Feed back des journées « Réseaux et Histoire » de Nice des 26-28 septembre

Par Pierre-Marie DELPU (Un. Paris 1) et Gabriel GARROTE (Un. Lyon 2) doctorants en Histoire contemporaine

Les trois premières journées de travail du groupe RES-HIST se sont tenues à la MSH de Nice les 26,27 et 28 septembre. Après une journée consacrée aux retours d’expériences de chercheurs confirmés, les deux sessions suivantes ont permis l’exposé de travaux en cours de doctorants qui ont recours à ce concept et aux outils d’analyse qu’il implique. Résolument transpériode, malgré la sous-représentation des spécialistes d’histoire ancienne, le colloque a révélé un très vaste éventail d’usages et de références et souligné la difficulté de faire apparaître une définition claire et consensuelle de la notion.

Analyse de réseau ou analyse des réseaux[1] ?

Il n’y a pas des réseaux ici et une absence de réseaux là, mais des entités, idéelles, humaines, institutionnelles et des flux matériels ou immatériels qui peuvent ou non être analysés en terme de réseaux, ainsi que Claire Lemercier l’a souligné à propos de l’intervention de Boris Deschanel (Un. Paris 1). Aussi ne faut-il pas confondre l’analyse des réseaux et l’analyse de réseaux comme outil technique applicable en dehors des réseaux à proprement parler. L’analyse de réseau constitue ainsi une approche transversale dans l’étude de récurrences et cooccurrences textuelles. A mi-chemin entre analyse des réseaux de sociabilité et analyse textuelle, Anthony Andurand (Un. Toulouse) propose une démarche originale pour étudier les relations supposément entretenues entre Plutarque et les hommes cités dans Les propos de table. Stimulante, cette approche a appelé quelques commentaires. En l’absence de repères chronologiques historiques au sein de l’œuvre, il a été regretté que la communication n’essaie pas de lui substituer la chronologie du roman. Cette présentation, ainsi que celle de Frédérique Bertoncello et Marie‑Jeanne Ouriachi (Un. Nice), offraient l’avantage de décentrer le regard pour interroger, à côté des interventions questionnant les liens qui relient les individus entre eux, l’individu comme lien entre entités géographiques, cités de l’Empire romain d’un côté, « établissement » de l’autre.

Souvent perçus comme relevant d’une approche quantitative portant sur des échantillons substantiels, nécessitant de recourir au numérique, l’analyse de(s) réseau(s) laisse place à d’autres approches. Jérôme Lamy et Dorothée Rusque montrent le bien-fondé d’une démarche anthropologique centrée sur un ou deux individus dont on explore à fond les relations tissées avec les individus, les espaces sociaux et les institutions côtoyées. Singulière, et par là-même limitée, l’étude de cas offre, au travers d’une analyse approfondie, de quoi satisfaire une imagination désireuse de reconstituer le détail des échanges. Impossible à réaliser à l’échelle d’un corpus, par défaut de temps ou de source, l’approche anthropologique dresse un idéal-type susceptible d’affiner la connaissance des rapports entretenus par l’ensemble des pairs – non étudiés sous cet angle – avec leurs propres réseaux (avec un peu d’imagination du moins et à considérer une plausible représentativité du cas sondé). Lui préférant l’ego network[2], Isabelle Rosé (Un. Rennes 2) choisit également de concentrer son analyse sur une personne très bien insérée dans des groupes et espaces sociaux, afin de la suivre et explorer à travers elle le fonctionnement de la société, les modalités d’appartenance au groupe, la capacité à passer d’un groupe à l’autre ainsi que l’aptitude à entretenir des liens avec mondes sociaux différents. A nouveau, plutôt que d’étudier l’ensemble des acteurs d’un réseau on étudie celui-ci au travers d’une personne ; d’autant que se pose la question de la possibilité d’étudier un réseau complet. Reconstituer pleinement un réseau demeure un idéal non encore atteint. C’est ce que la discussion qui a suivi l’intervention d’Isabelle Rosé a rappelé. Le réseau reconstruit met en effet le plus souvent de côté le « réseau dormant ou potentiel » et  le « réseau actif invisible ». Il importe enfin d’interroger les limites et lacunes du réseau reconstitué et les logiques présidant à la délimitation des corpus étudiés.

 

Réseaux représentés et représentation des réseaux

Que l’analyse de réseaux fonde la délimitation du corpus (ex. Lola Gonzalez-Quijano, EHESS) ou qu’elle ne porte que sur une partie du corpus seulement (Boris Deschanel s’appuie sur les seuls négociants portés sur les listes de notabilités), il importe d’expliciter les postulats retenus ou critères discriminants[3]. Partant des relations nouées par une célèbre demi-mondaine, Cora Pearl, Lola Gonzalez-Quijano piste ses amants, mais aussi les maîtresses de ces derniers. Elle élargit le corpus jusqu’à la centième galante, totalise 510 relations nouées autour de 315 « amants‑clients ». Ce choix intéresse dans la logique d’échantillonnage d’un corpus autrement que par définition a priori sur critères sociaux ou sélection aléatoire. Pragmatique, il apparaît particulièrement bien adapté pour pénétrer un univers parfois rétif à dévoiler ses acteurs. Il interroge cependant. Dans quelle mesure le poids de l’individu de départ, une galante dans un corpus d’hommes et de femmes de tous rangs, a-t-il infléchi la structure du réseau ? Néanmoins, dans le cas présent la densité du réseau laisse supposer que sa configuration aurait sensiblement été la même si le point de départ avait été autre. D’un autre choix s’en serait-il suivi un décentrement du réseau, un changement de corpus ? Pourquoi choisir 100 demi‑ mondaines, signalant par là un corpus fondé sur les femmes, plutôt qu’un nombre arrêté d’« amants-clients ». Plus généralement, c’est la question de la place accordée à tel ou tel individu en amont de l’analyse qui est mise en cause. Ainsi, en plaçant Plutarque au centre de l’analyse, Anthony Andurand tend à délaisser l’absence de liens – certes plus difficiles à repérer – au profit de coprésences/phénomènes d’attraction dessinant un « réseau de convivialité ». Le graphe se présente ainsi le plus souvent comme la mise en lumière des liens plutôt que celle de leur absence ou de répulsions. À l’inverse, Laurent Beauguitte (FMR) s’est intéressé au cours de ses recherches à lier  les États dont les prises de position à l’ONU paraissaient antinomiques, mettant ainsi en avant la place ‘‘à part’’ des Etats-Unis.

C’est toute la question de l’objectif et de l’utilité du rendu visuel qui se pose en fait.

  • Quelle utilité ?

C’est celle de l’analyse de réseau par rapport à l’analyse de séquences ou à de simples tableaux croisés. Elle peut néanmoins constituer une étape préalable. Ainsi Claire Lemercier signale que les trop nombreuses dénominations de Boris Deschanel ne lui permettent pas de recourir à l’analyse de séquences, mais que le détour par l’analyse de réseau favorise l’agrégation des données par paire et permet des regroupements propres à satisfaire les prérequis de cette méthode. C’est, plus encore, celle de la représentation graphique aux dépens de tableaux statistiques. Se révèle ici l’importance de la formation des chercheurs et de leur familiarisation avec la statistique autant que celle d’une pratique des outils numériques (n’a-t-on pas trop tendance, ainsi que Laurent Beauguitte le souligne, à se lancer dans la visualisation des données et « à jouer la DS pour sortir x résultats plus ou moins contradictoires impossibles à interpréter » plutôt que d’étudier préalablement la structure statistique du graphe ?).

Le problème de la représentation de la diachronie a été à plusieurs reprises soulevée[4]. De nouveau, il a été constaté que l’accent était mis sur les liens qui perduraient ou sur ceux qui apparaissaient plutôt que sur ceux qui disparaissaient. Ces derniers étaient en effet effacés des graphes – du fait d’un probable souci de visibilité. Conserver les individus malgré la ‘‘disparition’’ de liens permettrait de quantifier pour chaque pas-de-temps les ‘‘gains’’ et ‘‘pertes’’ d’un réseau. Les échanges qui ont porté sur la diachronie des réseaux se sont toutefois limités à proposer des solutions pour les représentations proposées pour chacun des pas-de-temps retenus. Il n’a pas été question de donner à voir du temps au sein même d’un graphe. On pose ici la question des critères à retenir pour construire des représentations visuelles, supposant de prendre en compte les catégories sur lesquelles repose la structuration du social. Ne serait-il pas bienvenu, au sein d’un réseau familial, de faire apparaître les différentes générations en superposant à la structure réticulaire une structure hiérarchique, concentrique, etc., qui permette – peut-être – de représenter non seulement une chronologie des liens, mais aussi une logique dans cette chronologie. Le deuxième aspect abordé relativement à la diachronie des réseaux est la question du pas-de-temps. Régulière (hebdomadaire, annuel, quinquennal, etc.), la temporalité retenue doit être fonction du sujet traité (un emploi du temps, un parcours de vie, etc.). Il a également été proposé de retenir les événements marquants (mariage, etc.). Mais, d’un événement à l’autre, il n’est pas certain que la ‘‘valeur’’ du lien reste la même. Enfin, une connaissance fine du réseau permettrait, plutôt que de choisir aléatoirement le pas-de-temps, d’opérer des regroupements par époques autour des moments d’articulation, revirement ou reconfiguration du réseau.

L’autre problème majeur abordé a été la question de la « force » des liens : comment et sur quel(s) critère(s) l’évaluer ? Ce problème a été plusieurs fois rappelé à propos des liens familiaux (Michaël Gasperoni, Ecole française de Rome), des témoins de mariage (Vincent Gourdon, Un. Paris IV), etc. (Isabelle Rosé…), sans que des solutions  satisfaisantes (et surtout généralisables) aient pu être rencontrées.

Plus généralement c’est la lisibilité qui pose problème. Si les logiciels d’analyse de réseaux offrent la possibilité d’opérer des regroupements pour ne plus faire apparaître que les groupes (constitués d’après les critères retenus) au lieu d’une myriade d’individus. Si les différents types de représentations (1-mode, 2-modes) ont été abordés ici et là, il aurait certainement été apprécié de discuter de façon plus approfondie les logiques qui président au choix de l’un ou de l’autre des modes et, plus encore, au rejet de l’autre, de l’apport de l’un par rapport à l’autre et par rapport à l’objectif de la démonstration. Enfin, s’il a été rappelé qu’il n’est pas possible d’additionner choux et patates, une seule intervention (Laurent Nabias, Un. Paris 10) a mis en valeur les apports de l’analyse des liens multiplexes et de leur représentation, à l’appui d’une étude des réseaux de la noblesse francilienne au bas Moyen Age. Il ne faut donc pas négliger l’interpénétration des types de réseaux (familiaux, de sociabilité, de travail, etc.) et leur possible interdépendance. Des graphes qui ne lieraient les individus que s’ils partagent plusieurs liens (prédéfinis) pourraient constituer un indice de la force des liens unissant deux individus, et participeraient à faire apparaître les corrélations existantes entre types de réseaux, à comprendre le passage d’un champ à l’autre. Ce type d’approche (cumul des réseaux) permettrait probablement, au sein d’un corpus prédéfini, une meilleure comparaison entre les réseaux sociaux qui esquissent une scission au sein du groupe et ceux qui favorisent l’émergence d’une « communauté », en faisant apparaître les individus qui sont en lisière ou incontournables. Enfin, les logiciels, à l’exception de NodeXL, ne permettant pas de représenter les liens multiplexes, indiquer quelques « trucs » mis en place pour pallier cette carence, et plus généralement toute difficulté rencontrée et surmontée, et auxquelles les débutants et aguerris se retrouvent confrontés.

C’est enfin le dilemme entre le désir d’exhaustivité et celui de clarté, entre le regard du spécialiste et  la nécessaire compréhension du destinataire. Un graphe qui nécessite de longs éclaircissements pour être compris est-il véritablement utile ? S’il offre un support instantané pour suivre le déroulement d’une pensée, son rôle n’est-il pas justement d’éviter de longs et pénibles développements ? A l’inverse, un schéma extrêmement clair et simple ne peut-il être décrit en deux lignes qui se suffisent ? Le graphe doit tout à la fois permettre de comprendre un objet complexe, sans lui-même calquer cette complexité qu’il a pour objet de rendre intelligible. Or, cet aspect est bien trop souvent oublié de celui qui se lance dans l’analyse pour répondre à ses questions de recherche.

 

Perspectives

La discussion finale, présidée par Pierre-Yves Beaurepaire, a permis de dresser un premier bilan des journées et d’envisager l’avenir du groupe de travail. Les participants ont principalement insisté sur l’organisation des prochaines rencontres à Toulouse du 9 au 11 avril. Ayant constaté la très forte hétérogénéité du groupe et l’inégale appropriation des outils conceptuels et informatiques afférents à l’étude des réseaux, les organisateurs souhaitent faire des ateliers d’introduction à des logiciels précis, par niveaux. De la même manière, ils envisagent, sur le modèle de l’école d’été organisée à Porquerolles en 2012[5], de mettre en place une présentation « les réseaux pour les nuls » pour introduire aux fondamentaux conceptuels et historiographiques de l’analyse de réseaux. La rencontre se propose de faire état de la recherche étrangère sur les réseaux. Une troisième rencontre interviendrait à Paris, a priori en janvier 2015, aborderait l’éclairage apporté par d’autres sciences humaines et sociales.

Sur le plus long terme, il est envisagé d’élargir le groupe de travail à d’autres participats, d’organiser des formations, des ateliers ciblés, des séminaires. Pierre-Yves Lacour et Marc Conesa (Un. Montpellier 3) proposent de lier les activités de RES-HIST à des ateliers techniques à Montpellier. Nicolas Verdier (CNRS) et Marie-Carmen Smyrnelis (EHESS) envisagent de créer un séminaire de lectures sur les réseaux à l’UMR Géo-Cités (Institut de géographie). Enfin, José María Imizcoz (Un. du Pays Basque) propose de mettre en place à l’horizon 2015-2016 une rencontre à l’université de Vitoria autour de l’usage des correspondances dans les études de réseaux.

 


[1] Le programme de la jourmée est disponible sur notre carnet. Pour plus d’informations : http://reshist.hypotheses.org/

[2] Voir également les travaux de Claire Bidart.

[3] Néanmoins, le format court, 15 min., retenu obligeait les intervenants à faire des choix.

[4] Voir aussi la question soulevée supra à propos de la communication d’Anthony Andurand.


Publié par

Gabriel Garrote

Doctorant en Histoire contemporaine, je réalise une thèse sur la notabilité au 19e en mêlant approches historique, sociologique et géographique. Longtemps impliqué dans le milieu associatif, je me suis particulièrement intéressé à la question du transfert des compétences acquises au cours du doctorat hors de la sphère universitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *