruxelles, C. Etienne) : il s’agit d’une démarche collective d’une équipe de recherche du laboratoire ICARE. L’intérêt de l’intervention a été de montrer que ce projet précis soulevait de nombreux problèmes qui vont bien au-delà de la simple question des données et de leur archivage : enrichissement des données, outils de la recherche et nécessité de travailler avec d’autres archives et de les faire circuler entre les laboratoires et utilisateurs, problèmes techniques et juridiques, standards (Dublin Core ou TEI), pérennité del ‘archivage…

Pour clore cette première partie de la matinée, B. Helly (MOM), a ressaisi l’ensemble des enjeux autour des pratiques, la propriété, et de la transmission des archives, à partir de son point de vue de chercheur « de base » en archéologie, spécialiste d’épigraphie grecque, et souvent amené à travailler à l’étranger. Il a rappelé le cadre juridique de ses travaux (la convention européenne de Malte de 1992, révisée en 2009 avec le traité de Lisbonne), qui propose une définition très large du patrimoine archéologique et met l’accent sur le professionnalisme dans sa protection Il prévoit cadre de la collecte et la diffusion des données, et impose certaines règles pour la pratique sur le terrain : remise des objets de fouille aux autorités, travail avec les musées, restauration éventuelle des objets…. L’acquisition des données se fait dans le cadre de la création de substitut d’objets : par l’autopsie (fiches descriptives, carnets de fouille), par l’utilisation de procédés techniques, par l’information rétrospective. Toutes ces étapes participent à la construction d’un système d’information scientifique qui repose sur trois pôles : objets ; lieux ; sources d’information (sources elles-mêmes et compilations qui s’y rapportent). L’enregistrement passe par l’archivage des substituts de l’objet.  Pour conclure, B. Helly a insisté sur le fait qu’un système d’information ne se confond pas avec le système des archives. Ce système est est en constante évolution : l’important ce sont les successeurs, et donc la transmission des archives qui serviront aux recherches future et en assureront la continuité. Les chercheurs doivent assurer la pérennité dans la durée du système. Ceci engage aussi la responsabilité de l’institution : pour B. Helly, la responsabilité des fonds doit être déléguée aux institutions.


Publié par

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

Une réflexion sur « Les Archives des chercheurs à l’honneur à l’ISH – 13 novembre 2013 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *