RFSIC sur revues.org

SFSIC

La Revue française des sciences de l’information et de la communication (http://rfsic.revues.org/208) fait son entrée sur revues.org.  C’est l’occasion de rappeler la philosophie et ligne éditoriale de la revue et de présenter rapidement les deux derniers numéros, accessibles en libre accès et en texte intégral.

Philosophie/ligne éditoriale

La Société française des sciences de l’information et de la communication – SFSIC (http://www.sfsic.org/) est une société savante ancienne ayant une longue tradition éditoriale (publication actes de congrès ou journées doctorales…) qu’elle tente de renouveler en défendant une ligne qui vise à cultiver la mémoire collective tout en faisant écho aux questions émergentes et en valorisant des expériences originales. Il s’agit pour la revue de faire face au nouveau défi de publier une revue scientifique de qualité (comité scientifique international, sélection rigoureuse des articles) à destination d’un public international, donc d’assurer une visibilité internationale de la recherche française dans le domaine des SIC. Deux objectifs sont poursuivis :

  • rendre compte des avancées de la recherche et en proposer un état des lieux, d’une part ;
  • prendre part aux controverses et débats scientifiques.

Enfin, la revue cherche à rapprocher des acteurs divers, issus de disciplines, d’institutions et avec des domaines de spécialité variés, dans un souci « d’intelligibilité unitaire », avec l’objectif politique de créer et souder une communauté francophone la recherche dans le domaine des SIC.

Deux numéros en libre accès

A l’occasion de sa mise en ligne toute récente sur revues.org, les deux premiers numéros de la revue sont disponibles en libre accès.

Le n° 1 en 2012 porte sur la théorie des industries culturelles et informationnelles (http://rfsic.revues.org/75). Il propose des articles présentant un état des lieux de la recherche et des théories (texte inaugural de Bernard Miège), et des articles sur des pratiques et réalités émergentes comme la « sonification » et les « icônes sonores de Windows », sur le « numérique comme catalyseur épistémologique » (double réflexion épistémologique et éthique ou sociale : réflexion sur l’évolution des objets, des méthodes et sujets de recherche en SHS induites par le numérique ; pratiques transdisciplinaires à partir de la convergence humanités/numérique, projection des problématiques transversales autour du numérique : données numériques, mémoires et traces numériques, frontières numériques ; réflexion sur les « éthiques » de la société de l’information), ou « Net art – créer à l’ère des médias numériques » (les nouvelles formes de créations et de diffusion artistiques promues par Internet, notamment le processus de négociation entre artistes, informaticiens, et public, désormais plus impliqué et fidélisé) ou encore sur la « médiation identitaire » (une critique de la réduction de la problématique de l’identité numérique à des enjeux de réputation individuelle).

Le dernier numéro (n°2) paru en 2013 « Communication et diversité culturelle » développe des réflexions éthiques (« Internet et la diversité »), propose une vision alternative de la « fracture numérique » comme « fracture créative », des articles sur la diversité linguistique, la question des normes et des standards, des nouvelles formes narratives permises par le numérique et Internet (formes courtes sur Twitter).


Publié par

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *