Le visuel à l’honneur à Lausanne

Ce vendredi 25 janvier 2013 avait lieu la troisième séance de l’atelier des doctorants en humanités digitales à Lausanne. Cette séance était animée par Andréas Perret (SSP, Unil) qui nous a présenté son travail de thèse en sociologie des sciences autour des « outils de visualisation en sciences sociales ». Je vous renvoie aussi au compte rendu de Martin Grandjean sur le blog dhlausanne.ch.

Andréas Perret a reçu une formation en sociologie, avant de se spécialiser en sociologie des sciences, un champ de recherche qui développe une sorte d’anthropologie ou d’ethnographie du monde scientifique, s’intéresse aux rapports de pouvoir internes à la science et à la manière dont travaillent les chercheurs de manière générale – un domaine marqué par l’influence de Bruno Latour (MédiaLab de Science Po) ou de Dominique Vinck, actuellement chercheur et enseignant au sein du Laboratoire de sociologie de L’Université de Lausanne (Unil), et fondateur de la Revue d’Anthropologie des Connaissances.

I. Une ethnographie des pratiques de visualisations des chercheurs en sciences sociales

Le terrain de recherche actuel d’Andréas Perret est la Fondation suisse en sciences sociales (FORS)[1] où les chercheurs travaillent avant tout sur des données quantitatives empiriques, produisent des données chiffrées, des indicateurs et des bases de données complexes, pour lesquels les outils de visualisation sont essentiels. Leurs interventions consistent a présenter et interpréter des graphiques et représentations visuelles. Andréas Perret étudie précisément ces chercheurs qui utilisent les techniques de visualisation pour présenter leurs recherches. Plusieurs pistes ou axes de recherche se dégagent d’emblée à l’orée de son travail de thèse :

Une certaine fascination des chercheurs pour la visualisation 

Andréas a pu constater une certaine fascination pour les outils de visualisation, ou plus exactement un rapport ambivalent des chercheurs par rapport à la visualisation, qui peuvent être divisés en deux groupes principalement :

  • les enthousiastes, parfois naïfs, qui manifestent une réelle fascination pour les outils de visualisation, sans toujours les comprendre, et en les réduisant souvent à sa fonction esthétique ou décorative, y voyant un simple ornement ou une illustration du discours scientifique
  • les sceptiques ou ceux qui se méfient fortement de cette esthétisation de la science, considérant que pour être sérieuse, celle-ci doit être « laide » et austère, en l’occurrence se passer de tout artifice visuel

La diversité des choix d’outils et de leurs implications, notamment en termes de publication

Andréas Perret a étudié les choix de logiciels de visualisation par les chercheurs et les implications de ces choix. Le choix d’un logiciel – de visualisation en l’occurrence, mais de tout logiciel de manière générale – n’est jamais neutre. Andréas s’est focalisé sur trois types de logiciels parmi les plus fréquemment utilisés par les sociologues du FORS : SPSSData, SAS, R et Gapminder (développé par un medecin épidémiologique), avec le souci d’étudier pour chacun :

  • les utilisateurs et communautés d’utilisateurs : qui utilise ces logiciels, quelles communautés d’utilisateurs se créent autour de chaque logiciel, s’il l’on part du principe que derrière chaque logiciel se cache une certaine philosophie, une vision du monde, que chaque logiciel défend un certain projet de société, tantôt militant, tantôt commercial, tantôt académique, parfois croisant ces différents enjeux ;
  • la relative imperméabilité des logiciels : il s’agit de montrer qu’on ne passe pas aisément d’un logiciel à l’autre, de même qu’on ne migre pas facilement d’un instrument de musique à l’autre ou d’une langue à l’autre, car chaque logiciel suppose un long investissement et apprentissage ;
  • les apports et limites spécifiques de chacun en termes de pratiques et résultats scientifiques obtenus ;
  • les implications du choix de logiciel sur les pratiques scientifiques et les possibilités de publications surtout : les choix de visualisation ouvriront ou fermeront des portes éditoriales au chercheur, à la fois pour des raisons de ligne et de de « traditions » éditoriales et culturelles (les revues les plus anciennes et les plus « prestigieuses » rechignant notamment à publier des ressources visuelles)  et/ou sous la pression de contraintes financières : publication papier « classique » ou publication numérique – sachant que les publications « papier » accordent souvent peu voire pas de place au visuel ? Le support accueille-t-il des visualisations statiques ou dynamiques ? En couleur ou en noir et blanc ? Un exemple de publication peu orthodoxe intégrant des visuels ou des slides a été signalé pendant la séance : Read/Write 2 publiée sous la direction de Pierre Mounier par OpenEdition, dont deux versions existent, l’une papier, l’autre numérique.

Il est donc nécessaire de penser à la publication souhaitée dès le début du travail de recherche. Le processus de recherche est ainsi affecté fortement affecté par la visualisation – et par le numérique en général –  les étapes en sont reconfigurées, des va-et-vient s’établissant entre les différentes phases du processus de recherche.

Enfin, le logiciel est aussi infrastructure de recherche – un axe moins développé par Andréas, qui relève de la sociologie empirique notamment.

II. Un travail de thèse et une séance de séminaire stimulantes ouvertes sur plusieurs pistes de réflexions plus générales sur la visualisation et les humanités digitales

Plusieurs pistes de réflexion se dessinent à partir de ce travail concret de thèse en sociologie des sciences, et de cette séance de séminaire :

Spécificité du visuel : être conscient et insister sur la spécificité du visuel : être conscient de ses différences par rapport au texte, quelles différences, quelles implications cognitives ou sur la diffusion du savoir, sur les compétences ou littératies du chercheur qui manipule ces constructions visuelles et sur ses récepteurs ?

Visuel et littératie : contre l’idée reçue que le visuel est immédiatement donné à la perception et la compréhension, il est porteur d’un « langage » spécifique qu’il faut apprendre comme on apprend à lire l’alphabet et les livres à l’école primaire. La connaissance de ce langage n’est pas immédiate et innée, il faut l’acquérir, d’où la nécessité de formation spécifique pour apprendre à construire des visualisations, d’une part, à les « lire » et les interpréter, d’autre part.

Diversité du visuel : derrière un mot tout aussi vague et ambigu, insaisissable et même fourre-tout que le terme « humanités numériques« , d’une part ; derrière une réalité omniprésente et « à la mode », d’autre part, se cachent des formes, des supports, des méthodes, des outils et des usages extrêmement variés (tableau, graphique, cartes plus ou moins complexes, réseaux et autres visualisations dont Pegasus data donne un bon échantillonnage)? Diversité selon les disciplines aussi, dans les supports, les formes et les usages du visuel, et en particulier concernant les publications (en sciences de la vie, on accorde une importance plus grande au post-print, à la science vérifiée, et l’on se méfie du pré-print mieux accueilli en sciences sociales)

Le visuel entre permanences et mutations : la visualisation n’est pas un phénomène nouveau et donc uniquement lié à l’ordinateur et aux humanités numériques : à ce titre, on peut citer l’exemple canonique de la carte de Minard retraçant la campagne de Napoléon Ier en Russie en 1812. La visualisation a fait l’objet de nombreux usages et a été au cœur de débats et de controverses depuis longtemps dans les sciences sociales : usages anciens et abondants en criminologie, en géographie et cartographie, moins en histoire ou théologie – donc un usage plus ou moins intense et variable selon les disciplines

Visuel et publication, diffusion, communication, réception(s) : la question de la relation avec le choix du support de publication traverse toutes les interrogations précédentes. Le public visé doit également être pris en compte : (comment) va-t-il comprendre la visualisation que produit le chercheur, quelles vont en être les réceptions ?

Le visuel comme outil de visualisation du processus de recherche : étudier les visualisations produites par les chercheurs est une piste féconde pour qui s’intéresse à la science en train de se faire, et non à la science faite ou « produit fini » telle que présente et présentée dans les publications « classiques ». Cette piste ouvre les portes de la « fabrique du visuel » et de la « fabrique de la science » en général : les chercheurs expliquent comment ils construisent leurs visualisations, comment elles fonctionnent. On se situe bien dans une démarche d’anthropologie, dans la mesure où le chercheur « (se) raconte », relate par exemple ses rapports avec ses informateurs, il explique ses erreurs, dévoile les coulisses de la recherche, une recherche brouillon par opposition à la science faite, close, figée, débarrassée des ratures et erreurs, telle qu’elle est publiée dans les revues académiques. A cet égard, on a pu citer le projet Salsah développé par le Medialab de Basel, qui a pour objectif de créer une sorte de « Time machine » pour les chercheurs, qui garderait et enregistrerait une trace du processus de recherche, sorte de versioning ou archive en temps réel du travail de recherche

Le visuel entre outil de compréhension et outil de communication – de la connaissance scientifique : les deux ne pouvant être séparés : un véritable dialogue s’établissant le fond et la forme, le contenu et sa présentation, qui ne pouvent être dissociés ni pensés séparément

Visuel et corporéité de la connaissance : visualiser en sciences sociales conduit à s’interroger sur la dimension corporelle de la recherche et le rapport corporel ou physique du chercheur à ses outils : la plupart des chercheurs avouent conserver un fort attachement pour le support papier, un amour du livre et du stylo : comment l’expliquer ? sans invoquer la division artificielle entre nature et culture, s’agit-il d’une inclination individuelle et/ou d’un besoin cognitif plus anthropologique donc ? Beaucoup reconnaissent avoir besoin d’imprimer et de lire des livres « traditionnels », à la fois pour mieux assimiler le contenu, et par goût du contact physique avec le livre et la page comme objets matériels. Se pose alors la question de savoir comment chacun de nous articule les supports papier et numérique. Il est pratique de changer de médium. Étudier le corps savant, le rapport à l’incarnation et la dimension psychomotrique du rapport au savoir est donc riche d’enseignements, ou plutôt de questionnements, car l’on manque encore de recul et de témoignages sur les pratiques concrètes des chercheurs. Comment chaque support et son contenu sont-ils incorporés par le chercher ? Si l’on considère, dans la lignée de Leroi-Gourhan ou plus récemment de Gilbert Simondon, que l’outil est un « prolongement » du corps savant, il est nécessaire également de s’intéresser à l’évolution des outils, et donc des interactions entre corps (savant) et outil, et en conséquence aux « mutations » de ce corps savant, dans une temporalité plus longue : avec le glissement du « numérique » et des écrans vers le « digital » et les tablettes tactiles, les outils ne tendent-ils pas à se rapprocher de l’artisanat, des conditions « traditionnelles » ou « artisanales » de travail, à réintroduire un rapport plus « immédiat » ou du moins plus corporel aux outils et donc aux savoirs produits ? Mais il reste toutefois une différence cognitive importante entre la navigation sur écran d’une fenêtre à l’autre, ou la navigation d’un livre à l’autre, ou encore la navigation d’un support numérique à un support plus « matériel » ou plus « classique ». Il est nécessaire d’être conscient et d’étudier plus profondément ces différences, leurs implications cognitives, ainsi qu’en termes de production, diffusion et réception de la connaissance. Plutôt que d’opposer ces différents médiums, en diaboliser ou vénérer certains au détriment des autres, ne faut-il pas plutôt les concevoir comme complémentaires et non substitutifs ou antagonistes ?

C’est ainsi, à mon sens, qu’il faut penser et pratiquer les humanités numériques et digitales : non pas comme une révolution et une table rase des savoirs et des savoir-faire « traditionnels », mais plutôt comme leurs prolongements et une opportunité d’influences et d’enrichissements mutuels, car « humanités » et « numériques » sont en interaction perpétuelle, et leurs relations doivent être pensées de manière bilatérale.

 



[1] Centre de compétences suisse en sciences sociales, créé pour accomplir une mission de service, de recherche méthodologique et de soutien à la valorisation des connaissances. Au sein du FORS, Andréas Perret s’occupe du domaine de la publication des données et de la promotion de la statistique publique.


Publié par

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

2 thoughts on “Le visuel à l’honneur à Lausanne”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *