Retour(s) du séminaire « Digital History » à Paris 7 – 21 janvier 2013

Hier lundi 21 janvier s’est tenu le séminaire « Digital History : Approches méthodes et outils de travail » associant l’Université Paris Diderot, l’Université de Bologne et l’Association Diacronie, avec le soutien de l’Université franco-italienne.

Voir le programme détaillé

Après une introduction de Manuela Martini (Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris Diderot-Paris 7), les deux jeunes chercheuses Elisa Grandi (Université Paris Diderot-Université de Bologne) et Deborah Paci (Université de Padoue/Sophia-Antipolis) ont présenté la revue en ligne Diacronie et son numéro spécial de juin 2012 consacré à la « Digital History : L’histoire à l’ère numérique ». Le but de ce numéro sur la « Digital History » était double voire triple :

  • réfléchir aux usages et à la nécessité des outils numériques dans le traitement des données historiques ;
  • s’interroger sur les nouveaux modes de diffusion de la recherche et d’enseignement : une réflexion qui s’inscrit dans la multiplication actuelle des revues en ligne – notamment aux Etats-Unis – autant de supports qui fournissent de nouvelles opportunités de diffusion et d’échange d’informations scientifiques ;
  • enfin, ce numéro spécial de Diacronie était l’occasion de soulever d’autres problèmes, plus spécifiques aux contemporaneistes, à partir du moment où le numérique devient une source à part entière. Quid de l’authenticité des sources et ressources numériques ? La question « traditionnelle » de l’authenticité des sources historiques se trouve ainsi posée dans des termes nouveaux – avec précisément le problème de leur provenance, leur origine.

L’un des grands mérites de ce séminaire était de proposer un va-et-vient constant entre expérience pratique de recherche ou d’enseignement des intervenants, servant souvent de point de départ à une réflexion théorique élargie sur l’usage des outils numériques par l’historien, en interaction permanente avec la salle.

Trois grands types d’outils étaient à l’honneur :

1) Outils de gestion bibliographique : avec un atelier de présentation et formation à Zotero animé par Emilien Ruiz (EHESS– thèse en histoire sur la question des effectifs de l’État dans la France du XXe siècle sous la direction de Marc Olivier Baruch) (cf. tutoriel sur la « Boîte à outils des historiens ») et une contribution de Franziska Heimburger (EHESS – thèse d’histoire sur les interprètes militaires pendant la Première Guerre Mondiale sous la direction de Christophe Prochasson et de John Horne) sur les bibliographies collaboratives, à partir de la ressource numérique “New collaborative bibliography of First World War Studies ».

2) Blogs et blogging scientifique (cf. compte rendu en ligne) : partant de son expérience personnelle de jeune chercheur et surtout d’enseignant, qui a servi de moteur au lancement de son blog collaboratif « Devenir historien », cette intervention d’Emilien Ruiz a été l’occasion d’une réflexion sur les principaux usages du blog (veille, écriture et diffusion de la recherche, enseignement, pérennisation des ressources pour la recherche et l’enseignement, information et communication à l’adresse des historiens dans le cas de la « Boite à Outils des historiens », nouvelles formes d’échanges scientifiques sur le mode de la « conversation scientifique décentrée » – Dacos, Mounier), l’esquisse d’une (non)-typologie des blogs (blog du chercheur individuel, blog de séminaire, blog de veille, blogs « institutionnels », blog originellement lié à une publication – Christian Jacob et ses Lieux de savoir), mettant en garde contre l’artificialité de telles catégories, sachant qu’il existe des blogs hybrides (ex blog de Marin Dacos, de Frédéric Clavert) et que la plupart des « chercheurs-bloggers » combine selon une équation toute personnelle ces différents usages. Une conclusion sur les limites et les critiques généralement adressées aux blogs (risque de plagiat perte de temps, manque de reconnaissance institutionnelle, problème de la pérennité) a suscité des réactions intéressantes dans la salle. Elles ont donné lieu à un échange stimulant sur la scientificité de ces nouvelles formes d’écritures et de publication,  sur la question de leur reconnaissance institutionnelle (une forme encore considérée comme peu sérieuse, faut-il œuvrer pour sa reconnaissance institutionnelle, au risque d’en tuer le potentiel « créateur » et la liberté de style et de ton ?), et qui a dérivé sur les usages pédagogiques généraux des ressources numériques (comment apprendre aux étudiants en cours de formation, dont l’appareil critique est encore fragile, à discriminer et hiérarchiser entre les différentes ressources disponibles ? Comment éviter le plagiat – des articles wikipédia notamment – Selon Emilien Ruiz, le problème n’est pas nouveau, mais il se pose dans des termes plus crus, il change d’échelle et gagne en visibilité à l’ère de l’Internet).

Des réflexions qui pourront être alimentées par ces quelques compléments bibliographiques :

  • Blog de Marin Dacos
  • Mounier, Pierre. « Ouvrir l’atelier de l’historien. Médias sociaux et carnets de recherche en ligne ». Revue d’histoire moderne et contemporaine n° 58‑4bis, no 5 (2011): 101‑110. Voir la version « auteur » sur le blog de Marin Dacos.
  • Atelier du  That Camp Paris 2012 animé par Pierre Mounier sur « Comment écrire un carnet de recherche ? « 
  • le carnet « Hypothèses » du projet Humanlit consacré aux « Littératies et humanités numériques » : pour élargir aux nouvelles formes d’écritures scientifiques – au-delà du cas particulier du blog

2) Base de données

La principale contribution était l’exposé de Pierre-Marie Delpu (doctorant à Paris 1 – thèse sur les exilés napolitains sous la direction de Gilles Pécout) sur l’usage des bases de données par les historiens, notamment en histoire de la politique. Partant de son expérience personnelle de base Fichoz – Filemaker développé par un groupe d’historiens spécialistes de l’histoire moderne de l’Espagne autour de Jean-Pierre Dedieu (LARHRA – ENS de Lyon), qu’il a rapidement mais efficacement présenté, dont il a exposé les enjeux méthodologiques et épistémologiques, en se montrant soucieux de resituer dans un contexte historiographique plus général (marqué par le renouvellement de l’histoire sociale) et de montrer comment de tels outils peuvent constituer une opportunité pour renouveler l’histoire politique, en permettant une approche prosopographique d’ensemble et un élargissement de l’échelle géographique et chronologique d’une part, en intégrant les acteurs, d’autre part, sans pour autant négliger les limites de l’outil, notamment dans le cas des pratiques collaboratives et cumulatives. Pierre-Marie a enfin justement souligné, à l’adresse des plus méfiants, peut-être, que la base de donnée – mais c’est vrai de tout outil numérique – ne dispense pas l’historien d’un travail de réflexion à tous les stades de la recherche, un travail sur les sources notamment… bref que la machine n’est pas prête de remplacer l’homme, et que l’historien n’est pas l’esclave de l’ordinateur…

Une journée fort stimulante pour la réflexion et la pratique des historiens en définitive : une affaire à suivre, avec un projet de publication de compte rendu du séminaire par Diacronie.


Publié par

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *