DH : les mots et les choses…

Je livre à votre réflexion ce bref compte rendu d’un échange électronico-épistolaire qui se joue actuellement sur la liste de discussion « (New) Humanist Discussion Group » et qui m’a interpellée dans le cadre de ma quête désespérée d’un « nom » de baptême pour notre projet… quête qui m’a conduit à prendre de plus en plus conscience des difficultés à nommer et saisir d’un (ou de) plusieurs mots le champ in(dé)fini des Digital Humanities, humanités numériques et autres humanités digitales avec tout leur cortège de mots-clés ou buzzwords, souvent employés sans plus de réflexion critique sur leurs racines, leurs évolutions sémantiques, et leurs implications multiples (épistémologiques, institutionnelles, mais aussi sociales, politiques, économiques…)… Découverte bien naïve et bien tardive de l’abîme terminologique – et, au-delà, théorique et pratique… – qui s’ouvre devant nous :

Partant d’un cas concret – le mot de « forensic » (expertise médico-légale) et l’application de cette méthode empruntée au monde juridique aux digital archives (approche développée notamment par l’Université de Maryland et par Matthew G. Kirschenbaum – http://mith.umd.edu/digital-forensics-and-cultural-heritage/), Willard McCarty – Prof. de Humanities Computing au King’s College London) développe une réflexion plus générale sur le vocabulaire des DH. Selon lui, il est doublement nécessairement de s’interroger sur les mots employés  (nécessité théorique) d’une part, et/en vue d’élaborer un langage, un discours, un vocabulaire commun et transversal aux DH (nécessité pratique) d’autre part. Prenant acte de la pauvreté du vocabulaire actuel des DH, ce programme terminologique s’enracine dans le constat qu’un tel langage fait encore défaut, que le DHers ne se comprennent souvent pas, ou qu’ils croient se comprendre mais parlent en réalité de choses différentes lors même qu’ils emploient les mêmes mots, à défaut de s’interroger sérieusement sur les mots qu’on emploie. Un certain nombre de mots magiques ou « buzzwords », d’expressions à la mode qui font parfois office d’étiquette ou de label marketing –  les expressions « digital », « numérique », « humanité numérique » ne sont-ils pas de ceux-là ? –  restent non explicités, non interrogés, tendant ainsi à être « naturalisés » et à passer dans le langage « courant » des DHers sans plus de réflexivité ou mise à distance critique.

Face à ce danger, McCarthy invite les DHers à se lancer dans une sorte de « philologie digitale » (digital philology), i.e. à se demander quels sont nos « mots-clés », leurs sens, polysémie et diversité des significations selon les individus/cultures, de quels mots est/doit être tissé notre discours ? C’est un prérequis nécessaire si les DH prétendent constituer une science, ou du moins un champ (trans)disciplinaire ou un domaine de recherche dignes de ce nom. Se doter d’un corps conceptuel et terminologique solide, rigoureux, mais aussi extensible, souple et évolutif, apparaît donc comme une urgence. A mon sens, une telle tâche pourrait basiquement – mais laborieusement ? sauf si l’entreprise est partagée, si elle devient collective et collaborative –  commencer par l’élaboration d’un glossaire ou même d’un dictionnaire à la fois critique et historique des DH.

Andrew Prescott  (Prof. de Digital Humanities au King’s College London) a pris part au débat aujourd’hui même. Sa réponse, qui s’inspire de R. Williams  et son cours sur les « Keywords »  – une sorte de « dissection » médico-légale des mots-clés, qui constitue le fondement de la tradition britannique des « cultural studies » – va dans le même sens que McCarthy. Tandis que Williams développait une approche historique, McCarthy songerait plutôt à un examen critique de la terminologie utilisée par les DH. A mon avis, les deux doivent être associés. Prescott constate lui aussi que nous utilisons passivement et sans réflexion critique, un certain nombre de mots ou de concepts que nous considérons comme essentiels et centraux pour les DH. S’interroger sur ces mots et leurs emplois permettraient de repenser certaines approches en DH. Je partage cet avis, et en fait même une impérieuse nécessité – une mission à mener dans le cadre de notre « labo junior » sans doute ? – pour éviter de les « essentialiser » et les naturaliser, pour ne pas perdre de vue la démarche critique qui est au cœur de la culture humaniste, d’une part ; ni le mouvement de création et d’innovation perpétuelles qui est le moteur même des DH. Prescott propose concrètement d’interroger des mots clés comme « projet » « collaboration », « interdisciplinarité », mais aussi « équipe » (team), « accès » (access), « curation », « découverte » (discovery), « universitaire » (academic), « recherche » (scholarly), rigorous, ou « crowd » (dans « crowd-sourcing » par exemple). De manière pratique, il suggère de créer un wiki pour partager ces mots clés et cette entreprise.

 Sous réserve de définir rigoureusement le champ des mots-clés pertinents à analyser et livrer au scalpel de la « forensics » (évitons de nous disperser et d’aller jusqu’à interroger des micro-particules ou atomes lexico-syntaxiques…), j’entends bien répondre à cet appel et faire de notre labo un laboratoire de cette « digital philology » érigée comme mission prioritaire des « humanités », et leur contribution essentielle au monde numérique dans sa globalité – qui peut aussi constituer une opportunité pour réinsérer et relégitimer les humanités et les SHS dans le monde social…

Non seulement la discussion n’est pas close, mais elle ouvre une brèche immense et lourde de défis pour les DH : affaire à suivre…


Publié par

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *