Le visuel au coeur des humanités numériques et de notre projet de labo junior

Dans le sillage immédiat du séminaire des doctorants de Lausanne ce vendredi 25 janvier – consacré aux « outils de visualisation en sciences sociales » – et de mon propre travail de thèse sur les images publicitaires, je prends peu à peu conscience de l’importance de ce « visuel » et de la visualisation dans notre culture, notre société et nos processus de recherche. Souhaitant en faire un axe majeur de notre projet de labo junior, il me semble nécessaire d’en préciser les contours, les multiples dimensions et enjeux.

Visuel, visualisation : essais de délimitations sans prétention

La notion de « visuel » est omniprésente à géométrie variable, une notion ambiguë sinon « fourre-tout »,  et ouverte à des approches et des usages extrêmement  divers, et au cœur d’intérêts parfois conflictuels, de débats et controverses parfois vives au sein du monde social et du monde académique. Sans prétendre mener ici un travail rigoureux de définition de la notion, de ses antonymes et de ses multiples déclinaisons – notion toute aussi omniprésente de design par exemple – contentons-nous d’ouvrir des pistes de réflexion, d’en esquisser les contours, de tracer les frontières – non perméables – entre différents territoires du « visuel ».

Le visuel à la croisée des entre mondes social(ux) et académique(s) : entre risques et opportunités à saisir

La notion de « visuel » peut revêtir à mon sens quatre dimensions :

Le visuel et la visualisation : un fait et un processus social

Si l’on part du constat – de l’idée reçue même – que nous vivons immergés dans un monde d’images et de données visuelles, et de l’hypothèse d’une visualisation croissante de notre environnement, il sera nécessaire de nuancer un tel présupposé, de l’évaluer dans sa juste mesure, afin d’éviter de tomber soit dans la fascination béate, soit dans la diabolisation et les prédictions apocalyptiques (mort de la culture écrite et du texte). Face à la supposée « invasion » du monde social par le visuel, le chercheur peut jouer un double rôle critique – dépassionner notre rapport au visuel, rapport tantôt fasciné, tantôt méfiant voire hostile, et apporter son regard critique face à ces ressources, en continuité avec la tradition « humaniste » – et pédagogique, à double titre : former l’esprit critique des utilisateurs profanes et du grand public, d’une part, puiser dans notre quotidien visuel ou notre culture visuelle des ressources pédagogiques, des outils plus attractifs de communication de savoir, qui permettraient dans l’idéal de (r)éveiller l’intérêt du grand public pour la connaissance scientifique, en partant de l’univers qui lui est le plus familier, et à terme de redonner un rôle actif et positif au chercheur et aux humanités et sciences sociales au sein de la société. Ainsi, une fois les risques surmontés, le visuel peut se présenter comme un carrefour entre mondes académique et monde social, et comme une opportunité pour fonder une sorte d’« humanisme numérique », de replacer le chercheur au cœur de la cité, et de redonner une légitimité sociale à la recherche et à la connaissance scientifique, notamment en sciences humaines et sociales. Les ressources visuelles disponibles dans le monde profane (destinés  à des usages grands publics et/ou commerciaux) peuvent enfin être récupérés et appropriés par le chercheur dans le cadre de ses recherches : reste qu’il faut conserver un regard et un usage critiques de ces ressources qui n’ont pas été spécifiquement conçues pour le chercheur, en étudier les apports et les limites, pour enfin les instrumentaliser et les reconfigurer à ses propres fins.

Le visuel comme sources/données visuelles pour la recherche (aspect documentaire – sources du savoir)

Le visuel peut se présenter d’abord au chercheur comme un matériau, une donnée première pour sa recherche, dont il faut prendre en compte la diversité : selon les disciplines (archives pour les historiens, œuvres d’art pour une historien de l’art, graphiques et indicateurs statistiques pour un sociologues), diversité des formes, des supports, des  médias. En amont, se pose les questions de savoir qui produit ces données à l’ère des big data et des born-digital data ; comment se situer entre abondance et rareté, dans la nécessité de trier et d’éliminer, comment distinguer et transformer la simple information en donnée puis en connaissance ; qui produit ces données visuelles (problème de la provenance et de la source) ; où trouver ces sources et les métadonnées nécessaires ; comment les archiver, les décrire et les classer (quelle sémantique adopter) ? Ce qui suppose d’être conscient de la spécificité de chaque type de donnée visuelle, et des méthodes et outils pour les traiter en aval. Enfin, peut-on utiliser ces données, ces sources mêmes comme matériaux pour “écrire”et publier les résultats ? Pour ce qui concerne ma discipline, certains historiens ont pu utiliser ces sources primaires pour produire une forme d’histoire visuel, de visual narratives ou visual essays, à l’exemple de Philip Ethington pour écrire l’histoire urbaine de Los Angeles en particulier.

Le visuel comme outil heuristique et mode de pensée (aspect épistémologique et théorique – production du savoir)

Peut-on utiliser les visualisations pour mieux comprendre le processus de recherche et les résultats de la recherche ?  La visualisation des résultats permet-elle une meilleure compréhension, ou du moins une autre approche des objets étudiés, de suggérer de nouvelles pistes, de nouvelles hypothèses, interprétations, susciter nouvelles manières de penser un pb, de nouveaux questionnements, de voir les choses différemment, de voir d’autres choses (cas de la visualisation par cartographie numérique des enfants juifs déportés à Paris, étudiés par Jean-Luc Pinol par exemple), d’une part ? La visualisation permet-elle, d’autre part, une meilleure compréhension, ou du moins une autre approche du processus de recherche et du monde scientifique, d’autre part, dans une démarche plus anthropologique ou ethnographique, inspirée par la sociologie des sciences (cas du travail de thèse d’Andréas Perret sur les « outils de visualisation en sciences sociales) ?

Le visuel comme outil de communication et diffusion du savoir, comme « langage » et mode d’expression spécifique (aspect communicationnel et pédagogique – diffusion et réception(s) du savoir)

Est-ce une simple illustration à fonction purement esthétique ou décorative, ou bien a-t-elle un impact plus profond à différents niveaux : sur les formes d’écriture (une écriture hypertextuelle et multimédia, qui tend à briser la linéarité du texte écrit), sur la figure et l’autorité de l’auteur (émergence d’écritures collectives et polyphoniques, qui tendent à rapprocher les sciences sociales des sciences « exactes » où cette pratique est répandue depuis plus longtemps), sur les temporalités et les modalités de publications (immédiates ou différentes, versions abrégées ou augmentées, support papier dans une revue prestigieuse ou support numérique moins reconnu, encore considéré comme peu « sérieux », couleur ou noir et blanc, visualisations statiques ou dynamiques), sur la compréhension et la réception de la connaissance ? Quels outils de visualisation va-t-on choisir, quelles sont les implications de ces choix, en termes de publications, notamment, et de réceptions, et en fonction des publics visés ? Il convient de distinguer ainsi les visualisations à destination des pairs et les outils à destination d’un public « profane » (outils visuels de vulgarisation) dans une visée plus pédagogique, voire citoyenne. Les sites ou les expositions virtuelles favorisent ce genre de communication et même d’interaction entre chercheurs et grand public, notamment à l’ère du web 2.0 qui défend une navigation active et interactive au sein des contenus de savoirs, qui tend à intégrer le « récepteur » du savoir au processus de recherche, à promouvoir une sorte de recherche participative – pour parodier l’expression de « démocratique participative » – une recherche démocratique (pour les plus favorables) ou bien populiste (pour les plus sceptiques voire hostiles) ? En histoire tout particulièrement, ces nouvelles possibilités de visualisation rejoignent les préoccupations de la (new) public history, et le souci de redonner un rôle social à l’historien professionnel, dont l’autorité se voit remise en cause par divers « concurrents » (généalogistes, amateurs, révisionnistes ou négationnistes) et se positionner notamment en France dans les débats sur les rapports entre histoire et mémoire. Les expérimentations menées en histoire sous formes de visualisation en 3D (à l’exemple du projet Rome Re-born) ou s’inspirant du gaming et des jeux vidéos (à l’exemple du projet Immersive Virtual Shanghai) me semblent intéressantes à étudier, avec comme fil directeur une interrogation nécessaire sur la pertinence de ces ressources , considérées encore aujourd’hui comme peu sérieuses : qu’apportent-elle réellement à la recherche et à la communication scientifique ? Comment éviter de tomber dans une sorte de « science paillettes » ou « bling-bling » ? Comment trouver un juste équilibre entre une approche ludique et pédagogique du savoir, d’un côté, et sérieux scientifique de l’autre ?

Dernière remarque : rester conscient que ces trois dimensions ou trois étapes du processus de recherche (données/sources – outil heuristique – outil de communication) sont en interaction, et que des va-et-vient permanents s’établissent entre eux. Ainsi, la visualisation affecte le processus de recherche, en bouleverse les étapes et la division du travail.

Un territoire transfrontalier : littératies visuelles

Une question transversale à celles précédemment évoquées me semble être celle des compétentes et littératies nécessités par les visualisations. La manipulation des ressources visuelles suppose en effet une formation, un apprentissage : elles nécessitent de la part du chercheur de nouvelles compétences, une sorte de visual litteracy. Contrairement à l’idée préconçue selon laquelle le visuel se donnerait comme un « langage » immédiatement lisible, dont la connaissance serait « inné » : ainsi, on réduit souvent les images ou les représentations imagées à des outils « pédagogiques » et de communication destinée de manière privilégiée aux illettrés, à l’exemple des peintures ou des statues dans les églises et cathédrales médiévales d’Occident, destinées à l’éducation religieuse des masses chrétiennes. Mais toute représentation visuelle est un discours construit selon des normes, des codes, une culture visuelle, une sorte d’alphabet ou de langage dont il faut maîtriser la grammaire et les significations. Si un premier niveau de « lecture » est possible, superficiel et immédiat, est certes possible à celui qui ne maîtrise pas ce « langage visuel », celle-ci reste limitée, et l’on pourrait en dire de même concernant la lecture d’un texte : un rapport matériel, corporel et une lecture graphique du texte écrit par un illettré, privé de l’accès au contenu sémantique du texte, n’est-elle pas l’équivalent de la lecture « superficielle » et profane de l’image ? De même qu’on apprend à « lire » l’alphabet, les textes  et les livres, il est donc nécessaire d’apprendre à « écrire » ou construire les visualisations ; d’une part, à les « lire » et les interpréter, d’autre part, pour éviter de tomber sans l’esthétisation gratuite, dans la fascination ou la diabolisation du visuel, d’une part, pour en pénétrer pleinement et profondément les significations et les implications d’autre part.

Pour en finir (peut-être), une ultime remarque sur le mode du regret : je constate au moment de clore ce billet – mais peut-on encore parler de clôture dans le cas de l’écriture numérique – que je n’ai cessé d’employer le mot « visuel » sans en manipuler à aucun moment la réalité tangible – une écriture « propre » et « frileuse », qui se tient à distance respectable de son objet qu’elle ne prétend manipuler qu’avec des gants… Un discours visuel sur le visuel ne serait-il pas plus approprié ? Je vais donc réfléchir à une sorte de cartographie ou de « mapping » de mes « territoires » du visuel et phénomènes de « sémantique transfrontalière »…


Publié par

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (promotion 2006), actuellement en deuxième année de thèse à l'ENS Lyon, sous la direction de Christian Henriot (Institut d'Asie Orientale - IAO). Mon sujet porte sur la publicité en Chine du milieu du XIXe-au milieu du XXeme siècle, mais je m'intéresse à des questions historiographiques et méthodologiques plus générales ainsi qu'aux "humanités numériques".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *